Dampierre (Calvados)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dampierre.
Dampierre.
La chapelle funéraire.
La chapelle funéraire.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Vire
Canton Aunay-sur-Odon
Intercommunalité Communauté de communes Aunay-Caumont-Intercom
Maire
Mandat
Pierre Fabien
2008-2014
Code postal 14350
Code commune 14217
Démographie
Gentilé Dampierrais
Population
municipale
117 hab. (2011)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 02′ 38″ N 0° 52′ 05″ O / 49.0438888889, -0.868055555556 ()49° 02′ 38″ Nord 0° 52′ 05″ Ouest / 49.0438888889, -0.868055555556 ()  
Altitude Min. 97 m – Max. 181 m
Superficie 5,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Dampierre.

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Dampierre.

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dampierre.

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dampierre.

Dampierre est une commune française, située dans le Bocage virois et dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 117 habitants[1] (les Dampierrais).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est aux confins du Bocage virois, du Bessin et du pays saint-lois, sa situation dans l'arrondissement de Vire privilégiant le classement dans le premier pays. Dampierre fait partie de la communauté de communes Aunay-Caumont-Intercom et à ce titre peut être localisée dans le Pré-Bocage, désignation récente, sorte de seuil du Massif armoricain, dont elle est l'extrême ouest. L'atlas des paysages de la Basse-Normandie la place au sud de l'unité du Bocage en tableaux caractérisée par « une série de vallées parallèles sud-ouest/nord-est » aux « amples tableaux paysagers »[2]. Son bourg est à 5 km au nord de Saint-Martin-des-Besaces, à 7,5 km au sud-ouest de Caumont-l'Éventé et à 9 km à l'est de Torigni-sur-Vire[3].

Trois routes départementales se rejoignent dans le bourg. La D107 (D53 dans la Manche limitrophe) permet à l'ouest de retrouver Torigni-sur-Vire. Au nord, la D190 croise la route Torigni-Caumont-l'Éventé. La D107, à l'est, mène à Saint-Jean-des-Essartiers et permet d'emprunter à quelques centaines de mètres la direction de Caumont. Plus au sud, la D85 rejoint Saint-Ouen-des-Besaces, permettant ainsi l'accès à l'A84 (sortie 41).

Dampierre est dans le bassin de la Vire, par son sous-affluent la Drôme qui délimite le territoire du sud au nord-est. Deux de ses affluents parcourent le territoire communal : la rivière de Montaigu qui marque la limite avec Le Perron (Manche) au nord-ouest et un modeste ruisseau traversant le bourg.

Le point culminant (181/182 m) se situe au sud, près du lieu-dit la Campagne. Le point le plus bas (97 m) correspond à la sortie de la Drôme du territoire, au nord. La commune est bocagère.

La pluviométrie annuelle avoisine les 950 mm[4].

Les principaux lieux-dits sont, du nord-ouest à l'ouest, dans le sens horaire, la Lande, le Village au Blond, la Monerie, le Bourg, la Prairie, les Azes, le Moulin, la Fouquerie, le Betzée, les Mares, la Bertherie, la Campagne, le Pavillon, le Château, le Hurel, Berguenotte, Dajon, le Pelletier, la Maillarderie et le Boucher[5].

Communes limitrophes de Dampierre[6]
Le Perron (Manche) Sept-Vents Sept-Vents
Placy-Montaigu (Manche) Dampierre[6] Saint-Jean-des-Essartiers
Placy-Montaigu (Manche) Saint-Ouen-des-Besaces Saint-Ouen-des-Besaces

Toponymie[modifier | modifier le code]

Issu du latin dominus, l'ancien français dam ou dom avait le sens de « saint ». La paroisse est donc dédiée à l'apôtre Pierre[7]. La forme savante Danpetra, attestée en 1198, est visiblement due à une confusion par l'interprétation de pierre en petra[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIVe siècle, Girette (ou Perette) de Dampierre, apporte par mariage la seigneurie de Dampierre à Hébert Thésart[9]. Au XVe siècle, Marie Thésart leurs arrière-petite-fille, apporte par mariage la seigneurie de Dampierre à Nicolas de Silly. Au XVIe siècle, après leur fils François de Silly[10] et leur petite-fille Jacqueline de Silly; la seigneurie de Dampierre passe au main de Hervé de Longaulnay[11] (demi-frère de François de Silly) et elle restera dans cette famille jusqu'au XIXe siècle .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1983 2008 Jean-Pierre Bures    
2008 en cours Pierre Fabien SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 117 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2]. Dampierre a compté jusqu'à 687 habitants en 1806.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
655 612 687 638 557 515 533 523 506
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
470 413 403 419 454 392 409 403 372
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
351 344 314 298 326 309 261 268 276
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
234 200 169 173 136 121 116 117 116
2011 - - - - - - - -
117 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les gisants de Nicolas de Silly et de Marie de Dampierre.
  • Le château (XVIIe siècle) inscrit monument historique par arrêté du 14 décembre 1928 ; la porterie et colombier ont été classés par arrêté du 26 septembre 2000[14].
  • L'église Saint-Pierre (XVIe siècle), abritant le tombeau avec gisants de Nicolas de Silly et de sa femme, classé monument historique à titre d'objet en 1908[15].
  • La chapelle funéraire des marquis de Dampierre (XIXe siècle).

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, superficie : répertoire géographique des communes[16].
  1. Population municipale 2011.
  2. [PDF] « www.basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr (Dreal Basse-Normandie) - Les unités de paysage : Unité 4.3.3 : Le Bocage en tableaux » (consulté le 29 mars 2013)
  3. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  4. « Pluviométrie interannuelle. Normale 1970-2000 » (archive Wikiwix du site www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr)
  5. Dampierre sur Géoportail.
  6. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  7. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton,‎ octobre 1999 (ISBN 2-862537-9), p. 159
  8. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎ 1963
  9. http://gw.geneanet.org/pierfit?lang=fr;p=hebert;n=thezard;oc=1
  10. http://gw.geneanet.org/pierfit?lang=fr;p=francois;n=de+silly;oc=2
  11. http://gw.geneanet.org/pierfit?lang=fr;p=herve;n=de+longaulnay;oc=3
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  14. « Château », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. « Monument sépulcral », base Palissy, ministère français de la Culture.
  16. Site de l'IGN.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arcisse de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, t. 3 : Arrondissements de Vire et de Bayeux, Caen, Hardel,‎ 1857 (lire en ligne), p. 256-263

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :