Prise de Gorée (1758)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gorée et ses fortifications
Vue de l'attaque sur Gorée par Dominique Serres

La prise de Gorée a lieu en lorsqu'une expédition navale britannique commandée par Augustus Keppel prend possession de l'île de Gorée — alors sous souveraineté française située au large des côtes du Sénégal dans le cadre de la guerre de Sept Ans[1].

Une première tentative avec un effectif de 14 navires échoue en avril, mais suite à l'attaque du l'île capitule au premier jour du combat car la garnison se trouve affaiblie du fait d'une mutinerie qui s'était soldée par la fusillade de treize meneurs [2].

L'île est occupée par les Britanniques jusqu'en 1763 date à laquelle elle est restituée à la France dans le cadre du Traité de Paris. Bien que le traité stipulât : « S.M. Britannique restituera à la France l'île de Gorée dans l'état où elle était quand elle a été conquise », elle fut remise le 14 septembre au capitaine Larcher de Grandjean dans un état de ruine totale. Le gouverneur anglais n'ayant entrepris aucune reconstruction des fortifications entièrement détruites lors de la prise, ni du village réduit en cendre en 1761 et dont il ne restait que trois maisons [3].

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Fred Anderson, Crucible of War : The Seven Years War and the Fate of Empire in British North America, 1754-1766, Faber and Faber,‎ 2000
  • (en) Peter Douglas Brown, William Pitt, Earl of Chatham : The Great Commoner, George Allen & Unwin,‎ 1978
  • Jonathan R. Dull, La Guerre de Sept ans. Histoire navale, politique et diplomatique, Éditions Les Perséides,‎ 2009
  • (en) Frank McLynn, 1759 : The Year Britain Became Master of the World, Pimlico,‎ 2005, 432 p. (ISBN 9780099526391)
  • (en) Brendan Simms, Three Victories and a Defeat : The Rise and Fall of the First British Empire, Penguin Books,‎ 2008
  • Abdoulaye Camara et Joseph Roger de Benoist, Histoire de Gorée, Maisonneuve et Larose,‎ 2003, 155 p. (ISBN 2-7068-1765-8)

Liens internes[modifier | modifier le code]