Jean Rousselot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rousselot.

Jean Rousselot, né à Poitiers le 27 octobre 1913 et mort dans les Yvelines le 23 mai 2004 (à 90 ans), est un poète et un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Signature de Jean Rousselot.

La jeunesse à Poitiers[modifier | modifier le code]

Orphelin issu d'une famille ouvrière, il doit se satisfaire de brèves études et gagner sa vie dès l'âge de 15 ans. Son beau-père lui fait interrompre ses études. Jean Rousselot entre en qualité d’auxiliaire à la Préfecture de la Vienne. Rousselot fait également la rencontre du poète Louis Parrot, alors libraire à Poitiers, de sept ans son aîné et qui devient son ami, son mentor.

En 1931, Rousselot étudie le droit et le latin. Il devient rédacteur à la mairie de Poitiers, puis, après avoir passé et réussi un concours, secrétaire du commissaire de police. L’expérience qu’il a de la vie, de la condition ouvrière et paysanne, comme de la misère et de l’injustice, ont largement contribué à faire son éducation politique et sociale, ainsi qu’à forger son engagement socialiste et humaniste, comme l'a écritChristophe Dauphin (in Jean Rousselot, porteur de Feu, revue Les Hommes sans épaules n°16, 2004).

Rousselot participe à la revue Jeunesse, créée à Bordeaux en 1932 par Jean Germain et Pierre Malacamp. Avec Fernand Marc, il fonde la revue Le Dernier Carré, qui accueillera notamment Joë Bousquet, qui deviendra un ami, et aussi Michel Manoll, par qui il entrera en contact plus tard avec Jean Bouhier, René Guy Cadou ou Lucien Becker. Une nouvelle épreuve le frappe à vingt ans, avec la disparition de ses grands-parents Audin. La même année, le poète est hospitalisé au "Sanatorium du Rhône", l'un des trois sanatoriums du Plateau des Petites Roches à Saint-Hilaire du Touvet (38), à la suite de crachements de sang répétés. Un an plus tard, la vie reprend le dessus : il épouse Yvonne Bafoux en août 1934. Le couple aura deux filles : Claude et Anne-Marie. Rousselot publie ses deux premiers recueils de poèmes : Poèmes (Les Cahiers de Jeunesse) et Pour ne pas mourir (Les Feuillets de Sagesse). Source: André Marissel, Jean Rousselot, Seghers, 1960).

Le poète et la guerre[modifier | modifier le code]

Jean Rousselot passe avec succès, en 1936, un concours pour être commissaire de police. Il est nommé à Rosendaël près de Dunkerque, puis muté à Vendôme en 1938. Le poète entre en contact avec la Résistance et se sert de sa fonction pour cacher des prisonniers évadés, tout en préservant de son mieux les Juifs. (Source: André Marissel, Jean Rousselot, Seghers, 1960).

En 1942, Jean Rousselot est nommé à Orléans. Il y poursuit son action de poète-résistant : poèmes, tracts, faux papiers… Il sauve son beau-frère, puis, en 1943, le poète Monny de Boully et sa femme Paulette (la mère de Claude Lanzmann), arrêtés par la Gestapo. En février 1943, Jean Rousselot s’engage dans les rangs de La France libre et devient le Capitaine Jean, au sein du réseau Cohors-Asturies. Entretemps, le poète s’était lié d’amitié avec Paul Éluard et avait rencontré Max Jacob en 1942, à Saint-Benoît-sur-Loire. Rousselot correspondait avec le poète du Laboratoire central, depuis un an. Une forte amitié s’instaura d’emblée. Le 24 février 1944, Max Jacob est arrêté par la Gestapo et meurt le 5 mars 1944 au camp de Drancy. Max Jacob est l’un des deux grands poètes, qui l’ont fortement marqué et influencé, ainsi que ses amis de l’École de Rochefort. Il y a donc Max Jacob et Pierre Reverdy.

