The House of the Rising Sun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

The House of the Rising Sun est une chanson folk provenant des États-Unis. Elle compte parmi ses versions les plus connues deux titres enregistrés en 1964 : celle du groupe The Animals et la version française, Le Pénitencier, interprétée par Johnny Hallyday.

Origine[modifier | modifier le code]

Comme pour beaucoup de ballades folk, l'identité de l'auteur de The House of the Rising Sun, appelée aussi Rising Sun Blues, est incertaine. Le folkloriste Alan Lomax, auteur en 1941 du songbook Our Singing Country, écrit que la mélodie est empruntée à une ballade anglaise traditionnelle et attribue les paroles à un couple du Kentucky, Georgia Turner et Bert Martin. D'autres auteurs ont proposé différentes filiations, mais celle de Lomax reste généralement considérée comme la plus plausible.

Au début du XXe siècle, l'expression Rising Sun peut avoir été employée comme un euphémisme pour un bordel ou maison de prostitution. D'après le Smithsonian Folkways Recordings, ce terme était utilisé en Angleterre pour nommer une maison close[1]. On ne sait pas si cette « maison » décrite dans les paroles est fictive ou non. Selon d'autres sources, The Rising Sun était, au début du XXe siècle, une prison pour femmes de La Nouvelle-Orléans. Cette hypothèse est confortée par le fait que l'avant-dernier couplet parle de ball and chain.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le plus vieil enregistrement connu est celui de Tom Clarence Ashley et Gwen Foster, réalisé en 1934. La version de Texas Alexander, intitulée The Risin' Sun, qui fut enregistrée en 1928, est souvent proposée comme le premier enregistrement, mais c'est une chanson totalement différente. Ashley disait qu'il l'avait apprise de son grand-père, Enoch Ashley. On remarquera aussi la version de Leadbelly probablement datée de 1943, intitulée "In New Orleans" et dont les paroles diffèrent légèrement.

Dave Van Ronk, chanteur de jazz et de folk, affirme dans le film No Direction Home qu'il est à l'origine de la version moderne de la chanson. Il la chante avec Bob Dylan dans des bars folk de New York. Lorsque Bob Dylan réalise son premier album, il se permet de l'enregistrer. Puis l'album fini, il va voir Dave Van Ronk pour lui demander la permission d'enregistrer The House of the Rising Sun, ce que Dave Van Ronk refusa, souhaitant l'enregistrer lui-même, au grand dam de Dylan.

Des artistes comme Dolly Parton, Tracy Chapman, Nina Simone, Joan Baez, Gregory Isaacs, Brenda Wootton, Woody Guthrie ou encore Bachman-Turner Overdrive l'ont aussi interprétée. House of the Rising Sun redevint populaire en 1964 grâce au groupe rock d'Eric Burdon, The Animals. Considérant que la chanson traitait à l'origine des lieux de perdition, The Animals en donnent une version qui est une mise en garde contre le démon de la boisson et du jeu.

Des versions rock ont été réalisées par divers interprètes, dont la plus connue est celle de Frijid Pink (en) (un million de disques vendus aux États-Unis[2]). The Doors et Led Zeppelin n'ont jamais enregistré cette chanson, contrairement à ce qui est parfois avancé.

Le texte varie selon les artistes, notamment dans les versions reggae, comme celles d'Alton Ellis ou Delroy Wilson qui ont aussi changé le titre. Récemment, plusieurs interprétations féminines, notamment celle de Nina Simone, ont adopté le point de vue d'une femme qui aurait suivi un alcoolique ou un joueur jusqu'à La Nouvelle-Orléans et serait devenue prostituée dans la « maison du soleil levant » (the House of the Rising Sun). La chanson a également été interprétée par Muse, Gregory Isaacs, Sinéad O'Connor et de nombreux autres (voir plus bas).

Paroles[modifier | modifier le code]

Les versions[modifier | modifier le code]

En 1962, Bob Dylan enregistre la chanson sur son premier album Bob Dylan. Dans les commentaires de Stacey Williams insérés dans cet album, la filiation est clairement donnée au chanteur Dave Van Ronk de qui Bob Dylan l'a apprise. D'autres renseignements précis sur cet épisode de la vie de Bob Dylan sont décrits dans sa biographie (Scaduto : Bob Dylan). Dave Van Ronk explique dans une interview à Scaduto en 1972, avec des propos similaires à ceux qu'il tient dans le documentaire No Direction Home, qu'il avait l'intention de l'enregistrer à ce moment-là, et que Bob Dylan avait déjà enregistré sa propre version.

D'après la notice de l'album Down in Washington Square : The Smithsonian Folkways Collection, 2013[3], qui publie des enregistrements inédits du chanteur, et notamment la version de cette chanson enregistrée en concert en 1961 à Yale University, Dave Van Ronk, qui souhaitait l'enregistrer prochainement pour un album, y a renoncé car on aurait cru qu'il la tenait de Bob Dylan. De toute manière, toujours selon cette notice, Dylan lui-même a arrêté de la chanter lorsque The Animals en firent un tube. Dave aurait appris cette chanson d'après un enregistrement de Hally Wood (selon Elijah Wald)[4].

La version la plus connue reste celle, électrifiée, de 1964 par le chanteur Eric Burdon du groupe The Animals sur l'album homonyme, version qui reprend l'arrangement de Dave Van Ronk chanté par Bob Dylan.

En 1964 Johnny Hallyday chante une version française[5] intitulée Le Pénitencier, (qu'il enregistre également dans une version allemande Das Alte Haus in New Orleans la même année, puis en 1982 dans une version en espagnol El penal).

Une version catalane a été réalisée par le groupe Els Dracs sous le titre La casa del sol naixent, et Sinn Sisamouth l'a chantée en khmer.

La chanson est reprise en 1982 par le chanteur allemand Gunter Gabriel sous le titre de "Es steht ein haus in west Berlin" dont le disque 45 tour est devenu assez rare. Plus tard, ce même chanteur la reprendra sous le titre de "Es steht ein haus im Kossovo" racontant la guerre dans cette ville. En Allemagne, cette même année, le chanteur d'opéra Peter Hoffman fera une reprise en anglais de la chanson orchestrée par l'orchestre symphonique de Berlin.

Plusieurs artistes jamaïcains ont repris cette chanson arrangée en reggae, mais avec un sens différent. Dans Land Call Africa (vers 1972), Alton Ellis chante le retour en Afrique des descendants d'esclaves, un thème cher au mouvement jamaïcain Rastafari. Notons les versions de Delroy Wilson sous le titre A Place in Africa (vers 1975), de Skiddy & Detroit (The Exile Song, vers 1976) et Gregory Isaacs (House of the Rising Sun', sur l'album Pardon me, 1992) qui l'enregistrant à sa sortie de prison, se rapprocha, lui, de la version des Animals.

En 2006, les premières phrases sont reprises pour le titre The Saints Are Coming de U2 et Green Day.

En 2011, Hugues Aufray donne sa propre version de Le pénitencier, qu'il adapta pour Johnny Hallyday en 1964. Avec le titre L'hôtel du soleil levant, il livre sur le même album Troubador since 1948, une autre adaptation de The House of the Rising Sun, avec un texte plus proche de la version originale.

Liste des reprises[modifier | modifier le code]

Parmi les nombreux artistes ayant interprété cette chanson, on peut citer également :

D'autres artistes[réf. nécessaire] ont aussi interprété cette chanson : The 101 Strings Orchestra, George Abele, Alexander and Morrisey, The Antics, Wally B, BTO, Al Bano & Romina Power, Harry Barbee, The Bard of Ely, Cat Power (Chan Marshall), Basement Rockers, The Be Good Tanyas, Jen Ballute Band, Filippo Bertacche, Frida Boccara, Eric Bibb & Cyndee Peters, Bisconti, Black Harm, The Blind Boys of Alabama (Amazing Grace), The Bloom Brothers, Brothers Bumgarner, The Brothers Four, Ace Cannon, Complete Fools, The Country Gentlemen, David Allan Coe, Sister Cy, Desconocido, Diba, Colin Dussault's Blues Project, Cream, Tommy Emmanuel, Ever Eve, FHS Marching Admirals, Fausto Papetti, Fescue, Stephen Fletcher, The Fools, Forkatie, Fremont John, Frijid Pink, Funky Junction, Declan Galbraith Goldpheet, Gray Brothers, Alejandra Guzman, Gypsy Planet, Gabriella Hanninen, Waylon Jennings, The Jet Blacks, Danny Johnson, The Kappas, Sammy Kaye, Kentucky Blue, Gordon Neville, Ricky King, Mark Knopfler, Konec Film, Wadim Kosogorov, Kult, James Last, Vicky Leandros, Dave Lindholm, Willie Logan, Bruno Lomas, Lonestar, Los Cincos Latinos, The Marketts, John 'Too Cool' McCool, Colette Magny, Ronnie Milsap, Roger McGuinn, Mission Blues Band, Harold Morton, A. Nedvetsky, Nixer, The Northern Lights Orchestra, Ohzone, Other Voices, John Otway, Oysterhead, Paravoz, Pataky Attila, Patricia's House, Phobos 4, PokeMoons, Pooh, Brendan Power, Steve Power, Preacher, Jay Reason, Reb2K, Brian Robertson, Rockapella, Paul Rodgers Route 66 Blues Band, Saanvi, Sandro, Schade's Pigband, John Scofield, Sentenced, Severe Overload, Shabse, Edward Simoni, Ryan Sinn, Snap On America, Volker Sommerfeld, Spekkosaurus, Ken Tamplin, Terry, The Seamonkees, The Vivisectors, The Divine Silicone, Vixen, Vulki, Walls of Jericho, Bob Walsh Doctor Watson, The Weavers, The White Stripes, Josh White, Clark Wilson, Jubal Lee Young, Zeeza, Zeeza and Snake. Wictor Zincuk, GD.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice de l'album Down in Washington Square : The Smithsonian Folkways Collection, Dave Von Ronk, 2013, Smithsonian Folkways Recordings, Washington DC, www.folkways.si.edu, réf éditeur : SF 40213 : "In England the name “Rising Sun” was often applied to houses of prostitution (Guy Logsdon, notes to SFW 40151)"
  2. RIAA searchable database
  3. Down in Washington Square : The Smithsonian Folkways Collection, Dave Von Ronk, 2013, Smithsonian Folkways Recordings, Washington DC, www.folkways.si.edu, réf éditeur : SF 40213.
  4. Notice de l'album cité : "18. House of the Rising Sun
    (recorded at Yale University, 1961;
    previously unreleased). This is Dave’s own arrangement of the well-known old folk ballad. With roots in the British Isles, the song is a lament of a young woman who imagines that she will spend her life working at a “house of ill repute.” In England the name “Rising Sun” was often applied to houses of prostitution (Guy Logsdon, notes to SFW 40151). This song is found among singers of Van Ronk’s two favorite types of music, New Orleans jazz and folk ballads. Van Ronk recalled that after Bob Dylan had learned Dave’s version of “House of the Rising Sun,” Dylan approached him and asked if he could record it for his first album. Van Ronk replied, “I’d rather you not, I’m planning on recording it soon myself.” Dylan said “uh oh.” Van Ronk had to stop performing it because everyone accused him of getting it from Dylan. However, Dylan himself had to stop playing it when the Animals made a top hit out of it, and people accused him of getting it from them (from the film No Direction Home). Dave learned “House of the Rising Sun” from a recording by Hally Wood (Elijah Wald, personal communication)."
  5. l'adaptation française est signée Hugues Aufray et Vline Buggy
  6. Second Hand Songs
  7. sur le single Black Girl (Where Did You Sleep Last Night ?)
  8. sur l'album MTV unpluged
  9. http://www.chasmcdevitt.com/Discography.htm
  10. sur l'album Nina at the Village Gate et Nina Simone Sings the Blues
  11. sur l'EP Blowin' in the Wind
  12. sur l'album Live Again (paru en 1984)
  13. sur le single Blowin' in the Wind
  14. sur l'album A Bit of Liverpool
  15. a et b en single
  16. sur l'album Tim Hardin 4
  17. sur l'album Frijid Pink(1970 - le single est sorti en 1969)
  18. sur l'album To See My Angel Cry - That's When She Started To Stop Loving You
  19. http://www.youtube.com/watch?v=gmooOTmGpMc
  20. sur l'album Rising Sun
  21. sur l'album 9 to 5 and Odd Jobs
  22. sur l'album Chansons pour Titine
  23. sur l'album Trigger
  24. Live At The Ventura Beach California lors de leur tournée commune en 1990
  25. sur la compilation Rubaiyat - Elektra's 40th Anniversary
  26. sur l'album Pardon Me
  27. sur le single Fire on Babylon
  28. sur l'album LifeLines
  29. sur l'album Death Valley Days - Lost Song and Rarities, 1985 to 1995
  30. sur l'album The Pizza Tapes
  31. sur l'album Aishu
  32. sur l'album Through the Looking Glass
  33. sur la réédition de Frozen
  34. http://www.youtube.com/watch?v=EcH4aHOjnGo
  35. bonus track de l'album Moon Landing (en solo après l'arrêt de Madrugada)
  36. sur la compilation 1 Love
  37. sur l'album Folk Talk
  38. http://www.youtube.com/watch?v=JrLVmZXHRJo
  39. pour la série télé Sons of Anarchy
  40. http://www.youtube.com/watch?v=2dkqc7UAjg4
  41. Mac Miller & Friends - House Of The Rising Sun

Liens externes[modifier | modifier le code]