Xavier Gravelaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Xavier Gravelaine
Caen - Rennes 20140709 - Xavier Gravelaine.JPG
Xavier Gravelaine en juillet 2014.
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance (47 ans)
Lieu Tours (Indre-et-Loire)
Taille 1,82 m (6 0)
Période pro. 1988-2004
Poste Milieu offensif
Parcours junior
Saisons Club
1983-1986 Drapeau : France FC Nantes
Parcours amateur
Saisons Club
1986-1988 Drapeau : France FC Nantes B
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1988-1991 Drapeau : France FC Nantes 000 00(0)
1988-1989 Drapeau : France Pau FC 034 0(20)
1989-1990 Drapeau : France AS Saint-Seurin 031 0(10)
1990-1991 Drapeau : France Stade lavallois 036 0(12)
1991-1993 Drapeau : France SM Caen 077 0(30)
1993-1996 Drapeau : France Paris SG 037 00(7)
1994-1995 Drapeau : France RC Strasbourg 040 0(10)
1995-1996 Drapeau : France EA Guingamp 022 0(10)
1996-1998 Drapeau : France Olympique de Marseille 069 0(26)
1998-1999 Drapeau : France Montpellier HSC 018 00(3)
1999-2000 Drapeau : France Paris SG 011 00(0)
1999 Drapeau de l'Angleterre Watford FC 007 00(2)
2000 Drapeau : France Le Havre AC 012 00(1)
2000-2001 Drapeau : France AS Monaco 011 00(0)
2001-2002 Drapeau : France SM Caen 033 0(15)
2002 Drapeau : France AC Ajaccio 000 00(0)
2003-2004 Drapeau : France FC Istres 046 00(9)
2004 Drapeau : Suisse FC Sion 009 00(3)
1988-2004 Total 488 (116)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
1992-1993 Drapeau de la France France 004 00(0)
1993-1996 Drapeau : France France A' 004 00(1)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
2005 Drapeau de la France FC Istres 014 00(2)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Xavier Gravelaine, né le à Tours, est un footballeur international français, devenu brièvement entraîneur.

Révélé au plus haut niveau sous les couleurs du Stade Malherbe de Caen entre 1991 et 1993, au point d'être sélectionné en équipe de France, il connaît par la suite une carrière très mouvementée, en France et à travers l'Europe. Il est transféré à dix-huit reprises en dix-sept ans de carrière de footballeur professionnel, dans seize clubs différents parmi lesquels le Paris SG, avec lequel il est champion de France en 1994, l'Olympique de Marseille et l'AS Monaco. À une époque où les transferts étaient plus rares qu'aujourd'hui, cette instabilité lui vaut une réputation de « mercenaire », et ternit un talent technique reconnu[1].

Il occupe de janvier à mai 2005 le banc du FC Istres, un de ses derniers clubs comme joueur, mais ne parvient pas à sauver le club de la relégation en Ligue 2. En 2014, il est nommé directeur général du SM Caen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et début de carrière dans des petits clubs[modifier | modifier le code]

Après un sport-étude à Tours, Xavier Gravelaine entre au centre de formation du FC Nantes[2]. Dans les années 1980, cet attaquant gaucher évolue dès 16 ans en 3e division avec l'équipe réserve des Canaris, aux côtés de Didier Deschamps, Marcel Desailly ou encore Laurent Guyot. Pourtant, son caractère bien trempé va lui valoir de ne jamais jouer de match en 1re division sous le maillot du FC Nantes. En 1988, il est prêté au Pau FC, en D3, où il marque 20 buts, puis à Saint-Seurin et à Laval, en D2.

En 1990, le club nantais décide de ne pas le conserver. Daniel Jeandupeux, l'entraîneur du SM Caen, équipe de première division en pleine progression, le fait venir en Normandie. Après une première saison 1991-1992 que le club termine à une inattendue 5e place, le joueur réalise une saison 1992-1993 exceptionnelle : étincelant lors du 1er match de coupe d'Europe de sa carrière (SM Caen-Real Saragosse), il inscrit 20 buts et termine deuxième au classement des meilleurs buteurs de Division 1. Ces performances lui valent d'être sélectionné à quatre reprises en équipe de France[3].