Jean Rousselot rejoint, Rochefort-sur-Loire, dès juin 1940, où cette « école buissonnière », comme la surnomme René Guy Cadou, qui est fondée en 1941, contribue parmi d’autres revues ou groupes, à la survie d’une poésie libre et sans complaisance envers Vichy et l’occupant. Rousselot est du groupe dès le début, aux côtés de René Guy Cadou et de Jean Bouhier, auxquels viendront se joindre Michel Manoll, Marcel Béalu, Luc Bérimont, Roger Toulouse et bien d’autres. Proposant une plate-forme d’envol pour les poètes et la poésie, Rochefort n’a pas de doctrine. La diversité de ses membres est sa richesse. Tous ont en commun, l’horreur de la tour d’ivoire, le mépris du parisianisme, la fraternité avec les éléments et, bien sûr, le refus du fascisme. Cadou, mort d’un cancer à trente-et-un ans en 1951, fut à lui seul l'âme du groupe, avec son lyrisme simple et émerveillé bien que solitaire et tourmenté. Rousselot ne ménagera jamais ses efforts pour faire accéder l’œuvre de Cadou à la reconnaissance. Durant cette période, le poète publie : L’Homme est au milieu du monde (Fontaine, 1940), Instances (Cahier de l’École de Rochefort, 1941), Le Poète restitué (Le Pain Blanc, 1941), Refaire la nuit (Les Cahiers de l’École de Rochefort, 1943), Arguments (Laffont, 1944), Le Sang du ciel (Seghers, 1944). (Source: Christophe Dauphin, Jean Rousselot, le poète qui n’a pas oublié d’être, le livre du centenaire, éditions Rafael de Surtis, 2013).

En août 1944, Rousselot participe aux combats pour la libération d’Orléans et est nommé commissaire central par la Résistance, soit, la responsabilité de cinq départements de la région. À la Libération, il est nommé à Paris en qualité de chef de cabinet du Directeur-adjoint de la Sûreté nationale. Il adhère au Comité national des écrivains.

Le poète à hauteur d’homme[modifier | modifier le code]

En 1946, le poète prend une décision importante. Tout auréolé de son action de poète et de résistant (on lui décerne la médaille des Forces françaises libres, le titre de Chevalier de la Légion d’honneur et celui d’Officier de l’Ordre national du Mérite ; il sera, plus tard, nommé Commandeur de l’ordre des Arts et des Lettres), il démissionne de la Sûreté nationale et décide de vivre de sa plume. Jean Rousselot devient un infatigable défenseur de la poésie, des poètes, de la liberté, et l’un des plus grands critiques de sa génération. De 1946 à 1973, Jean Rousselot publie trente plaquettes ou volumes de poèmes, de La Mansarde (Jeanne Saintier, 1946), à Du même au même (Rougerie, 1973), en passant par, Il n’y a pas d’exil (Seghers, 1954), Agrégation du temps (Seghers, 1957), Maille à partir (Seghers, 1961) ou Hors d’Eau (Chambelland, 1968), alors qu’en 1974, paraît Les Moyens d’existence, Œuvre poétique 1934-1974 (Seghers). Sur la quatrième de couverture, Georges Mounin écrit : « Cet homme ne s’est jamais endormi sur l’oreiller la littérature. Plus le succès se confirmait, plus l’inquiétude grandissait. C’était une inquiétude exacte, sans absolument rien de pathologique. » (Source: Christophe Dauphin, Jean Rousselot, la disparition d’un homme de l’être, revue Ici è là n°2, 2005).

Rousselot donne également une vingtaine de pièces pour la radio, comme il traduit ou adapte de nombreux poètes, du hongrois au français (Gyula Illyés, Ferenc Szenta, Attila Jozsef, Imre Madach, Sándor Petőfi) ; de l’anglais au français (Shakespeare, Blake, Edgar Poe...), pour les besoins d’un livre ou d’une anthologie, dont l'Anthologie de la poésie hongroise du XIIe siècle à nos jours (Le Seuil, 1962), réalisé par son ami Ladislas Gara.

