Armée nationale de développement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Armée nationale de développement
AND
Drapeau de l'Union des Comores
Drapeau de l'Union des Comores
Fondation 1975
Branches FCD, GN, ENFAG, GSHP, SM, Garde-côtes
Quartier-général Kandani
Commandement
Président Ikililou Dhoinine (depuis mai 2011)
Directeur de cabinet du président, chargé de la Défense. Hamada Madi Bolero (depuis octobre 2012)
Chef d'état major Colonel Youssouf Idjihadi (depuis octobre 2012)
Main-d'œuvre
Âges militaires 18 ans
Actifs + de 2 000
Budgets
Pourcentage du PNB 2,8
Industrie
Fournisseurs étrangers Drapeau de la France France
Drapeau du Maroc Maroc

L'armée nationale de développement (AND) est le nom, depuis 1996, des forces armées fédérales de l'Union des Comores.

Dénominations[modifier | modifier le code]

La force armée comorienne (FAC) est devenue en 1990 la Force Comorienne de Défense (FCD) puis en 1996, en regroupant la Gendarmerie nationale, l'ENFAG (École Nationales des forces armées et gendarmerie), la Santé Militaire et le GSHP (Garde présidentielle) a pris le nom d'armée nationale de développement (AND). En mai 2012 est officiellement créée l'unité des gardes-côtes[1], qui vient s'ajouter aux corps de l'AND.

Commandement[modifier | modifier le code]

Après le putsch militaire d'avril 1999, l'AND est dirigée par le Colonel Soilihi jusqu'en mai 2006. Le nouveau régime en place après les élections libre de 2006 mène à la tête de l'AND le Colonel Hamza, ancien ministre de la défense retraité.Le lieutenant-colonel Mohamed Amiri Salimou est nommé en juillet 2007 chef d'état-major de l'AND; après sa victoire sur les séparatistes à Anjouan en mars 2008, il devient le premier général des Comores[1],[2]. Le 31 août 2010, il est limogé et placé en résidence surveillée. Le capitaine Gamil Soilihi Abdallah, actuel chef de corps de l'armée, a été promu le même jour au grade de lieutenant-colonel et nommé chef d'état-major par intérim[3]. Quelques jours après, il devient officiellement Colonel, Chef d’état major de l'AND. Il est remplacé en octobre 2012 par le colonel Youssouf Idjihadi.

Les différents corps de l'AND sont dirigés par :[Quoi ?]

  • FCD  : Commandant Mohamed Ibrahim (Mai 2012)
  • GN  : Lt-Colonel Soilihi Abdallah Rafick (Mai 2013)
  • ENFAG  : Colonel Halidy Charif (Mai 2012)
  • GSHP  : Commandant Delaimi (2008)
  • SM  : Commandant Naoufal (2012)
  • Garde-côtes : Colonel Hamza (juin 2010)

Effectifs[modifier | modifier le code]

Une formation des Forces comoriennes de défense en 2009 armés de fusils d'assaut FN FAL.

Elles sont très modestes mais ont quasiment doublé entre 2007 et 2012.

Comprenant environ 1 060 militaires au début de mars 2008[4] dont environ 500 gendarmes et jouant essentiellement un rôle de police et de sécurité intérieure[5], l'AND compte en 2012 un peu plus de 2 000 militaires répartis comme suit[6] :

  • Forces comoriennes de défense (FCD) :+1 000,
  • Gendarmerie : + 600,
  • Garde présidentielle : + 150,
  • Services de santé : + 60,
  • Écoles d'instruction : + 100,
  • Gardes-Cote : + 60

Historique[modifier | modifier le code]

Entrainement au corps-à-corps en janvier 2009.
Article connexe : Histoire des Comores (pays).

Les Comores ont connu entre leur indépendance et 2001 dix-neuf coups d’État ou tentatives supposées, d'après l'AFP, dont seulement quatre réussis, souvent menés par des officiers et les forces armées en tel que tels n'avaient jamais alors eu de véritable résistance face à ces interventions, notamment lors de celle du mercenaire Bob Denard (il a été le Commandant de la Garde Présidentielle durant plus de dix ans et a formé de 1975 à 1989 tous les soldats de l'armée Comorienne. Il a lui-même bâti le camp de Kandani. Il a réussi 3 coups d’État et assassiné 2 présidents, Ali Soilihi et Abdallah) et leur conduite générale était critiqué[7].

Le 26 septembre 1992, l'armée comorienne parvient à faire face au soulèvement et à la rébellion d'une partie de l'armée, dirigé par les jumeaux Abdallah, contre le régime de Djohar, c'est la première fois, malgré la maladresse de certains politiciens, que l'armée comorienne (grâce à une aide logistique française aux forces présidentielles[8]) réussi à défendre les institutions de la république[9].

En 1995, l'histoire s'est répétée. Aucun parti politique dénonce le coup d’État, mais Bob Denard et sa trentaine d'hommes a dû faire face à l'armée qui a résisté et riposté durant toute une journée, l'armée comorienne mal préparée, rapport de force, a perdu la bataille. Elle a dénombré des morts et des blessés, dont le Colonel Soilihi, futur chef d’état major de l'AND, qui a gardé des séquelles de ces combats jusqu’à aujourd'hui[réf. nécessaire].

En décembre 2001, un commando de 13 mercenaires est défait à Mohéli avec un seul blessé dans ces rangs[10].

L'ile d'Anjouan a connu à partir de 1997 une crise sécessionniste[11] amenant à la prise du pouvoir sur l'île en 2001 du colonel Mohamed Bacar, président d’Anjouan depuis mars 2002 mais dont la réélection, en juin 2007, avait été jugée illégale par l’Union des Comores et l’Union africaine.

Le jeudi 3 mai 2007 au soir, deux militaires de l'AND sont tués par des gendarmes fidèle à Bacar qui prennent le contrôle de l'île et neutralisent la trentaine de soldats fédéraux[12],[13].

Le 17 mars 2008, lors d'une incursion à Anjouan, des combats opposent les fédéraux et les forces de Bacar et le 25 mars 2008, environ 400 militaires Comoriens et 1 350 militaires tanzaniens et soudanais avec l'appui de la Libye et du Sénégal agissant dans le cadre de l'Union africaine lancent l'opération « Démocratie aux Comores » (l'invasion d'Anjouan)[14],[15] et chassent Bacar sans pertes dans ses rangs[16].

En février 2010, la Libye s'est engagé à prendre en charge pendant un an le salaire de l'armée comorienne[17] et à déployer, selon le gouvernement comorien, 35 militaires des forces armées libyennes dans le cadre d'une coopération dans la perspective de l’encadrement des forces comoriennes depuis fin mars 2010[18].

Le 13 juin 2010, le colonel Combo Ayouba, commandant les FCD, est assassiné dans une période de crise politique suite à la prolongation contestée au-delà du 26 mai 2010 du mandat du président Ahmed Abdallah Sambi. Le 31 août 2010, le chef d'état-major Mohamed Amiri Salimou a été inculpé dans le cadre de l'enquête sur ce crime, limogé et placé en résidence surveillée. Le lieutenant-colonel Abdallah Gamil le remplaçant à ce poste[19].

Le 10 octobre 2010, le colonel Youssouf Idjihadi, de la gendarmerie devient le chef d’État-major de l'Armée national de développement[20].

Dans un procès historique qui a duré près de 20 heures. L'ex-général Salimou Amiri a été jugé non coupable après deux ans de résidence surveillée.

Dans la nuit du 20 au 21 avril 2013, l'armée Comorienne arrive a neutraliser un commando de mercenaires étrangers, dont un Colonel, et d'autres Comoriens visant a éliminer physiquement le chef de l’État et son chef d’état major.

Moyens terrestres[modifier | modifier le code]

Armement individuel :

Moyens maritimes[modifier | modifier le code]

Faute de marine nationale, l'AND est obligés d'utiliser des bateaux civils transformés pour l'opération lancé en 2008 contre Mohamed Bacar, le président d'Anjouan[21].

  • 2 navires de ravitaillement affrétés par l'armée. Un troisième, le caboteur Taurus, a été détruit dans un incendie dans la nuit du samedi 1er au 2 mars 2008[22],[23]
  • 2 patrouilleurs type Yamayuri déplaçant 27 tonnes et de 18 mètres de long armés de 2 mitrailleuses Browning M2HB de 12,7 mm construit au Japon sont entrés en service en octobre 1981. Ils sont nommés Karthala et Ntringui[24]. Statut actuel inconnu.
  • Un ancien landing craft tank britannique (L 4099 Buttress) lancé en 1943 déplaçant 657 t et mesurant 70,48 m de long par 11,90 m de large acheté par la Marine nationale française en 1965 sous le nom de L 9061 fût transféré aux Comores en 1976[25]. Il a été retiré du service avant 2000.

Le 2 janvier 2010, le président comorien déclare la mise en place d’une unité maritime de garde-côtes.

Moyens aériens (armée et police confondu)[modifier | modifier le code]

Cocarde des aéronefs Comoriens.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Entretien avec le chef d'état-major : Salimou, 29 avril 2008
  2. Anjouan : l'armée comorienne revendique des premiers succès contre le colonel Bacar, TV, 17 mars 2008
  3. Comores : le chef d'état-major limogé, AFP, 31 août 2010
  4. (fr) Comores : les troupes africaines arrivent, 14 mars 2008, Malango Actualité
  5. (fr) Présentation des vœux du nouvel an 2010., Présidence de la l'Union des Comores, 2 janvier 2010
  6. (fr) Un haut gradé assassiné à son domicile, Jeune Afrique, 14 juin 2010
  7. (fr) Pouvoir Politique et Pouvoir Militaire, Aboubacar M’Changama, 20 avril 1999, L'Archipel N° 175
  8. Jean Chatain, « Comores: Bob Denard tente un nouveau coup d'Etat », sur L'Humanité,‎ 29 septembre 1995 (consulté le 27 mai 2013)
  9. Les autorités comoriennes libèrent les frères Abdallah, 25 novembre 2001
  10. Un bien étrange coup de force, Radio France internationale, 20 décembre 2001
  11. La crise séparatiste d'Anjouan de 1997, Malongo Comores
  12. Reuters, 4 mai 2007 Comores : Deux soldats gouvernementaux tués à Anjouan, Intérêt général Info
  13. violences à Anjouan, un soldat de l'armée tué, un autre disparu MORONI (AFP) - 04/05/2007 10h26, Site de Kazar Ezamane, homme politique comorien
  14. (fr) Exclusif : L'armée comorienne a pris position à Anjouan, reportage vidéo de France 4, 26 mars 2008
  15. (fr)[PDF] Conseil de paix et de sécurité, 124e réunion, 30 avril 2008, Union Africaine
  16. (fr) Les troupes africaines chassent le chef rebelle d'Anjouan, Le Figaro, 26 mars 2008
  17. Comores: La Libye appuie la lutte contre l'insécurité, Afrique en ligne, 23 mars 2010
  18. Questions autour de la présence de militaires libyens aux Comores, RFI, 5 avril 2010
  19. Le lieutenant-colonel Abdallah Gamil devient chef-d’état major de l’And en remplacement du général Salimou Amiri, 1er septembre 2010
  20. « Youssouf Idjihadi : un militaire à la carrière bien remplie! », sur Comores Actualités,‎ 12 octobre 2012 (consulté le 13 octobre 2012)
  21. (fr) Comores: le colonel contesté d'Anjouan dispose de 600 à 800 hommes, selon l'armée, AFP, 13 mars 2008
  22. (fr) Comores: un bateau ravitailleur de l'armée détruit dans un incendie, 3 mars 2008, AFP
  23. (fr) Comores : le naufrage du Taurus fait craindre une pollution, lundi 10 mars 2008; Malongo-Actualité
  24. Flottes de combat 2002, p 287
  25. Flottes de combat 1986, p. 213
  26. "World Military Aircraft Inventory", Aerospace Source Book 2007, Aviation Week & Space Technology, 15 janvier 2007.
  27. (fr) L'armée comorienne reçoit deux hélicoptères pour débarquer à Anjouan, 18 février 2008, Malango Actualité

Liens externes[modifier | modifier le code]