Jean Lefebvre de Cheverus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lefebvre.
Jean de Cheverus
Image illustrative de l'article Jean Lefebvre de Cheverus
Jean de Cheverus par Gilbert Stuart
Biographie
Naissance 28 janvier 1768
Mayenne (France)
Ordination sacerdotale 18 décembre 1790
Décès 19 juillet 1836
Bordeaux (France)
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
1er février 1836 par le
pape Grégoire XVI
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
de la Sainte-Trinité-des-Monts
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 1er novembre 1810 par
Mgr John Carroll
Dernier titre ou fonction Archevêque de Bordeaux (France)
Archevêque de Bordeaux (France)
30 juillet 182619 juillet 1836
Précédent Charles François d’Aviau du Bois de Sanzay Ferdinand-François-Auguste Donnet Suivant
Évêque de Montauban (France)
13 janvier 182330 juillet 1826
Précédent Anne-François Le Tonnelier de Breteuil Guillaume-Valentin Dubourg Suivant
Évêque de Boston (Massachusetts, États-Unis)
8 avril 180813 janvier 1823
Benedict Fenwick Suivant

Orn ext Grand Aumonier 4.svg
Blason ville fr Montalembert (Deux-Sèvres).svg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Jean de Cheverus, de son nom complet : Jean-Louis-Anne-Magdeleine Lefebvre de Cheverus, né le 28 janvier 1768 à Mayenne et mort le 19 juillet 1836 à Bordeaux, est un cardinal français, archevêque de Bordeaux.

Origine[modifier | modifier le code]

Le cardinal de Cheverus est issu d'une vieille famille de robe originaire de Mayenne[1]. Son père, Jean-Vincent de Cheverus[2], était juge général civil et de police à la barre ducale de Mayenne[3]. Il est l'oncle de Mgr de La Massonnais. Il effectue ses études jusqu'à la quatrième au collège de Mayenne. Les armes de la famille Lefebvre de Cheverus sont "D'argent, à la croix ancrée de sable"[4].

Études théologiques[modifier | modifier le code]

Il reçoit la tonsure en 1780[5], où il devient prieur de Torbéchet[6] malgré son jeune âge. Il continue ses études littéraires à Paris avec distinction au collège Louis-le-Grand à Paris en 1781. S'étant destiné à l'état ecclésiastique, il étudia la théologie au séminaire Saint-Magloire, tenu par les oratoriens, et s'y lia avec l'abbé de Maccarthy, qui était du même âge et qui, se fit tant de réputation dans la chaire. Jacques-André Émery, supérieur général de la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice voulut lui offrir une place gratuite dans son séminaire ; mais le jeune de Cheverus était trop attaché aux directeurs de Saint-Magloire pour les quitter : la reconnaissance l'empêcha d'accepter.

Prêtre pendant la Révolution française[modifier | modifier le code]

Il est ordonné diacre en octobre 1790[7], et n'avait pas vingt-trois ans lorsqu'il fut ordonné prêtre, le 18 décembre 1790 par dispense spéciale[8], à la dernière ordination publique qui se soit, faite à Paris avant la Révolution française, le 18 décembre 1790.

Déjà les biens du clergé étaient envahis, la constitution civile du clergé décrétée, le serment prescrit à tous les ecclésiastiques, sous peine de déchéance ; le jeune prêtre retourna dans son diocèse[9].

Son oncle, curé de Mayenne, alors infirme et paralytique, le demanda comme coopérateur sous le titre de vicaire ; l'évêque du Mans le nomma en même temps chanoine de sa cathédrale. Il refusa le serment le 12 février 1791, exerça son ministère en secret. Sa prudence déjà connue et appréciée avait porté l'évêque du Mans à lui donner des pouvoirs de grand vicaire. À la mort du curé de Notre-Dame de Mayenne, 24 janvier 1792, l'évêque donne à son neveu les pouvoirs de curé et de vicaire général.

Obligé de quitter Mayenne au printemps de 1792, ainsi que tous les ecclésiastiques insermentés du département, il eut ordre de se rendre à Laval, où il dut être en surveillance et se présenter chaque jour aux autorités. Urbain-René de Hercé, évêque de Dol, était à leur tête. Le décret du 26 août 1792 condamna à la déportation les prêtres insermentés. On donna à ceux de Laval des passeports pour se rendre en pays étrangers ; Cheverus en prit un pour la Grande-Bretagne, et passa par Paris, où il arriva au moment des massacres de septembre. Il se cacha pendant ces journées, et partit bientôt pour la Grande-Bretagne[10], sans connaître la langue de ce pays, et n'ayant pour toutes ressources que 500 francs.

Le gouvernement britannique accordait alors des secours aux prêtres français réfugiés[11] ; Cheverus ne voulut pas en profiter, et il réussit à pourvoir lui-même à ses besoins, en se plaçant comme professeur de français et de mathématiques chez un ministre protestant qui tenait une pension. Au bout d'un an, il sut assez l'anglais pour se charger du service d'une chapelle catholique[12] et y faire des instructions[13]. En même temps, on lui proposa de se mettre à la tête d'un collège à Cayenne.

L'Amérique[modifier | modifier le code]

Heureusement il crut ne pas devoir accepter[14]. En 1795, l'abbé François-Antoine Matignon, ancien docteur et professeur de Sorbonne, l'appela en Amérique (Nouvelle-Angleterre), où son zèle, ses vertus pourraient se déployer sur un plus grand théâtre.

À son arrivée à Boston, le 3 octobre 1796], l'abbé de Cheverus trouvait un champ immense ouvert à son zèle[15] Les esprits, divisés en plusieurs sectes religieuses, n'étaient pas favorable à ce qu'ils appelaient le papisme[16].