Une vingtaine d’essais de haute-voltige, sur : Max Jacob, Oscar Vladislas de Lubicz Milosz, Paul Verlaine, Tristan Corbière, Pierre Reverdy, Edgar Allan Poe, Blaise Cendrars, Maurice Fombeure, Attila Jozsef, Orlando Pelayo, William Blake, Jean Cassou, Agrippa d’Aubigné, Victor Hugo, Albert Ayguesparse

Six recueils de contes et nouvelles, de Les Ballons (Feuillets de l’Ilot, 1938) à Désespérantes Hespérides (Amiot-Lenganey, 1993) ; huit ouvrages d’histoire, ou vies romancées, sur Diane de Poitiers, Chopin, La Fayette, Liszt, Gengis Khan, Wagner, Berlioz et Victor Hugo.

Onze romans, de La Proie et l’ombre (Laffont, 1945), à Pension de famille (Belfond, 1983), en passant par Si tu veux voir les étoiles (Julliard, 1948), Une fleur de sang (Albin Michel, 1955), ou Un train en cache un autre (Albin Michel, 1964).

Citoyen du monde, fidèle à ses engagements et à ses origines, Rousselot se querelle en 1956 avec Louis Aragon et le Comité national des écrivains : il dénonce l’imposture, les crimes staliniens, et manifeste publiquement sa solidarité avec la Révolution hongroise de 1956. Il séjournait à Budapest, avec Tristan Tzara et son ami le grand poète hongrois Gyula Illyés, quelques jours avant l’éclatement de l’insurrection, le 23 octobre 1956. (Source: Jean-Louis Depierris, Tradition et insoumission dans la poésie française, Presses Universitaires de Nancy, 1992).

Parallèlement, il continue à mener de front son travail de poète, d’écrivain, de critique. Il devient Président de la Société des gens de lettres, en 1971. La création d’un régime de sécurité sociale pour les auteurs lui doit beaucoup.

En 1975, Jean Rousselot participe à la refondation de l’Académie Mallarmé (en sommeil depuis 1951), avec Denys-Paul Bouloc, Michel Manoll, Marcel Béalu, Edmond Humeau et Eugène Guillevic, qui en devient le premier Président. L’Académie Mallarmé est à ses yeux, une défense et illustration de la poésie.

Quatorze recueils vont venir à la suite de l’anthologie de poèmes, Les Moyens d’existence (œuvre charnière), dont, Les Mystères d’Eleusis (Belfond, 1979), Où puisse encore tomber la pluie (Belfond, 1982), Pour ne pas oublier d’être (Belfond, 1990), Conjugaisons conjurations (Sud-Poésie, 1990), Le Spectacle continue (La Bartavelle, 1992), Un Clapotis de Solfatare (Rougerie, 1994) ou Sur Parole (La Bartavelle, 1995). Un important choix de poèmes de Jean Rousselot, paraît chez Rougerie en 1997, sous le titre, Poèmes choisis 1975-1996, donnant un choix représentatif de son œuvre poétique. (Source: Christophe Dauphin, Jean Rousselot, la vie comme un cri arraché au néant, revue Le Cri d’os n°33/34, 2001

Ainsi, le premier versant de cette œuvre « balisé » par l’anthologie Les Moyens d’existence, chante l’homme dans sa vérité la plus nue et la plus honnête qui soit, son espoir, son désarroi. Le second versant que symbolisent Poèmes choisis, sans renoncer aux valeurs profondes et au lyrisme du poète, s’oriente encore davantage vers une perpétuelle et incessante recherche sur le langage, la nature de l’opération métaphorique, qui est à la base de toute écriture. (Source: Christophe Dauphin, Jean Rousselot, porteur de Feu, revue Les Hommes sans épaules n°16, 2004).

Définissant son art poétique, Rousselot écrit: « Le poème est une prise de conscience des pouvoirs du poète sur le temps, qu’il arrête, les sentiments qu’il rend à leur nature sublime, sur le réel, qu’il perce, transmue, déplace, pour en montrer l’essence et la pérennité. » L’homme, comme le poète, est fait de paroles, de mouvements et d’engagements dans son temps, mais avec exigence : « Me paraît bon (en poésie) ce qui m’apporte une vision neuve du monde, ce qui « force » la mienne ou m’aide à la préciser. Encore faut-il qu’il y ait sûreté, beauté, sinon nouveauté d’expression. Tout ce qui est « fabriqué » me hérisse, même si c’est joli. Pas de bibelots chez moi. » (Source:Christophe Dauphin, Jean Rousselot, le poète qui n’a pas oublié d’être, le livre du centenaire, éditions Rafael de Surtis, 2013).

