Bataille de Meissen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Meissen
Informations générales
Date 3 décembre 1759
Lieu Meissen
Allemagne actuelle
Issue Victoire autrichienne
Belligérants
Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire Drapeau de la Prusse Royaume de Prusse
Commandants
Philipp Levin von Beck Christian Friedrich von Diericke
Forces en présence
4 000 hommes
Pertes
1 500 prisonniers
Guerre de Sept Ans
Batailles
Europe

Minorque (navale) (1756) · Pirna (1756) · Lobositz (1756) · Reichenberg (1757) · Prague (1757) · Kolin (1757) · Hastenbeck (1757) · Gross-Jägersdorf (1757) · Moys (1757) · Rochefort (1757) · Rossbach (1757) · Breslau (1757) · Leuthen (1757) · Carthagène (navale) (1758) · Olomouc (1758) · Saint-Malo (1758) · Rheinberg (1758) · Krefeld (1758) · Domstadl (1758) · Cherbourg (1758) · Zorndorf (1758) · Saint-Cast (1758) · Tornow (1758) · Lutzelberg (1758) · Hochkirch (1758) · Bergen (1759) · Kay (1759) · Minden (1759) · Kunersdorf (1759) · Neuwarp (navale) (1759) · Hoyerswerda (1759) · Baie de Quiberon (navale) (1759) · Maxen (1759) · Meissen (1759) · Landshut (1760) · Emsdorf (1760) · Warburg (1760) · Dresde (1760) · Glatz (1760) · Legnica (1760) · Rhadern (1760) · Berlin (1760) · Kloster Kampen (1760) · Torgau (1760) · Belle-Île (1761) · Langensalza (1761) · Cassel (1761) · Grünberg (1761) · Villinghausen (1761) · Ölper (1761) · Kolberg (1761) · Wilhelmsthal (1762) · Burkersdorf (1762) · Lutzelberg (1762) · Almeida (1762) · Valencia de Alcántara (1762) · Nauheim (1762) · Vila Velha de Ródão (1762) · Cassel (1762) · Freiberg (1762)


Amérique du Nord
Guerre de la Conquête (1754-1763)

Jumonville Glen (1754) · Fort Necessity (1754) · Fort Beauséjour (1755) · 8 juin 1755 · Monongahela (1755) · Petitcoudiac (1755) · Lac George (1755) · Fort Bull (1756) · Fort Oswego (1756) · Kittanning (1756) · Fort William Henry (1757) · Louisbourg (1758) · Le Cran (1758) · Fort Carillon (1758) · Fort Frontenac (1758) · Fort Duquesne (1758) · Fort Ligonier (1758) · Québec (1759) · Fort Niagara (1759) · Beauport (1759) · Plaines d'Abraham (1759) · Sainte-Foy (1760) · Ristigouche (navale) (1760) · Mille-Îles (1760) · Signal Hill (1762)


Antilles

Cap-Français (1757) · Martinique (1759) · Guadeloupe (1759) · Dominique (1761) · Martinique (1762) · Cuba (1762)


Asie
Troisième guerre carnatique (1757-1763)

Chandernagor (1757) · Plassey (1757) · Gondelour (1758) · Negapatam (navale) (1758) · Condore (1758) · Madras (1758) · Pondichéry (navale) (1759) · Masulipatam (1759) · Chinsurah (1758) · Wandiwash (1760) · Pondichéry (1760) · Manille (1762)


Afrique de l'Ouest

Saint-Louis (1758) · Gorée (1758) · Gambie

Coordonnées 51° 09′ 49″ N 13° 28′ 39″ E / 51.163612, 13.477551° 09′ 49″ Nord 13° 28′ 39″ Est / 51.163612, 13.4775  

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Meissen.

La bataille de Meissen eut lieu le 3 décembre 1759[1] à Meissen en Saxe (Allemagne actuelle), pendant la guerre de Sept Ans.

Contexte[modifier | modifier le code]

Après sa victoire de Maxen le 21 novembre 1759, le maréchal Leopold Joseph von Daun, chef de l'armée autrichienne, poursuit ses opérations contre les Prussiens pour les empêcher de reprendre Dresde. Frédéric II, qui n'a pas fini de reconstituer ses forces après la désastreuse bataille de Kunersdorf, doit entreprendre une difficile campagne d'hiver.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Von Daun envoie une partie de ses troupes, sous le commandement de Philipp Levin von Beck, pour envelopper un corps prussien commandé par Christian Friedrich von Diericke (de) à Meissen, au nord-ouest de Dresde. Von Diericke, inférieur en effectifs, ordonne à ses troupes de battre en retraite en traversant l'Elbe, mais les glaçons et le manque de barques ne permettent pas une évacuation complète. Von Diericke doit se rendre avec 1 500 hommes[2].

Conséquence[modifier | modifier le code]

Les Autrichiens conservent le terrain reconquis et peuvent maintenir dans la guerre leur allié, l'Électorat de Saxe, mais sans pouvoir marquer d'avantage décisif. Le 20 février 1760, von Beck, à la tête de 2 000 cavaliers croates, remporte une nouvelle victoire sur les Prussiens à la bataille de Koßdorf (de) et fait prisonnier le général prussien Ernst Heinrich von Czettritz (de). Frédéric II ne garde cependant pas rigueur à ses deux généraux, von Diericke et von Czettritz, qui ont tenu leur poste dans des conditions difficiles: après leur libération, l'un et l'autre reprennent du service et sont élevés au grade de lieutenant-général.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Albert Beauvais, Études françaises de littérature militaire, Duncker et Humblot,‎ 1855 (présentation en ligne)
  2. Friedrich August von Retzow, Nouveaux mémoires historiques sur la Guerre de Sept Ans, Volume 2, 1803, p. 219.

Sources[modifier | modifier le code]