Renée Martel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Martel.

Renée Martel (née le à Drummondville) est une chanteuse québécoise, auteure, compositrice et animatrice considérée dans son pays comme la « reine du country ». Renée Martel façonne l'identité culturelle et sociale du Canada depuis des décennies par ses chansons et sa façon de raconter la vie de tous les jours. Elle est considérée comme étant l'une des plus grandes chanteuse au Canada. Elle a vendu près de 10 millions de disques, a reçu dans sa carrière des dizaines de prix, dont plusieurs prix Félix et est considérée comme une légende de la musique québécoise. Sa carrière s'échelonne sur plus de 60 ans. Plusieurs documentaires, livres, émissions de télévision et projets de recherches universitaires ont pour sujet la grande dame du Country au Québec. Une icône, une âme fragile, mais surtout une ambassadrice culturelle québécoise que le Québec admire et honore.

Origines[modifier | modifier le code]

Née à Drummondville, Renée Martel est la fille de Marcel Martel, reconnu avec Willie Lamothe et Paul Brunelle comme un des plus grands chanteurs country québécois d'après-guerre. Sa mère, Noëlla Therrien, était également chanteuse et accompagnait Marcel dans ses tournées.

Au début des années 1950, Marcel Martel tombe malade et n'est plus capable de subvenir aux besoins de sa famille. Renée est d'abord mise en pension chez des voisins puis, en 1951, envoyée dans un orphelinat à Nicolet[1]. Elle y séjourne environ un an. Ses parents la ramènent à la maison puis, Marcel, guéri, entreprend une série de tournées musicales à travers le Québec. Renée y accompagne ses parents. Elle apprend à chanter et, en 1954 (elle a alors 7 ans), participe aux prestations de la famille en chantant Un coin de ciel bleu dans les bars avec son père. La même année, elle enregistre un premier album avec sa famille, Noël en famille[2].

En 1957, Marcel Martel tombe de nouveau malade des poumons et déménage à Los Angeles, dans un climat plus chaud. C'est là que Renée apprend la langue anglaise. La famille Martel revient au Québec en 1963. À partir de septembre de la même année, le père anime l'émission country Marcel Martel au canal CHLT de Sherbrooke, à laquelle participe sa fille en tant que chanteuse[3].

En 1964, la compagnie de disques Meteor l'engage et elle enregistre un premier disque solo, C'est toi mon idole, qui se vend plus ou moins bien[4]. D'autres disques suivent, Renée Martel est bientôt invitée à l'émission Jeunesse d'aujourd'hui animée par Pierre Lalonde et Joël Denis.

La chanteuse pop[modifier | modifier le code]

Le contrat avec Meteor prend fin en 1966 et Renée Martel continue sa carrière sans son père. Elle se forme un groupe, Renée and the Silverboys (appelé ainsi parce que ses musiciens se vaporisaient les cheveux avec de la couleur argentée) et se produit dans plusieurs cabarets dont celui de Fernand Gignac[5].

À l'été 1967, elle signe un contrat avec le gérant Gerry Plamondon, qui travaille pour la compagnie de disques Trans-Canada, et enregistre son premier véritable hit, Liverpool. S'ensuit une série de tubes qui se vendent à pas moins de 150 000 exemplaires chacun[6] (Je vais à Londres, Viens changer ma vie, Nos jeux d'enfants, Le bateau du bonheur, Prends ma main, Mon roman d'amour). En 1968, elle est élue Révélation de l'année au Gala des Artistes et participe à la tournée Musicorama avec Stéphane, Karo, Patrick Zabé, les Jades, les Hou-Lops et les Lutins[6].

