Eric Burdon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Eric Burdon

Description de cette image, également commentée ci-après

Eric Burdon en 1973

Informations générales
Nom Newcastle upon Tyne, Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Naissance (72 ans)
Activité principale Musicien, guitariste
Genre musical Rock'n'roll, blues rock, folk rock
Années actives Depuis 1962

Eric Victor Burdon (né le à Newcastle[1] dans le Northumberland) est un chanteur britannique de blues rock et de rock, qui a notamment chanté au sein des groupes The Animals et War.

Biographie[modifier | modifier le code]

Eric Burdon grandit au sein d'une famille ouvrière de Newcastle. Durant son adolescence, attiré par le mouvement des Angry Young Men, il refuse la voie tracée par ses parents et décide de s'inscrire dans une école d'art[2]. C'est là qu'il rencontre le batteur de jazz John Steel (batteur) avec lequel il forme les Pagan Jazzmen[3]. En 1962, l'organiste Alan Price, rejoint le duo autour duquel viennent se greffer le bassiste Chas Chandler et le guitariste Hilton Valentine. Ce groupe prend pour nom The Animals et sort son premier single Baby Let me Take You Home en mars 1964, suivi en juin par son plus gros succès, une reprise d'un traditionnel noir américain House of the rising sun. Le morceau se classe N°1 en Angleterre pendant 1 semaine, puis 3 semaines d'affilée aux États-Unis. Après le départ de Price en mai 1965, il change de musiciens pour former les New Animals en 1967, puis rejoint le groupe américain War en 1969. Burdon quitte le groupe en 1971 pour suivre une carrière solo. War continue sans lui.

Burdon reconstituera momentanément les Animals en 1976 et 1983. Il a dirigé de nombreux groupes sous le nom de Eric Burdon Band et quelques autres déclinaisons. Il reste plus connu en Europe continentale qu'aux États-Unis ou au Royaume-Uni. Il continue à enregistrer et à jouer avec de nouvelles versions de Eric Burdon and The Animals.

Mi-2005, il sort un album en public : Athens Traffic et, au début de l'année 2006, il retourne aux sources du blues avec un nouvel album studio Soul Of A Man.

Eric Burdon, installé en Californie depuis 1967, est apparu dans plusieurs films, le plus souvent dans son propre rôle. À l'instar de celles d'un autre musicien anglais, John Mayall, sa maison californienne a brûlé à la fin des années 1970, perdant, lui aussi, l'intégralité de ses archives et autres œuvres, musicales comme personnelles.

Discographie solo[modifier | modifier le code]

Eric Burdon (debout, au fond à gauche) et The Animals vers 1964.
  • 1967 : Winds of Change
  • 1968 : The Twain Shall Meet
  • 1970 : Eric Burdon Declares War
  • 1971 : Black Man's Burdon
  • 1971 : Guilty!
  • 1974 : Sun Secrets
  • 1975 : Stop
  • 1977 : Survivor
  • 1980 : Darkness, Darkness
  • 1980 : The Last Drive
  • 1982 : The Comeback Soundtrack
  • 1983 : Ark
  • 1983 : Power Company
  • 1984 : Rip It to Shreds : The Greatest Hits Live
  • 1985 : That's Live
  • 1988 : Wicked Man
  • 1988 : I Used to Be an Animal
  • 1992 : Good Times
  • 1993 : Access All Areas
  • 1995 : Lost Within the Halls of Fame
  • The Official Live Bootleg (1998, 2000, 2001)
  • 2002 : Live In Seattle
  • 2004 : My Secret Life
  • 2005 : Athens Traffic (live)
  • 2006 : Soul of a Man
  • 2013 : Til Your River Rurns Dry

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 1964: Get Yourself a College Girl
  • 1964: Whole Lotta Shakin'
  • 1965: Pop Gear
  • 1965: The Dangerous Christmas of Red Riding Hood
  • 1967: World Of The Animals
  • 1967: The War
  • 1967: It's a Bikini World
  • 1967: Tonite Let's Make All Love in London
  • 1968: All My Loving
  • 1968: Monterey Pop
  • 1973: Mirage (never filmed)
  • 1979: 11th Victim
  • 1980: Gibbi (West German)
  • 1982: Comeback
  • 1991: The Doors
  • 1999: Snow on New Year's Eve
  • 2001: Plaster Caster
  • 2001: Screamin' Jay Hawkins: I Put a Spell on Me
  • 2003: Fabulous Shiksa In Distress
  • 2003: Yes, You Can Go Home
  • 2007: The Blue Hour
  • 2008: Nowhere Now: The Ballad of Joshua Tree
  • 2010: Remembering Nigel

Œuvres écrites[modifier | modifier le code]

  • I Used to Be an Animal, but I'm All Right Now. Faber and Faber, 1986. ISBN 0-571-13492-0.
  • Don't Let Me Be Misunderstood: A Memoir (avec deux coauteurs). Thunder's Mouth Press, 2001. ISBN 1-56025-330-4.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :