Armée de libération du Soudan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Armée populaire de libération du Soudan
Drapeau du Mouvement de libération du Soudan.
Minni Arkou Minaoui et George W. Bush en juillet 2006.

L'Armée de libération du Soudan (ALS) est l'une des factions du principal groupe rebelle du Darfour, bras armé du Mouvement de libération du Soudan (MLS), aujourd'hui[Quand ?] divisé en au moins trois factions[Lesquelles ?]. Son premier dirigeant, Abdul Wahid Al-Nour (en), est réfugié en France[1].

Fondé en 1993 par Abdul Wahid Al-Nour à l'université de Khartoum lors de ses études de droit, le MLS a intégré en 2004 l'Alliance démocratique nationale, aux côtés du Mouvement populaire de libération du Soudan et de son bras armé l'Armée populaire de libération du Soudan, originaires du sud-Soudan. Il revendique un État démocratique, libéral, fédéral et laïc dans lequel tous les citoyens seraient égaux quelles que soient leur convictions religieuses, politiques et leurs traditions culturelles.

Ses combattants, généralement très jeunes, forment une troupe d'environ 10 000 hommes, réputée pour être extrêmement disciplinée. Abdul Wahid Al-Nour est membre de l'ethnie Four, il ne dirige aujourd'hui[Quand ?] qu'une faction minoritaire. Minni Arkou Minaoui (ou Minni Arcou Minnaye) est un Zaghawa. Minni Minaoui, qui dirige une faction rivale de l'ALS, était secrétaire-général du mouvement avant de faire sécession, de signer l'accord d'Abuja (2004) et d'intégrer le gouvernement de Khartoum. La plus grande faction est la SLA-Unité, assez proche du MJE.

En août 2008, un Boeing 737 est détourné par des pirates de l'air se revendiquant de l'ALS. Abdul Wahid Al-Nour, néanmoins, dément toute participation du mouvement à cet acte de piraterie, soutenu en cela par le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner[1]. Al-Nour parle d'une tentative de manipulation de la part de Khartoum. Les pirates ont été détenus en Libye[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Michel Despratx, Le mystère du Boeing détourné sur la France, Bakchich, 29 août 2008.