Renée Martel vit très mal sa rupture avec le chanteur Jean Malo en 1971, et c'est à cette époque qu'elle commence à consommer de plus en plus d'alcool[3]. Son nouvel amoureux, le bassiste Jean-Guy Chapados, prend sa carrière en main. À l'été 1971, elle signe un contrat avec une nouvelle compagnie de disques, Trans-World. En février 1972 sort le 45 tours Un amour qui ne veut pas mourir(version française de "Never Ending Song of Love" du groupe Américain Delaney and Bonnie), chanson mi-pop mi-country qui deviendra son plus célèbre tube[7]. Les succès qui suivent prennent un son de plus en plus country : Partir au soleil, Si on pouvait recommencer, Donne-moi un jour, Le premier amour.

La chanteuse country[modifier | modifier le code]

En 1975, suite à la naissance de son fils Dominique, elle enregistre l'album Réflexions, produit par Chapados. Il s'agit d'un premier album aux chansons originales, Renée Martel ayant composé les paroles et Jean-Guy Chapados la musique. Mais l'album ne se vend pas très bien[8]. La même année, elle se reprend avec Cowgirl dorée, adaptation francophone effectuée par Robert Charlebois du succès Rhinestone Cowboy de Glen Campbell. À l'automne, elle se produit pour la première fois à la Place des Arts[9].

En 1978, peu après sa séparation avec Chapados, elle coanime l'émission country Patrick, Renée et lui-même avec Patrick Norman et Willie Lamothe. Quelques semaines plus tard, celui-ci tombe malade et l'émission reprend sous le titre Patrick et Renée[10]. En 1979, elle enregistre l'album Renée Martel chante Connie Francis et Brenda Lee, produit par Guy Cloutier.

Deux ans plus tard, elle participe à la tournée La Grande Rétro avec Johnny Farago, René Simard et les Classels. À l'automne, elle suit une première thérapie pour son alcoolisme, qui s'est accentué au cours des dernières années[11]. En 1983, elle écrira d'ailleurs le livre Renaissance, qui raconte l'histoire de sa lutte contre sa maladie. À la même époque elle enregistre l'album C'est mon histoire, dans lequel est inclus le succès Nous, on aime la musique country. Au Gala de l'ADISQ 1983, elle reçoit le prix Félix de l'album country de l'année.

En février 1984, Renée Martel fait de nouveau la Place des Arts où elle chante avec ses parents[3]. La même année, elle enregistre un nouvel album country, Cadeau, qui remporte un Félix en 1985. Elle anime ensuite une émission de radio, Martel en tête, à CKVL de Sherbrooke. En 1986, cependant, elle quitte le monde du spectacle et part s'établir au Maroc avec son nouveau mari et leur fille Laurence.

La Reine du country[modifier | modifier le code]

Renée Martel revient au Québec en 1990 et renoue vite avec le monde du spectacle. L'album Authentique, sorti en février 1992 et dans lequel se trouve la chanson Je reviens, se vend à 35 000 exemplaires[12] et est en nomination au Gala de l'ADISQ. Comme Réflexions en 1975, il est constitué de chansons entièrement composées par la chanteuse.

De 1993 à 1996, elle anime l'émission télévisée Country centre-ville, à Radio-Canada de Moncton, qui remporte de très bonnes cotes d'écoute, jusqu'à 900 000 téléspectateurs. Le country, un peu passé de mode dans les dernières années, reprend alors une certaine notoriété au Québec[3]. En 1997, Renée Martel sort l'album Country, qui est en nomination au Gala de l'ADISQ. Cette même année cependant, elle subit les premiers symptômes de sa maladie pulmonaire qui fait qu'elle annonce prématurément sa retraite en 1999. La même année, son père décède et elle décide d'enregistrer un ultime album pour lui rendre hommage. À mon père remporte le Félix du meilleur album country au Gala de l'ADISQ[13].

En 2002, elle écrit son autobiographie en collaboration avec son fils Dominique. Intitulé Renée Martel, Ma vie je t'aime, le livre est publié aux éditions Publistar. Elle y révèle, pour la première fois, avoir été violée à l'âge de 18 ans[14].