L'abbé de Cheverus s'appliquait aux études qui étaient le plus en honneur à Boston[17]

Mgr John Carroll, évêque de Baltimore, informé de tant de vertus et de talents, lui proposa la cure de Sainte-Marie, à Philadelphie ; mais il ne pouvait quitter Matignon, qui l'avait appelé de Grande-Bretagne. Bientôt il se livra avec un nouveau zèle à ses travaux évangéliques en visitant les catholiques des environs de Boston, qui n'avaient point de prêtres, et passant jusqu'à deux ou trois mois chez les Indiens de Passamaquoddy et de Penobscot[18].

Boston[modifier | modifier le code]

Après avoir passé trois mois au milieu de ce peuple, l'abbé de Cheverus repartit pour Boston. La fièvre jaune s'était déclarée dans cette ville (1798), et déjà de nombreuses victimes avaient succombé[19].

Le nombre des fidèles s'accrut bientôt à Boston : les protestants eux-mêmes désiraient entendre les prédications et assister aux cérémonies si touchantes de l'Église romaine. L'abbé de Cheverus ouvrit donc une souscription pour bâtir une église dans cette ville. Le premier des souscripteurs fut le président des États-Unis, John Adams. Bientôt la souscription fut couverte des noms les plus honorables, tant protestants que catholiques. L'abbé de Cheverus éleva les murs jusqu'à la concurrence des sommes déposées entre ses mains ; mais, ces fonds épuisés, il arrêta tous les travaux, et jamais ils ne furent repris et continués qu'en proportion des fonds qu'il avait reçus. La dédicace s'en fit le 29 septembre 1803, avec une pompe qui produisit les plus heureuses impressions. Parmi les conquêtes qu'il fit alors au catholicisme, il faut citer la dame Elizabeth Ann Seton, fondatrice, par la suite, de la première communauté de femmes des États-Unis.

Un retour en France ?[modifier | modifier le code]

Après le concordat de 1801, sa famille et ses amis de France le pressaient de revenir dans sa patrie avec tous les prêtres exilés, il fut un moment près de céder à leurs instances, mais les besoins des catholiques de Boston, son attachement pour l'abbé Matignon et les raisons que lui donna Mgr Carroll, dans une lettre du 9 avril le décidèrent à rester[20].

Pendant qu'il se livrait aux travaux de son ministère, on lui adressa, des prisons de Northampton, une lettre qui l'appelait à la plus pénible de toutes les fonctions ecclésiastiques, Deux Irlandais catholiques, condamnés à mort pour un crime qu'ils n'avaient pas commis, lui écrivirent afin de réclamer l'assistance de son ministère. L'abbé de Cheverus accourt, les console, et trouve les moyens d'adoucir ce que ce dernier moment a d'horrible. C'est la coutume aux États-Unis de conduire le condamné au temple pour qu'il y entende un discours funèbre immédiatement avant l'exécution[21].

Évêque de Boston[modifier | modifier le code]

En 1808, Mgr Carroll demanda l'érection de quatre nouveaux sièges, dont un serait à Boston pour toute la Nouvelle-Angleterre. Il avait d'abord proposé l'abbé Matignon, qui, par son âge et sa réputation, semblait avoir des droits à cette préférence. Mais le docteur, sans en prévenir son ami, dont il connaissait la modestie, fit tomber sur celui-ci ce choix honorable. Le 8 avril 1808, Pie VII donna le bref qui établissait quatre nouveaux évêchés. Un des nouveaux évêques, le P. Concanen, évêque de New York, devait porter les bulles ; mais comme il mourut à Naples avant d'avoir pu se rendre dans son diocèse, les bulles n'arrivèrent aux États-Unis qu'en 1810.

L'abbé de Cheverus fut sacré à Baltimore le 1er novembre 1810, et l'abbé Matignon, son maître et son guide, s'honora d'être son aide et son second[22]. Évêque comme missionnaire, il continuait les plus pénibles fonctions de son ministère, confessant, catéchisant, visitant les pauvres et les malades, ne craignant pas d'aller, en toutes saisons, à toutes les heures du jour et de la nuit, porter à plusieurs milles de distance ses aumônes.

Deux ou trois traits qu'on lit dans sa vie prouvent mieux comment l'évêque de Boston portait les vertus évangéliques[23].

Protecteur de la foi catholique[modifier | modifier le code]

Au milieu de ses actes de charité, M. de Cheverus savait repousser les attaques des protestants contre la foi catholique. Il avait même recours quelquefois aux feuilles publiques pour confondre l'erreur ou dissiper les préventions, et il est permis de croire que les journalistes se félicitèrent d'avoir un tel confrère[24]. Quelquefois M. de Cheverus traduisait et lisait en chaire les plus beaux passages du Génie du Christianisme.

Le départ des États-Unis[modifier | modifier le code]

Le 19 septembre 1818, il perdit l'abbé Matignon. Ses occupations s'en accrurent, et sa santé même en fut altérée. L'Église de France devait envier aux États-Unis un de ses enfants qui lui faisait tant d'honneur, et dont elle pouvait espérer tant d'utiles services. Jean-Guillaume Hyde de Neuville, qui avait été témoin des travaux de M. de Cheverus et de son état de souffrance, avait engagé Louis XVIII à le rappeler et à le rendre au royaume auquel il appartenait par sa naissance.

Le 15 janvier 1825, le prélat fut nommé à l'évêché de Montauban. Il fut blâmé, à cette époque, même par des hommes religieux d'avoir quitté un poste où il faisait tant de bien, et où son influence pouvait être encore si salutaire[25].

Les habitants de Boston et plus de deux cents protestants des principaux de la ville y joignirent leurs instances et leurs réclamations[26]. Le roi n'accepta pas son refus, et chargea son grand aumônier d'insister avec force pour un prompt retour[27].

