Années 1490

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

XIVe siècle | XVe siècle | XVIe siècle

Années 1470 | Années 1480 | Années 1490 | Années 1500 | Années 1510

1490 | 1491 | 1492 | 1493 | 1494 | 1495 | 1496 | 1497 | 1498 | 1499


Événements[modifier | modifier le code]


  • Période d’anarchie au Japon (Époque Sengoku, vers 1490-1573) : les guerres locales s’exaspèrent ; ni l’empereur ni le shogun n’ont plus de pouvoir réel. La guerre devient une source de revenu pour les paysans qui se vendent comme mercenaires durant l’été.
  • Zimbabwe : vers 1490, Changamiré Ier tue le Monomotapa Nyahuma. Quatre ou cinq ans plus tard, Chikuyo, fils de Nyahuma, venge son père en tuant Changamiré. C’est le début d’une lutte sans merci que vont se livrer jusqu’à la fin du XVIIe siècle la dynastie des Changamiré et celle des Monomotapa[1].
  • Vers la fin du XVe siècle, la famille tutsi de Banyiginya, qui s’est établie dans le Ruanda oriental, devient le noyau de la dynastie ruandaise.
  • Les royaumes Haoussa sont attaqués par le Bornou à la fin du siècle. La cité haoussa de Katsena, tributaire du Bornou, est islamisée par un musulman originaire de Tlemcen.

Personnalités significatives[modifier | modifier le code]

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]

  • 26 juin 1492 : Antoine de Ville, seigneur de Domjulien, mène la première expédition d'alpinisme connue sur le mont Aiguille et en laisse un compte-rendu.
  • 1493 : la syphilis, généralement mortelle, se répand après 1493 par Séville et l’Italie (« mal de Naples ») dans toute l’Europe jusqu’en 1526, puis ses effets diminuent dès la seconde partie du XVIe siècle. Les marins contaminent jusqu’à Ceylan. Dès 1506-1507, on rencontre les premiers cas en Chine[2].
  • 1494 : parution à Venise du livre du franciscain Luca Pacioli (1445-1514), Summa de arithmetica, geometrica, proportione e proportionalita. Il rassemble toutes les connaissances mathématiques de l’époque et aide beaucoup au développement de la comptabilité en partie double (Des livres de comptabilité existaient auparavant à Florence et à Gênes, sans partie double).
  • 1495-1498 : édition de la Physique d’Aristote.
  • 1496 : première description d'un plant de tabac à Saint-Domingue, par les Espagnols[3].
  • 1498 :


Géographie et voyages[modifier | modifier le code]

Carte de 1889 montrant les deux hémisphères du Globe terrestre de Martin Behaim
  • 1487-1492 : le géographe allemand Martin Behaim construit à Nuremberg le premier globe terrestre. Le Japon (Cipango) est à la place du Mexique, sur le même parallèle que les îles Canaries. Behaim introduit l’astrolabe à bord des navires.
  • 12 octobre 1492 : découverte de l'Amérique par Christophe Colomb. En fait, il pose le pied sur un îlot situé à l'Est de l'archipel des Bahamas, nommé Guanahani par ses habitants, les Indiens Taïnos, qu'il nomme San Salvador.
  • 1494-1499 : voyage de deux négociants génois, Girolamo da San Stefano et Girolamo Adorno. Ils descendent la mer Rouge, font étape à Massaoua en Éthiopie, puis s’embarquent d’Aden pour Sumatra. L’île est divisée en petits royaumes musulmans, qui exportent du poivre, du benjoin et de l’or. San Stefano y rencontre un fonctionnaire local qui parle italien. Les Génois parviennent en Birmanie où meurt Adorno, tandis que San Stefano retourne à Ormuz, où il se met au service des Syriens.
  • 1494 : l'humaniste Conrad Celtes découvre la Table de Peutinger dans une bibliothèque de Worms.
  • 1497 : Vasco de Gama passe le Cap de Bonne-Espérance et atteint l'Inde. La Caravelle employée lors de l’expédition de Bartolomeu Dias, est remplacée à partir du voyage en Inde de Vasco de Gama par des navires ronds, des nefs, plus rapides et de plus fort tonnage (500 à 600 tonneaux). Ils sont munis de trois mats, dont deux sont équipés de voiles rondes (vitesse), le troisième, en poupe, conservant sa voile latine. Ils permettent d’embarquer des pièces d’artillerie et de charger le ravitaillement d’un équipage doublé par rapport aux pratiques de la navigation européenne.

Religion et philosophie[modifier | modifier le code]

Art et culture[modifier | modifier le code]

  • Développement de l’humanisme en Pologne entre 1492 et 1586. Il arrive d’abord par la Hongrie de Mathias Corvin et est relayé à la cour polonaise par la reine Bona Sforza.
  • L’université de Vienne, déchirée par les querelles entre la scolastique et l’humanisme, est réformée par le surintendant Bernard Preger de Stainz, humaniste soutenu par Maximilien Ier.

