Jean Eudes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Jean.
Jean Eudes
Image illustrative de l'article Jean Eudes
Prêtre français, Fondateur et Saint
Naissance 14 novembre 1601
Ri, Orne, France
Décès 19 août 1680  (à 78 ans)
Caen, Calvados, France
Nationalité Flag of France.svg Française
Canonisation 1925
par Pie XI
Vénéré par catholiques
Fête 19 août

Saint Jean Eudes, né le 14 novembre 1601 à Ri, en Normandie (France) et décédé le 19 août 1680 à Caen (France), est un prêtre français oratorien, fondateur d'un institut religieux consacré à la formation des prêtres. À l'origine de plusieurs séminaires dans sa Normandie natale il fut un acteur majeur de l'École française de spiritualité. Canonisé par Pie XI en 1925 il est liturgiquement commémoré le 19 août.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après ses études secondaires et théologiques au collège des Jésuites de Caen, il entre en 1623 dans la toute récente Société de l'oratoire de Jésus de France, (Oratorien) à Paris, où il est accueilli par son fondateur, le cardinal Pierre de Bérulle.

Ordonné prêtre et revenu en 1632 dans sa Normandie natale pour y prêcher des missions populaires, il constate le peu de suites que de tels efforts peuvent connaître en l'absence d'un clergé formé et instruit. C'est l'époque où, en conformité avec les directives du concile de Trente, l'Église commence à créer des séminaires.

Cet institut est à l'origine de l'Ordre de Notre-Dame de Charité, reconnu en 1651 par l'évêque de Bayeux, Mgr Molé, et par une bulle pontificale du 2 décembre 1666. Les sœurs de cet ordre ouvrent des foyers ou "refuges" bientôt répandus à travers le monde.

Le 25 mars 1643, Jean Eudes quitte l'Oratoire, qui n'avait pas vocation à encadrer des séminaires, et fonde le séminaire des Eudistes de Caen. L'actuel séminaire de Basse Normandie, à Caen, porte aujourd'hui le nom de Séminaire Saint-Jean Eudes[1].

Il crée ensuite une société de prêtres voués tant à la formation des séminaristes et du clergé qu'aux prédications populaires dans les paroisses : la Société des prêtres de Jésus et de Marie, dite des Eudistes. Il institue des séminaires en Normandie puis en Bretagne.

Saint Jean Eudes, initiateur du culte liturgique des cœurs de Jésus et Marie, est un des grands maîtres de l'école française de spiritualité au XVIIe siècle : on lui doit un ensemble d'ouvrages dont plusieurs continuent à être édités. Il fit partie de la Compagnie du Saint-Sacrement.

Au XVIIIe siècle, les Eudistes combattent le jansénisme. L'ordre est supprimé lors de la Révolution française, mais est reconstitué en 1826.

La maison généralice est à Rome. Les Eudistes sont présents en Amérique du Nord (Collège Jean-Eudes à Montréal et l'Externat Saint-Jean-Eudes à Québec), centrale et du Sud ainsi qu'en Afrique. Après sa mort, le corps de Jean Eudes est inhumé dans l'église des Très-Saints-Cœurs-de-Jésus-et-Marie du séminaire des Eudistes de Caen[2]. En 1810, les ossements de Jean Eudes ont été transférés à Notre-Dame-de-la-Gloriette. Depuis le 6 mars 1884, ils se trouvent dans la crypte sous le transept sud de cette ancienne église des Jésuites[3].

Il est le frère de l'historien François Eudes de Mézeray.

Son nom a été donné à l'école secondaire " Saint-Jean-Eudes " à Québec, Charlesbourg.

Le 8 novembre 2014 à l'occasion de la session plénière de la conférence des évêques de France, Mgr Michel Dubost annonce le soutien de la conférence pour la cause de Saint Jean Eudes comme Docteur de l'Église[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.seminaire-caen.fr/
  2. René Herval, Caen, Caen, Ozanne, 1946, 1944, p. 158
  3. Ministère de la Culture (base Palissy - Référence PM14000170
  4. Bruno Bouvet, « L’Église de France soutient la cause de Saint Jean Eudes comme Docteur de l’Église », sur la-croix.com,‎ 8 novembre 2014 (consulté le 9 novembre 2014)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]