Après, ces diverses circonstances, l'évêque décida de rentrer dans sa patrie[28]. Enfin il quitta la ville au milieu des adieux : plus de quarante voitures l'attendaient à la porte pour lui faire cortège, et l'accompagnèrent plusieurs lieues sur la route de New York, où il s'embarqua à bord du Paris, le 1er octobre 1823. La navigation fut d'abord heureuse ; mais à l'entrée de la Manche, le bâtiment, surpris par une tempête, fut obligé de s'échouer au cap de la Hague. L'évêque fut accueilli chez le curé d'Auderville, et, le lendemain, il officia à la grande messe et prêcha à vêpres. Le clergé des environs vint le saluer.

Il se rendit à Cherbourg, et de là à Paris, où il retrouva plusieurs de ses anciennes connaissances. Sa famille l'attendait avec impatience ; il visita tous ses parents, prêcha à Mayenne, et à Laval.

Il s'attendait à recevoir ses bulles à chaque instant, lorsqu'une nouvelle difficulté vint en suspendre l'exécution : on prétendit qu'ayant été naturalisé Américain, absent de France depuis plus de trente ans, il ne pouvait plus être réputé Français, ni, par conséquent, promu à un siège dans le royaume[29]. Les bulles furent enregistrées sur-le-champ, et remises le soir même à l'évêque, reconnu enfin pour Français.

Évêque de Montauban[modifier | modifier le code]

Son entrée à Montauban, le 28 juillet 1824, fut marquée par d'éclatants témoignages de joie et de respect. Les autorités, les catholiques, les protestants, rivalisèrent d'empressements et d'égards. Les ministres protestants vinrent le saluer[30].

Bientôt la France apprit le dévouement de l'évêque, lorsqu'on 1825, le Tarn débordé envahit les deux principaux faubourgs de Montauban. À la première nouvelle du désastre, le prélat accourt sur les lieux, se porte partout où il y a du danger, fait préparer des barques pour ceux qui sont près de périr[31].

Charles X, instruit de la conduite de M. de Cheverus, et des sacrifices qu'il avait faits dans cette circonstance, lui envoya 5 000 francs qui lui furent transmis avec une lettre du ministre, l'évêque d'Hermopolis. Cette somme fut aussitôt distribuée aux pauvres. En arrivant à Montauban, il s'était chargé de faire lui-même le prône tous les dimanches à la messe paroissiale[32].

Son ministère, marqué par de nombreuses conversions, fut de courte durée à Montauban.

Évêque de Bordeaux[modifier | modifier le code]

Charles François d’Aviau du Bois de Sansay, archevêque de Bordeaux, mourut le 11 juillet 1826, laissant de longs regrets dans son diocèse ; M. de Cheverus fut choisi le 30 par ordonnance royale, comme le seul digne de le remplacer.

Peu de temps après, Charles X le fit pair de France. Après un court séjour à Mayenne où il prêcha à Notre-Dame, à la Visitation, à l'hôpital, il alla au Mans recevoir le pallium des mains de Mgr de la Myre, et repartit le lendemain pour sa ville épiscopale. Cheverus arriva à Bordeaux le 14 décembre[33].

Il créa une caisse de retraite ecclésiastique, établit les conférences diocésaines, publia un nouveau rituel, fonda ou encouragea par ses aumônes l'œuvre des bons livres, celle de la Miséricorde, des Orphelins de Lorette, des Petits Savoyards, de la Sainte Famille.

Dans les divers voyages qu'il était obligé défaire à Paris, comme pair de France, il eut l'occasion de prêcher souvent. Invité à parler le vendredi saint devant l'École polytechnique, on craignît beaucoup qu'il ne pût se faire écouter. Le duc de Rohan, Louis François Auguste de Rohan-Chabot, archevêque de Besançon, y avait échoué l'année précédente : les élèves, par leur tumulte, l'avaient forcé à descendre de chaire[34]. Il accueillait ses prêtres avec bonté quand ils venaient à Bordeaux, et c'eût été le fâcher que de ne pas s'asseoir à sa table.

La vie politique ne fut pas toujours aussi heureuse ni aussi universellement acclamée[35].

Dans une circonstance grave, l'archevêque de Bordeaux parut divisé d'opinion avec ses collègues ; c'était au sujet des ordonnances du 16 juin 1828, M. de Cheverus, qui n'approuvait pas les ordonnances, ne fut pas cependant d'avis d'adopter le mémoire présenté alors au roi par le cardinal de Clermont-Tonnerre, au nom de l'épiscopat. Il paraît qu'il trouvait quelques expressions de ce mémoire trop vives et trop fortes.

Cette même année, il fut fait conseiller d'État, autorisé à prendre part aux délibérations du conseil et aux travaux des comités divers dont il se compose. En 1830, le roi le nomma commandeur de l'ordre du Saint-Esprit[36]

Au milieu des troubles qui agitèrent la France, deux mois après, son diocèse n'éprouva point de ces secousses violentes qui forcèrent des prélats et des curés à s'éloigner : le nouveau gouvernement eut d'abord l'idée de demander aux prêtres responsables, comme aux fonctionnaires publics, le serment de fidélité. Dès le premier avis qu'en eut l'archevêque de Bordeaux, il s'empressa d'écrire à un personnage puissant, lui fit sentir que cette mesure serait également impolitique et désastreuse, et qu'il s'ensuivrait une division semblable à celle des prêtres jureurs et des prêtres insermentés de la première révolution. Sa lettre eut effet, et on ne songea plus à demander le serment. On sait qu'après la révolution de 1830, la chambre des députés priva de la pairie ceux qui l'avaient reçue de Charles X.