Jean Rousselot décède dans sa quatre-vingt onzième année, le dimanche 23 mai 2004. Il fut enterré le vendredi 28 mai, au cimetière du Pecq.

Yvelinois d’adoption, le Poitevin Jean Rousselot vivait depuis 1955 à L'Étang-la-Ville. Il avait inauguré le 14 février 2002, à Guyancourt, la Maison de la poésie de Saint-Quentin-en-Yvelines et, située juste à côté, la médiathèque qui porte son nom. Une rue de Poitiers porte également son nom.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Poèmes, Talence, Les Cahiers de la Jeunesse, 1934.
  • Pour ne pas mourir, les “feuilllets de sagesse”, 1934
  • Emploi du temps, La Hune, 1934
  • Journal, Debresse, 1937
  • Le Goût du pain, La Hune, 1937
  • L'homme est au milieu du monde, Alger, Fontaine 1940
  • Instances, Cahiers de Rochefort, 1941.
  • Le poète restitué, le Pain Blanc, 1941
  • Refaire la nuit, avec une préface de Robert Kanters, Cahiers de Rochefort 1943
  • Arguments pour l'emploi du temps, Paris, Robert Laffont, 1944 (réédition Éd. de l'Arbre)
  • Le sang du ciel, Paris, Éd. Seghers, 1944
  • Toujours d'ici, R. P. R, 1946.
  • La Mansarde, Jeanne Saintier, 1946
  • Odes à quelques-uns, Le Méridien, 1948
  • L'homme en proie, avec un dessin de Roger Toulouse, Les Lettres, 1949
  • Vieux thèmes, avec une gravure de Roger Toulouse, P-A Benoît, 1949
  • Deux poèmes, Le Cormier, Bruxelles, 1950
  • Le Cœur bronzé, Éd. Seghers, 1950
  • Les Moyens d'existence, Ed. Rougerie, 1950.
  • Décombres, Cahiers de Rochefort, 1952
  • Le pain se fait la nuit, Simoun, Oran, 1954
  • Il n'y a pas d'exil, Seghers, 1954
  • Je n'y puis rien changer, Cahiers de “L'Orphéon”, 1955
  • Le Temps d'une cuisson d'orties. Rougerie, 1955
  • Etranges pénitents. Rougerie, 1958
  • Le premier mot fut le premier éclair, Seghers, 1959
  • Agrégation du temps, Seghers, 1957
  • Maille à parti, Seghers, 1961
  • Distances, Chambelland, 1963
  • Route du silence, Chambelland, 1965
  • Amibe ou le char d'Elie, Rougerie, 1965
  • L'Etang, Caractères, 1967
  • Lettres à quelqu'un, Cahiers de Malte, 1968
  • Hors d'eau, Chambelland, 1968
  • Plus haut volant, Caractères, 1969
  • Des droits sur la Colchide, Chambelland, 1970
  • Sous le poids du Vif, Cercle de Bonaguil, 1972
  • A qui parle de vie, les Editeurs Français Réunis, 1972
  • Dormance, Le Bouquet, 1973
  • Du même au même, Paris, Éd. Rougerie, 1973
  • Pour un bestiaire, J-J Sergent, 1975
  • Au propre, Périples, 1975
  • Proses à mémoire, Rougerie, 1976
  • Les moyens d'existence, anthologie, Paris, Éd. Seghers, 1976.
  • Petits poèmes pour cœurs pas cuits, Saint-Germain des Prés, 1976
  • Des Pierres, Rougerie, 1979.
  • Les Mystères d'Eleusis, Paris, Éd. Belfond, 1979
  • Le Chemin des Dames, Rougerie, 1979
  • Où puisse encore tomber la pluie, Belfond, 1982
  • L'homme vieillit par mégarde, Qui Vive, 1982
  • Ici et maintenant, Éd. Pessin, 1982
  • Il y aura des fois, L'Ecole, 1984
  • Il, Éd. Le Pavé, Caen, 1985
  • Déchants, Paris, Éd. Sud / Poésie, 1985
  • Les monstres familiers, Rougerie, 1986
  • Mots d'excuse, Hautécriture, 1989
  • Pour ne pas oublier d'être, Paris, Éd. Belfond, 1990
  • Conjugaisons-conjurations, Sud, 1990
  • En cas, Motus, 1991
  • Le spectacle continue, Paris, Éd. La Bartavelle, 1992
  • Traces, mini-anthologie, L'Osier Blanc, 1993
  • Sur paroles, La Bartavelle, 1995
  • Lignes, Les arts du pont, 1996
  • Poèmes choisis, 1975-1996, Rougerie, 1997
  • Mémoires de l'anamorphose, Thierry Lambert, 1997
  • Du blé de poésie, Le Dé Bleu, 1997
  • D'après peinture, Rafael de Surtis, 1999
  • Passible de..., Autres Temps, 1999
  • Dans les filets du réveil, E. C. Éditions, 1999
  • Tiens bon la rampe !, Le Dé Bleu, 2001
  • Est resté ce qu'il a pu, Autres Temps, 2002
  • Avant l’indispensable nuit, Sac à mots éditions

Romans[modifier | modifier le code]

  • La proie et l'ombre, Paris, Éd. Robert Laffont, 1945
  • Pas même la mort, Laffont, 1946
  • Si tu veux voir les étoiles, Julliard, 1948
  • Les papiers, Le Globe, 1951 (Albin Michel, 1955)
  • Une fleur de sang, Paris, Éd. Albin Michel, 1995 (Prix Del Duca).
  • Le Luxe des pauvres, Albin Michel, 1956
  • Un train en cache un autre, Albin Michel, 1964
  • Une pie sur un tambour, Albin Michel, 1980
  • Pension de famille, Paris, Éd. Belfond, 1983

Contes et nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Les ballons, Feuillets de l'Ilot, 1983
  • Le retour de la joie, Le Méridien, 1949
  • Le Chant du cygne, Rougerie, 1953
  • Les Heureux de la terre, Albin Michel, 1957
  • L'engrenage, France-Empire, 1976.
  • Désespérantes Hespérides, Amiot-Lenganey, 1992

Biographies romancées[modifier | modifier le code]

  • Diane de Poitiers, Intercontinentale du Livre, 1956
  • Chopin, Intercontinentale du Livre, 1957
  • La Fayette, Intercontinentale du Livre, 1957
  • Liszt, Intercontinentale du Livre, 1958
  • Gengis Khan, La Table Ronde, 1959
  • Wagner, Seghers, 1960
  • Berlioz, Seghers, 1962
  • Le Roman de Victor Hugo, Éditions du Sud, 1962

Essais, critiques[modifier | modifier le code]

  • Max Jacob, l'homme qui faisait penser à Dieu, Laffont, 1946
  • O.V de L. Milosz, Poètes d'aujourd'hui, Seghers, 1949, nouvelle version en 1972
  • Tristan Corbière, Poètes d'aujourd'hui, Seghers, 1951
  • Pierre Reverdy, Poètes d'aujourd'hui, Seghers, 1951, en collaboration avec Michel Manoll
  • Panorama critique des nouveaux poètes français, Seghers, 1952
  • Edgar Poe, Poètes d'aujourd'hui, Seghers, 1953
  • Blaise Cendrars, Éditions universitaires, 1955
  • Maurice Fombeure, Poètes d'aujourd'hui, Seghers, 1958
  • Attila József, Nouveaux Cahiers de Jeunesse, 1958
  • Orlando Pelayo, Éditions Cailler, Genève, 1959, 38 p. et 12 planches.
  • Dictionnaire de la Poésie Française contemporaine, 1962
  • La Sicile, Rencontres, 1963
  • William Blake, Poètes d'aujourd'hui, Seghers, 1964
  • Agrippa d'Aubigné, Seghers, 1966
  • La femme dans l'Art, Paris, Éd. Productions de Paris, 1966
  • Mort ou survie du Langage, Bruxelles, Éd. Sodi, 1969
  • Dictionnaire de la Poésie française contemporaine, Larousse, 1968
  • Histoire de la poésie française, PUF, collection « Que sais-je ? », 1976

Sources biobibliographiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]