Hamad ben Khalifa Al Thani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Hamad ben Khalifa al-Thani)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir al-Thani.
Hamad ben Khalifa al-Thani
الشيخ حمد بن خليفة آل ثاني
Cheikh Hamad, émir du Qatar, photographié en novembre 2010.
Cheikh Hamad, émir du Qatar, photographié en novembre 2010.
Titre
7e émir du Qatar
27 juin 199525 juin 2013
(17 ans, 11 mois et 29 jours)
Couronnement 20 juin 2000
Premier ministre Lui-même
Abdallah ben Khalifa al-Thani
Hamad ben Jassem al-Thani
Prédécesseur Khalifa ben Hamad al-Thani
Successeur Tamim ben Hamad al-Thani
2e Premier ministre qatarien
27 juin 199529 octobre 1996
(1 an, 4 mois et 2 jours)
Monarque Lui-même
Prédécesseur Khalifa ben Hamad al-Thani
Successeur Abdallah ben Khalifa al-Thani
Prince héritier du Qatar
30 mai 197727 juin 1995
(18 ans, 0 mois et 28 jours)
Monarque Khalifa ben Hamad al-Thani
Prédécesseur Sheikh Khalifa ben Hamad al-Thani
Successeur Sheikh Jassem ben Hamad al-Thani
Biographie
Dynastie al-Thani
Nom de naissance Hamad ben Khalifa ben Hamad ben Abdullah ben Jassim ben Mohammed al-Thani
Date de naissance 1er janvier 1952 (62 ans)
Lieu de naissance Doha (Qatar)
Père Khalifa ben Hamad al-Thani
Conjoint 1) Mariam bint Mohammed al-Thani
2) Mozah bint Nasser al-Missned
3) Noora ben Khalid al-Thani
Héritier Sheikh Jassem ben Hamad al-Thani (1996-2003)
Sheikh Tamim ben Hamad al-Thani (2003-2013)

Hamad ben Khalifa Al Thani
Monarques du Qatar
Premiers ministres qatarien

Cheikh Hamad ben Khalifa al-Thani, né le 1er janvier 1952 à Doha au Qatar, est émir du Qatar de 1995 à 2013, année où il abdique pour transmettre le pouvoir à son fils Tamim ben Hamad. Il est diplômé de l'Académie royale militaire de Sandhurst en 1971.

Biographie[modifier | modifier le code]

Prise du pouvoir[modifier | modifier le code]

En 1995, alors que son père, Khalifa ben Hamad, est en Suisse, Hamad ben Khalifa, alors ministre de la Défense et chef des forces armées, le renverse et prend le pouvoir. Après une tentative ratée de retour en 1996 de son père, le cheikh Hamad ben Khalifa, avec l'aide de son ami Yamin Sajie, entreprend la modernisation du pays.

Émir du Qatar[modifier | modifier le code]

L'émir est plus connu en Occident pour avoir créé la chaîne d'information arabe en continu Al Jazeera, laquelle lui a valu des critiques de la part des États-Unis. Néanmoins, le Qatar reste un allié inconditionnel de ceux-ci dans le Moyen-Orient, pour preuve l'implantation d'universités américaines à « Education City, Qatar », un projet mené par une des épouses du cheikh, Mozah bint Nasser al-Missned.

En assurant une bonne qualité de vie à ses quelques 250 000 sujets (Quataris d'origine), il jouit d'une popularité inébranlable. En vingt ans, rien n'est venu remuer le Qatar, pas même la vague de contestation qui fait exploser le monde arabe. Le pouvoir est pourtant entièrement concentré dans les mains de l'émir : le pays ne compte ni parti politique, ni force d'opposition. Selon une enquête réalisée en 2011, les jeunes Qataris ne sont que 33 % à considérer que le multipartisme est « très important ». Leur priorité est plutôt un environnement sûr et un salaire juste. Et pour satisfaire son peuple, Hamad ben Khalifa dispose d'un atout de taille : d'immenses ressources naturelles. Du pétrole bien sûr, mais surtout du gaz, l'émirat étant situé sur le North Dome Field. Étendu sur 6 000 kilomètres carrés, il génère 60 % du PIB du pays. En moins de dix ans, le pays est devenu le premier exportateur de gaz naturel liquéfié de la planète. Rien qu'en 2011, un millier de méthaniers se sont approvisionnés dans le port de Ras Laffan. Selon les autorités, ces réserves assureront le développement du Qatar pour les « cent prochaines années ». Et pourtant, l'après-gaz préoccupe. L'argent de la rente pétrolière et gazière (520 milliards d'euros) est investi dans le monde entier, à New York, Londres, en Suisse et en France. Parallèlement, l'émir encourage la création de petites et moyennes entreprises au sein de son propre pays ainsi que l'implantation de sociétés étrangères. La consigne est claire : « D'ici à 2020, notre budget doit être entièrement financé par des activités autres que l'extraction des hydrocarbures », a-t-il déclaré au FMI en 2010. Un défi pour ce pays, plus gros émetteur de dioxyde de carbone par habitant au monde. Le Qatar a érigé l'éducation en priorité. Et pour faire passer le message, l'émir a délégué une ambassadrice de charme : la deuxième et la plus médiatique de ses trois épouses. Depuis 1995, elle dirige la fondation Qatar pour « l'éducation, la science et le développement communautaire », dont le budget annuel est évalué à onze milliards d'euros.

