Langues au Canada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Langues du Canada)
Aller à : navigation, rechercher

Lors du Recensement de la population du Canada de 2011, plus de 200 langues ont été déclarées comme langue parlée à la maison ou comme langue maternelle[1].

Les deux langues officielles du Canada sont l'anglais et le français. Le 7 juillet 1969, après l'adoption de la loi sur les langues officielles, la langue française a été rendue proportionnée à l'anglais dans tout le gouvernement fédéral. Ce processus a mené à un Canada se redéfinissant comme un pays bilingue et multiculturel. Selon le recensement 2011, les anglophones et francophones de langue maternelle représentent 58 % et 22 % de la population. La troisième langue maternelle la plus parlée au Canada est le pendjabi avec 1,4 %[2].

Recensement de 2011[modifier | modifier le code]

Population selon la langue maternelle en 2011, pour le Canada, les provinces et les territoires (réponses uniques)[3]
Province/Territoire Population totale Anglais % Français % Autres langues % Langue(s)
Flag of Ontario.svg Ontario 12 722 065 8 677 040 68,2 % 493 300 3,9 % 3 264 435 25,7 % Anglais de facto
Flag of Quebec.svg Québec 7 815 955 599 230 7,7 % 6 102 210 78,1 % 961 700 12,3 % Français
Flag of British Columbia.svg Colombie-Britannique 4 356 210 3 062 430 70,3 % 57 280 1,3 % 1 154 220 26,5 % Anglais de facto
Flag of Alberta.svg Alberta 3 610 180 2 780 200 77,0 % 68 545 1,9 % 698930 19,4 % Anglais
Flag of Manitoba.svg Manitoba 1 193 095 869 990 72,9 % 42 090 3,5 % 256 500 21,5 % Anglais
Flag of Saskatchewan.svg Saskatchewan 1 018 310 860 500 84,5 % 16 280 1,6 % 129 035 12,7 % Anglais
Flag of Nova Scotia.svg Nouvelle-Écosse 910 615 836 090 91,8 % 31 110 3,4 % 37 090 4,1 % Anglais de facto
Flag of New Brunswick.svg Nouveau-Brunswick 739 900 479 935 64,9 % 233 530 31,6 % 18 395 2,5 % Anglais, Français
Flag of Newfoundland and Labrador.svg Terre-Neuve-et-Labrador 509 950 497 565 97,6 % 2 480 0,5 % 8 790 1,7 % Anglais de facto
Flag of Prince Edward Island.svg Île-du-Prince-Édouard 138 435 127 635 92,2 % 5 195 3,8 % 4 860 3,5 % Anglais de facto
Flag of the Northwest Territories.svg Territoires du Nord-Ouest 41 035 31 375 76,5 % 1 080 2,6 % 8 045 19,6 % Anglais, Français, Autres langues autochtones
Flag of Yukon.svg Yukon 33 655 28 065 83,4 % 1 455 4,3 % 3 625 10,8 % Anglais, Français
Flag of Nunavut.svg Nunavut 31 765 8 925 28,1 % 435 1,4 % 22 070 69,5 % Anglais, Français, Inuit
Flag of Canada.svg Canada 33 121 175 18 858 980 56,9 % 7 054 975 21,3 % 6 567 685 19,8 % Anglais, Français

Situation du français et de l'anglais en Ontario[modifier | modifier le code]

Le français en Ontario ne cesse d'augmenter en nombre absolu mais était en train de diminuer (comme l'anglais) en pourcentage de la population totale, cependant en 2009 les immigrants internationaux francophones ont fait augmenter considérablement le nombre de francophones en Ontario, ce qui fait augmenter sensiblement le nombre de francophones en pourcentage total de la population pour la première fois depuis les années 1960.

  • 1996[4] : 441 675 en augmentation (4,10 %) en diminution
  • 2001[5] : 485 630 en augmentation (4,25 %) en augmentation
  • 2006[6] : 488 815 en augmentation (4,06 %) en diminution
  • 2009[7] : 580 000 en augmentation (4,50 %) en augmentation

Les anglophones quant à eux n'ont cessé de chuter en population relative.

  • 1996 : 7 825 770 en augmentation (72,77 %) en diminution
  • 2001 : 7 965 225 en augmentation (69,80 %) en diminution
  • 2006 : 8 230 705 en augmentation (68,42 %) en diminution
  • 2009 : 8 400 000 en augmentation (64,62 %) en diminution

Situation linguistique au Nouveau-Brunswick[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1990-2000 les villes se francisent, par exemple la ville d'Edmundston, qui est passée de 89 % de francophones en 1996 à 93,4 % en 2006, la ville de Moncton (de 30,4 % en 1996 à 33 % en 2006), la ville de Tracadie-Sheila (de 94 % en 1996 à 96 % en 2006), Dalhousie (de 42,5 % à 49,5 %) et Dieppe (de 71,1 % en 1996 à 74,2 % en 2006). Certaines villes sont devenues majoritairement francophones, comme Bathurst, qui est passée de 44,6 % de francophones en 1996 à 50,5 % en 2006, ou alors Campbellton, qui est passée de 47 % en 1996 à 55 % en 2006[8],[9],[10].

Le nombre de francophones a augmenté de 12,4 % au Nouveau-Brunswick entre 1961 et 2001[11].

On remarque aussi que la connaissance du français augmente énormément dans les régions à majorité anglophone comme dans la région de Westmorland, qui passe de 44 % à 55 %. Mais la région ayant subi la plus forte francisation est le comté d'Albert, en 1951 seulement 1 % de la population connaissaient le français, alors qu’en 2001 cette proportion est de 23 %[12].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www12.statcan.gc.ca/census-recensement/2011/as-sa/98-314-x/98-314-x2011001-fra.cfm
  2. « Langues », sur statcan.gc.ca, Statistique Canada (consulté le 27 décembre 2014)
  3. http://www12.statcan.gc.ca/census-recensement/2011/dp-pd/hlt-fst/lang/Pages/highlight.cfm?TabID=1&Lang=F&Asc=1&PRCode=01&OrderBy=999&View=1&tableID=401&queryID=1&Age=1
  4. http://www12.statcan.ca/english/Profil/Details/details1pop.cfm?SEARCH=BEGINS&PSGC=35&SGC=3520004&A=&LANG=F&Province=All&PlaceName=Ontario&CSDNAME=Toronto&CMA=535&SEARCH=BEGINS&DataType=1&TypeNameF=Cit%C3%A9&ID=7193
  5. http://www12.statcan.ca/francais/census01/products/standard/prprofile/prprofile.cfm?G=35
  6. http://www12.statcan.gc.ca/census-recensement/2006/dp-pd/hlt/97-555/T401-fra.cfm?Lang=F&T=401&GH=4&SC=1&S=99&O=A
  7. http://news.ontario.ca/ofa/fr/2009/06/redefinition-de-la-population-francophone.html
  8. (fr) « Statistiques du Canada 1996 (site officiel) : Ottawa - Gatineau, Terre-Neuve-et-Labrador », sur www12.statcan.gc.ca (consulté le 27 mai 2010) - Statistiques du Canada 1996 (site officiel)
  9. (fr) « Statistiques du Canada 2001 (site officiel) : Edmundston  ; Nouveau-Brunswick », sur www12.statcan.gc.ca (consulté le 27 mai 2010)
  10. (fr) « Statistiques du Canada 2006 (site officiel) : Edmundston ; Nouveau-Brunswick », sur www12.statcan.gc.ca (consulté le 27 mai 2010)
  11. (fr) « Acadie contemporaine », sur www.thecanadianencyclopedia.com (consulté le 27 mai 2010) Marc L. Johnson et André Leclerc, sur L'encyclopédie canadienne.
  12. (fr) Conférences « Vision 20/20 » Congrès mondial acadien Université Saint-Anne Pointe-de-l’Église, N.-É. 2 août 2004 : Francisation du sud-est du Nouveau-Brunswick