Hollow Man

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hollow Man : L'Homme sans ombre

Titre québécois L'homme sans ombre
Titre original Hollow Man
Réalisation Paul Verhoeven
Scénario Andrew W. Marlowe
Sociétés de production Columbia Pictures
Global Entertainment Productions GmbH & Company Medien KG
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Genre science-fiction
Durée 112 minutes
Sortie 2000

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Hollow Man : L'Homme sans ombre (Hollow Man) est un film américano-allemand de science-fiction de Paul Verhoeven, sorti en 2000.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Sebastian Caine est un brillant scientifique, effectuant des recherches sur l'invisibilité pour le compte de l'armée américaine. S'injectant le produit permettant de rendre invisible, sa paranoïa s'accroît dès lors qu'il voit que ses collègues, inquiétés par son comportement mégalomane, veulent arrêter l'expérience et le dénoncer. Sa perversité et sa cruauté vont en faire un ennemi hors pair.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf mention contraire, les informations mentionnées proviennent de la base de données IMDb.

Producteur délégué : Marion Rosenberg
Coproducteurs : Stacy Lumbrezer
Producteur associé : Kenneth J. Silverstein
Drapeau des États-Unis États-Unis, Drapeau du Canada Canada :
Drapeau de la France France, Drapeau de la Belgique Belgique :
  • Classification : interdit en France aux moins de 12 ans à sa sortie.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

« D'un point de vue scientifique la formule de l'invisibilité semble aujourd'hui impossible. Mais c'est que l'on a dit de toutes les grandes inventions… Si l'on accepte la probabilité de l'invisibilité, alors le film est très réaliste. Ce sont en fin de compte l'intrigue, les questions que ce film soulève et la possibilité de travailler avec d'impressionnants effets spéciaux qui m'ont donné envie de faire Hollow Man[3]. »

Paul Verhoeven

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Après Starship Troopers, le réalisateur Paul Verhoeven souhaite faire un film avec moins de sexe et de violence et veut un projet de blockbuster plus conventionnel[4].

L'histoire est imaginé par Andrew W. Marlowe et Gary Scott Thompson. Marlowe signe ensuite le scénario, qu'il décrit comme « une fable sur un personnage charismatique que les lois de la société tiennent en échec. On assiste à ce qui se passe en lui tandis qu'il est peu à peu libéré de ces contraintes – exactement comme il est dépouillé couche par couche de son enveloppe corporelle »[3].

La production a engagé comme consultants des spécialistes en anatomie, Beth Riga et Stuart Sumida. Ces derniers déclarent que « les recherches accomplies par Sony Pictures Imageworks pour Hollow Man vont permettre d'avancer les études en anatomie médicale. [...] En tant qu'enseignants, nous avons longtemps cherché un outil aussi détaillé, aussi précis, mais malheureusement introuvable dans la communauté scientifique… Ce qui a été conçu comme un effet visuel brillant a le potentiel pour devenir un outil d'enseignement extrêmement utile »[3].

Pour utiliser le titre Hollow Man, les producteurs achètent les droits du roman homonyme de Dan Simmons[5], publié sous le titre L'Homme nu en France

Casting[modifier | modifier le code]

Le rôle de Linda McKay a été proposé à Jennifer Lopez[5], avant de finalement revenir à Elisabeth Shue. Robert Downey Jr. a quant à lui été envisagé pour incarner Matthew Kensington[5].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage débute le [6]. En , Elisabeth Shue s'est blessée au tendon d'Achille, ce qui stoppe la production pendant plusieurs semaines. Alors que son remplacement a un temps été envisagé, elle est finalement revenu sur le plateau[5].

Hollow Man est l'un des rares films à avoir eu l'autorisation de tourner devant le Pentagone[3].

Effets spéciaux[modifier | modifier le code]

Les effets spéciaux ont principalement été réalisés par la société Sony Pictures Imageworks et supervisés par Scott E. Anderson. Ce dernier explique la technique de « volume rendering » (littéralement « rendu de volume ») qui a été utilisé pour montrer le corps sans peau de Kevin Bacon : « avec cette méthode, un cœur humain peut-être montré à l'écran vivant, apparaissant graduellement sous la forme de quelques fibres d'un système capillaire qui croît et pulse. Les vaisseaux sanguins deviennent des artères et des veines, puis des couches de muscles se développent autour d'eux pour former au final un cœur parfait »[3].

Les effets spéciaux représentent environs 50 millions de dollars parmi les 95 millions du budget total du film[4]. Sony Pictures Imageworks (SPI)[7] et Tippett Studio s'en sont chargés[8]. Le réalisateur Paul Verhoeven a du faire des storyboards de près de 90% des scènes ; tout changement d'angle de caméra impliquait des couts assez importants (300 000 $)[7].

Kevin Bacon ou les cascadeurs le doublant portaient des combinaisons similaires aux écrans d'incrustation dans la couleur variait (vert, bleu ou noir) en fonction des besoins des scènes. L'acteur a ainsi été “peint” en noir pour les scènes sous-marines pour mieux refléter la texture de l'eau[9],[7],[5].

Musique[modifier | modifier le code]

Hollow Man
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale de Jerry Goldsmith
Sortie [10]
Durée 51:22
Genre musique de film
Compositeur Jerry Goldsmith
Label Varèse Sarabande
Critique

Albums de Jerry Goldsmith

La musique du film est composée par Jerry Goldsmith, qui avait déjà collaboré avec Paul Verhoeven pour Total Recall (1990) et Basic Instinct (1992). La bande originale de Hollow Man a été commercialisée par le label Varèse Sarabande en [10]

Liste des titres
  1. The Hollow Man – 2:59
  2. Isabelle Comes Back – 6:03
  3. Linda and Sebastian – 2:58
  4. This Is Science – 6:19
  5. Not Right – 2:42
  6. What Went Wrong? – 1:44
  7. Broken Window – 3:00
  8. False Image – 1:59
  9. Hi Boss – 2:50
  10. Find Him – 4:40
  11. Bloody Floor – 10:02
  12. The Elevator – 3:00
  13. The Big Climb – 3:06

Sortie[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, le film reçoit des critiques assez négatives. Sur l'agrégateur Rotten Tomatoes, il ne récolte que 27% d'opinions favorables, pour 114 avis recensés[11]. Sur Metacritic, il obtient une moyenne de 24/100 pour 35 critiques[12].

Sur le site français Allociné, le film obtient une moyenne plus favorable de 3,5/5, pour 25 titres de presse[13]. Certains journalistes ont apprécié le film comme Noël Herpe, de Positif, qui écrit « le spectateur ressort épuisé de ce cauchemar frénétique - qui s'acharne par tous les moyens à montrer l'immontrable et à exaspérer le vide, en somme le contraire de ce qu'on appelait naguère le suspense »[13]. Samuel Blumenfeld du Monde pense que la « visée métaphysique prend le pas sur tout l'arsenal d'effets spéciaux et de poursuites orchestrées dans le film. Celui-ci minimise le spectaculaire et joue sur la déception, mais cette déception ne peut que satisfaire le spectateur »[13]. Dans Le Nouvel Observateur, François Forestier écrit « les effets spéciaux sont hallucinants et le délire total. Verhoeven a mauvais esprit, on l'aime pour ça »[13]. Éric Leguèbe du Parisien décrit un film « étrange, malsain, diabolique et envoûtant »[13]. Dans L'Écran fantastique, David Matarasso pense que ce film « impose Paul Verhoeven comme l'un des plus délirants metteurs en scène d'effets spéciaux du cinéma américain »[13]. Jean-Yves Katelan de Première souligne le fait que le réalisateur « s'amuse (...) à passer, souvent en douce, les bornes du sexuellement correct »[13].

Certains critiques sont moins positives. Sur le site Fluctuat.net, Samir Ardjoum pense que Verhoeven « alourdit ses propos et sa mise en scène par des facilités visuelles » et regrette « des poursuites inutiles et surtout des rebondissements de dernière minute carrément épouvantables »[13]. Jean-Marc Lalanne écrit dans Libération que « Hollow Man reste un film en creux, à peine visible, trop tôt enseveli par les conventions d'un cinéma d'action en pilotage automatique »[13].

Box-office[modifier | modifier le code]

Malgré des critiques majoritairement négatives, le film est un bon succès au box-office. Aux États-Unis, il réalise le meilleur démarrage pour son premier week-end d'exploitation avec 26 414 386 $[1]. Le film rapporte 190 213 455 $ dans le monde, pour un budget total de 95 millions de dollars[1].

Pays ou région Box-office Box-office arrêté le… Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
73 209 340 $[1] [14] 15
Drapeau de la France France 1 502 343 entrées[15] - -
Monde Monde 190 213 455 $[1] - -

Distinctions[modifier | modifier le code]

Source : Internet Movie Database[16]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Clins d’œil[modifier | modifier le code]

  • Le film a été parodié dans Scary Movie 2.
  • Le logo de l'OCP, une entreprise de l'univers de RoboCop, est visible dans le moniteur de surveillance du laboratoire. Paul Verhoeven a réalisé le film RoboCop (1987).

Suite[modifier | modifier le code]

Hollow Man a fait l'objet d'une suite, Hollow Man 2, réalisée par Claudio Fäh et sortie directement en vidéo en 2006. Christian Slater y incarne un soldat à qui on injecte le produit rendant invisible.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) « Hollow Man », sur Box Office Mojo.com (consulté le 9 février 2015)
  2. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  3. a, b, c, d et e « Secrets de tournage », sur Allociné (consulté le 9 février 2015)
  4. a et b (en) Douglas Keesey, Paul Verhoeven,‎ , 166–169 p. (ISBN 3-8228-3101-8)
  5. a, b, c, d et e (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  6. (en) « Hollow Man (2000) - Misc Notes - TCM.com », sur Turner Entertainment
  7. a, b et c Verhoeven, Paul, Marlowe, Andrew and Bacon, Kevin. Audio commentary. Hollow Man DVD. Sony Pictures, 2001.
  8. « Hollow Man | Tippett Studio », Tippett Studio (consulté le 9 avril 2014)
  9. (en) [vidéo] The Making Of Hollowman sur YouTube
  10. a, b et c (en) « Jerry Goldsmith Hollow Man (Original Motion Picture Soundtrack) », sur Allmusic.com (consulté le 9 février 2015).
  11. (en) Hollow Man (2000) - Rotten Tomatoes
  12. (en) Hollow Man - Metacritic
  13. a, b, c, d, e, f, g, h et i Critiques presse Hollow Man - Allociné.fr
  14. (en) « Hollow Man - weekly », sur Box Office Mojo.com (consulté le 9 février 2015)
  15. « Hollow Man », sur JP box-office.com (consulté le 9 février 2015)
  16. (en) Distinctions sur l’Internet Movie Database

Liens externes[modifier | modifier le code]