Florian Maurice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maurice.
Florian Maurice
Une illustration sous licence libre serait la bienvenue : importer un ficher.
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance (43 ans)
Lieu Sainte-Foy-lès-Lyon (Rhône)
Taille 1,76 m (5 9)
Période pro. 1992-2005
Poste Attaquant
Parcours professionnel1
Saisons Club 0M.0(B.)
1992-1997 Drapeau : France Olympique lyonnais 144 (50)
1997-1998 Drapeau : France Paris SG 047 (15)
1998-2001 Drapeau : France Olympique de Marseille 083 (30)
2001-2002 Drapeau : Espagne Celta Vigo 013 0(2)
2002-2004 Drapeau : France SC Bastia 072 (19)
2004-2005 Drapeau : France FC Istres 015 0(1)
2005 Drapeau : France Châteauroux 011 0(1)
Sélections en équipe nationale2
Années Équipe 0M.0(B.)
1994-1996 Drapeau : France France espoirs 021 (15)
1999 Drapeau : France France A' 001 0(2)
1996-1999 Drapeau : France France 006 0(1)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Florian Maurice est un footballeur international français né le à Sainte-Foy-lès-Lyon qui évolua durant sa carrière au poste d'attaquant.

Élu meilleur espoir de Ligue 1 en 1995, Florian Maurice fut le parfait symbole de l'Olympique lyonnais des années 1990, son club formateur. Ludovic Giuly dira de lui qu'il était « le crack du centre de formation ». Grand espoir du football français, cet avant-centre opposé et adroit devant le but était alors souvent présenté comme le « futur » Jean-Pierre Papin en raison de ses nombreux buts acrobatiques. Surnommé « Tintin » par le gardien Corse Pascal Olmeta, Florian Maurice sera l'idole et la star des supporters lyonnais de 1992 à 1997 et l'un des meilleurs attaquants français de sa génération selon Michel Platini. Durant sa carrière, il terminera à sept reprises meilleur buteur de son club en fin de saison et ce dans trois clubs différents. Avec 15 buts il est à ce jour le meilleur buteur chez les France Espoirs. En raison de blessures répétées, son parcours professionnel ne fut pas à la hauteur de ses qualités de footballeur.

Débuts et formation[modifier | modifier le code]

Florian Maurice fait ses premiers pas de footballeur au USC Football de Francheville. En 1984, Alain Simeone, responsable des moins de 13 ans à l'OL, le repère à l'occasion d'un tournoi en salle. Simeone dit alors à son sujet : « Il m'a éclaboussé les yeux, par sa vivacité, son adresse, son côté artiste dans sa manière bien à lui d'amortir le ballon de la poitrine et de le placer sur son pied gauche ou sur son pied droit ! ». C'est à l'âge de 9 ans qu'il intègre alors le centre de formation de l'Olympique lyonnais. Chez les jeunes, il aura pour éducateur et mentor l'ancien joueur professionnel international José Broissart. Durant ses années sport-études, il évolue aux côtés de joueurs tels que Ludovic Giuly, Florent Laville ou encore Jean-Christophe Devaux. Impressionnant par sa précocité, à l'âge de 16 ans seulement, il monte en Division 3, où il marque but sur but, ce qui lui vaut de taper dans l'œil de Raymond Domenech, alors entraîneur de l'équipe professionnelle de Lyon qui lui fera jouer quelques matchs amicaux.

Olympique Lyonnais[modifier | modifier le code]

Il fait sa première apparition en 1re division le 8 août 1992 contre Bordeaux au poste de milieu droit, puis enchaîne sur le tournoi de Toulon avec l'équipe de France des moins de 20 ans, de nombreuses personnalités du Football ont participé à ce tournoi parmi lesquelles figurent, entre autres : Zinédine Zidane, Thierry Henry (meilleur joueur et buteur 1997), Hristo Stoitchkov ou encore Cristiano Ronaldo (2003). À l'issue de ce tournoi, il s'incline en finale face à l'Angleterre, mais se console tout de même avec les titres de meilleur joueur et meilleur buteur de la compétition avec quatre buts. L'année suivante, le 10 avril 1993, pour le compte de la 31e journée de championnat, il inscrit son premier but professionnel en club face à Lille.

Lors de la saison 1993-1994, sous les ordres de Jean Tigana, il commence réellement à faire parler de lui chez les professionnels. À 20 ans à peine, il termine meilleur buteur du club avec 7 réalisations. Le 6 décembre 1993, face au Danemark il connaît sa première sélection en Équipe de France Espoirs, en même temps que son ami Robert Pirès, selon ses dires, il y inscrit l'un des plus beaux de sa carrière sur un centre de Vairelles, mais le match n'est pas filmé.

La saison 1994-1995 confirme la montée en puissance du jeune Florian Maurice, il devient le chouchou de Gerland en marquant notamment 15 buts lors de cette saison-là et en montrant une exceptionnelle entente avec Franck Gava, ce dernier marquant au passage 9 buts. Qui plus est, le 11 février 1995, lors de la 26e journée, il marque son premier triplé face à Lille. Avec 15 buts au compteur en championnat, il finit troisième au classement général des buteurs et son club accroche une deuxième place au classement final, synonyme de qualification en coupe d'Europe (Coupe de l'UEFA). Pour finir, Florian Maurice boucle cette saison avec le titre de meilleur espoir.

Saison 1995/1996 : sous les ordres de Guy Stéphan, il connaît notamment sa meilleure saison en inscrivant 18 buts et délivrant 6 passes décisives en championnat, faisant de lui le meilleur buteur français de la saison. En Coupe de l'UEFA, Lyon s'offre un des plus beaux exploits de son histoire en allant battre à deux reprises la Lazio Rome, considérée à l'époque comme l'une des toutes meilleures équipes d'Europe. Avec un score de 2-1 à Gerland (Buts de Devaux et Deplace) et de 2-0 à Rome (Buts de Maurice et Assadourian) les Lyonnais ce qualifient pour les 1/16 de finales. Mais le club est éliminé au tour suivant par Nottingham Forest, où Maurice est expulsé et écope de 3 matchs de suspension. Pour en revenir au championnat, lors de la 34e journée, il inscrit probablement le plus beau but de sa carrière face à Guingamp : une superbe talonnade qui lobe le gardien de but. Le 26 avril 1996, il se qualifie pour les Jeux olympiques de 1996 à Atlanta avec les espoirs qui comptent dans leurs effectifs Sylvain Wiltord, Robert Pirès, Patrick Vieira ou encore Claude Makelele et Vincent Candela, en battant l'Allemagne 4-2 et en inscrivant un doublé, il bat le record de nombre de buts inscrit chez les espoirs avec 15 réalisations, devançant le Strasbourgeois David Zitelli. Le 6 avril 1996, il dispute sa première finale de coupe de ligue où l'Olympique lyonnais sera battu aux tirs au but face au FC Metz, malgré un but injustement refusé à Éric Roy. En fin de saison, souffrant de douleurs au genou droit, il décide de se faire opérer du ménisque. À peine remis de son opération, il s'envole pour s'installer à Miami afin d'y disputer les Jeux Olympiques Atlanta avec l'Équipe de France Espoirs. Une compétition qui est disputée par des futurs stars comme Roberto Carlos, Ronaldo, Rivaldo et Javier Zanetti. Malgré quatre buts inscrits durant le tournoi, la France se voit éliminer par le Portugal en 1/4 de finale sur le score de 2-1, après les prolongations. À l'issue de ce tournoi, il est le meilleur buteur français. Dans la foulée le 31 août 1996, il effectue ses débuts en équipe de France face au Mexique, encore une fois avec son ami Robert Pirès.

Saison 1996-1997 : alors très courtisé par de grands clubs, Lyon réussit à conserver l'idole du stade de Gerland dans ses rangs, mais seulement deux jours après sa première sélection chez les Bleus, sa progression est contrariée dès la 5e journée face au FC Nantes. Après s'être mal réceptionné à la suite d'un duel aérien, il est victime d'une rupture du tendon d'Achille à 10 minutes de la première mi-temps. Il sera opéré par le Dr Bernard Moyen, cette blessure le laisse éloigné des terrains pendant 6 mois. Alors qu'il n'est pas tout à fait prêt, Maurice s'impatiente de retrouver le terrain, Bernard Lacombe alors nouvel entraîneur lui fait effectuer son retour le 15 mars 1997 pour la 29e journée face à Guingamp, il y fait son entrée en toute fin de match. Lors des deux matchs suivants face au Havre et Metz, Lacombe lui accorde de plus en plus de temps de jeu, mais c'est face à Auxerre qu'il réussira l'un de ses meilleurs matchs qu'il retrouva sa place de titulaire. Le 24 mai 1997 pour la dernière journée de championnat, il prend part à la victoire historique (8-0) contre l'Olympique de Marseille et où il inscrit un doublé. Souhaitant le voir quitter Lyon sous les honneurs du public, Bernard Lacombe le remplacera en fin de match. À sa sortie les supporters l'accompagneront sous une standing ovation pour le remercier de tout ce qu'il a apporté au club. Ce match demeure le dernier de Florian Maurice sous les couleurs lyonnaises.


En juin 1997, il est retenu dans la liste des 22 joueurs de équipe de France pour y jouer le tournoi de France. Le 3 juin 1997, il est aligné par Aimé Jacquet en attaque face au Brésil à Gerland, où après un superbe but de Roberto Carlos sur coup franc, Maurice se procure une occasion de but mais voit sa frappe détourné par le gardien brésilien Claudio Taffarel et qui sera finalement repris par Marc Keller pour l'égalisation. 1-1 score final. Une semaine plus tard, il est de nouveau titulaire face à l'Italie pour un match nul 2-2 et puis remplaçant face l'Angleterre.

Paris Saint-Germain[modifier | modifier le code]

En juin 1997, désireux de jouer la Ligue des Champions et à un an de la Coupe du monde, Florian Maurice rejoint ses anciens coéquipiers lyonnais, Franck Gava et Bruno N'Gotty au Paris Saint-Germain pour 41 millions de francs ce qui en fait le transfert le plus cher de France à l'époque. Pour récupérer du rythme, il décide de ne prendre que deux semaines de vacances et de privilégier une préparation intensive à Cannes et Saint-Jean de Monts avant la reprise du championnat de France. Associé à l'attaquant italien Marco Simone, il commence sa saison 1997-1998 sur les chapeaux de roues en réalisant des performances de très grande qualité, il ose les gestes les plus difficiles et marque des buts assez spectaculaire. Il se fait notamment remarquer le 28 août 1997 en tour qualificatif retour de la Ligue des champions, face à l'équipe du Steaua Bucarest au Parc des Princes. Ce match voit le Paris Saint-Germain entamer la rencontre avec un handicap de 3 buts à remonter (le match aller fut perdu sur tapis vert 3-0 à la suite d'un fax « non reçu » concernant Laurent Fournier), Florian Maurice y réalise un match plein, intenable, il sera à l'origine d'un penalty transformé par le capitaine parisien Raï, auteur d'un triplé ce soir la, avant que lui-même n'inscrive le 4e but de son équipe. Marco Simone inscrira le troisième but lors de cette rencontre qui se termine sur le score de 5-0. En championnat de France, Florian marche sur l'eau en inscrivant 7 buts lors de ses 12 premières journée. Le 5 novembre 1997 en Ligue des champions face au Bayern de Munich après l'ouverture du score de Franck Gava , il inscrira le but du 2-1 Parisien juste avant que Leroy n'aggrave le score à 3-1. Le 12 novembre 1997 il est convoqué en équipe de France face à l'Écosse mais ne sera pas titularisé. Le 28 janvier 1998 Il est de nouveau appelé chez les bleus pour disputer le match d'inauguration du Stade de France contre l'Espagne mais il reste toute la rencontre sans jouer alors que Aimé Jacquet lui avait annoncé qu'il serait titulaire. Au vu de ses bonnes performances avec Paris, il semble alors inarrêtable, mais une blessure à la cheville face à l'Olympique de Marseille vient le stopper en plein élan. Un peu juste physiquement pour son retour à la compétition, il ne peut empêcher le PSG de tomber dans une crise qui fera chuter le club au classement. Par la suite il réalise des prestations correctes, mais moins transcendantes. Il marquera quand-même quelques buts importants lors des 1/16, 1/8 et 1/4 de finales en Coupe de la Ligue, mais également en Coupe de France, ou il inscrira deux buts dont un en 1/32 et le but de la qualification pour la finale face à Guinguamp. deux compétitions que le Paris Saint-Germain remportera en fin de saison face au Racing Club de Lens et au Girondins de Bordeaux. Mais le club de la capitale finira à une bien modeste 8e place en championnat, un résultat mitigé aux vues de l'effectif et des ambitions de départ du PSG. Sur un plan personnel il terminera sa saison avec un total 15 buts toutes compétitions confondu dont 3 en Ligue des champions, mais c'est l'attaquant italien Marco Simone qui finira meilleur buteur de club de la capitale.