Plusieurs membres du gouvernement eurent le désir de réintégrer l'archevêque de Bordeaux dans sa dignité de pair de France, et de l'associer au nouvel ordre de choses. Il paraît même que les députés de la Gironde sollicitaient pour lui avec instances les faveurs du pouvoir, lorsque l'archevêque voulut arrêter, d'un seul coup, toutes les tentatives, en faisant publier dans les journaux une note[37] Cette déclaration déplut également aux amis et aux ennemis du gouvernement. Pendant la captivité de la duchesse de Berry dans la citadelle de Blaye, il sollicita d'aller lui porter les consolations de son ministère, ne dissimulant pas ses sentiments pour Charles X[38]. Au reste, la plus parfaite intelligence régnait entre les autorités et lui[39].

Lors de l'invasion du choléra, il offrit son palais aux malades, et, au-dessus de la porte, on inscrivit ces glorieuses paroles : Maison de secours. Un bruit sourd d'empoisonnement ayant circulé parmi le peuple les autorités s'adressèrent à l'archevêque pour faire tomber ces bruits, et bientôt on eut honte de les avoir accueillis ou répétés. Il apaisa aussi une sédition au dépôt de mendicité, et prévint une révolte au fort du Ham.

Dès 1832, il avait été question de lui pour un des chapeaux vacants ; mais l'occupation d'Ancône retarda la présentation. Enfin, le 1er février 1836, le pape déclara le prélat cardinal de la Trinité de Monte-Pincio. Il reçut la barrette le 9 mars. Croyant le moment favorable, il sollicita alors une grâce, la délivrance de Pierre-Denis, Comte de Peyronnet, son diocésain, et celle de ses compagnons d'infortune. Le roi Louis-Philippe Ier lui protesta de sa bonne volonté et de ses intentions bienveillantes mais tout s'arrêta là pour le moment.

Tombeau du cardinal de Cheverus dans la cathédrale Saint-André de Bordeaux.

Nommé cardinal, M. de Cheverus ne fut point ébloui, on le croira facilement, par cette éminente dignité. Au milieu de tant d'honneurs, il était profondément triste.

« Qu'importé, disait-il, d'être enveloppé après la mort, d'un suaire rouge, violet ou noir ? »

Après avoir passé quelques jours à Mayenne en mars 1836[40], il partit pour retourner à Bordeaux, où on lui fit une réception magnifique. Il était aussi vivement sollicité de visiter son ancien diocèse de Montauban, et il y alla passer quelques jours. Sa présence y excita un véritable enthousiasme, que les protestants eux-mêmes semblaient partager.

La congrégation religieuse des Sœurs de l'Espérance est créée en 1836 à Bordeaux, à sa demande, par l'abbé Noailles, chanoine honoraire[41].

La fin du cardinal[modifier | modifier le code]

Le jour de la Pentecôte, il promulgua dans sa métropole de nouveaux statuts synodaux depuis longtemps attendus. Ce fut le dernier acte administratif du cardinal de Cheverus. Mais, depuis quelque temps, le prélat avait le pressentiment de sa mort[42].

Le cardinal de Cheverus tomba malade au mois de juillet 1836, et il éprouva une perturbation d'idées, une absence de mémoire qui effrayèrent tous ses amis, et lui firent juger à lui-même que sa fin était proche. Il ne songea qu'à se préparer à son dernier passage, ajouta un codicille à son testament, se confessa encore le 15, et le lendemain, à cinq heures du matin, frappé d'une attaque d'apoplexie et de paralysie, il perdit toute connaissance. II expira le 19, le jour même où l'Église célèbre la fête de Saint Vincent de Paul, dont il avait, sous tant de rapports, reproduit les vertus.

L'évêque de La Rochelle prononça son oraison funèbre, qui n'a pas été imprimée. M. Villenave lut, le 17 avril 1837, à la séance publique de la Société de la morale chrétienne, dont il est vice-président, un éloge touchant du cardinal de Cheverus, qui fut vivement applaudi.

Un buste (œuvre de David d'Angers) à son effigie est inaugurée à Mayenne le 8 août 1844 en présence des évêques du Mans et de Périgueux, de Mgr Georges, neveu du cardinal, et des autorités départementales[43].

Un vaisseau fut baptisé en 1855 du nom de Cardinal de Cheverus.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Lefebvre de Cheverus, Jean, Statuts du Diocèse de Bordeaux : Suivis d'une instruction sur l'administration temporelle des paroisses, Bordeaux, H. Faye,‎ 1836, 300 p. (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie ancienne[modifier | modifier le code]

La première biographie du cardinal de Cheverus est due à l'abbé Hamon. Sa première édition date de 1837 et l'abbé Hamon la publia en prenant pour pseudonyme le nom de sa mère: Huen-Dubourg.

Louis-Gabriel Michaud écrit en 1854 : "Il existe une Vie du cardinal de Cheverus, archevêque de Bordeaux, 1 vol. in-8°. Cet ouvrage porte le nom de M. J. Huen-Dubourg, ancien professeur de théologie, mais il est de M. Hamon, grand vicaire et supérieur du séminaire de Bordeaux. Il a eu trois éditions et a été traduit deux fois en anglais, d'abord à Philadelphie, par M. Walsh, auteur catholique et écrivain distingué ; ensuite, à Boston, par M. Stewart, auteur protestant.[44]"

L'Académie française a décerné à la Vie du cardinal de Cheverus de l'abbé Hamon un prix Montyon, sur le rapport de M. Abel-François Villemain, secrétaire perpétuel de l'Académie.

Cet ouvrage fera l'objet de nombreuses rééditions, la plus récente datant de 2010 :

Le sermon prononcé lors de la consécration de M. de Cheverus évêque de Boston a aussi été publié :

  • Sermon preached in the Catholic church of St. Peter, Baltimore, November 1st, 1810; on occasion of the consecration of the Rt. Rd. Dr. John Cheverus, bishop of Boston. Baltimore: Pr. for Bernard Dornin, by G. Dobbin and Murphy, 1810. de William Vincent Harold.

Plusieurs biographies paraitront plus tard :

  • Monsieur de Cheverus. Abbé Barbier. Paris, Appert, 1842.
  • Le Cardinal de Cheverus. Trébutien. Amiens, 1876.
  • Le Cardinal de Cheverus. Blavien. Paris, 1896. Paru dans l'hebdomadaire "Les contemporains"
  • Une lettre écrite en 1802 par le futur cardinal de Cheverus. Bertrand de Broussillon, Le Mans, impr. de Leguicheux-Gallienne, 1893, in-8 ̊, 13 p[45].
  • Le Cardinal de Cheverus. Godbert, Laval.
  • Sermon pour le centenaire du cardinal de Cheverus. Mayenne, 1936. Chanoine Herpin.

Bibliographie moderne[modifier | modifier le code]

  • A Memorial to Bishop Cheverus with a Catalogue of the Books Given By Him to the Boston Athenaeum. Boston Atheneum, 1951 ;
  • Annabelle Melville, Jean Lefebvre De Cheverus. Milwaukee, WI: Bruce Publishing Co. 1958.  ;
  • Georges Picquenard, Vie et œuvre du cardinal Lefebvre de Cheverus, 1968 ;
  • Henri Chandavoine, Jean Lefebvre de Cheverus (1768-1836), Chez l'Auteur, in-8, 1994, 104 p. ;
  • Christian de Jouvencel, Cardinal de Cheverus 1768-1836, Lettres et documents. 1 vol. (396 p.) : ill., fac-sim., couv. ill. ; 24 cm. 2005. Memodoc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Lefebvre de Cheverus ou Le Febvre de Cheverus étaient une vieille famille de robe, de bonne heure implantée en Mayenne. Le domaine de Chevrus, qui était son berceau, existe toujours à Saint-Hilaire-du-Maine, avec sa vieille tour, ses murs épais et une croix de pierre à proximité.
  2. Né en 1739. Il se marie avec Anne Lemarchand des Noyers le 20 janvier 1766 à Saint-Fraimbault (Orne). Les Le Marchand était une famille notable, originaire d'Argentan, dont une branche s'était établie en Mayenne. Le père d'Anne était fermier général du comte de Froulay de Tessé et demeurait au petit château de Tessé à Saint-Fraimbault (Orne). La mère d'Anne était une Tripier, famille notable aux nombreuses ramifications. Anne Charlotte des Noyers est morte le 2 mars 1784 à Notre-Dame de Mayenne.
  3. [1]Sa famille concentrait tous les pouvoirs de la ville de Mayenne. Louis-René Lefebvre de Cheverus, son oncle était curé de Notre-Dame de Mayenne. M. Lefebvre de Champorin, aussi son oncle, était maire.
  4. http://armorialparis.blogspot.fr/2012/06/cheverus-rue-de.html
  5. des mains de Mgr Jean-François de Hercé, évêque de Dol.
  6. Il n fut pourvu le 17 septembre 1779 de cette chapelle située en Saint-Georges-Buttavent avec le titre d'aumônier extraordinaire de Monsieur, frère du roi.
  7. Il était alors maître de conférences à Louis-le-Grand.
  8. Par rapport à l'âge
  9. Il y célébra sa première messe la nuit de Noël.
  10. Il embarque à Calais le 11 septembre 1792.
  11. Aux offres du gouvernement britannique il répondit :

    « Le peu que je possède me suffira jusqu'à ce que je sache un peu la langue anglaise, et une fois que je la saurai, je pourrai gagner ma vie, ne fût-ce qu'en travaillant des mains. »

  12. Il l'obtint de l'évêque de Londres la desservance d'une chapelle catholique qui devint bientôt le centre d'une nouvelle paroisse.
  13. La première fois qu'il prêcha en anglais, voulant s'assurer s'il avait été bien compris, il demanda à un homme du peuple ce qu'il pensait de son sermon :

    « Votre sermon, répondît naïvement cet homme simple, n'était pas connue les autres, il n'y avait pas un seul mot de dictionnaire, tous les mots se comprenaient tout seuls. »

    Jusque dans les dernières années de sa vie, Cheverus aimait à rappeler cette réponse à ses prêtres.
  14. Il n'aurait point échappé à la persécution qui éclata peu après contre les prêtres de la Guyane
  15. C'était un territoire de près de 180 lieues en long, et de 100 en largeur sur la surface duquel quelques catholiques étaient disséminés au milieu des protestants.
  16. Le Magasin mensuel de Boston décrit le début de son apostolat, on voit un auteur protestant louer un prêtre catholique et rendre hommage à ses vertus. Tantôt c'est un dissident qui épie les démarches, observe les actions du jeune apôtre, et qui lui dit :

    « Je ne croyais pas qu'un ministre de votre religion pût être un homme de bien ; je viens vous faire réparation d'honneur ; je vous déclare que je vous estime et vénère comme le plus vertueux que j'aie connu. »

    Ici c'est un pasteur protestant qui désire attirer dans son parti l'abbé de Cheverus et son digne ami qui, après une conférence où il leur fait part de ses objections et entend leurs réponses, s'écrie :

    « Ces hommes sont si savants, qu'il n'y a pas moyen d'argumenter avec eux ; leur vie est si pure et si évangélique, qu'il n'y a rien à leur reprocher. »

    Ailleurs, frappé de l'estime et de la vénération que M. de Cheverus et M. de Matignon s'étaient conciliées par leurs vertus, le même journal fait cette réflexion dont personne ne contestera la justesse :

    « En voyant de tels hommes, qui peut douter s'il est permis à la nature humaine d'approcher de la perfection de l'Homme-Dieu et de l'imiter de très près ? »

  17. Il apprit si parfaitement l'anglais, dit un journal de cette ville,

    « qu'il était devenu le maître des difficultés de la langue : c'était lui qui en connaissait le mieux les arrangements, les constructions et les étymologies. »

