Henri Ier de Montmorency

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir famille Montmorency.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Henri et Henri Ier.
Henri Ier de Montmorency
Image illustrative de l'article Henri Ier de Montmorency

Titre Duc de Montmorency
Prédécesseur Anne de Montmorency
Successeur Henri II de Montmorency
Grade militaire Maréchal de France
Distinctions Paire de France
1579-1613
Biographie
Dynastie Maison de Montmorency
Naissance 15 juin 1534
Chantilly
Décès 2 avril 1614
Agde
Père Anne de Montmorency
Mère Madeleine de Savoie
Conjoint Antoinette de La Marck
Louise de Budos
Laurence de Clermont-Montoison
Enfants Charlotte-Marguerite de Montmorency, Henri II de Montmorency

Henri Ier de Montmorency, duc de Montmorency, né le 15 juin 1534 à Chantilly et mort le 2 avril 1614 à Agde, était un noble français, deuxième fils du connétable Anne de Montmorency et de Madeleine de Savoie. Il fut lui-même connétable de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Henri Ier, duc de Montmorency, connétable de France (1534-1614), Louis-Jules Étex (Paris, 1810 ; Paris, 1889), 1835. Copie, d'après un original jadis dans la collection Montmorency, commandé par Louis-Philippe Ier pour le musée historique de Versailles en 1834

Seigneur de Damville à sa naissance au château de Chantilly[1], il est gouverneur du Languedoc en 1563. Combattant dans le camp de catholiques durant les guerres de religion, il est fait maréchal de France en 1567. De 1567 à 1580, il succède à son père, Anne de Montmorency, en tant que gouverneur de Caen[2]. Au début des guerres de religion, il se démarque de ses frères par sa proximité avec les Guise et l'Espagne. Il se brouille à plusieurs reprises à ce sujet avec son frère aîné François de Montmorency, mais appelé à devenir son héritier, il se réconcilie avec lui[3].

Après le massacre de la Saint-Barthélemy et devant la mainmise du pouvoir par le parti ultra-catholique, il se rapproche politiquement, et conjointement avec ses frères, des protestants. Après l'arrestation de François de Montmorency le 5 mai 1574, il fait alliance avec les protestants du Languedoc. Il est protégé par sa garde albanaise. Lorsque le roi Henri III demande sa soumission, il refuse, et prend l’offensive : prise de Saint-Gilles, Aigues-Mortes (12 janvier 1574)[4].

En 1576, il rejoint le parti du roi, contre la promesse d’obtenir le marquisat de Saluces en Italie. Montpellier se soulève alors contre cette trahison, et il l’assiège en 1576-1577[5].

À la mort de son frère François, il devient duc de Montmorency, comte de Dammartin et d'Alais, baron de Châteaubriant, seigneur de Chantilly et d'Écouen. Par méfiance du roi, il reste éloigné de la cour de France et continue de résider en Languedoc où il fait construire son château de la Grange-des-Prés à Pézenas.

Plus tard, il devient l'un des chefs du parti des Politiques, opposé à la Ligue et à l'influence espagnole. Il combat ainsi avec le protestant Henri de Navarre. Devenu roi sous le nom d'Henri IV, celui-ci le nomme connétable de France en 1593.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Descendance[modifier | modifier le code]

Henri Ier, duc de Montmorency, vers 1610.
(Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris)

En juin 1558, il épouse, au château d'Écouen (Val-d'Oise), Antoinette de La Marck, fille de Robert IV, avec laquelle il a les enfants suivants :

En 1593, il se remarie à Agde avec Louise de Budos (1575-1598), avec laquelle il a deux enfants :

Remarié en 1601 avec Laurence de Clermont-Montoison (1571-1654), il n'en eut pas d'enfant.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Franklin Charles Palm, Politics and Religion in Sixteenth-Century France. A Study of the Career of Henry of Montmorency-Damville Uncrowned King of the South, Ginn and Company The Athenæum Press, 1927, 302 p.
  • Arlette Jouanna, « Protection des fidèles et fidélité au roi : l'exemple de Henri Ier de Montmorency-Damville », in Hommage à Roland Mousnier. Clientèles et fidélités en Europe à l'Époque moderne, Yves Durand (dir.), Paris, Presses universitaires de France, 1981, p. 279-296.
  • Mark Greengrass :
    • « Noble Affinities in Early Modern France : The Case of Henri I de Montmorency, Constable of France », in European History Quarterly, 16, 1986, p. 275-311.
    • « Aristocracy and Episcopacy at the End of the Wars of Religion : the Duke of Montmorency and the Bishoprics of Languedoc », in Miscellanea Historiae Ecclesiasticae, VIII, 1987, p. 356-363.
    • « Henri de Montmorency-Damville et l'administration des armées provinciales de Languedoc », in Province et pays du Midi au temps d'Henri de Navarre, 1555-1589, acte du colloque de Bayonne, 7-9 octobre 1988, Biarritz, Association Henri IV, 1989, p. 103-123.
  • Joan M. Davies :
    • Languedoc and its gouverneur, Henri de Montmorency-Damville, 1563-1589, London Univ. Ph.D. thesis, 1975.
    • « The Duc de Montmorency, Philip II and the House of Savoy : A Neglected Aspect of the Sixteenth-Century French Civil Wars », in The English Historical Review, vol. 105, no 417, octobre 1990, p. 870-892.
    • « Neither Politique Nor Patriot ? Henri, Duc de Montmorency and Philip II, 1582-1589 », in The Historical Journal, vol. 34, no 3, septembre 1991, p. 539-566.
    • « The Secretariat of Henri I, Duc de Montmorency, 1563-1614 », in The English Historical Review, vol. 115, no 463, septembre 2000, p. 812-842.
  • Claude Tievant, Le gouverneur de Languedoc pendant les premières guerres de religion (1559-1574), Henri de Montmorency-Damville, Paris, Éditions Publisud, coll. « La France au fil des siècles », 1993, 374 p., [compte rendu en ligne].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Le château d'Écouen, résidence principale des Ducs de Montmorency
  1. Jules Berger de Xivrey, Henri IV - Lettres Missives, t. 1, Paris, Imprimerie nationale,‎ 1843 (lire en ligne), p. 71
  2. Jean-Yves Marin, Jean-Marie Levesque (dir.), Mémoires du Château de Caen, Milan, Skira ; Caen, Musée de Normandie, 2000, p. 169
  3. .Francis de Crue, Le Parti des Politiques au lendemain de la Saint-Barthélemy. La Molle et Coconat, Paris, Librairie Plon, 1892, p. 44.
  4. Villages du Gard - Remoulins - Son histoire...
  5. Pierre Miquel, Les Guerres de religion, Paris, Club France Loisirs, 1980 (ISBN 2-7242-0785-8), p. 326

Chronologies[modifier | modifier le code]