Courville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Courville (homonymie).
Courville
Le village et l'église Saint-Julien de Courville.
Le village et l'église Saint-Julien de Courville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement Reims
Canton Fismes
Intercommunalité Communauté de communes des Deux Vallées du Canton de Fismes
Maire
Mandat
Vincent Bennezon
2014-2020
Code postal 51170
Code commune 51194
Démographie
Population
municipale
462 hab. (2011)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 16′ 07″ N 3° 41′ 52″ E / 49.2686111111, 3.69777777778 ()49° 16′ 07″ Nord 3° 41′ 52″ Est / 49.2686111111, 3.69777777778 ()  
Altitude Min. 67 m – Max. 200 m
Superficie 11,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de Marne
City locator 14.svg
Courville

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de Marne
City locator 14.svg
Courville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Courville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Courville

Courville est une commune française, située dans le département de la Marne en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Courville est située dans une courbe de la vallée de l'Ardre. Elle se trouve à 27 km de Reims.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Courville est mentionné sous la forme latinisée curba villa vers l'An Mil. Comme pour Courville-sur-Eure (Eure-et-Loir, Curvavilla XIe siècle), les formes anciennes induisent le sens de « ferme ou village courbe », explication donnée par Albert Dauzat et Charles Rostaing[1]. Cependant, on ne dispose pas de formes suffisamment anciennes de ce toponyme pour pouvoir trancher. En outre, phonétiquement la forme attendue devrait être « Courbeville », comme Courbevoie ou Courbeveille, ville étant du genre féminin, à moins de supposer un emploi au masculin du terme ville. De plus, le sens est assez obscur et l'association de cet adjectif à l'appellatif -ville inusuelle. En effet, il est rarement composé avec un adjectif, à part quelques stéréotypes du type Neuville ou Hauteville, mais avec un nom de personne dans l'immense majorité des cas. Il est donc préférable d'y voir un nom de personne non-identifié, comme il en est parfois dans un certain nombre de noms en -ville, le stock d'hypocoristiques étant étendu et varié, ils ne sont donc pas tous connus.

Histoire[modifier | modifier le code]

Courville était une ville fortifiée, dont une partie de l'enceinte est toujours visible. Elle eut à se défendre contre les attaques du comte de Champagne puis des troupes anglaises. Du VIIe siècle jusqu'à la Révolution française, elle appartint au domaine des archevêques de Reims[2] et, à partir de la Renaissance, son château, reconstruit, servit de résidence d'été à ces derniers. Il existe encore, au-dessus de l'église, la chapelle gothique des archevêques, à laquelle ceux-ci pouvaient, à l'époque, accéder directement depuis leur château au moyen d'une passerelle à deux étages[3].

En 1792, après la Révolution française, le château et ses propriétés furent déclarés bien nationaux et vendus par lots. Après avoir appartenu à différents propriétaires, il fut détruit par l'armée allemande en 1918[4].

Pendant la Première Guerre mondiale, un aérodrome fut installé sur le plateau de la ferme de la Bonne Maison, à cheval entre plusieurs villages de la région, dont Courville. Il servit de base à des escadrilles envoyées vers le proche Chemin des Dames. Il accueillit en particulier l'escadrille des Cigognes en 1917 et des pilotes anglais et américains en 1918[5].

L'aviateur William Muir Russel, mort dans un combat aérien en juillet 1918, fut enterré dans le cimetière de Courville. Son père, Henry Russel, fit don d'une somme importante au village dévasté par l'armée allemande en retraite. Le conseil municipal put ainsi construire un système d'adduction d'eau sur plus d'un kilomètre, entre le plateau de la Bonne Maison et un nouveau lavoir (le "lavoir américain", rénové en 2010) ainsi qu'une fontaine[6] inaugurés en 1926.

Lavoir monument.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1995 2013 Bernard Lavalard[7]    
2013 en cours Vincent Bennezon[8]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 462 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
480 475 522 475 508 461 491 494 488
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
465 446 448 436 422 424 424 441 437
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
453 439 399 369 393 309 328 326 323
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
285 297 279 317 358 356 429 439 462
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Le territoire de Courville contenait des carrières, où était extraite la « pierre de Courville »[11], utilisée notamment pour la construction de la cathédrale de Reims[12].

La commune de Courville a racheté 12 hectares d'étangs, creusés au XIIe par les moines de l'abbaye d'Igny et vendus à la Révolution française pour qu'y soit pratiquée, à partir de 2006, la pisciculture. Jusqu'en 2009, des brochets y ont été élevés, qui servaient à l'approvisionnement des cours d'eau du nord-est de la France[13].

Courville appartient à la zone de production des raisins de l'appellation d'origine contrôlée Champagne[14] mais la majorité de sa surface agricole utile est consacrée aux « grandes cultures » : en 2000, 582 hectares étaient occupés par ces dernières contre 13 par les légumes, les fruits et la viticulture[15]. D'après l'abbé Galland, ancien curé de Courville et auteur d'une monographie sur le village, la viticulture sur le territoire de Courville a été abandonnée dans la première moitié du XXe à cause de mauvaises récoltes, de gel et de maladies[4].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud, Paris 1978.
  2. Don de Warato (décédé en 686) maire du palais de Neustrie à Nivard de Reims.
  3. Site officiel du village, L'histoire de Courville
  4. a et b Monographie de Courville, par l'Abbé J. Galland, extraits
  5. Site officiel du village, L'aviation à Courville pendant la 1e guerre mondiale
  6. Site officiel du village, Le lavoir américain
  7. [xls]« Liste des maires de la Marne au 1er août 2008 », sur site de la préfecture de la Marne (consulté le 22 décembre 2008).
  8. [PDF]« Mise à jour », sur site de l'Association des maires de la Marne (consulté le 7 août 2013), p. 1
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  11. [PDF] Gilles Fronteau, André Pascal et Vincent Bardin, « Caractérisation de la Pierre de Courville (Lutétien, Marne, France). Relations entre diagenèse et propriétés pétrophysiques », Géologie de la France, no 4,‎ 2002, p. 51-59 (lire en ligne)
  12. Site officiel du village, Page d'accueil
  13. Site officiel du village, Les étangs de Courville
  14. Aire géographique du Champagne blanc
  15. Dossier de l'INSEE sur la Commune de Courville, mis à jour le 28 juin 2012
  16. « Eglise Saint-Julien », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « retable », base Palissy, ministère français de la Culture