Passages au PSG puis à l'OM[modifier | modifier le code]

En 1993, le néo-international est recruté par le Paris SG, où il rejoint un effectif extrêmement dense. Barré par David Ginola sur le côté gauche de l'attaque, il doit se contenter du faible temps de jeu qui lui est octroyé par l’entraîneur portugais Artur Jorge. À l'été 1994, Arthur Jorge est remplacé par Luis Fernandez. Gravelaine se lâche dans les journaux : « J’ai perdu pas mal de temps à cause de lui, mais le plus grave, ce sont ses leçons de morale et sa manière de casser du jour au lendemain n'importe qui, même un joueur qu'il aime bien. Il faut voir comment il est capable de nous traiter. Il n'avait qu'une idée en tête, gagner, gagner afin de pouvoir dire : "Voilà mes résultats". Il est obsédé. C'est peut-être un bon entraineur pour cette raison, mais en un an, je n'ai rien appris avec lui. Il a apporté beaucoup à d'autres, pas à moi... »[4]. Malgré le gain du championnat de France, Gravelaine demande à quitter le club. En quête de temps de jeu, il est alors prêté par le club parisien au Racing Club de Strasbourg puis à l'En Avant de Guingamp.

En 1996, il signe à l'Olympique de Marseille où il forme un duo d'attaque avec Marc Libbra. Il sera un grand artisan du maintien marseillais pour la saison 1996-1997 puis de la 4e place lors de la saison 1997-1998. Mais pour la saison 1998-1999, il n'entre plus dans les plans de l'entraîneur Rolland Courbis qui lui préfère Christophe Dugarry, Fabrizio Ravanelli, Florian Maurice ou encore Titi Camara. Il doit quitter le club, à regret cette fois[5].

Fin de carrière en 2e division[modifier | modifier le code]

En 1998, il part à Montpellier où il réalise une bonne première partie de saison. En janvier 1999, il est de retour au Paris SG qui traverse une crise sportive. Artur Jorge, qui l'a fait venir, est licencié quelques semaines plus tard… Sous la direction de son remplaçant Philippe Bergeroo il joue peu. En novembre, il accepte d'être prêté à Watford, en championnat d'Angleterre, où il joue sept matchs. En janvier 2000 il rentre cependant en France pour être prêté au Havre AC, relégué en fin de saison en deuxième division. Libre de tout contrat, il signe en 2000 un contrat d'une saison à l'AS Monaco, champion de France en titre, où il est la doublure du meneur de jeu Marcelo Gallardo pendant sa longue suspension[1].

Il revient en Normandie en 2001 avec l'objectif de faire remonter le club caennais en Ligue 1, mais ses quinze buts et autant de passes décisives n'y suffisent pas : le club termine à la 6e place. Alors qu'on l'imagine rester en Normandie, il quitte le club caennais pour l'AC Ajaccio, dirigé par son ancien entraîneur à Marseille Rolland Courbis. Il n'y reste pourtant que quelques jours en août, sans jouer aucun match, et reste plusieurs mois sans club, d'autant qu'un nouveau règlement FIFA interdit alors aux joueurs d'être transférés à deux reprises dans la même saison.

Pourtant en février 2003, il signe avec le FC Istres, un des plus faibles budgets de Ligue 2, ce qui provoque une certaine polémique[6]. Il aide le club sudiste à se maintenir, avant de le mener en Ligue 1 lors de la saison 2003-2004, une première dans l'histoire du club provençal. Il est alors élu meilleur joueur de Ligue 2 par ses pairs.

Néanmoins il quitte de nouveau son club et signe avec le FC Sion du président Christian Constantin, en deuxième division suisse, où il annonce la fin de sa carrière quelques mois plus tard, à l'automne 2004.

Reconversion[modifier | modifier le code]

Dirigeant et entraîneur[modifier | modifier le code]

Il entame rapidement une carrière d'entraîneur, en prenant en main l'équipe de Ligue 1 d'Istres le . N'ayant pu sauver le club de la relégation, il quitte son poste à l'issue de la saison.