Économie et société[modifier | modifier le code]

  • En 1491, les Fugger obtiennent la concession des mines d’argent de Schwaz, au Tyrol. Ils extraient chaque année 12 000 kg d’argent et 22 000 quintaux de cuivre. Maximilien d'Autriche, en guerre conte la Hongrie, reçoit 120 000 florin et évite la banqueroute.
    • 1492-1498 : arrivée à Londres de quelques Juifs chassés d’Espagne munis de lettres de change auprès des marchands espagnols locaux.
  • 1492 :
    • Soixante mille Juifs espagnols, se réfugient au Portugal : les plus riches à titre définitif, les autres en promettant de se diriger sur les places portugaises du Maroc.** Le Grand Rabbin Moshe Capsali demande au sultan Bayezid II d’accueillir les réfugiés juifs ibériques. Ils s'installent à Constantinople et à Salonique. Ils exercent d’abord comme marchands détaillant, puis développent leurs affaires et concurrencent les marchands ragusains, Arméniens et Vénitiens. Ils apportent dans ses villes l’imprimerie, les industries de la laine et de la soie, et d’après certains bruits le secret de fabrication des affûts d’artillerie de campagne.
    • Arrivée au Maghreb de Juifs séfarades chassés d’Espagne en 1492, suivis de nombreux marranes pendant le XVIe siècle. Ils s’installent à Oran, Tlemcen, Tanger, Fès (qui devient un véritable centre de reconversion pour les marranes exilés), Bône, Constantine, Tunis, Kairouan etc.. et plus loin à Ouargla et dans le Mzab, dans l’île de Djerba et dans l’îlot de Kerkennah, où des Juifs parlent actuellement l’espagnol de 1492. Au XVIe siècle, les Juifs ibériques du Maghreb sont dits « Juifs au béret », différents des autochtones « Juifs au turban ». Ils gardent longtemps l’habit espagnol et parlent le judéo-espagnol, puis finiront par adopter le judéo-arabe. Les séfarades vus comme cultivés, intellectuels, riches, tiennent le haut du négoce et de la diplomatie. Les chefs arabes en emploient dans leurs conseils et leurs bureaux[5].
  • 1493 à 1500 : vendanges de qualité dans le vignoble rhénan.
  • 1493 et 1496 : en Pologne, les seigneurs font prendre des mesures juridiques pour fixer les paysans à la terre[6].
  • 1494-1497, France : La première guerre d’Italie nécessite deux millions de livres qui sont fournies par des emprunts aux cités Italiennes, des engagements de bijoux et de portions du domaine royal et une hausse des impôts (2,6 millions de livres de tailles sont levées). En septembre-octobre 1494, Charles VIII dispose de 40 000 hommes dont 30 000 combattants, mi-français, mi-étrangers (suisses, italiens…), d’une soixantaine de canons, de cent navires dont dix grosses coques, d’arquebuses.
  • 1494 :
    • Création de la Scuola dei Greci à Venise : les marchands grecs de Venise, qui peuvent posséder des navires, s’enrichissent avec le trafic avec l’Empire ottoman.
    • À la suite des fraudes du directeur de la filiale de Lyon et les prêts excessifs consentis par le directeur de celle de Bruges à Charles le Téméraire, la firme des Médicis est pratiquement en faillite quand ils perdent le pouvoir à Florence.
    • Ivan III de Moscou expulse de Novgorod les marchands de 49 villes hanséatiques et confisque leurs magasins.
  • 1495 : les salaires agricoles culminent dans la région parisienne à l’indice 557,1 (cf. Années 1450).
  • 1495-1504 : en Angleterre, renvoi des mendiants dans leurs comtés d’origine.
  • 1495 :
  • 1498, France : 2,1 millions de livres de tailles sont levées. La ponction fiscale sous Louis XII augmentera doucement jusqu’à 3,5 millions de livres, soit 63 tonnes d’argent, compte tenu des dévaluations de la livre.


  • À la fin du XVe siècle, la flotte hanséate est d’environ 60 000 tonnes. Elle est composée depuis le XIIe siècle de Koggen, rapides et maniables, remplacées au XIVe siècle par des hourques ventrues à fond plat (300 tonnes) puis à la fin du XVe par des Krawel empruntés aux navigateurs atlantiques.
  • À l'arrivée des Espagnols, il y a 1,5 million d’Indiens à Hispaniola. L’Amérique précolombienne aurait compté de 75 à 100 millions d’habitants, dont 25 en Amérique du Nord et 50 millions environ dans les futures colonies espagnoles d’Amérique latine. Les effets de la conquête européenne provoquent l’effondrement de la population indigène qui, victime des massacres et des maladies amenées par les conquérants (rougeole, variole, grippe, typhus, etc.) ne compte plus qu’une dizaine de millions d’habitants en 1600.
  • 2 200 langues différentes sont alors parlées sur le continent américain.
  • Christophe Colomb introduit à Hispaniola le froment, le melon, la vigne et la canne à sucre. L’exploitation de l’or des rivières se développe : Colomb autorise le travail forcé des indigènes (encomienda).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Cornevin, Histoire de l'Afrique, Volume 2 : L'Afrique précoloniale, 1500-1900, Payot,‎ 1966 (lire en ligne)
  2. Fernand Braudel, Civilisation matérielle et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle, A. Colin,‎ 1967 (lire en ligne)
  3. Ernest Bellot des Minières, La question américaine, Dentu,‎ 1861 (lire en ligne)
  4. Jérôme Thomas, Corps violent, corps soumis : le policement des mœurs à la fin du moyen âge, L'Harmattan,‎ 2003 (ISBN 9782747549929, lire en ligne)
  5. Béatrice Leroy, L'aventure séfarade, A. Michel,‎ 1986 (ISBN 9782226025104, lire en ligne)
  6. Roland Mousnier, Les XVIe et XVIIe siecles : la grande mutation intellectuelle de l'humanite, l'avenement de la science moderne et l'expansion de l'Europe, Volume 4, Presses universitaires de France,‎ 1961 (lire en ligne)
  7. Rainer Gömmel, Markus A. Denzel, Weltwirtschaft und Wirtschaftsordnung : Festschrift für Jürgen Schneider zum 65. Geburtstag, Franz Steiner Verlag,‎ 2002 (ISBN 9783515080439, lire en ligne)