Colonel Homer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Colonel Homer
Saison 19
Épisode no 16

Titre original Papa don't Leech
Titre québécois J'ai une chanteuse qui ne veut pas mourir
Code de production KABF09
1re diffusion aux É.-U. 13 avril 2008
1re diffusion en France 16 octobre 2008
Tableau noir Aucune
Gag du canapé Un pinceau peint les Simpson sur le canapé
Scénariste Reid Harrison
Réalisateur Chris Clements
Chronologie
Précédent Une histoire fumeuse Tragédie bovine Suivant
Listes
Liste des épisodes de la saison 19
Liste des épisodes des Simpson

Colonel Homer est le 16e épisode de la saison 19 de la série télévisée d'animation Les Simpson.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Lorsque le maire Quimby se rend compte que les comptes de la ville sont a sec, il décide de faire croire au gouvernement, sur une idée d'Homer, que la ville a été dévastée par un ouragan afin de toucher des fonds d'urgence mais un imposteur qui se fait passer pour un agent de l'État parvient à extorquer de l'argent à la ville, l'endettant un peu plus. C'est à ce moment qu'intervient Lisa qui, après avoir fait des recherches, révèle que de nombreux habitants n'ont pas payé leurs impôts, créant un déficit de plusieurs millions de dollars. S'ensuit alors une chasse aux mauvais payeurs à laquelle seule la chanteuse de country Lurleen Lumpkin parvient à échapper. Recherchée par tous les habitants, Lurleen, qui est déjà fauchée, se tourne alors vers Homer, son ancien imprésario, pour qu'il lui vienne en aide, au grand désespoir de Marge qui ne veut pas d'elle dans leur maison.

Références culturelles[modifier | modifier le code]

  • Au début de l'épisode Homer rêve qu'il tue son père de la même façon que Tony Soprano tue son neveu Christopher Moltisanti
  • C'est à partir de cet épisode que Gérard Rinaldi remplace le défunt Michel Modo pour les voix de Krusty, Clancy Wiggum, Joe Quimby, Kent Brockman etc... en VF de France.
  • C'est une suite directe à l'épisode «Impressario de mon cœur», épisode 20 de la saison 3.
  • La première scène de l'épisode, quand Homer tue son père (en rêve) , fait référence à la série les Soprano, quand Tony Soprano tue son neveu Christopher Moltisanti.
  • Le titre original est une parodie de la chanson de Madonna, «Papa Don't Preach».
  • Le titre québécois est une parodie de la chanson de Renée Martel, « Un amour qui ne veut pas mourir ».
  • Un des jouets de Bart est Monsieur Patate.
  • Les Dixie Chicks font une apparition.
  • Marge promeut la marque Estée Lauder.
  • Le titre anglais "Papa don't Leech" , qui signifie "Papa, ne sois pas un parasite"[1] est devenu en français "Colonel Homer" , qui était lui-même le titre anglais de l'épisode 20 de la II° saison (Imprésario de mon cœur en français) , diffusé le 26 mars 92 aux USA. Lurleen Lumpkin y apparaissait pour la 1° fois, et Homer quittait presque Marge pour elle.
  • L'épisode a été peu apprécié aux USA : critiques comme téléspectateurs ont été probablement perturbés par la séquence onirique de début (Homer assassinant son père) , la relation complexe et trouble entre Lurleen et son père (un escroc alcoolique et drogué) , et l'absence de "happy end" (cf infra) . Des critiques[2] se sont même demandé en quoi il était nécessaire de faire réapparaitre au bout de 16 ans la chanteuse "country" Lurleen, femme libre mais dépendante, qui restera une loser ("perdante") et une marriage-wrecker ("tueuse de mariages") , perpétuellement à la recherche de son père qui la fuit...

Pourtant l'épisode comporte d'excellentes chansons country par les Dixie Chicks (en particulier "Dady's Back") , et la séquence sur la monomanie affective de Lurleen (on voit défiler toutes sortes de sosies de Homer) est hilarante, comme la séance de photo chaotique (une de plus) qui aboutit à Homer portant ses fesses en effigie sur son T-shirt.

  • Encore un expédient du maire Kimby : il fait appel à la FEMA pour renflouer les caisses de sa municipalité en faillite (suite à une prétendue catastrophe naturelle) , mais un escroc approfondira encore le déficit de Springfield
  • le père de Lurleen arbore un T-shirt portant l'inscription "No Child Support" ("Pas d'obligation alimentaire) : c'est un "deadbeat dad" (père "qui fait le mort" et refuse de se plier à l'obligation légale de subvenir aux besoins de ses enfants)[3].
  • Lurleen, abandonnée une fois de plus par son père, a découpé le mot "Pop" ("Papa") de tous les emballages de nourriture : "Pop-Tart" - "Jiffy Pop"[4] etc... Aussi, quand Bart empoigne un paquet de Rice Krispies qui a un trou à la place du fameux slogan "Snap! Crackle! Pop!" , les krispies se répandent à terre. Et Bart se met à 4 pattes pour manger, tout en grinçant : "On pourrait croire que c'est marrant de vivre avec des dingues. Pas du tout : c'est déprimant"[5].
  • La fin n'est pas une "happy end"  : Lurleen, addicte aux hommes qui ressemblent à Homer (et qui l'ont ruinée), part en tournée avec les Dixie Chicks et son futur mari, encore un sosie d'Homer (cette fois, une version biker) . Et si Homer recommande à Lurleen  : "Celui-là, il faudra le garder" , Marge, prévoyante, s'approche de Lurleen sous prétexte de l'embrasser, et lui siffle dans l'oreille  : "Et si tu t'approches encore de Homer, je t'étrangle avec tes extensions capillaires. Oui, je sais que tu en portes"[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. leech = sangsue ; allusion au mode de vie du père de Lurleen, Royce "Boss Hogg" Lumpkin
  2. [1] [2]
  3. voir l'article de WP en "Deadbeat parent"
  4. Le "Jiffy Pop" (Pop corn instantané) est vendu tout emballé dans une poèle qu'il suffit de mettre à chauffer : le maïs huilé cuit, gonfle, il ne reste qu'à déguster
  5. Wikiquote : http://en.wikiquote.org/wiki/The_Simpsons/Season_19#Papa_Don.27t_Leech
  6. Wikiquote id supra