Simon McBurney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Simon McBurney

Nom de naissance Simon Montagu McBurney
Naissance 25 août 1957 (56 ans)
Cambridge, Angleterre, Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Britannique
Profession Acteur
Scénariste
Réalisateur
Films notables Le Dernier Roi d'Écosse
Site internet www.complicite.org

Simon Montagu McBurney, OBE[1], né le 25 août 1957 à Cambridge, est un acteur, scénariste et réalisateur britannique. Il est aussi le fondateur et le directeur artistique de la compagnie Théâtre de Complicité, aujourd'hui renommée Complicite.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Simon McBurney est né à Cambridge, dans le comté de Cambridgeshire, en Angleterre[2]. Son père, Charles McBurney (en), était un archéologue alors que son grand-père paternel était un chirurgien reconnu[3] (Charles McBurney, découvreur du Point de Mc Burney). Avec des origines anglaises, écossaises et irlandaises, sa mère, Anne Francis Edmondstone (née Charles), était la secrétaire de la romancière Rebecca West[2],[4]. En outre, les parents de celle-ci étaient en réalité des cousins ​​éloignés qui se sont rencontrés au cours de la Seconde Guerre mondiale[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Le jeune Simon a étudié la littérature anglaise à Peterhouse et a obtenu son diplôme en 1980[5]. Après la mort de son père, il quitte son pays natal et rejoint Paris pour suivre une formation à l'École Internationale de Théâtre Jacques Lecoq[6]. En 1983, il fonde avec Annabel Arden et Marcello Magni la compagnie Théâtre de Complicité[7] mais c'est en 1995 qu'il perce en France grâce à Peter Brook et à la pièce The Three Lives of Lucie Cabrol[7]. Véritable succès, sa troupe jouera aussi dans Mnemonic (1999), L'éléphant s'évapore (2003) et A Disappearing Number (2007), une production par ailleurs conçue et dirigée par Simon McBurney lui-même[8].

Mais le comédien travaille aussi pour la télévision et le cinéma en tant qu'acteur, scénariste ou réalisateur. Après des apparitions dans The Vicar of Dibley ou Inspecteur Barnaby, Simon McBurney a enchaîné les rôles dans des films tels que Le Dernier Roi d'Écosse, Mensonges d'État, Harry Potter et les Reliques de la Mort, partie 1 ou encore La Taupe. En 2007, il a également scénarisé et produit Les Vacances de Mr. Bean[9]. Simon McBurney ne se consacre pas seulement au cinéma ou au théâtre. En 2010, il réalise sa première mise en scène d'opéra avec l'English National Opera de Londres[10].

En juillet 2012, il présente en ouverture du Festival d'Avignon dans la cour d'honneur du palais des papes une adaptation théâtrale de 3h30 du Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov (reprise en février 2013 à la MC93 Bobigny). Dans le journal Libération, le metteur en scène explique son choix : « À la fin du bal, Marguerite fait un vœu : libérer Frida l’infanticide de son cauchemar. Et son acte de compassion mène à la libération du Maître, même si cela passe par sa mort. Et cela permet aussi de libérer Ponce Pilate de sa culpabilité. Et par la même occasion, cela nous libère de notre façon de penser, nous qui croyons que rien n’existe en dehors de l'économie et ne voyons pas que c’est du totalitarisme[11]. » Pour représenter la séance où Marguerite vole nue dans les rues de Moscou, il utilise la rétroprojection et projette sur les murs du palais des papes des images de la ville de Moscou[12].

L'année suivante, Simon McBurney met de côté ses projets au théâtre pour revenir à sa carrière d'acteur. Ainsi, il tient des rôles récurrents dans The Borgias et Utopia. En 2014, il doit également être à l'affiche d'un nouveau film de Woody Allen, tourné sur la Côte d'Azur[13].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « SIMON MCBURNEY - BIOGRAPHY », sur The European Graduate School.edu (consulté le 24 mars 2012).
  2. a, b et c (en) John O'Mahony, « Profile: Simon McBurney – Anarchy in the UK », The Guardian,‎ 1er janvier 2005 (lire en ligne).
  3. La Grande Encyclopédie – Édition 1971-1976, vol. 20, Larousse (lire en ligne)
  4. Odile Quirot, « God save Avignon », Le Nouvel Observateur,‎ 5 juillet 2012 (lire en ligne)
  5. (en) « Peterhouse Cambridge – Career Opportunities with an English Degree », sur pet.cam.ac.uk (consulté le 24 mars 2012).
  6. AFP, « Festival d'Avignon 2012 : tous les langages au service du théâtre », Le Point,‎ 23 mars 2012 (lire en ligne).
  7. a et b « Simon McBurney », sur theatre-contemporain.net (consulté le 24 mars 2012).
  8. Armelle Héliot, « Le fascinant voyage de Simon McBurney », Le Figaro,‎ 30 septembre 2008 (lire en ligne).
  9. (en) Matthew Turner, « Mr Bean's Holiday – The ViewLondon Review », sur viewlondon.co.uk,‎ 28 mars 2007 (consulté le 24 mars 2012).
  10. « A Dog’s Heart: It's animal magic », The Independent,‎ 19 novembre 2010 (lire en ligne).
  11. René Solis, « Goethe n'était pas assez délirant », Libération,‎ 5 juillet 2012 (lire en ligne)
  12. Jean-Marie Wynants, « Simon McBurney enflamme Avignon », Le Soir,‎ 9 juillet 2012 (lire en ligne)
  13. Franck Leclerc, « Woody Allen : Mon histoire d'amour avec Nice », Nice-Matin, no 23 835,‎ 6 juillet 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]