À deux doigts de participer à la Coupe du monde 1998, Il voit finalement cet objectif lui échapper de peu. À 7 mois de la compétition, Le sélectionneur des bleus lui avait pourtant clairement dit de se préparer car il comptait sur lui et qu'il serait son numéro 9 à cette Coupe du monde. Peut-être victime de sa deuxième partie de saison moins flamboyante, il sera alors remplacé par Stéphane Guivarc'h, en pleine bourre à la même période.

Olympique de Marseille[modifier | modifier le code]

La saison suivante voit de nombreux joueurs du PSG quitter le club après le départ de Michel Denisot et à l'arrivée de Charles Biétry. Encore très courtisé, Florian Maurice rejoint Rolland Courbis, Laurent Blanc, William Gallas, Éric Roy, Daniel Bravo, Christophe Dugarry, Fabrizio Ravanelli et Robert Pirès à l'Olympique de Marseille pour 45 millions de francs. Lors de l'année 1998/1999, Maurice ouvre son compteur but lors de la 3e journée de championnat face à Montpellier HSC, alors même que Marseille perdait 0-4 à la mi-temps, Florian sonne la révolte Marseillaise en inscrivant le premier but olympien, le club réussit alors une remontée spectaculaire en allant s'imposer 5-4 à la toute dernière minute. Tout au long de la saison, il réalise des performances de très grande qualité, enchaînant but sur but et championnat et en coupe d'Europe, notamment une retournée acrobatique face au Stade rennais et deux superbes buts en quart de finale de Coupe de l'UEFA (Europa League) face aux Espagnols du Celta Vigo, qualifiant l'OM pour les demi finales. À l'issue de ce match la presse titrera « Florian Maurice 2 - Celta Vigo 1 » pour souligner l'impact du joueur sur le match. En demi finale face à Bologne il provoque un penalty transformé par le capitaine Laurent Blanc offrant par la même occasion la qualification pour la finale perdue (3-0) face au club italien de Parme, qui comptait dans ses rangs Juan Sebastián Verón et Hernán Crespo, Enrico Chiesa, Fabio Cannavaro, Gianluigi Buffon, Alain Boghossian et Lilian Thuram. Durant la saison le club Marseillais occupera le fauteuil de leader à 14 reprises et jouera le titre de champion de France jusqu'à la dernière journée, mais finira 2e à un 1 point du champion des Girondins de Bordeaux. Malgré une concurrence forte en attaque avec notamment Dugarry et Ravanelli, Florian termine à l'issue de cette saison meilleur buteur du club en championnat avec 14 buts ainsi qu'en coupe d'Europe avec 4 buts, Rolland Courbis déclarera à son sujet : « sans mon turn-over incessant, Florian Maurice aurait facilement dépassé la barre des 20 buts. ». À la suite de ses bonnes performances, il retrouve l'équipe de France pour y disputer des matchs éliminatoires de l'Euro 2000, avec ses partenaires de club Laurent Blanc, Robert Pirès et Christophe Dugarry. Des grands clubs européens comme l'Inter Milan ou le Real Madrid, dont l'entraîneur est John Toshack, s'intéressent alors de très prés à lui. Alors que le club espagnol fera de lui une de ses priorités, Florian Maurice est tout proche de signer au Real Madrid mais au dernier moment le transfert ne se réalisera pas pour diverses raisons de négociations avec son agent. Le mercredi 17 février adidas organise une séance de dédicace avec le joueur. Pour l'occasion la marque aux trois bandes avait fait venir un car à l'image de Maurice.

Le , avec l'équipe de France contre la Croatie (victoire 3-0) il inscrit le deuxième but en reprenant un centre de Lilian Thuram.

Finalement, il restera à l'OM. Les deux années qui suivent sont plus délicates pour lui. Il marque souvent des buts importants quand il joue, mais il est souvent contrarié par des blessures. En 1999/2000, il ne jouera que 17 matchs de championnat mais finira tout de même meilleur buteur du club avec 8 réalisations. En février 2000 face au PSG, il marquera l'esprit des supporters olympiens, après avoir inscrit le 4e but de son équipe, en lançant l'une de ses chaussures dans les tribunes du stade Vélodrome, en cadeau aux supporters marseillais. Cette année-là, l'Olympique de Marseille terminera à une décevante 15e place au classement général. À la suite des blessures qui ne le lâchent plus; il ne jouera que 13 matchs pour sa dernière saison marseillaise et perdra définitivement le contact avec l'équipe de France.

Celta Vigo et SC Bastia[modifier | modifier le code]

En 2001, souhaitant quitter Marseille pour des problèmes entre Bernard Tapie et Jean-Pierre Bernès, l'agent du joueur, il est prêté au Celta Vigo en Espagne et y rejoint son ancien coéquipier Peter Luccin. Après une bonne préparation, il joue tous les matchs d'avant-saison et marque régulièrement, mais une semaine avant le début du championnat, il se claque et voit le joueur brésilien Catanah lui prendre sa place en attaque. Gêné par des problèmes physiques qui ne le quittent plus depuis deux saisons maintenant, il finira sur une année quasiment blanche en Espagne. Il décide de mettre un terme à son contrat avec Marseille et revient en France pour disputer deux saisons à SC Bastia aux côtés de Jocelyn Gourvennec et de l'ancien international Lilian Laslandes. Après une grosse préparation physique avec Tiburce Darou (Ancien préparateur physique de Björn Borg et John McEnroe) son corps semble enfin se débarrasser des soucis dont il était victime. Il y réalise deux belles années où il se rappelle au bon souvenir de tous en inscrivant plusieurs buts notamment une demi-volée contre Lyon.

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

En recherche d'un dernier challenge, il rejoint 2003/2004 le modeste club du FC Istres. L'aventure istréenne ne dure d'ailleurs que quelques mois, avant un départ pour la LB Châteauroux qui ne durera que peu de temps puisqu'il décide d'arrêter sa carrière de footballeur professionnel fin septembre 2005 en raison de douleurs récurrentes. À la suite de l'arrêt de sa carrière OL TV réalisera une émission spéciale consacré à son ex-joueur.

Reconversion[modifier | modifier le code]

  • Il est l'animateur de plusieurs émissions, sur la chaîne de l'Olympique lyonnais, l'OL TV jusqu'en 2009, commentant notamment, en duo avec Richard Benedetti, et consultant sur la chaîne Foot+.
  • Florian Maurice n'anime plus d'émissions sur la chaine OLTV depuis la fin de la saison 2009. Il a en effet été remplacé par Maxence Flachez, également un ancien de l'OL, et a intégré la cellule de recrutement de l'Olympique lyonnais le 1er juillet 2009 qu'il dirige désormais.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié à Géraldine Maurice et a trois enfants, une fille Maë et deux garçons Tylan et Thiago.

Divers[modifier | modifier le code]

  • Durant sa carrière, il eût un temps comme sponsor l'équipementier sportif Adidas
  • Il tourna dans un spot publicitaire pour une célèbre marque de lessive
  • Il apparaît dans le clip de Charly et Lulu « LES MARSEILLAIS »
  • En 1999, il monte les marches du 52e festival du film de Cannes en compagnie de son ami Robert Pirès
  • En 1999 il participe a l'émission TV Le grand défi sur France 2 aux côtés de Filip Nikolic.
  • Lors d'un interview, Florian Maurice révèle que s'il n'avait pas été professionnel de football, il aurait aimé être facteur

Palmarès[modifier | modifier le code]

En Club[modifier | modifier le code]

En équipe de France[modifier | modifier le code]

  • 6 sélections et 1 but entre 1996 et 1999

En équipe de France Espoirs[modifier | modifier le code]

Distinctions Personnelles[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]