IG Metall

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
IG Metall
Image illustrative de l'article IG Metall

Création 1er septembre 1949
Type syndicat
Siège Francfort-sur-le-Main
Coordonnées 50° 06′ 12″ N 8° 39′ 58″ E / 50.103426, 8.66600850° 06′ 12″ N 8° 39′ 58″ E / 50.103426, 8.666008  
Langue (de)
Membres 2,4 millions
Président Detlef Wetzel
Affiliation Confédération allemande des syndicats
Fédération européenne des métallurgistes
Fédération internationale des organisations de travailleurs de la métallurgie
Site web www.igmetall.de
Le siège d'IG Metall à Francfort-sur-le-Main (immeuble couleur marron)

IG Metall (Industriegewerkschaft Metall) est un syndicat professionnel allemand qui représente les ouvriers de l'industrie métallurgique, du textile et de l'habillement, du bois et du plastique.

Il compte en 2013 2,4 millions de syndiqués[1], ce qui le place ainsi comme le premier syndicat d'Europe en effectif[2]. Les effectifs d'IG Metall ont culminé à 3 millions de membres en 1994, avant de fondre jusqu'en 2009 pour atteindre 2,2 millions. Les 459 millions d'euros accumulés grâce aux cotisations permettent d'alimenter une caisse d’indemnisation des grévistes, représentant 15 % de ces recettes[2].

IG Metall est membre de la Deutscher Gewerkschaftsbund (DGB), de la Fédération européenne des métallurgistes et de la Fédération internationale des organisations de travailleurs de la métallurgie.

Detlef Wetzel est le président actuel (depuis le 25 novembre 2013) d'IG Metall. Il est membre du Parti social-démocrate (SPD) comme le sont la majorité des membres dirigeants du syndicat.

IG Metall a son siège à Francfort-sur-le-Main.

Historique[modifier | modifier le code]

  • 1891 : Création de de l'association allemande des métallurgistes (Deutscher Metallarbeiter-Verband), l'organisation fondatrice d'IG Metall la plus importante. Le DMV se développe rapidement pour devenir le plus gros syndicat allemand indépendant sous l'Empire et la République de Weimar ;
  • 1949 : Fondation de « IG Metall für die Bundesrepublik Deutschland » (syndicat industriel métal pour la République Fédérale Allemande) ;
  • 1949 : Congrès fondateur du DGB (Confédération allemande des syndicats) ;
  • 1967 : Semaine de 40 heures dans la métallurgie ;
  • 1978 : Grève pour les 35 heures hebdomadaires dans l'industrie sidérurgique ;
  • 1984 : Grève pour les 35 heures hebdomadaires dans l'industrie métallurgique (sans succès) ;
  • 1990 : Adaptation par étapes des conventions collectives est-allemandes aux normes d'Allemagne de l'ouest ;
  • 1991 : Unification des syndicats de RFA et de RDA ;
  • 1995 : Introduction des 35 heures hebdomadaires dans l'industrie métallurgique ;
  • 2003 : La grève pour les 35 heures en Allemagne est en grande partie un échec ; dans la sidérurgie et dans de nombreuses autres entreprises, les 35 heures sont introduites progressivement et avec succès (dans l'indifférence gouvernementale).
  • 2013: IG Metall initie son combat contre les emails et les sms adressés aux salariés en dehors des heures de travail[3].

Le champ actuellement couvert par IG Metall est le fruit de plusieurs fusions de syndicats :

  • La Gewerkschaft Textil und Bekleidung (GTB), syndicat du textile et de l'habillement, a rejoint IG Metall le 1er avril 1998 ;
  • la Gewerkschaft Holz und Kunststoff (GHK), syndicat du bois et du plastique, a rejoint IG Metall le 1er janvier 2000.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le syndicat allemand IG Metall fait le plein d'adhérents », sur LeMonde.fr, Le Monde Interactif,‎ 22 janvier 2013 (consulté le 29 mars 2013)
  2. a et b Cécile Boutelet, « Le coup de jeune du syndicalisme allemand », Le Monde Campus, no 21201,‎ 18 mars 2013, p. 42-43}
  3. Article de 01 Net de décembre 2013