    II était aussi très connaisseur dans la littérature française, grecque et latine ; tous les jours il rafraîchissait sa mémoire par la lecture des auteurs classiques.
  18. Le tableau de ses missions a été peint par l'auteur de sa vie :

    « II partit sous la conduite d'un guide, à pied, le bâton à la main, comme les premiers prédicateurs de l'Évangile. Jamais il n'avait fait encore pareille route ; il fallait tout le courage d'un apôtre pour en supporter les peines. Une sombre forêt, aucun chemin tracé, des broussailles et les épinés, à travers lesquelles il était obligé de s'ouvrir un passage, et puis, après de longues fatigues, point d'autre nourriture que le morceau de pain qu'ils avaient pris à leur départ, le soir, point d'autre lit que quelques branches d'arbre étendues par terre, et encore fallait-il allumer un grand feu tout autour pour éloigner les serpents et autres animaux dangereux qui auraient pu, pendant le sommeil, leur donner la mort. Ils marchaient ainsi depuis plusieurs jours, lorsqu'un matin c'était un dimanche, grand nombre de voix, chantant avec ensemble et harmonie, se font entendre, dans le lointain. M. de Cheverus écoute, s'avance, et à son grand étonnement, il discerne un chant qui lui est connu, la messe royale de Dumont, dont retentissent nos grandes églises et cathédrales de France, dans nos plus belles solennités. Quelle aimable surprise et que de douces émotions son cœur éprouva ! Il trouvait réunis à la fois, dans cette scène, l'attendrissant et le sublime car quoi de plus attendrissant que devoir un peuple sauvage, sans prêtres depuis cinquante ans, et qui n'en est pas moins fidèle à solenniser le jour du Seigneur ; et quoi de plus sublime que ces chants sacrés, inspirés par là piété seule, retentissant au loin dans cette immense et majestueuse forêt, redits par tous les échos, en même temps qu'ils étaient portés au ciel par tous les cœurs ! »

  19. On vit alors le missionnaire se multiplier pour secourir les malades, catholiques et protestants, s'acquittant auprès d'eux de tous les soins d'un infirmier, et leur rendant les services les plus humiliants. On lui représente qu'il ne doit pas s'exposer ainsi :

    « II n'est pas nécessaire que je vive, répond-il, mais il est nécessaire que les malades soient soignés les moribonds assistés. »

  20. On sait qu'il fut vivement agité à ce sujet ; son cœur le rappelait en France, son cœur le retenait en Amérique. Enfin, après de longues irrésolutions, il annonça à ses ouailles, le dimanche d'après Pâques, qu'il resterait avec elles, partageant leur bonne et leur mauvaise fortune, qu'elles lui tiendraient lieu de tous ses parents et amis de France, dont il se privait pour elles.
  21. L'homme évangélique, montant en chaire, aperçut une multitude de femmes accourues de toutes parts pour assister au supplice de ces infortunés. Alors, d'une voix forte et sévère, il prononça ce discours :

    « Les orateurs, s'écrie-t-il, sont ordinairement flattés d'avoir un auditoire nombreux, et moi j'ai honte de celui que j'ai sous les yeux. II y a donc des hommes pour qui la mort de leurs semblables est un spectacle de plaisir, un objet de curiosité. Mais vous, surtout, femmes, que venez-vous faire ici ? Est-ce pour essuyer les sueurs froides de la mort qui découlent du visage de ces infortunés ? Est-ce pour éprouver les émotions douloureuses que cette scène doit inspirer à toute âme sensible ? Non, sans doute : c'est donc pour voir leurs angoisses et les voir d'un œil sec, avide et empressé. Ah ! j'ai honte pour vous ; vos yeux sont pleins d'homicide. Tous vous vantez d'être sensibles, et vous dites que c'est la première vertu de la femme ; mais, si le supplice d'autrui est pour vous un plaisir et la mort d'un homme un amusement de curiosité qui vous attire, je ne dois plus croire à la vertu ; vous oubliez votre sexe, vous en faites le déshonneur et l'opprobre »

  22. Rien ne fut changé entre eux, si ce n'est que l'évêque, forcé de prendre la première place, tâchait de faire compensation par un redoublement de soins et d'égards envers son digne ami.
  23. Un jour, un pauvre marin, avant de partir pour un voyage de long cours, lui recommanda sa femme, qu'il laissait seule et sans appui. L'évêque en prit soin comme de sa propre sœur, et cette pauvre femme étant tombée malade, il se fit son infirmier, et lui rendit jusqu'aux services les plus humiliants. Au bout de plusieurs mois, le marin, étant revenu, trouva, en rentrant chez lui, l'évêque de Boston, qui montait, chargé de bois, à la chambre de la malade, pour lui faire du feu et préparer des remèdes. Frappé d'admiration à la vue de tant de charité, le marin tombe aux pieds de l'évêque, les arrose de ses larmes, et ne sait comment dire sa reconnaissance. Cheverus le relève, l'embrasse, calme son émotion et le rassure sur la maladie de sa femme. Vers le même temps, il y avait, en dehors de la ville de Boston, un pauvre noir, infirme, couvert de plaies, sans ressources et gisant sur son grabat. L'évêque le découvre, se fait son infirmier, va tous les soirs, après la chute du jour, panser ses plaies, faire son lit et pourvoir à tous ses besoins. Son humilité eût caché cette bonne œuvre, sans la curiosité de sa servante qui, ayant remarqué que tous les matins son habit était couvert de poussière et de duvet, voulut savoir d'où cela pouvait provenir. Elle suit de loin son maître, et elle le voit entrer dans la cabane du pauvre noir ; alors elle s'approche, regarde à travers les planches mal jointes, et quel est son étonnement, de voir l'évêque allumer du feu, prendre entre ses bras le malade gisant sur le lit de douleur, l'étendre doucement près du brasier, panser ses plaies, lui donner à manger, remuer sa couche pour la lui rendre plus douce, puis le reporter dans son lit, le couvrir, l'embrasser, en lui souhaitant une heureuse nuit, comme ferait la mère la plus tendre pour son enfant chéri ! Après ces traits de bonté, qui ne sont que quelques-uns entre mille, observe l'auteur de sa vie, on conçoit sans peine l'amour des fidèles de Boston pour leur évêque. La plupart des parents voulaient que leurs enfants, au baptême, portassent le nom de Jean, parce que c'était celui de M. de Cheverus. Un jour même il arriva à ce sujet un fait assez plaisant. L'évêque ayant demandé, selon l'usage, au parrain et à la marraine : « Quel nom voulez-vous donner à cet enfant ? - Jean Cheverus, évêque, répondirent-ils. - Pauvre enfant, dit le prélat, Dieu te préserve jamais de le devenir ! » M. de Cheverus a raconté que l'éloge qui l'avait le plus vivement touché, pendant son séjour à Boston, fut le trait d'une femme protestante qui vint chez lui pour lui faire part des peines de son cœur. Il était absent, et ayant aperçu sur son bureau un volume de lord Byron, elle attacha une épingle à ce passage du Giaour : « Absoudre les péchés des hommes, exempt toi-même de crimes et de soucis, telle a été l'occupation de ta vie, depuis le berceau jusqu'à la vieillesse. » - « Je commis un petit péché d'orgueil, disait-il en riant, et je dus m'en confesser. »
  24. Un Américain,- grand amateur de l'Antiquité, qui avait voyagé en Italie, s'était permis de plaisanter sur le culte des reliques, dans deux lettres adressées à l'Anthologie mensuelle. Cheverus répond dans le même journal ; il fait appel aux propres sentiments du voyageur : « Le célèbre poète français, lui dit-il, l'abbé Delille, voyageant en Grèce, écrivait d'Athènes à une dame de Paris : « Ayant aperçu une fontaine de marbre dans la basse-cour d'une maison particulière, je m'en approchai, et reconnaissant à la belle sculpture que c'était un reste d'un ancien et magnifique tombeau, je me prosternai, je baisai le marbre à plusieurs reprises, et dans l'enthousiasme de mon adoration, j'en vins à briser le seau d'un domestique qui avait eu l'irrévérence de venir y puiser de l'eau. La première fois que j'entrai à Athènes, les plus petites pierres détachées d'anciennes ruines étaient choses sacrées à mes yeux, et je remplis toutes mes poches des petits morceaux de marbre que je pouvais trouver. » Telle était la vénération de l'abbé Delille pour l'antiquité païenne ; et vous-même, monsieur, qui êtes un amateur de la belle littérature, un admirateur de la savante antiquité, vous avez dû ressentir quelque chose du même enthousiasme, en foulant sous vos pieds cette terre classique où Virgile et Horace ont fait entendre leurs chants mélodieux, où Cicéron prononçait ses belles harangues, où Tite-Live a écrit son histoire, et en contemplant tous ces magnifiques restes de l'ancienne Rome. Eh quoi donc ? n'y a-t-il qu'à l'égard des restes de l'antiquité religieuse et sacrée que toute espèce d'enthousiasme devra être improuvée ? On est saisi de respect pour un marbre antique, et on ne le sera pas pour les ossements des fondateurs de la foi ou ce qui a servi à leur usage ! »
  25. Mais il était malade ; les médecins avaient déclaré que le seul moyen de sauver sa vie était de passer sous un ciel plus doux ; qu'autrement l'âpreté du climat de Boston le conduirait au tombeau avant peu d'années. D'ailleurs le grand aumônier lui avait notifié la volonté expresse du roi. Il refusa d'abord, suppliant Sa Majesté de lui pardonner de faire ce qu'il croyait devant Dieu, être son devoir...
  26. Ne se doutant pas que le tableau même qu'ils faisaient des vertus de l'évêque devenait un obstacle au succès de leur demande.
  27. Cette lettre, dit son historien, arriva à M. de Cheverus dans un moment où il était extrêmement souffrant, où les médecins, après une étude sérieuse de son état, venaient de lui déclarer qu'il était impossible que sa santé supportât un second hiver sous le ciel rigoureux de Boston.
  28. Avant de partir, voulant, selon ses expressions, exécuter son testament, il donna au diocèse l'église, la maison épiscopale et le couvent des ursulines (qu'il avait fondé en 1820), dont il avait la propriété ; il laissa aux évêques ses successeurs sa bibliothèque, composée des meilleurs ouvrages, et qui était l'objet auquel il tenait le plus ; il distribua tout le reste de ce qui lui appartenait à ses ecclésiastiques, à ses amis, aux indigents, et, comme il était venu pauvre à Boston, il voulut en repartir pauvre.
  29. M. de Cheverus écrivit aussitôt au ministre que, si le roi de France, après l'avoir appelé comme son sujet, refusait de le reconnaître comme tel, il quittait Paris dès le lendemain matin, et renonçait pour toujours à l'évêché de Montauban. Cette résolution trancha la difficulté.
  30. Ainsi informé qu'un maire est en querelle avec son curé, il va le trouver :

    « Monsieur, lui dit-il, j'ai un grand service à vous demander ; vous me trouverez peut-être indiscret, mais j'attends tout de votre obligeance. Le maire, hors de lui-même et tout confus, proteste qu'il n'y a rien qu'il ne soit disposé à faire pour un prélat si vénéré. « Eh bien, ce dit l'évêque en se jetant à son cou et en l'embrassant, le service que j'ai à vous demander, c'est d'aller porter ce baiser de paix à votre curé. »