En 2006-2007, la maladie pulmonaire finit peu à peu par se résorber et Renée Martel renoue avec le monde du spectacle. En 2006, elle sort l'album Un amour qui ne veut pas mourir, dans lequel elle reprend ses vieux succès qu'elle interprète de manière acoustique. En 2007, elle recommence petit à petit à se produire dans de petites salles comme l'Anglicane de Lévis ou le Théâtre Petit Champlain[15]. . Depuis qu'elle a repris ses spectacles, les salles sont toujours bondées. Son album "L'Héritage" est sorti en magasin le 27 mai 2008.. Un nouvel album, Une femme libre, voit le jour en janvier 2012 avec la collaboration de Richard Séguin, Nelson Minville et Martine Pratte, pour ne nommer que ceux-là. En 2012, Renée Martel désire élargir ses horizons et célébrer en grand ses 60 ans de carrière. En janvier, elle sort l'album Une Femme Libre. Elle vend des milliers de copies de cet album. En résultat, elle obtiendra 2 Félix en novembre 2012. L'un pour le meilleur disque Country et l'autre concernant ses 60 ans de carrière. Malgré une carrière remplie, madame Martel amorce une nouvelle tournée en 2013. Celle-ci se veut une tournée hommage à ses 60 ans de vie culturelle. C'est loin d'être un adieu, mais un nouveau départ pour la reine du Country québécois. En février 2014, 15 ans après la mort de son célèbre père Marcel Martel, Renée Martel produit un album La Fille de son Père, qui se veut un hommage à la carrière musicale d'un pionnier de la culture québécoise. Elle se hisse rapidement au sommet des palmarès et entame une tournée jusqu'en 2016. À 67 ans, elle persiste et obtient un succès inégalé!

Discographie[modifier | modifier le code]

45 tours[modifier | modifier le code]

  • 1964 : C'est toi, mon idole / Parle mon cœur
  • 1965 : Notre bel amour / Sylvain
  • 1965 : Cette danse / La fin de l'amour
  • 1966 : Le folklore américain / Julie crève-cœur
  • 1966 : Un jeune homme bien / Les marionnettes
  • 1966 : Ces bottes sont faites pour marcher / Monsieur Cannibale
  • 1966 : Noir, c'est noir / Hank parky
  • 1966 : Parle mon cœur / Instrumental
  • 1966 : La berceuse de ton cœur / Sèche tes larmes
  • 1966 : Quand un amour renaît / Je chante pour toi
  • 1967 : Liverpool / Oublie ces mots
  • 1968 : Je vais à Londres / Johnny Angel
  • 1968 : Les vacances / Tous les arbres sont en fleur (avec Michel Pagliaro)
  • 1968 : Viens changer ma vie / J'aurai mon tour de chance
  • 1968 : Le petit train bleu / As-tu vu le Père Noël?
  • 1969 : À demain my Darling / Quand un bateau passe
  • 1969 : C'est l'été / Vous (avec Michel Pagliaro)
  • 1969 : Embrasse-moi / La ronde des saisons
  • 1969 : Nos jeux d'enfants / Parlez-moi de lui
  • 1970 : Le bateau du bonheur / Un certain soir
  • 1971 : Prends ma main / Je suis la Terre
  • 1971 : Finalement
  • 1971 : Mon roman d'amour / Pour mon amour
  • 1972 : Un amour qui ne veut pas mourir / Ta femme à toi
  • 1972 : Partir au soleil / Je crois en toi
  • 1972 : Si on pouvait recommencer / Lentement
  • 1973 : Ce n'était qu'un rêve / Pourtant
  • 1973 : Donne-moi un jour / Tout est plus beau
  • 1974 : Le premier amour / J'sais pas pourquoi
  • 1974 : Quand nous ferons l'amour par cœur / J'ai trouvé ton mot
  • 1975 : La reine du foyer / Les sciences occultes
  • 1975 : Cowgirl dorée / Instrumental
  • 1976 : Quand va-t-on m'aimer? (avec Michèle Richard) / Instrumental
  • 1976 : J'aime la vie / Instrumental
  • 1977 : C'était toi, c'était moi, c'était nous / Instrumental
  • 1977 : Tu n'es plus là / Un amour comme le nôtre
  • 1978 : J'ai besoin de ton amour / Instrumental
  • 1978 : Souvenirs de vacances (avec René Simard) / Instrumental
  • 1979 : Darling / Une mère (par Fernand Gignac)
  • 1979 : Dis que tu m'aimes / Try me again
  • 1980 : Fool number 1 / All alone am I
  • 1981 : El lute / Une femme pour la vie
  • 1981 : Un coin de ciel / Il est là
  • 1981 : Amigo Hey Paulo (avec Johnny Farago) / Running scared (par Farago)
  • 1983 : Nous, on aime la musique country (avec ses parents) /Dors-bien mon ange
  • 1983 : Divorce / Valse au clair de lune
  • 1984 : Nous (avec Patrick Norman) / Instrumental
  • 1984 : Cadeau / Instrumental
  • 1985 : Premiers moments d'amour / Instrumental
  • 1985 : Stewball / Mes vingt ans
  • 1992 : Je reviens

