Armée nationale libyenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Armée nationale libyenne
القوات المسلحة الليبية
L'emblème de l'armée nationale libyenne.
L'emblème de l'armée nationale libyenne.
Fondation Octobre 2011-présent
Branches Armée de terre libyenne
Armée de l'air libyenne
Marine libyenne
Commandement
Commandant en chef Osama al-Juwali (ministre de la Défense)
Chef d'état-major Yousef Mangoush (chef d'état major)
Main-d'œuvre
Disponibles au service militaire 1 775 078 hommes
1 714 194 femmes
Aptes au service militaire 1 511 144 hommes
1 458 934 femmes
Atteignant l'âge militaire chaque année 59 547  hommes
57 070 femmes
Actifs 35 000
Industrie
Fournisseurs étrangers Drapeau de la France France
Drapeau du Qatar Qatar
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau des États-Unis États-Unis

L’armée nationale libyenne (en arabe : translittération القوات المسلحة الليبية: Al-Gouwata Al-mouslaha Al-Libi) est une armée conventionnelle associée au Congrès général national mis en place après la rébellion en Libye en 2011 par le gouvernement provisoire libyen. En mai 2012, elle est composée de 35 000 soldats.

Elle remplace l'armée de libération libyenne et les Forces armées de la Jamahiriya arabe libyenne suite à la guerre civile libyenne.

Son commandant en chef en est le ministre de la Défense Osama al-Juwali.

Historique[modifier | modifier le code]

L'armée nationale libyenne est créée après la fin de la guerre civile libyenne en octobre 2011. L'armée nationale libyenne est rapidement confrontée à de multiples milices locales séparatistes qui refusent l'autorité du Conseil national de transition puis du Congrès général national démocratiquement élu lors de l'élection de l'assemblée constituante en juillet 2012. Des combats éclatent ainsi à l'aéroport de Tripoli le 4 juin et à Bani Walid du 9 septembre au 26 octobre 2012 faisant 50 soldats tués et 26 à 35 miliciens tués[1].

En décembre 2011, la Turquie annonce accepter assurer la formation de l'armée libyenne, en pleine réorganisation après la guerre civile[2],[3].

Selon une déclaration du général Khalifa Belqasim Haftar en janvier 2012, l'armée libyenne sera dans la capacité d'aligner assez de soldats pour protéger ses frontières dans trois à cinq ans. Le chef d'état major Yousef Mangoush fait par ailleurs du désarmement des milices et de la reconstruction des anciennes bases militaires une priorité pour la défense nationale[4].

Le 28 mai 2012, l'Italie et la Libye signent un accord bilatéral dans le domaine de la défense.

En juillet 2012, les Libyens annoncent leur souhait d'acquérir des Dassault Mirage F1 à la France (signature d'un accord de coopération militaire lors de la visite du Ministre de la Défense Gérard Longuet à Tripoli[5],[6]), des Eurofighter Typhoon au Royaume-Uni ainsi que des Lockheed C-130 Hercules et des hélicoptères CH-47 Chinook aux États-Unis[7].

En décembre 2012, des officiels russes indiquent que la coopération militaire avec la Libye va reprendre après que les nouvelles autorités libyennes aient demandé auprès de la Russie de réparer son arsenal militaire, notamment ses avions, en grande partie d'origine soviétiques[8].

En 2013 débute l'opération Cyrène, opération de formation de 2 000 des forces libyennes par les forces armées italiennes tandis que 6 000 autres le seront par les États-Unis. Financée par la Libye, les neufs premiers mois de 2013, elle aurait coûté 7,5 millions d'euros.

Équipement[modifier | modifier le code]

L'équipement de l'armée nationale libyenne est principalement hérité des stocks de l'ancien régime de Mouammar Kadhafi.

Armée de terre[modifier | modifier le code]

BMP-1 de l'armée nationale libyenne près de Misrata, 2 août 2012.
BTR-60. La Libye dispose d'exemplaires de ce type.

Bien que l'équipement utilisé par l'armée libyenne soit connu dans une certaine mesure, les chiffres exacts de l'équipement listé ci-dessous ne sont pas connus.

Infanterie[modifier | modifier le code]

Blindés[modifier | modifier le code]

Transport de troupes[modifier | modifier le code]

Artillerie[modifier | modifier le code]

Défense antiaérienne[modifier | modifier le code]

Armée de l'air[modifier | modifier le code]

Hélicoptères et aéronefs[modifier | modifier le code]

Marine libyenne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Marine libyenne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Confusion rife as Libyan army storms town of Bani Walid, The Guardian, 19 octobre 2012
  2. (en) Turkey to Train Libya's Army, Turkish Weekly, 21 décembre 2011
  3. (en) Turkey to Train Libya’s Army, Shabab Libya, 21 décembre 2011
  4. (en) Libya Army chief of staff wants to disarm fighters, Zee News, 5 janvier 2012
  5. (fr) Tripoli et Paris renforcent leur coopération militaire, 20 minutes, 26 février 2012
  6. (fr) Coopération militaire entre la France et la Libye, AfriqueJet, 30 novembre 2012
  7. (en) Libyan Air force to be re-equipped with Rafale and Typhoon multi-role fighters. And some U.S. planes too, The Aviationist, 4 juillet 2012
  8. (en) Russia and Libya: will they restore military and technical cooperation?, The Voice of Russia, 13 décembre 2012
  9. (fr) Libye : la France a armé les rebelles, Europe1, 29 juin 2011
  10. (en) Libya has taken delivery of 49 NIMR 4x4 light tactical armoured vehicles from Jordan, Army Recognition, 25 février 2013
  11. (en) Libya has received 20 Italian-made Puma wheeled armoured vehicles personnel carrier from Italy, Army Recognition, 3 mars 2013
  12. (en) Russians deliver armoured fighting vehicles, Libya Herald, 25 septembre 2013
  13. (en) Libyan army has taken delivery of 200 HMMWV Humvees from United States, ArmyRecognition, 30 juillet 2013