Bataille de Kloster Kampen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Kloster Kampen
La mort du chevalier d'Assas.
La mort du chevalier d'Assas.
Informations générales
Date
Lieu Kloster Kampen près de Wesel en Allemagne
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau du Royaume de France Royaume de France Royaume de Grande-Bretagne Royaume de Grande-Bretagne
Flag of the Kingdom of Prussia (1701-1750).svg Royaume de Prusse
Électorat de Brunswick-Lunebourg Électorat de Hanovre
Flag of Hesse (state).svg Hesse-Cassel
Armes de Brunswick-Lunebourg Duché de Brunswick-Lunebourg
Commandants
Charles de Castries Ferdinand de Brunswick-Lunebourg
Forces en présence
25 000 hommes 20 000 hommes
Pertes
3 123 1 615
Guerre de Sept Ans
Batailles
Europe

Minorque (navale) (1756) · Pirna (1756) · Lobositz (1756) · Reichenberg (1757) · Prague (1757) · Kolin (1757) · Hastenbeck (1757) · Gross-Jägersdorf (1757) · Moys (1757) · Rochefort (1757) · Rossbach (1757) · Breslau (1757) · Leuthen (1757) · Carthagène (navale) (1758) · Olomouc (1758) · Saint-Malo (1758) · Rheinberg (1758) · Krefeld (1758) · Domstadl (1758) · Cherbourg (1758) · Zorndorf (1758) · Saint-Cast (1758) · Tornow (1758) · Lutzelberg (1758) · Hochkirch (1758) · Bergen (1759) · Kay (1759) · Minden (1759) · Kunersdorf (1759) · Neuwarp (navale) (1759) · Hoyerswerda (1759) · Baie de Quiberon (navale) (1759) · Maxen (1759) · Meissen (1759) · Landshut (1760) · Emsdorf (1760) · Warburg (1760) · Dresde (1760) · Glatz (1760) · Legnica (1760) · Rhadern (1760) · Berlin (1760) · Kloster Kampen (1760) · Torgau (1760) · Belle-Île (1761) · Langensalza (1761) · Cassel (1761) · Grünberg (1761) · Villinghausen (1761) · Ölper (1761) · Kolberg (1761) · Wilhelmsthal (1762) · Burkersdorf (1762) · Lutzelberg (1762) · Almeida (1762) · Valencia de Alcántara (1762) · Nauheim (1762) · Vila Velha de Ródão (1762) · Cassel (1762) · Freiberg (1762)


Amérique du Nord
Guerre de la Conquête (1754-1763)

Jumonville Glen (1754) · Fort Necessity (1754) · Fort Beauséjour (1755) · Monongahela (1755) · Petitcoudiac (1755) · Lac George (1755) · Fort Bull (1756) · Fort Oswego (1756) · Kittanning (1756) · Fort William Henry (1757) · Louisbourg (1758) · Le Cran (1758) · Fort Carillon (1758) · Fort Frontenac (1758) · Fort Duquesne (1758) · Fort Ligonier (1758) · Québec (1759) · Fort Niagara (1759) · Beauport (1759) · Plaines d'Abraham (1759) · Sainte-Foy (1760) · Ristigouche (navale) (1760) · Mille-Îles (1760) · Signal Hill (1762)


Antilles

Cap-Français (1757) · Martinique (1759) · Guadeloupe (1759) · Dominique (1761) · Martinique (1762) · Cuba (1762)


Asie
Troisième guerre carnatique (1757-1763)

Chandernagor (1757) · Plassey (1757) · Gondelour (1758) · Negapatam (navale) (1758) · Condore (1758) · Madras (1758) · Pondichéry (navale) (1759) · Masulipatam (1759) · Chinsurah (1758) · Wandiwash (1760) · Pondichéry (1760) · Manille (1762)


Afrique de l'Ouest

Saint-Louis (1758) · Gorée (1758) · Gambie

Coordonnées 51° 30′ 08″ N 6° 30′ 58″ E / 51.50222, 6.51611 ()51° 30′ 08″ Nord 6° 30′ 58″ Est / 51.50222, 6.51611 ()  

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Kloster Kampen.

La bataille de Kloster Kampen (ou Clostercamp selon l'orthographe fluctuante de l'époque) fut une victoire tactique des Français sur les Alliés lors de la guerre de Sept Ans commencée le et finie le .

Prélude[modifier | modifier le code]

En bleu les mouvements français.

Au cours de l'automne 1760, l'archiduc Ferdinand de Brunswick, le commandant de l'armée alliée, menace Hanovre occupée par les Français. Pour créer une diversion, il attire 20 000 soldats français plus à l'ouest. Le commandement français se prépare à défendre la ville de Wesel, sur la rive orientale du Rhin, et décide de brûler les ponts à proximité de l'embouchure de la Lippe, tandis que le marquis de Charles de Castries vient précipitamment renforcer la garnison locale.

Le prince de Brunswick entame alors le siège de Wesel avec la création de deux ponts de bateaux. Il se résout à une bataille contre l'armée du marquis de Castries dans le Kloster Kampen à l'ouest de la rivière. Le général George Augustus Elliot commande l'avant-garde constituée de deux escadrons de hussards prussiens, des Royal Dragoons anglais, des Inniskilling Dragoons ainsi que des 87e et 88e Highlanders. La cavalerie hessoise et celle de Hanovre devant constituer la réserve.

La bataille[modifier | modifier le code]

La bataille commence au milieu de la nuit lorsque l'avant-garde alliée repousse les Français de Kloster Kampen et prend le pont sur le canal. Le son de la bataille prévient le gros de l'armée française du début de l'offensive adverse. L'aube s'est alors levée alors que les Anglais et les Prussiens s'apprêtent à passer à l'attaque. Les régiments de Highlanders se mettent alors à déborder les ailes françaises. Cela oblige les Français à se replier.

En danger, le marquis de Castries décide de faire entrer dans la bataille ses réserves, qui rallient les régiments en retraite. Il lance alors une contre-offensive contre l'infanterie alliée. L'attaque française surprend Anglais et Prussiens dont les régiments se désorganisent. Ces derniers doivent alors se replier de l'autre côté du canal. Malgré la mise en branle par le prince de Brunswick de ses réserves, celles-ci, trop éloignées du champ de bataille, ne peuvent arrêter la contre-offensive française.

À l'extrémité ouest du canal, Elliot conduit trois régiments de cavalerie britannique dans une charge qui provoque la confusion dans les rangs français. Cela permet aux autres forces battant en retraite de toutes se replier sur l'autre rive sans trop de dommages. Mais le prince de Brunswick est conscient que la victoire lui a échappé et réorganisant ses troupes, il se replie en direction du Rhin. À son arrivée, il constate que les ponts flottants qu'il avait établis ont été détruits et la traversée durera deux jours ; mais heureusement pour lui et ses hommes, le marquis de Castries n'avait pas ordonné la poursuite.

Le chevalier d'Assas[modifier | modifier le code]

C'est au cours de la nuit de cette bataille que périt le chevalier d'Assas capitaine en second de la compagnie des chasseurs d'Auvergne qui était sous les ordres du capitaine commandant le chevalier Jean de Spens. C'est à tort que l'on attribue au chevalier d'Assas la célèbre phrase : « À moi, Auvergne, c'est l'ennemi ! ». Elle fut prononcée par un caporal des chasseurs dénommé Dubois. Néanmoins, une pension de 1 000 livres fut donnée à la famille du chevalier d'Assas. Le régiment d'Auvergne était sous les ordres de comte de Rochambeau, colonel, du chevalier du Moulin de Labarthète, lieutenant-colonel, assistés de quatre capitaines commandants : les deux frères de Spens (François, aux grenadiers et Jean, aux chasseurs), Laborie et Castaignos (qui fit prisonnier le capitaine anglais Pool, commandant du régiment de grenadiers anglais). À cette bataille, le régiment d'Auvergne perdit 800 soldats, eut 58 officiers tués ou blessés dont ses colonel, lieutenant-colonel et capitaines commandant. À la compagnie des chasseurs, il ne survécut que 7 soldats et son capitaine commandant.

Épilogue[modifier | modifier le code]

Victoire française, de lourdes pertes, mais les ennemis quittent le terrain et abandonnent la manœuvre de diversion .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Archives de l'Armée à Vincennes : registre du régiment d'Auvergne, registres du régiment de la couronne et dossier individuel de Jean de Spens d'Estignols, maréchal de camps et armées du roi, dossier du chevalier d'Assas, dossier A1 3563 pièce 7 ;
  • Général Pajol, Les Guerres sous Louis XV, tome 5 p. 97-98 ;
  • Louis Susane, Histoire de l'ancienne infanterie française, J. Corréard, 1851
  • Charles Thoumas, Le livre du soldat : vertus guerrières, Berger-Levrault & Cie, 1891, Paris/Nancy ;
  • Lamy, ancien soldat au régiment : Précis historique sur le régiment d'Auvergne, précédé d'une épître aux mânes du brave chevalier d'Assas publié à Clostercamp en 1783.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]