Corneilhan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Corneilhan
Image illustrative de l'article Corneilhan
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Arrondissement de Béziers
Canton Canton de Béziers-3
Intercommunalité Communauté d'agglomération Béziers Méditerranée
Maire
Mandat
Michel Suère
2014-2020
Code postal 34490
Code commune 34084
Démographie
Population
municipale
1 622 hab. (2011)
Densité 114 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 24′ 03″ N 3° 11′ 35″ E / 43.4008333333, 3.1930555555643° 24′ 03″ Nord 3° 11′ 35″ Est / 43.4008333333, 3.19305555556  
Altitude 49 m (min. : 27 m) (max. : 133 m)
Superficie 14,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative d'Hérault
City locator 14.svg
Corneilhan

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique d'Hérault
City locator 14.svg
Corneilhan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Corneilhan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Corneilhan

Corneilhan (en occitan Cornelhan) est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon. Elle appartient à la communauté d'agglomération Béziers Méditerranée.

La viticulture, sa principale production, est en appellation "Coteaux du Libron".

Ses habitants sont appelés les Corneilhanaises et Corneilhanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Le village de Corneilhan est situé sur un mamelon en forme de pain de sucre dont le point culminant est à 133 mètres. Cette commune se situe à 7,7 km au nord de Béziers, à mi-distance des rivières Orb et Libron. Le village est desservi par les compagnies de bus Hérault Transport et Veolia Communauté d'agglomération Béziers Méditerranée.

Histoire[modifier | modifier le code]

La partie historique du village construite sur une colline.
  • Vestiges préhistoriques et antiques :
    • villas romaines à St-Sernin, Rouet, Le Mouillou, Mazassi-le-Vieux, Peilhan, La Jasse, Les Carniès ;
    • four de poterie romain aux Maisons Neuves ;
    • tronçons de l'aqueduc romain de Béziers.
  • Tombes wisigothiques à La Garriguette.
  • Pont de Fabrégat, construit en 1755, sur le tracé d'une voie romaine.
  • Fontaine de 1781, avec façade à pilastres et niche.
  • Église de 1869 : grille de communion et maître-autel 18e, crédence avec armoiries.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Corneilhan Blason D'or aux trois corneilles de sable, becquées et membrées de gueules, au chef d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 2008 Michel Roget UDF Architecte
mars 2008 2014 Gérard Roques DVD  
mars 2014 en cours Michel Suère DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 622 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
595 574 614 641 732 721 710 668 643
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
607 633 635 645 678 667 706 731 835
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 012 1 038 1 053 1 024 944 1 035 939 866 878
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
951 1 017 1 136 1 265 1 363 1 536 1 494 1 622 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Sainte Céronne : née en 410 à Corneilhan, au sein d'une famille noble et païenne, elle se convertit au christianisme. Elle s'en fut dans le diocèse de Sées où l'évêque saint Hile l'accueillit. Une chapelle dans l'église Saint-Léonce du village lui est dédiée. Une localité garde sa mémoire : Sainte-Céronne-lès-Mortagne dans l'Orne.
  • Monseigneur Félix de Las Cases : évêque de Constantine (Département de Constantine, Algérie) de 1867 à 1870 est inhumé au cimetière de Corneilhan.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Culture de la vigne. Cave coopérative. Deux domaines viticoles.

Vie locale active, avec de très nombreux clubs d'activités culturels ou sportifs. Sociétés sportives. École de foot-ball et de rugby. École de tennis

Fête locale : tous les débuts du mois de juillet (4 jours).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :