Frank Popper

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Popper.
Frank Popper, en février 2008

Frank Popper, né le à Prague (alors en Autriche-Hongrie), est un théoricien de l'art, critique, commissaire d'exposition et enseignant de l'enseignement supérieur, de double nationalité française et britannique.

Il a contribué aux définitions critiques de mouvement émergent à la fin des années soixante axées sur des effets visuels et dynamiques tel que l'art cinétique ou l'optical art. Il figure parmi les pionniers de la critique portant sur l'art électronique puis informatique, internautique, virtuel et high-tech.

Son expérience comme enseignant à l'Université de Vincennes ainsi que ses nombreuses contributions critiques en France comme à l'étranger font de lui une figure notoire de la scène esthétique contemporaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa famille quitte la Tchécoslovaquie alors qu'il a trois ans. Il vit à Vienne, où il est inscrit dans une école expérimentale. La montée du nazisme le pousse à quitter le continent pour Londres, où il est devenu un membre de l'équipe de soutien technique de la RAF. Après la guerre, il vit à Rome puis enfin à Paris où il s'est établi en 1955. Après un cursus littéraire, Popper s'intéresse à l'esthétique. Il fait partie de l'Institut d'Esthétique et des Sciences de l'Art, depuis 1962. Particulièrement intéressé par les questions de mouvement en arts il rencontrera les précurseurs de l'art cinétique, tels qu'Alexander Calder, Schöffer ou Tinguely. En 1966, il obtient un doctorat d'université en esthétique avec une thèse intitulée « L’image du mouvement dans les arts plastiques depuis 1860 ». En 1970 il obtient un doctorat d'état intitulé « L'art cinétique, Naissance d'une nouvelle tendance dans le champ artistique ». Il se fait alors spécialiste des œuvres d'art optique, cinétique, lumino-cinétiques, etc. Dans son ouvrage le plus célèbre, « Art, action et participation », Frank Popper montre le nouveau rapport entre l'artiste, l'œuvre, le public.

C'est tout naturellement qu'il est un des premiers à s'intéresser aux œuvres d'art interactives numériques, à la vidéo, à l'holographie, aux arts de la télécommunication, etc. Il s'intéresse aussi au graffiti, phénomène qu'il découvre dans le métro de new york.

En 1976, Popper est nommé professeur titulaire à l'Université Paris 8 dont il dirigera le département Arts Plastiques pendant près de quinze ans (1970-1983). Popper a fait partie de l'aventure de l'Université expérimentale de Vincennes dès le premier jour et il est un des inventeurs, sinon l'inventeur du concept des Arts plastiques à l'université, discipline qui mèle esthétique, histoire de l'art et pratique artistique.

Frank Popper a participé à l'organisation de diverses expositions, telles que Kunst-Licht-Kunst (Stedelijk Van Abbemuseum à Eindoven, 1966), Lumière et Mouvement (musée d'Art Moderne de la Ville de Paris, 1967), Electra, l'électicité et l'électronique dans l'art du XXe siècle (Musée d'art moderne de la ville de Paris en 1983) et Art virtuel, créations interactives et multisensorielles (espace Landowski, Boulogne-Billancourt).

Sélection d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • From Technological to Virtual Art MIT Press, 2007
  • Écrire sur l'art : De l'art optique a l'art virtuel, L'Harmattan 2007
  • Frank Popper Interviewed par Joseph Nechvatal 2005
  • Naissance de l'art cinétique, Gauthier-Villars, Paris, 1967
  • Origins and Development of Kinetic Art, Studio Vista et New York Graphic Society, 1968
  • L'Arte cinetica, Einaudi, Turin, 1970
  • Die Kinetische Kunst-Licht und Bewegung, Umweltkunst und Aktion, Dumont Schauberg, 1975
  • Le Déclin de l'objet, Le Chêne, 1975
  • Art, Action and Participation, Studio Vista et New York University Press, 1975
  • Agam monographie, Abrams, New York, 1976
  • Art, action et participation : l'artiste et la créativité aujourd'hui, Klincksieck, 1980
  • Réflexions sur l'exil, l'art et l'Europe : Entretiens avec Aline Dallier, Klincksieck 1998