Yaacov Agam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Yaacov Agam

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Yaacov Agam devant un des bâtiments de Tel Baruch (Tel-Aviv) décorés par lui

Naissance 1928
Rishon LeZion
Nationalité israélienne
Activités plasticien
Mouvement artistique art cinétique

Yaacov Agam est un plasticien israélien né à Rishon LeZion[1] en 1928, établi en France à partir de 1951, figure de l'art cinétique. Le travail d'Agam se caractérise par un mouvement induit par le déplacement aléatoire du point de vue du spectateur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille juive pratiquante, fils de rabbin, Yaacov Agam se forme d'abord à Jérusalem à l'École Bezalel (1946-1948) que dirige Mordecai Ardon, élève du Bauhaus à Weimar sous le nom de Max Bronstein. Celui-ci l'envoie en 1949 à Zurich (Suisse) où il fréquente d'autres artistes issus du Bauhaus : il suit les cours de Johannes Itten à la Kunstgewerbeschule et ceux de Sigfried Giedion sur l'architecture à la Eidgenössische Technische Hochschule, et fait la connaissance de Max Bill, tout en s'inscrivant à l'université pour y suivre des cours d'histoire de l'art et de composition musicale. Ces enseignements lui permettent d'approfondir la théorie de la couleur et les principes du constructivisme. Parallèlement, il travaille comme graphiste dans des agences de publicité.

Sur le chemin des États-Unis, où il part sur la recommandation de Giedion pour suivre les cours de l’Illinois Institute of Technology, Agam se fixe à Paris en novembre 1951. C'est en cette année qu'il commence à s'intéresser à l'art cinétique. Il s'inscrit à l’atelier d'art abstrait qu'anime Jean Dewasne et fait la connaissance de Fernand Léger et d'Auguste Herbin.

Il bénéficie en 1953 de sa première exposition personnelle, Tableaux transformables, dans laquelle il pose les bases d'un travail dans lequel la référence au judaïsme – dans une perspective philosophique davantage que religieuse – est constamment sous-jacente. Il s'impose à la première exposition internationale d’art cinétique à la galerie Denise René, à Paris, en 1955. C'est alors André Breton qui choisit les titres de ses œuvres.

Agam connaît un très grand succès jusqu'au début des années 1970. Il reçoit de nombreuses commandes d'œuvres monumentales réalisées in situ qui l'éloignent des musées.

Œuvres d'Agam[modifier | modifier le code]

Depuis 1974, les œuvres d'Agam comptent aussi bien des peintures que des sculptures, des monuments, des architectures, ou des vidéos, médium qu'il est l'un des premiers à utiliser en France.

À la différence des œuvres des artistes cinétiques dont le mouvement est généré, le plus souvent, par des éléments mobiles de l'œuvre, celles d'Agam obtiennent leur effet par le déplacement du spectateur par rapport à l'œuvre. L'artiste entend ainsi donner au public un rôle nouveau et introduire dans son travail la notion d'imprévisibilité qui caractérise, selon lui, la quatrième dimension.

Ses tableaux sont fréquemment construits à partir de prismes triangulaires dont une face est fixée sur la surface plane de la toile et dont les deux autres sont peintes de motifs géométriques qui produisent des effets visuels différents selon l'angle sous lequel ces éléments sont vus.

Agam se passionne également pour les rapports entre forme, couleur et son, et aime jouer avec la technologie, comme avec son Tourne-disque à quatre bras (1962) ou son Sculpteaufeu (1970), qui produit à la fois une flamme et un jet d'eau et qui n'est pas sans rappeler la proximité de l'artiste avec les surréalistes.

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

Matériaux des œuvres[modifier | modifier le code]

Exemple d'œuvre en acier de Yaacov Agam : Toutes directions, à la La Roche-sur-Yon
  • La peinture
  • Les structures métalliques en forme d’éventail
  • L'acier inoxydable aux formes variables
  • Le son
  • La lumière
  • L'eau
  • Le temps

Le temps est considéré par Agam comme un véritable matériau de travail. C'est le concept de « quatrième dimension » : l’œuvre est perçue dans l’espace par rapport au champ de vision temporelle du spectateur.

Expositions (sélection)[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ville alors située dans la Palestine mandataire.
  2. Réalisations artistiques depuis 1945 dans l'espace public de La Roche-sur-Yon, William Chevillon, 2012
  3. Bernard Ceysson, Serge Lemoine, Daniel Abadie, Jean-Louis Pradel, Alfred Pacquement, Claude Gintz, Anne Tronche, Christian Bernard, Catherine Strasser, Dany Bloch, Robert Maillard (dir.) Vingt-cinq ans d'art 1960 1985 en France, Larousse avec le concours du Centre National des Arts Plastiques, Paris 1986 (ISBN 2-03-509305-8), p.307

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]