Albums[modifier | modifier le code]

  • 1968 : Renée Martel
  • 1969 : Renée Martel
  • 1969 : Renée Martel
  • 1971 : Mon roman d'amour
  • 1972 : Un amour qui ne veut pas mourir
  • 1974 : Réflexions
  • 1978 : Tu n'es plus là
  • 1978 : René Simard et Renée Martel
  • 1980 : Renée Martel chante Connie Francis et Brenda Lee
  • 1981 : Un coin du ciel
  • 1982 : C'est mon histoire
  • 1984 : Cadeau
  • 1992 : Authentique
  • 1995 : Chantons Noël
  • 1998 : Country
  • 1999 : À mon père
  • 2006 : Un amour qui ne veut pas mourir
  • 2008 : L'Héritage
  • 2012 : Une femme libre

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1970 : Mon disque d'or (compilation)
  • 1978 : J'ai besoin d'amour (compilation)
  • 1999 : Renée Martel, volume 1: Liverpool (compilation)
  • 1999 : Renée Martel, volume 2: Cowgirl dorée (compilation)
  • 1999 : Renée Martel, volume 3: Premier amour (compilation)
  • 2002 : Une vie en chansons: 50 ans de carrière

Récompenses[modifier | modifier le code]

Félix pour le spectacle de l'année interprète, pour le spectacle L'héritage Gala de l'adisq 2009. Un autre Félix pour le Meilleur Album Country 2009. Elle remporte également un prix hommage au Gala de l'adisq 2012 pour ses 60 ans de carrière.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Renée Martel, Ma vie je t'aime, p. 12
  2. Idem, p. 17
  3. a, b, c et d Musicographie Renée Martel
  4. Renée martel, Ma vie je t'aime, p. 28
  5. Idem, p. 33
  6. a et b Musicographie Renée Martel, p. 54
  7. Renée Martel, Ma vie je t'aime, p. 77
  8. Idem, pp. 92-93
  9. Dictionnaire de la musique populaire au Québec, p. 318
  10. Renée Martel, Ma vie je t'aime, p. 105
  11. Idem, p. 151
  12. Renée Martel, Ma vie je t'aime, p. 215
  13. Idem
  14. Renée Martel, Ma vie je t'aime, pp. 34-35
  15. Nouvelles sur LCN

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Renée Martel et Dominique Chapados. Renée Martel, Ma vie je t'aime. Éditions Publistar. 2002.
  • Musicographie Renée Martel (documentaire réalisé par Jocelyn Caron et produit par Pierre Marchand). Canal Musimax. 1999.
  • Robert Thérien et Isabelle D'Amours. Dictionnaire de la musique populaire au Québec 1955-1992. IQRC. 1992