Saint-Jean-des-Essartiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Jean-des-Essartiers
Église Saint-Jean
Église Saint-Jean
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Vire
Canton Aunay-sur-Odon
Intercommunalité Communauté de communes Aunay-Caumont-Intercom
Maire
Mandat
Denis Jourdain
2014-2020
Code postal 14350
Code commune 14596
Démographie
Gentilé Essartais
Population
municipale
211 hab. (2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 02′ 41″ N 0° 50′ 16″ O / 49.044722, -0.83777849° 02′ 41″ Nord 0° 50′ 16″ Ouest / 49.044722, -0.837778  
Altitude Min. 109 m – Max. 202 m
Superficie 8,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Saint-Jean-des-Essartiers

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Saint-Jean-des-Essartiers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-des-Essartiers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-des-Essartiers

Saint-Jean-des-Essartiers est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 211 habitants[1] (les Essartais).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au nord du Bocage virois, à proximité du Bessin. Son bourg est à 4,5 km au nord de Saint-Martin-des-Besaces, à 6 km au sud-ouest de Caumont-l'Éventé, à 11 km à l'est de Torigni-sur-Vire et à 15 km à l'ouest de Villers-Bocage[2].

Le territoire est traversé par la route départementale no 53 reliant Caumont-l'Éventé au nord à Saint-Martin-des-Besaces au sud. À l'écart à l'ouest de cette voie, le bourg est traversée par la D 53 qui les relie à l'est et se prolonge vers Saint-Pierre-du-Fresne. À l'ouest, elle permet de joindre Dampierre. Parcourant l'extrémité est du territoire, l'A84 est accessible par la D 53 sur la commune de Saint-Ouen-des-Besaces voisine au sud (sortie 41).

Saint-Jean-des-Essartiers est majoritairement dans le bassin de la Vire, par trois sous-affluents, dont le ruisseau de la Planche au Prêtre au sud et le ruisseau de la Rosière au nord, qui rejoignent la Drôme limitant la commune à l'ouest. Une petite partie à l'est du territoire, comprenant l'aire de repos de l'A84, est dans le bassin de la Seulles, autre fleuve côtier, par l'un de ses premiers affluents, la Seullette.

Le point culminant (202 m) se situe en limite, au sud-est de la partie principale du territoire, sur la pente d'une colline parcourue par l'autoroute A84 qui atteint la cote de 234 m sur la commune voisine des Loges. Le point le plus bas (109 m) correspond à la sortie de la Drôme du territoire, à l'ouest. La commune est bocagère.

Le climat est océanique, comme dans tout l'Ouest de la France. La station météorologique la plus proche est Caen-Carpiquet, à 32 km[3]. Le Bocage virois s'en différencie toutefois pour la pluviométrie annuelle qui, à Saint-Jean-des-Essartiers, avoisine les 1 000 mm[4].

Les lieux-dits sont, du nord-ouest à l'ouest, dans le sens horaire : Brécy, le Calvaire, Thêmes, la Lasserie, les Poultiers (au nord), la Teinturière, la Récussonnière, la Maison Brûlée, le Homme (à l'est), l'Hôtel aux Allains, la Gare, Hervieu, l'Hôtel Quesnotte, la Hogue, le Hameau Vic, Maisonneuve, la Hoguette, la Croix Hamel, l'Hôtel Hamel, le Becquet, la Roque Poret (au sud), la Morichèse, le Clos, la Roquette, le Piquet, les Poultiers (deux lieux-dits à ce nom), le Bailleul, le Moulin Bouvet (à l'ouest), le Champ Morel, le Poulet, le Bourg, le Boc et Caligny[5].


Communes limitrophes de Saint-Jean-des-Essartiers[6]
Sept-Vents Sept-Vents Cahagnes
Dampierre Saint-Jean-des-Essartiers[6] Cahagnes
Saint-Ouen-des-Besaces Saint-Martin-des-Besaces voir ci-dessous

Le territoire de Saint-Jean-des-Essartiers a une forme très particulière et complexe. En effet, si la plus grande partie est à l'ouest du territoire de la petite commune des Loges, il contourne cette commune, l'englobant ainsi à l'ouest, au nord et à l'est. C'est à l'extrême sud-est que le découpage est le plus complexe : le territoire de Saint-Jean jouxte la commune de Cahagnes, mais également par un angle Saint-Pierre-du-Fresne, créant ainsi une enclave d'environ 150 hectares de Cahagnes. Quelques hectomètres plus à l'ouest, Saint-Jean jouxte également un appendice de La Ferrière-au-Doyen, commune associée à Saint-Martin-des-Besaces.

La complexité est encore plus en évidence sur l'aire de Cahagnes de l'autoroute A84 (sens Rennes-Caen). À ce niveau, l'enclave de Cahagnes possède également un appendice. De ce fait, l'entrée de l'aire est sur Saint-Jean, l'essentiel des places de parking et l'autoroute à ce niveau est sur Cahagnes, et l'on réempreinte l'autoroute sur Saint-Jean[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La paroisse et son église sont dédiées à l'apôtre Jean. Essartiers semble rappeler les défricheurs du Moyen Âge. Ailleurs en Normandie, cette mémoire des essartages est également présente dans Les Essarts, Lessard-et-le-Chêne et Coupesarte[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
 ? septembre 1991 Georges Dubois    
septembre 1991 mars 2001 Eugène Jeanne SE Agriculteur
mars 2001 en cours Denis Jourdain[9] SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[9].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 211 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2]. Saint-Jean-des-Essartiers a compté jusqu'à 506 habitants en 1846.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
460 474 504 493 503 487 485 506 482
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
464 432 400 397 383 380 381 398 370
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
338 318 290 266 244 275 270 259 259
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
281 238 208 162 150 153 168 177 210
2011 - - - - - - - -
211 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  3. Distance orthodromique selon le site Lion 1906
  4. « Pluviométrie interannuelle. Normale 1970-2000 » (consulté le 9 février 2014) (archive Wikiwix du site www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr)
  5. Saint-Jean-des-Essartiers sur Géoportail.
  6. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  7. Voir cadastre.gouv.fr, section ZB à l'est de la commune.
  8. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton,‎ octobre 1999 (ISBN 2-86253247-9), p. 145
  9. a et b Réélection 2014 : « Saint-Jean-des-Essartiers (14350) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 1er mai 2014)
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :