Grenouille rieuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pelophylax ridibundus

Description de cette image, également commentée ci-après

Pelophylax ridibundus (femelle) photographiée en Basse-Saxe (Allemagne)

Classification selon ASW
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Amphibia
Sous-classe Lissamphibia
Super-ordre Salientia
Ordre Anura
Sous-ordre Neobatrachia
Famille Ranidae
Genre Pelophylax

Nom binominal

Pelophylax ridibundus
(Pallas, 1771)

Synonymes

  • Rana ridibunda Pallas, 1771

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

La Grenouille rieuse, Pelophylax ridibundus, est une espèce d'amphibiens de la famille des Ranidae[1].

Proche des autres grenouilles vertes d'Europe comme la Grenouille de Lessona ou la Grenouille comestible, elle se caractérise par sa grande taille : c'est la plus grosse grenouille indigène d'Europe[2]. Elle a longtemps été classée avec les grenouilles brunes dans le genre Rana (sous le nom de Rana ridibunda) et n'a reçu son affiliation au genre Pelophylax, regroupant les grenouilles vertes d'Europe, qu'en 2006 lors de la révision phylogénétique des Amphibiens du monde (Frost et al.[3], 2006).

Description[modifier | modifier le code]

Spécimen à taches régulières, brun jaunâtre, sur le dos. Photographiée près de Francfort-sur-le-Main (Allemagne)

La Grenouille rieuse est souvent confondue avec la Grenouille verte (Pelophylax kl. esculentus) dont elle se différencie par des sacs vocaux plus foncés, ou avec la Grenouille de Lessona (plus petite et au chant différent).

La Grenouille rieuse est une espèce de grande taille, certains individus dépassant les 130 mm. Les individus de taille supérieure à 100 mm sont presque toujours des femelles.

Elle possède un museau, qui vu de profil, est assez pointu chez le jeune puis arrondi chez les individus plus âgés[4]. Les deux dents vomériennes, dents enchâssées dans le vomer (os impair) en avant du palais, sont ovales, assez espacées l'une de l'autre. Ses yeux, placés sur le dessus de la tête, sont assez rapprochés. Le tympan est bien distinct et il n'existe pas de tache temporale sombre à l'arrière de l’œil (à la différence des grenouilles brunes).

Le membre postérieur est long (la jambe repliée, le talon dépasse largement l’œil). La palmure est importante.

Le dos est lisse ou assez pustuleux, avec deux replis latéro-dorsaux distincts. Une ligne médio-dorsale claire peut être présente. La face supérieure est en général de couleur brun olive, parfois brunâtre ou jaunâtre, très rarement vert d'herbe comme la Grenouille de Lessona. Des taches brunes ou vertes, aux formes régulières, parsèment souvent le dos.

La face inférieure est souvent marbrée ou tachée de gris ou noir.

Les mâles sont en général plus petits que les femelles. Le mâle reproducteur présente souvent des callosité nuptiales gris clair à noirâtres. Il possède deux sacs vocaux qui lorsqu'ils sont gonflés apparaissent gris foncé à noirâtres.

Distribution[modifier | modifier le code]

Carte de répartion et d'abondance de la Grenouille rieuse en 2003, d'après Duguet et als[4]
  • Répartition

La Grenouille rieuse est largement répandue de l'Europe, au Moyen-Orient jusqu'en Chine. En Europe, sa répartition s'est longtemps limitée à l'est et au nord du Rhin. À partir de 1970, elle fut d'abord signalée dans des poches isolées d'Europe de l'Ouest et en 1992 elle était dispersée en France, Belgique et Suisse[5].

En France, la présence de la grenouille rieuse dans l'est est probablement naturelle. Les premières mentions de grenouilles rieuses, en dehors des régions de l'est, remontent aux années 1970 au moins[4]. Depuis cette époque, la répartition de cette espèce s'est considérablement accrue, au point de toucher la plupart des régions.

De nombreuses introductions volontaires ou par négligence ont eu lieu soit de la part de pêcheurs de grenouilles vertes, soit suite à des évasions d'établissements d'enseignement ou d'expérimentation et enfin à partir de grossistes stockant les animaux avant de vendre les cuisses dans le circuit commercial.

L'aire de distribution est en évolution constante du fait de nombreuses importations de grenouilles rieuses en provenance d'Égypte, d'Anatolie, et des Balkans[6].

Elle a été introduite en Grande-Bretagne, en Espagne et au nord de l'Italie.

  • Habitat

Cette espèce se rencontre principalement en plaine et en moyenne montagne jusqu'à 800 m d'altitude.

Elle apprécie les grandes rivières aux rives bien ensoleillées ainsi que les plans d'eau de superficie importante et d'au moins 50 cm de profondeur[4], comme les étangs et tourbières, dans leurs parties très ensoleillées. C'est souvent le seul amphibien présent dans les plans d'eau riches en poissons.

Cet animal a un mode de vie très aquatique, contrairement à la Grenouille rousse qui ne s'éloigne que peu de l'eau.

Mode de vie[modifier | modifier le code]

Grenouille rieuse; museau arrondi vu de profil
  • Activité

La grenouille rieuse hiberne durant la saison froide. L'hivernage se fait en général dans l'eau, dans des sections calmes de rivières, des bras morts, lacs et étangs. Les grenouilles s'enfouissent dans le substrat du fond ou dans les berges.

Elle est active de mars à septembre-octobre ou novembre. Active de jour comme de nuit, son activité est cependant principalement centrée sur les heures les plus ensoleillées.

Elle chante bruyamment du printemps à l'automne, avec parfois une pause en août.

  • Alimentation

Le têtard est principalement herbivore ou consomme des bactéries et débris de matière organique.

L'adulte est surtout insectivore, mais peut consommer d'autres types de nourriture mouvante, de petite taille et passant à sa portée. Elle absorbe parfois des nourriture de grande taille, telles que poissons, tritons et autres grenouilles, y compris ses congénères plus petits, lézards, musaraignes, et petits oiseaux.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Chant

L'accouplement et la ponte ont lieu en mai-juin. Les mâles chantent bruyamment en chœur. Les dominants établissent des territoires couvrant plusieurs mètres carrés qu'ils défendent en chantant tout en flottant les jambes étendues à la surface de l'eau[2].

Le chant est très varié. Le mâle produit une grande variété de coassements et ricanements nasillards, quelque chose comme un "bre-ke-ke-ke-ke-ke-kek" vigoureux et répété, mais aussi un "pink-pink" métallique ou un "croax-croax".

Lorsqu'un mâle arrive à s'approprier une femelle, il lui monte sur le dos et l'enserre très fermement sous les aisselles (position d'amplexus axillaire). La femelle éjectera ensuite ses ovocytes que le mâle fertilisera fur et à mesure.

Une femelle adulte pond de 5 000 à 10 000 œufs par an. Les œufs sont déposés en amas flottant à la surface de l'eau.

Le développement embryonnaire dure de 5 à 10 jours à une température située entre 15 et 25 °C. Le développement des têtards dure 4 à 5 mois ; une partie de la population de têtards peut hiverner pour une métamorphose en mai-juin l'année suivante[7]. Le taux de métamorphose atteint un pic en août-septembre.

La maturité sexuelle se situe à deux ans pour les mâles et trois ans chez les femelles. La longévité de cette grenouille est au maximum dans la nature, de 11 ans.

Des phénomènes d'hybridation non mendélienne entre Pelophylax ridibundus et d'autres taxons autochtones (Pelophylax lessonae , Pelophylax perezi) donnent des descendances viables et fertiles. À la différence des hybrides classiques, l'hybride ne peut se maintenir qu'en présence d’une des espèces parentes, par rétrocroisement avec celle-ci.

Le système P. ridibundus - P. kl. esculentus (R-E) est un complexe d'hybridation répandu. Il se forme par croisement avec la grenouille de Lessona pour donner la Grenouille comestible (P. kl. esculentus) :

P. ridibundus x P. lessonaeP. kl. esculentus

et se perpétue par rétrocroisement avec cette grenouille de Lessona

P. kl. esculentus x R. lessonaeP. kl. esculentus

.

Pour des informations complémentaires sur cette forme d'hybridation (qualifiée aussi d'hybridogénétique) voir Pelophylax.

Conservation et protection[modifier | modifier le code]

La Grenouille rieuse ne semble pas menacée. La diminution de zones de reproduction peut conduire localement à un déclin mais c'est une grenouille très résistante à la pollution environnementale. On peut la trouver dans des eaux très polluées là où d'autres amphibiens ne peuvent pas survivre.

Elle est inscrite à l'annexe V de la Directive Habitats de l'Union européenne, à l’appendice III de la Convention de Berne[8]. Elle a été classée "A Surveiller" dans le Livre Rouge des vertébrés de France.

La grenouille rieuse et l'homme[modifier | modifier le code]

Pelophylax ridibundus
Pelophylax ridibundus
  • Utilisation culinaire

La cuisse de grenouille est apparue dans la gastronomie européenne au cours du XVIe siècle. Il existe une consommation traditionnelle de grenouilles vertes (P. kl. esculentus) dans les zones de marais, comme en Vendée, ou dans les Dombes. Dans les zones montagneuses, comme le Jura ou les Ardennes, il y avait une tradition de consommation de Grenouilles rousses (Rana temporaria).

La France est le principal importateur avec 3 000-4 000 t/an de cuisses surgelées destinées à la grande distribution en provenance des pays d'Extrême-Orient (Indonésie, Chine…) et de 700-800 t/an de grenouilles vivantes[9],[7] destinées surtout à la restauration, à partir des pays méditerranéens (Turquie, Égypte, Albanie…).

Des essais d'élevage intensif ont été mis en place dans les années 1980 dans l'ouest de la France. P. ridibundus s'est avérée la plus intéressante pour l'élevage intensif. Face à la réduction des stocks naturels, l’élevage pourrait être un recours pour protéger les populations naturelles surexploitées.

  • Animal domestique

La race « Rivan 92 » de la grenouille rieuse est considérée comme domestique en France[10].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom spécifique ridibundus est un mot latin signifiant "tout riant, avec la mine riante", en référence à son chant.

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Pallas, 1771 : Reise durch verschiedene Provinzen des Russischen Reichs. St. Pétersbourg: Gedruckt bey der Kayserlichen Academie der Wissenschaften, (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Amphibian Species of the World, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. a et b (fr) Nicholas Arnold et Denys Ovenden, Le guide herpéto : 228 amphibiens et reptiles d'Europe, Delachaux & Niestlé,‎ février 2010, 287 p. (ISBN 9782603016732)
  3. D. R. Frost, Grant T., Faivovich J. et al., « THE AMPHIBIAN TREE OF LIFE », BULLETIN OF THE AMERICAN MUSEUM OF NATURAL HISTORY, vol. 297,‎ 2006, p. 1-370
  4. a, b, c et d Duguet R. et Melki F. (ed.), Les Amphibiens de France, Belgique et Luxembourg, éditions Biotope, ACEMAV coll.,‎ 2003, 480 p.
  5. G. HOLSBEEK, J. MERGEAY, H. HOTZ, J. PLÖTNER, F. A. M. VOLCKAERT and L . D E MEESTER, « A cryptic invasion within an invasion and widespread introgression in the European water frog complex: consequences of uncontrolled commercial trade and weak international legislation », Molecular Ecology, vol. 17,‎ 2008, p. 5023–5035 ([doi: 10.1111/j.1365-294X.2008.03984.x lire en ligne])
  6. Cécile PATRELLE, Les complexes d’hybridation chez les grenouilles vertes : identification génétique, exigences écologiques, et capacités d’acclimatation, Thèse, Université d'Angers,‎ 2010
  7. a et b A. NEVEU, « La raniculture est-elle une alternative à la récolte ? Etat actuel en France », Prod. Anim., vol. 17, no 3,‎ 2004 (lire en ligne)
  8. IUCN
  9. INRA
  10. Arrêté du 11 août 2006 fixant la liste des espèces, races ou variétés d'animaux domestiques