Polyploïde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Spéciation via la polyploïdie : une cellule diploïde dysfonctionne lors de la méïose, produisant des gamètes diploïdes qui s'autofertilisent pour donner un zygote tétraploïde.

[modifier | modifier le code]

Le phénomène est assez rare dans le règne animal, mais on peut citer le cas des grenouilles africaines ou du rat-viscache, tétraploïde potentiel. Le Crapaud Batura, du nord du Pakistan, est une espèce triploïde, et qui se reproduit par la reproduction sexuée[1].

Les végétaux supportent beaucoup mieux la polyploïdie, et nombre des espèces cultivées par l'homme en sont. 70 % des Angiospermes ont connu au moins un évènement de polyploïdisation[2]. Certains mutants d'Arabidopsis thaliana faisant plus ou moins d’endoréduplication ont été décrits dans des articles scientifiques. Les valeurs les plus élevées découvertes sont de 8 192x dans le suspenseur de Phaseolus coccineus et de 24 576x dans l'haustorium de l'endosperme d’Arum maculatum[3].

Effets[modifier | modifier le code]

Les effets de la polyploïdie sur le phénotype peuvent être : « effet de gigantisme » cellulaire et morphologique (« morphologie gigas » quasi systématique lors des polyploïdisations artificielles alors que chez les polyploïdes naturels, le gigantisme cellulaire peut être compensé par une baisse du nombre de cellules par organe)[4], croissance plus faible (par la réduction du nombre de mitoses). Les effets génétiques et épigénétiques peuvent être : modification de la séquence génomique (mutations, recombinaisons...), masquage des allèles délétères, modification de l'expression des gènes[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le crapaud qui divise 3 par 2
  2. (en) G. Moore, « Meiosis in allopolyploids - the importance of "teflon" chromosomes », Trends in genetics, vol. 18, no 9,‎ 2002, p. 456-463
  3. Wilhelm Nultsch & R. Miesch, Botanique générale, De Boeck Université,‎ 1998, p. 119
  4. (en) A. Müntzing, « The evolutionary significance of autopolyploidy », Hereditas, vol. 21,‎ 1936, p. 263-378
  5. (en) T. C. Osborn et coll, « Understanding mechanisms of novel gene expression in polyploids », Trends in Genetics, vol. 19,‎ 2003, p. 141-147

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]