En septembre 2009, il promet de donner un cheval en or au journaliste irakien Muntadhar al Zaidi, celui-ci ayant jeté ses chaussures sur le président des États-Unis de l'époque, George W. Bush.

En juin 2013, le journal britannique The Daily Telegraph publie un article sur une probable abdication de l'émir en faveur de son fils Tamim avant la fin du mois[1],[2],[3],[4]. Cette information est reprise par de nombreux médias. L'information est publiée deux semaines avant la tenue prévue des premières élections législatives de l'histoire du pays, qui doivent avoir lieu le 30 juin[5].

Son abdication est finalement annoncée le 25 juin 2013[6] et il prend le titre d'« émir-père »[7].

Descendance[modifier | modifier le code]

De ses trois épouses, Cheikh Hamad a vingt-quatre enfants, dont 11 garçons et 13 filles. C'est la princesse Mozah qui l'accompagne le plus souvent dans les actes officiels, faisant ainsi figure de princesse consort.

Avec sa première épouse Mariam bint Mohammed al-Thani, il a 2 fils et 6 filles :

  • Mishaal ben Hamad al-Thani
  • Fahd ben Hamad al-Thani
  • Hussah bint Hamad al-Thani
  • Sara bint Hamad al-Thani
  • Rawdah bint Hamad al-Thani
  • Fatima bint Hamad al-Thani
  • Mashael bint Hamad al-Thani

Avec sa deuxième épouse Mozah bint Nasser al-Missned, il a 5 fils et 2 filles :

  • Jassim ben Hamad al-Thani (prince héritier de 1996 à 2003)
  • Tamim ben Hamad al-Thani (prince héritier de 2003 à 2013, émir depuis 2013)
  • Joaan ben Hamad al-Thani
  • Khalifa ben Hamad al-Thani
  • Mohammed ben Hamad al-Thani
  • Al-Mayassa bint Hamad al-Thani
  • Hind bint Hamad al-Thani

Avec sa troisième épouse Noora ben Khalid al-Thani, il a 4 fils et 5 filles :

  • Khalid ben Hamad al-Thani
  • Abdallah ben Hamad al-Thani
  • Thani ben Hamad al-Thani
  • Al-Qaqa ben Hamad al-Thani
  • Lulwaa bint Hamad al-Thani
  • Maha bint Hamad al-Thanii
  • Dana bint Hamad al-Thani
  • Al-Anood bint Hamad al-Thani
  • Mariam bint Hamad al-Thani

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L’émir du Qatar s’apprête à abdiquer avant la fin du mois courant, El Hourriya, 10-06-2013.
  2. Qatar: le cheikh Hamad accélère la transmission du pouvoir au prince Tamim, Le Figaro, 21-06-2013.
  3. L'émir du Qatar abdiquerait en faveur de son fils, Le Figaro, 25-06-2013.
  4. Qatar : le prince héritier sera nommé émir, Le Monde, 23-06-2013.
  5. (en) "Qatari leaders signal they are ready to change guard", BBC News, 16 juin 2013
  6. « Qatar : l'émir abdique au profit de son fils, le prince héritier Tamim », Jeune Afrique,‎ 25 juin 2013 (lire en ligne)
  7. Congratulations pour in for Emir and Father Emir, Gulf Times, 27-06-2013.

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]