    Le maire promit, tint parole, et la réconciliation, fut faite.
  31. Il encourage les travailleurs, plus encore par ses exemples que par ses paroles, s'empresse d'ouvrir son palais à près de trois cents victimes du fléau, les nourrit, pourvoit à tous leurs besoins, et les sert de ses propres mains. Une pauvre femme reste à la porte de l'évêché et n'ose point entrer, parce qu'elle est protestante ; l'évêque l'apprend, court la chercher lui-même : « Venez, lui dit-il, nous sommes tous frères, surtout dans, le malheur ! » Et il la conduit dans les salles avec ses autres compagnes d'infortune.
  32. Pendant le jubilé de 1826, il redoubla ses instructions, et il reçut le bonheur de ramener à Dieu un ancien religieux qui s'était marié sous le règne de la Terreur. Il lut sa rétractation en chaire, et prononça, à ce sujet, un discours touchant, où il développa ces paroles de l'Ecclésiastique :

    « Ne méprisez point l'homme qui se détourne de son péché, et ne lui faites pas de reproches : souvenez-vous que nous sommes tous dignes de châtiment. »

  33. Nous l'avons vu au milieu de nous, écrivait à l'époque de sa mort un de ses grands vicaires, tel qu'il avait été à Boston et à Montauban, inspirant l'amour par toutes les qualités qui gagnent les cœurs, commandant le respect par les vertus les plus éminentes.
  34. Cheverus arrive, et prenant pour texte ces paroles de saint Paul : Au milieu de vous, je n'estime savoir autre chose que Jésus crucifié,  ; il ajoute Si j'avais à parler des sciences humaines, ce serait au milieu de cette savante école, ce serait de vous-mêmes, messieurs, que je viendrais prendre des leçons ; mais aujourd'hui il s'agit de la science de la croix ; c'est là nia science spéciale, la science que j'étudie et prêche depuis quarante ans, parmi les nations civilisées comme parmi les peuplades sauvages, parce qu'elle on vient également à tous, et vous permettrez à un vieil évêque de vous communiquer le fruit de ses longues études. Un exorde aussi insinuant gagna tous les cœurs ; le silence le plus parfait ; l'attention la plus soutenue, l'intérêt le plus vif accueillirent toutes les paroles du vieil évêque.
  35. Le candidat qu'il patronnait à Mayenne, au nom de Charles X, le 21 avril 1828, échoua et l'élu Prosper Delauney, négociant à Laval, alla s'asseoir sur les bancs de l'opposition.
  36. Le ministre de l'intérieur, Pierre-Denis, Comte de Peyronnet, lui annonçant cette promotion, lui écrivait :

    « Le cordon bleu n'ajoutera rien à vos vertus et à votre mérite, mais il prouvera que le roi les connaît, les aime, et prend plaisir à les honorer. »

  37. « Sans approuver l'exclusion prononcée contre les pairs nommés par le roi Charles X, je me réjouis de me trouver hors de la carrière politique. J'ai pris la ferme résolution de ne pas y entrer, et de n'accepter aucune place, aucune fonction. Je désire rester au milieu de mon troupeau, et continuer à y exercer un ministère de charité, de paix et d'union. Je prêcherai la soumission au gouvernement ; j'en donnerai l'exemple, et nous ne cesserons, mon clergé et moi en plus attaché aux habitants de Bordeaux ; je les remercie de l'amitié qu'ils me témoignent. Le vœu de mon cœur est de vivre et de mourir au milieu d'eux, mais sans autres titres que ceux de leur archevêque et de leur ami. »

  38. « Je ne serais pas digne de votre estime, dit-il un jour aux autorités de sa ville épiscopale, si je vous cachais mes affections pour la famille déchue, et vous devriez me mépriser comme un ingrat, puisque Charles X m'a comblé de ses bontés. »

  39. « Tout le monde me gâte, disait-il ; on m'a toujours gâté, je ne sais pourquoi. »
  40. Dans la chaire de Notre-Dame, il ne parla que de la mort :

    « La plupart de ceux que j'ai connus autrefois dans cette ville ont disparu, dit-il ; c'est une leçon pour moi, qui m'apprend que je disparaitrai bientôt »

    . À Laval, où il séjourna du 23 au 25 mars chez son cousin M. Lefebvre-Champorin, il visita tous les établissements religieux et hospitaliers et prit plusieurs fois la parole.
  41. Journal Le Gaulois, n° du 29 juin 1880 (numéro bis), consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5234945/f4.image.r=Molene.langFR
  42. En nommant M. Georges, son neveu, grand vicaire, il lui avait dit :

    « Me voilà sur mon déclin, et je sais que la vieillesse se fait facilement illusion : plus les faits s'affaiblissent, plus on se dissimule son impuissance. On se croit toujours capable, alors même qu'il est évident que l'on ne l'est plus ; et cependant tout souffre, tout languit, la religion se perd, Je ne veux point que mon diocèse éprouve ce malheur ; je veux donner ma démission et me retirer, le jour même où je ne pourrai plus suffire a aux devoirs de ma place. Ce jour, je ne le discernerai pas moi-même ; mais, en vous associant à mon administration, je charge votre conscience du devoir de me le faire connaître. Si vous ne me le disiez pas, vous seriez responsable, devant Dieu, de tout le mal que je ferai, faute d'avoir été averti. »

  43. L'artiste a représenté le cardinal debout, étendant la main droite pour bénir, la main, gauche appuyée sur le livre des Évangiles où sont gravés ces mots Laissez venir à moi les petits enfants. Quatre bas-reliefs en bronze rappellent les principaux traits de sa charité. Cette statue a été reproduite en lithographie par Lucien Noël de la Touche, et par Jean-Baptiste Messager dans la Mayenne pittoresque.
  44. Louis Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne: ou histoire, par ordre alphabetique, de la vie publique et privee de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs ecrits, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes. Chas Com, Volume 8, Éditeur Desplaces, 1854, page 120
  45. Extrait de l' Union historique et littéraire du Maine

Sources partielles[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :