Hans Matthöfer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hans Matthöfer
Hans Matthöfer en 1981
Hans Matthöfer en 1981
Fonctions
Ministre fédéral des Postes et
des Télécommunications d'Allemagne
28 avril 19824 octobre 1982
Chancelier Helmut Schmidt
Prédécesseur Kurt Gscheidle
Successeur Christian Schwarz-Schilling
Ministre fédéral des Finances
11e ministre fédéral des Finances depuis 1949
16 février 197828 avril 1982
Chancelier Helmut Schmidt
Prédécesseur Hans Apel
Successeur Manfred Lahnstein
Ministre fédéral de la Recherche et
de la Technologie
16 mai 197416 février 1978
Chancelier Helmut Schmidt
Prédécesseur Horst Ehmke
Successeur Volker Hauff
Biographie
Nom de naissance Hans Hermann Matthöfer
Date de naissance 25 septembre 1925
Lieu de naissance Bochum, Allemagne
Date de décès 15 novembre 2009 (à 84 ans)
Lieu de décès Berlin, Allemagne
Parti politique SPD
Diplômé de Université de Madison
Profession Économiste
Homme d'affaires

Hans Matthöfer
Ministres fédéraux des Postes d'Allemagne
Ministres fédéraux des Finances d'Allemagne
Ministres fédéraux de la Recherche d'Allemagne

Hans Hermann Matthöfer, né le 25 septembre 1925 à Bochum et décédé le 15 novembre 2009 à Berlin, était un homme politique allemand membre du Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD).

Il a été ministre fédéral de la Recherche et de la Technologie de 1974 à 1978, puis est devenu ministre fédéral des Finances jusqu'en 1982, lorsqu'il a été nommé ministre fédéral des Postes et des Télécommunications pour quelques mois seulement.

Éléments personnels[modifier | modifier le code]

Formation et service militaire[modifier | modifier le code]

Après avoir suivi un apprentissage de commerçant, il sert comme soldat de 1943 à 1945 dans la Wehrmacht. À la suite de la Seconde Guerre mondiale, il obtient, en 1946, un diplôme d'interprète en anglais, et entreprend des études supérieures de sciences économiques et sociales à Francfort-sur-le-Main en 1948. Il les achève cinq ans plus tard à Madison, aux États-Unis, avec un diplôme d'économiste.

Un permanent d'IG Metall[modifier | modifier le code]

Il fait alors son retour en RFA et travaille au département d'économie du comité directeur du syndicat IG Metall jusqu'en 1957, lorsqu'il devient attaché syndical auprès de l'Organisation européenne de coopération économique (OECE), dans un premier temps à Washington, D.C., puis à Paris. En 1960, il prend la tête du département de l'éducation de son syndicat pour douze ans. Il renonce à ce poste à l'OECE un an après, en 1971.

Le banquier des syndicats[modifier | modifier le code]

En 1986, Hans Matthöfer est désigné président du conseil de surveillance de la banque ING-DiBa, puis du conseil d'administration de la Beteiligungsgesellschaft der Gewerkschaften AG (BGAG), la holding qui contrôle les biens et participations des syndicats allemands, en 1987, et occupe ces deux postes jusqu'en 1997.

Décès[modifier | modifier le code]

Il est décédé à Berlin le 15 novembre 2009, à l'âge de 84 ans.

Vie politique[modifier | modifier le code]

Au sein du SPD[modifier | modifier le code]

Il adhère au Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) en 1950, et entre au comité directeur fédéral en 1973.

Ayant quitté cet organe du parti en 1984, il en devient trésorier fédéral dès l'année suivante, et conserve cette fonction jusqu'en 1987.

Carrière institutionnelle : député et ministre[modifier | modifier le code]

En 1961, il est élu député fédéral de Hesse au Bundestag. Onze ans plus tard, il devient secrétaire d'État parlementaire au ministère fédéral de la Coopération économiques, sous la direction de Erhard Eppler, dans la coalition sociale-libérale de Willy Brandt.

Quand Helmut Schmidt remplace Willy Brandt, le 16 mai 1974, il est nommé ministre fédéral de la Recherche et de la Technologie. Le 16 février 1978, Hans Matthöfer est choisi comme ministre fédéral des Finances au cours d'un assez important remaniement ministériel.

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

Il occupe ce poste jusqu'à sa nomination comme ministre fédéral des Postes et des Télécommunications, qui intervient le 28 avril 1982. Le renversement du gouvernement le 4 octobre suivant le contraint à démissionner. Il est réélu au Bundestag aux élections anticipées de 1983, mais ne se représente pas au scrutin de 1987 et quitte alors la vie politique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]