Le , il est nommé conseiller sportif au FC Nantes par Luc Dayan, nouveau président du club relégué en Ligue 2, qui lui propose un contrat rémunéré 16 000 euros par mois, assorti d'une indemnité de départ évalué à 100 000 euros[7]. Le club est racheté quelques semaines plus tard par le Franco-Polonais Waldemar Kita, qui lui demande de quitter ce poste le  : « J'ai discuté avec Xavier, il souhaite partir car il a accompli son travail. D'ailleurs il n'a pas fait du mauvais travail. Nous nous sommes arrangés, il quitte le club dès ce week-end »[7].

Le , il est nommé manager sportif de l'En Avant de Guingamp. À la suite de la relégation du club en National, Xavier Gravelaine présente le 18 mai 2010 sa démission au président Noël Le Graët et quitte ses fonctions de manager sportif du club guingampais[8].

En octobre 2013, à l'occasion du centenaire du Stade Malherbe Caen, il est élu « joueur du siècle » à l'issue d'un vote organisé par Ouest-France[9]. En fin de saison, le président du club Jean-François Fortin le nomme directeur général du club caennais à partir de la saison 2014-2015[10]. Durant la saison, il prendra temporairement la tête du club à la suite de la suspension des fonctions de Jean-François Fortin à la présidence durant l'affaire des matchs arrangés de Ligue 2 jusqu'au retour de ce dernier.

Consultant[modifier | modifier le code]

De 2004 à 2012, il est consultant pour le groupe France Télévisions, dont il commente les diffusions de football (Coupe de France, Coupe de la Ligue et Coupe du monde), formant des duos avec Florent Gautreau (2004-2006), Thierry Adam (2006-2007), Denis Balbir (2007-2008) et Fabien Lévêque (2008-2012). Le , il quitte le service public après la finale de la Coupe de France. En 2013-2014, il est consultant pour la chaîne Eurosport pour commenter la saison de Ligue 2, puis pour TMC pour commenter la Coupe des confédérations. Il n'est plus consultant en 2014 à la suite de sa reprise des activités sportives au SM Caen.

Il est également consultant pour l'hebdomadaire sportif Le 10 Sport. Précédemment, il a aussi été consultant pour l'After Foot sur RMC et dans Match Retour sur L'Équipe TV.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Club[modifier | modifier le code]

Au cours de sa carrière, Gravelaine dispute 251 matchs de première division, pour 74 buts.

Statistiques de Xavier Gravelaine [11]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Compétition(s)
continentale(s)
Total
Division M B M B M B C M B M B
1988-1989 Drapeau de la France Pau FC (prêt) Division 3 33 20 1 0 - - - - - 34 20
1989-1990 Drapeau de la France AS Saint-Seurin (prêt) Division 2 30 10 1 0 - - - - - 31 10
1990-1991 Drapeau de la France Stade lavallois (prêt) Division 2 32+1 12 3 0 - - - - - 36 12
1991-1992 Drapeau de la France SM Caen Division 1 34 6 4 2 - - - - - 38 8
1992-1993 Drapeau de la France SM Caen Division 1 35 20 2 1 - - C3 2 1 39 22
1993-1994 Drapeau de la France Paris SG Division 1 21 2 4 3 - - C2 6 1 31 6
1994-1995 Drapeau de la France RC Strasbourg (prêt) Division 1 33 9 6 1 1 0 - - - 40 10
août-nov. 1995 Drapeau de la France Paris SG Division 1 5 1 - - - - C2 1 0 6 1
nov. 1995-1996 Drapeau de la France EA Guingamp (prêt) Division 1 17 7 1 1 4 2 - - - 22 10
1996-1997 Drapeau de la France Olympique de Marseille Division 1 33 15 1 0 1 0 - - - 35 15
1997-1998 Drapeau de la France Olympique de Marseille Division 1 29 10 3 1 2 0 - - - 34 11
août-déc. 1998 Drapeau de la France Montpellier HSC Division 1 18 3 - - - - - - - 18 3
jan.-nov. 1999 Drapeau de la France Paris SG Division 1 7 0 2 0 2 0 - - - 11 0
nov. 1999-jan. 2000 Drapeau de l'Angleterre Watford FC (prêt) Premier League (D1) 7 2 - - - - - - - 7 2
fév.-juin 2000 Drapeau de la France Le Havre AC (prêt) Division 1 11 1 1 0 - - - - - 12 1
2000-2001 Drapeau de la France AS Monaco Division 1 8 0 0 0 0 0 C1 3 0 11 0
2001-2002 Drapeau de la France SM Caen Division 2 32 15 1 0 0 0 - - - 33 15
août 2002 Drapeau de la France AC Ajaccio Ligue 2 0 0 - - - - - - - 0 0
fév.-juin 2003 Drapeau de la France FC Istres Ligue 2 10 2 - - - - - - - 10 2
2003-2004 Drapeau de la France FC Istres Ligue 2 34 7 1 0 1 0 - - - 36 7
août-nov. 2004 Drapeau de la Suisse FC Sion Challenge League (D2) 9 3 - - - - - - - 9 3
Total sur la carrière 439 103 26 9 11 2 - 12 2 488 116

Sélection[modifier | modifier le code]

Gravelaine compte quatre sélections en équipe de France A, dont trois comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde 1994[12]. Il fait ses débuts face à l'Autriche le 14 octobre 1992, puis joue contre la Finlande un mois plus tard et en Autriche en mars 1993. Les trois fois, il est titulaire aux côtés de Jean-Pierre Papin et Éric Cantona[13]. Il réalise deux passes décisives pour Papin face aux Finlandais, sur corner[14], puis lors du match en Autriche[15]. Alors que son transfert du SM Caen au Paris SG vient d'être signé, il enregistre une quatrième et dernière sélection lors d'un match amical organisé au Stade Michel-d'Ornano de Caen face à la Russie[16].

Il n'est plus appelé par la suite, sinon en Équipe de France A' avec laquelle il dispute quatre matchs et marque un but entre 1993 et 1996[17].

A l'aube de sa carrière professionnelle, Gravelaine avait enfin intégré le Bataillon de Joinville[18] et porté le maillot de l'équipe de France militaires.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Gravelaine, mille lieux de terrains », sur Libération.fr (consulté le 3 février 2016)
  2. Frédéric Hamelin, « Comment devenir footballeur professionnel ? », Onze Mondial, no 108,‎ , p. 21 (ISSN 0995-6921)
  3. Gravelaine, gauche caviar, eurosport.fr, mai 2009
  4. Xavier Gravelaine, mercenaire particulier, racingstub.com, septembre 2009
  5. Xavier Gravelaine : « Peut être que je n'étais pas fait pour le PSG », PSG70, février 2007
  6. Une jurisprudence Gravelaine ?, Ouest-France du 27 février 2003
  7. a et b L2 - Nantes - Gravelaine quitte le club, lequipe.fr, 04/08/2007
  8. Xavier Gravelaine démissionne d'En Avant, site officiel de l'EA Guingamp
  9. « Centenaire du SM Caen. Xavier Gravelaine élu joueur du siècle », Ouest-France,‎
  10. Xavier Gravelaine Manager Général de Caen, eurosport.fr, 09/05/2014
  11. Fiche de Xavier Gravelaine, footballdatabase.eu
  12. « Joueur - Xavier GRAVELAINE - FFF », sur Fédération Française de Football (consulté le 3 février 2016)
  13. « Match - France - Autriche - FFF », sur Fédération Française de Football (consulté le 3 février 2016)
  14. « Match - France - Finlande - FFF », sur Fédération Française de Football (consulté le 3 février 2016)
  15. « Match - Autriche - France - FFF », sur Fédération Française de Football (consulté le 3 février 2016)
  16. « Match - France - Russie - FFF », sur Fédération Française de Football (consulté le 3 février 2016)
  17. « France - B/A'-Team - International Results 1922-2001 », sur www.rsssf.com (consulté le 3 février 2016)
  18. « Quelques grands noms du Bataillon de Joinville 1956-2002 » [PDF], sur jeunes.gouv.fr

Sur les autres projets Wikimedia :