La Taupe (film, 2011)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Taupe et Tinker, Tailor, Soldier, Spy.

La Taupe

Titre original Tinker Tailor Soldier Spy
Réalisation Tomas Alfredson
Scénario Bridget O'Connor
Peter Straughan
Acteurs principaux
Sociétés de production Working Title Films
StudioCanal
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de la France France
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Genre Espionnage
Sortie 2011
Durée 127 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Taupe (Tinker Tailor Soldier Spy) est un film d'espionnage germano-britannico-français réalisé par Tomas Alfredson, sorti le 16 septembre 2011, à la Mostra de Venise et en France en février 2012.

Il s'agit de la deuxième adaptation du roman de John le Carré et de la sixième apparition à l'écran du maître-espion George Smiley.

Synopsis[modifier | modifier le code]

George Smiley est un agent du MI6 et l'un de ses principaux dirigeants. À la suite de l'échec catastrophique d'une mission à Budapest, le chef du MI6, Control, est contraint de démissionner, de même que Smiley, mis à la retraite. Control est remplacé par Percy Alleline à la tête du service.

Control, qui était persuadé que Karla, un maître espion du KGB, avait implanté une taupe soviétique au sommet du MI6, meurt quelque temps après. À la suite de la réapparition d'un agent, Ricki Tarr, un ministre fait appel à Smiley, pour reprendre en secret son métier, enquêter et découvrir qui est la taupe.

Les documents de Control montrent qu'il pensait que l'agent double était l'un des cinq hommes suivants : Percy Alleline, Roy Bland, Toby Esterhase, Bill Haydon ou George Smiley. Smiley va alors étudier deux affaires, celle de Budapest et celle de Ricki Tarr, pour chercher lequel de ses quatre collègues est l'homme de Karla. Il est aidé au sein du MI6 par Peter Guillam, le supérieur de Ricky Tarr.

Autour du film[modifier | modifier le code]

Tout comme le roman dont il est tiré, le film cherche à rendre l'ambiance particulière des services secrets : l'enjeu primordial y est l'information, et ses circuits. D'un rythme aux antipodes d'un James Bond, le film met en valeur les personnalités, leurs forces, leurs faiblesses, les relations entre les individus ; les moments de violence sont rares, mais brutaux.

Le film contient plusieurs allusions amicales à la France : apparition récurrente d'une Citroën DS, utilisation d'une chanson de Charles Trenet.

Quelques scènes relèvent d'un sens de l'humour typiquement britannique, en particulier celle de la fête de Noël qui réunit toutes les personnes travaillant au Cirque, lorsqu'elles entonnent l'hymne de l'Union soviétique, à l'instigation d'un Père Noël, au costume évidemment rouge, portant un masque de Lénine.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Producteurs délégués : Liza Chasin, Ron Halpern, Debra Hayward, John le Carré, Peter Morgan et Douglas Urbanski
Coproductrice : Alexandra Ferguson

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources : Version française (V. F.)

Box Office[modifier | modifier le code]

  • France : 632 780 entrées
  • USA : 24 149 393 $
  • Monde : 80 630 608 $

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]