Louisiana Red

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Louisiana Red

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Louisiana Red en concert en 2007.

Informations générales
Surnom Lousiana Red
Nom de naissance Iverson Minter
Naissance 23 mars 1932
Bessemer aux États-Unis
Décès 25 février 2012 (à 79 ans)
Hanovre, Allemagne
Genre musical blues
Instruments guitare, harmonica
Années actives de 1949 à 2011
Labels Chess
Atlantic
Earwig (en)
Roulette
Ruf (en)
JSP (en)
Site officiel louisiana-red.com

Iverson Minter, plus connu sous le nom de Louisiana Red, est un guitariste et chanteur de blues américain. Selon les sources, il est né le 23 mars 1932 ou 1936, à Bessemer ou à Vicksburg aux États-Unis. Le guitariste meurt le 25 février 2012 à Hanovre en Allemagne, où il est inhumé.

Nommé à 14 reprises par la Blues Foundation durant sa carrière, Louisiana Red remporte le prix W. C. Handy en 1983. Il reçoit deux nouveaux awards en 2010 pour son album You Got to Move. Installé en Europe depuis les années 1980, le musicien retourne régulièrement aux États-Unis afin de se produire sur scène. En 2009, son album Back to the Black Bayou, enregistré avec Little Victor, remporte le Grand-Prix du disque de l'Académie Charles-Cros.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

La mère d'Iverson Minter meurt peu après sa naissance. L'enfant se retrouve orphelin à l'âge de 5 ans, lorsque son père est victime d'un lynchage du Ku Klux Klan[1],[2]. Il passe plusieurs années en orphelinat à La Nouvelle-Orléans, puis est recueilli par sa grand-mère et l'un de ses oncles, établis à Pittsburgh en Pennsylvanie[3],[4].

Carrière musicale[modifier | modifier le code]

Durant son adolescence, Lousiana Red côtoie des musiciens de blues, tels John Lee Hooker et Eddie Burns, et commence à enregistrer pour le label Chess. Il utilise divers pseudonymes, comme Rocky Fuller, Playboy Fuller et Guitar Red[1],[5]. Durant les années 1950, il s'engage dans l'US Air Force et est stationné en Corée[6]. À son retour, il joue dans le groupe de John Lee Hooker[1],[7].

Durant les années 1960, il enregistre de nombreuses sessions à travers les États-Unis. Champion Jack Dupree lui présente Henry Glover qui lui permet d'enregistrer pour le label Roulette Records[8],[9]. Au début des années 1970, Louisiana Red est redécouvert par le producteur Herb Abramson (en)[8]. Il se produit au festival de jazz de Montreux en 1975[2].

Le musicien s'installe en Allemagne durant les années 1980. Il tourne en Europe et enregistre pour de nombreux labels. Louisiana Red revient régulièrement donner des concerts aux États-Unis. Son dernier album, Memphis Mojo, sort en 2011[3].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Les sources diffèrent quant à son année de naissance, Louisiana Red serait né en 1932 ou 1936[3],[9]. Dans son ouvrage The Truman and Eisenhower Blues, Guido Van Rijn affirme que le guitariste a menti sur son âge pour pouvoir intégrer l'armée[6]. Son lieu de naissance fait également débat. Il serait né à Bessemer dans l'Alabama, bien que, selon The Guardian, il ait parfois mentionné d'autres lieux durant ses interviews[4]. Dans son ouvrage Kennedy's blues: African-American blues and gospel songs on JFK, Van Rijn avance que Iversion Minter aurait vu le jour à Vicksburg dans l'État du Mississippi[10]. C'est également l'avis de Rick Koster, auteur de Louisiana Music[5].

Sa première épouse Ealase, avec laquelle il a eu trois enfants, meurt d'un cancer en 1973[2]. À la fin des années 1970, il a une liaison avec la chanteuse de blues Odetta[11]. Il s'établit à Hanovre dans les années 1980 et se remarie en 1984[4].

Style musical et influences[modifier | modifier le code]

Louisiana Red en concert en 2006.

Dans sa jeunesse, Louisiana Red est très influencé par des guitaristes comme Lightnin' Hopkins et Muddy Waters[1]. Il parvient par la suite à assimiler ses influences et à trouver son propre style[5],[4]. Adepte du jeu en slide[1], il pratique également l'harmonica[12].

Il est considéré comme l'un des derniers représentants du delta blues[1]. Durant sa carrière, Red collabore avec des musiciens de différents horizons. Son parcours le mène notamment en Tchécoslovaquie et en Islande. En 1988, il mêle le rebetiko au blues lors de sa collaboration avec des musiciens grecs[2],[4].

Ses textes sont souvent autobiographiques[12]. Ils sont reconnus pour leur étrangeté et leur inventivité, notamment Red Dream, sorti en 1962, dans lequel il se met en scène aux côtés de John F. Kennedy et Nikita Khrouchtchev durant la crise des missiles de Cuba[5]. Il pratique aussi le commentaire social dans des chansons intitulées Antinuclear Blues ou encore Reagan Is for the Rich Man[12].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Durant sa carrière, Louisiana Red est nommé à 14 reprises par la Blues Foundation et remporte trois prix. En 1983, il reçoit le W. C. Handy award dans la catégorie « Meilleur musicien blues traditionnel ». En 2010, il est distingué par la fondation dans la catégorie « Acoustic blues artist of the year » et son album You Got to Move, enregistré avec David Maxwell est primé dans la catégorie « Acoustic album of the year »[3],[4].

En 2009, son album Back to the Black Bayou, enregistré avec Little Victor, remporte le Grand-Prix du disque de l'Académie Charles-Cros dans la categorie « blues »[13].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1963 : The Lowdown Back Porch Blues (Roulette)
  • 1963 : Seventh Son (Carnival)
  • 1970 : Spivey's Blues Cavalcade V.A. (Spivey Rec.)
  • 1970 : Shouts the Blues (Forum Circle)
  • 1972 : L.R. sings the Blues (Atlantic)
  • 1975 : Sweet Blood Call (Blue Labor)
  • 1976 : Dead Stray Dog (Blue Labor)
  • 1979 : New York Blues (L+R)
  • 1979 : Reality Blues (L+R)
  • 1980 : High Voltage Blues (Black Panther)
  • 1982 : Midnight Rambler (Tomato)
  • 1982 : Blues for Ida B ( JSP)
  • 1983 : Boy from Black Bayou (L+R)
  • 1983 : Anti Nuclear Blues (L+R)
  • 1983 : Blues from the Heart (JSP)
  • 1984 : Back to the Roots (L+R)
  • 1984 : Bluesman (JSP)
  • 1984 : Back to the Road again (MMG)
  • 1984 : My Life (L+R) avec Carey Bell
  • 1985 : World on Fire (MMG)
  • 1985 : Brothers in Blues (CMA)
  • 1989 : Hot Sauce (Red Lightnin')
  • 1990 : Nothin' but the Blues (Castle Rec.)
  • 1991 : Pretty Woman (Blues Beacon)
  • 1992 : Last Mohican of the Blues (Polton)
  • 1992 : Ashland Avenue Blues (Schubert Rec.)
  • 1994 : Allways played the Blues (JSP) avec Jon Cleary
  • 1994 : Louisiana Red (Forum)
  • 1994 : Rip off Blues (CMA)
  • 1994 : Blues meets Rembetika (Distazi)
  • 1995 : Sugar Hips (CMA)
  • 1995 : Sittin' here wonderin' (Earwig)
  • 1995 : The Best of L.R. (Evidence)
  • 1996 : Rising Sun Collection (JAMR)
  • 1997 : Walked All Night Long (Jazz Alliance Inc) avec Lefty Dizz
  • 1997 : Over my Head (Chrisly)
  • 1997 : I hear the Train coming (Chrisly)
  • 1997 : Sings deep Blues (P-Vine)
  • 1998 : The Blues Spectrum of Louisiana Red (JSP)avec Sugar Blue
  • 1998 : Winter and Summer Sessions (Blues Factory)
  • 1999 : Millenium Blues ( Earwig)
  • 2001 : Driftin' (Earwig Music)
  • 2002 : A different Shade of Red (Severn Rec.)
  • 2005 : No turn on Red (HMG/Hightone Records)
  • 2008 : Back to the Black Bayou (Bluestown Rec.) avec Little Victor & Kim Wilson
  • 2009 : You got to Move (Blu Max Rec.) avec D. Maxwell
  • 2011 : Memphis Mojo (Ruf Records) avec David Maxwell

Albums live[modifier | modifier le code]

  • 1976 : Live + Well (Ornament Rec.)
  • 1978 : King Bee (Orchid) avec Sugar Blue
  • 1978 : Red,Funk and Blue (Black Panther) avec Sugar Blue
  • 1991 : Live at 55 avec Stormy Monday Band & Carey Bell (Enja)
  • 2001 : Live in Montreux (Vaud)|Montreux 1975 (Labor Records)
  • 2004 : Bad Case of the Blues (Mojo Tone Rec.) avec Carey Bell
  • 2008 : Live at Painted Sky (Paul Production)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 1976 : "Rockpalast" WDR TV
  • 1982 : "Comeback" avec Eric Burdon
  • 1988 : "Ballhaus Barmbek" avec Nico (chanteuse)|Nico
  • 2001 : "Mississippi-Nedervetil" documentaire video
  • 2003 : "Bowers& Wilkins RnB Festival 2003 DVD V.A.
  • 2005 : "Red and Blues " documentaire DVD
  • 2007 : "Live in Scandinavia" DVD
  • 2007 : "Family Meeting" Concertfilm documentaire DVD V.A.
  • 2011 : "2010 Blues Music Awards" DVD V.A.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (en) Gérard Herzhaft, Paul Harris, Jerry Haussler et Anton J. Mikofsky, Encyclopedia of the Blues, University of Arkansas Press,‎ 1997, 2e éd., 300 p. (ISBN 9781557284525, lire en ligne), p. 123-124
  2. a, b, c et d (en) Spencer Leigh, « Louisiana Red: Blues singer and guitarist who found fame at Montreux », The Independent,‎ 1er mars 2012
  3. a, b, c et d (en) Randy Lewis, « Louisiana Red dies at 79; Alabama-born slide guitarist found success in Germany », Los Angeles Times,‎ 28 février 2012
  4. a, b, c, d, e et f (en) Tony Russell, « Louisiana Red obituary », The Guardian,‎ 27 février 2012
  5. a, b, c et d (en) Rick Koster, Louisiana Music : A Journey from R&B to Zydeco, Jazz to Country, Blues to Gospel, Cajun Music to Swamp Pop to Carnival Music and Beyond, Da Capo Press,‎ 2002, 322 p. (ISBN 9780306810039, lire en ligne), p. 140-141
  6. a et b (en) Guido Van Rijn, The Truman and Eisenhower Blues : African-American Blues and Gospel Songs, 1945-1960, Continuum,‎ 2006, 215 p. (ISBN 9780826490681, lire en ligne), p. 97
  7. (en) Ron Wynn, « Biographie de Louisiana Red », Allmusic
  8. a et b David Bouzaclou, « Louisiana Red », Jazz Hot,‎ 25 février 2012
  9. a et b (en) « Louisiana Red, itinerant bluesman, dies at 79 », The Washington Post,‎ 28 février 2012
  10. (en) Guido Van Rijn, Kennedy's blues : African-American blues and gospel songs on JFK, University Press of Mississippi, coll. « American made music series »,‎ 2007, 220 p. (ISBN 9781578069576, lire en ligne), p. 41-42, 80-82
  11. (en) Martin Weil, Adam Bernstein, « Odetta; Matriarch For Generation Of Folk Singers », The Washington Post,‎ 4 décembre 2008
  12. a, b et c (en) Dick Weissman, Blues, Infobase Publishing, coll. « American popular music »,‎ 2005, 337 p. (ISBN 9780816069750, lire en ligne), p. 121
  13. « Palmares 2009: Grands prix du disque et audiovisuels », Académie Charles-Cros,‎ 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]