Virtual Boy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Virtual Boy
Un Virtual Boy américain.
Un Virtual Boy américain.

Fabricant Nintendo
Type Non officiels
Génération Cinquième

Date de sortie Drapeau : Japon
Drapeau : États-Unis
Fin de production Drapeau : Japon Avril 1996
Drapeau : États-Unis Août 1996
Média Cartouche
Contrôleurs Manette Virtual Boy
Unités vendues Monde 800 000[1]
Drapeau : Japon 150 000
Drapeau : États-Unis 650 000
Jeu le plus vendu Virtual Boy Wario Land
Logo Virtual Boy

Virtual Boy

Le Virtual Boy est une console de jeux vidéo créée par Nintendo et sortie en 1995 au Japon et aux États-Unis, se présentant sous la forme d'un casque de réalité virtuelle.

Tentant l'innovation avec un affichage stéréoscopique, la console est finalement un échec commercial. Malgré plusieurs baisses de prix, les ventes ne décollent pas et la console ne sera jamais commercialisé en Europe. Le projet est alors abandonné par Nintendo en 1996.

Le Virtual Boy est la console la moins vendue dans l'histoire des consoles de jeu vidéo de Nintendo, avec 770 000 unités vendues.

Histoire[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Écrans du Virtual Boy.
Manette de jeu du Virtual Boy.

Le Virtual Boy, créé par Gunpei Yokoi, le créateur du Game and Watch, de Metroid et du Game Boy, sort le 21 juillet au Japon et le 21 août de la même année en Amérique du Nord. À cause de son échec commercial (800 000 exemplaires vendus), la console n'est commercialisée qu'au Japon, aux États-Unis et au Canada, et sa fabrication s'arrête moins d'un an après sa sortie[1],[2].

À sa sortie, la console est présentée comme étant une des premières à intégrer la réalité virtuelle par le biais d'un casque. Contrairement aux apparences et à l'idée qui circule, ce casque ne se porte pas ni ne s'attache autour de la tête puisqu'il repose sur un bipied, destiné à être posé sur une table.

Accueil critiqué[modifier | modifier le code]

La console est un échec commercial retentissant à cause de plusieurs de ses caractéristiques :

  • Le système bipied peu ergonomique ;
  • La réalité virtuelle pas toujours bien exploitée (peu de jeux sont réellement immersifs) ;
  • La console n'affiche que deux couleurs: rouge et noir ;
  • L'effet 3D provoque des maux de tête et des nausées ;
  • Le catalogue est peu étendu et les jeux de qualité inférieurs (le seul jeu licencié est Waterworld) ;
  • Le hardware est sous-exploité : il existe un port multijoueur, mais Nintendo n'a jamais fabriqué le câble ad-hoc ni développé de jeu Virtual Boy multijoueur ; le pad possède deux croix directionnelles, mais la majorité des jeux ne tirent pas profit de cette particularité.

Abandon du projet[modifier | modifier le code]

La console est abandonnée en août 1996 (un plan de relance est décidé mais la console est largement oubliée), le manque de jeux et la qualité de ces derniers ne séduisent pas les joueurs qui ont alors les yeux tournés vers la Nintendo 64[réf. nécessaire].

Les graphismes affichés ne sont pas composés de pixels mais de sortes de diodes rouges. Les jeux ne sont pas non plus en 3D (exception faite des jeux Insmouse et Red Alarm) mais bénéficient d'un effet de relief grâce aux 2 écrans indépendants du Virtual Boy. Chaque œil reçoit une image identique mais en très léger décalage ce qui crée un effet de profondeur avec des graphismes 2D, soignés pour la plupart. Cela dit, la technologie a un coût et malgré ce concept simple et efficace, les graphismes des jeux sont affichés en nuances de rouge (5 pour être précis) sur fond noir. Des prototypes de Virtual Boy avec des écrans couleurs sont testés mais demeurent trop onéreux et pas assez convaincants.

Liste des jeux[modifier | modifier le code]

22 jeux sont sortis durant l'exploitation japonaise du Virtual Boy et 14 jeux durant l'exploitation américaine.

Nom du jeu Genre Développeur Éditeur Sortie Japon / États-Unis
3D Tetris Puzzle T&E Soft Nintendo États-Unis
Galactic Pinball Flipper Intelligent Systems Nintendo Japon / États-Unis
Golf Sport T&E Soft T&E Soft / Nintendo Japon / États-Unis
Insmouse no Yakata Tir à la première personne I'Max I'Max Japon
Jack Bros. Puzzle / Aventure Atlus Software Atlus Software Japon / États-Unis
Mario Clash Plate-forme Nintendo Nintendo Japon / États-Unis
Mario's Tennis Sport Nintendo Nintendo Japon / États-Unis
Nester's Funky Bowling Sport Nintendo Nintendo États-Unis
Panic Bomber Puzzle Hudson Soft Hudson Soft / Nintendo Japon / États-Unis
Red Alarm Aviation T&E Soft T&E Soft / Nintendo Japon / États-Unis
SD Gundam: Dimension War Stratégie Bandai Bandai Japon
Space Invaders: Virtual Collection Shoot them up Taito Taito Japon
Space Squash Sport Tomcat System Coconuts Japan Japon
Teleroboxer Sport Nintendo Nintendo Japon / États-Unis
V-Tetris Puzzle Bullet-Proof Software Bullet-Proof Software Japon
Vertical Force Shoot them up Hudson Soft Hudson Soft / Nintendo Japon / États-Unis
Virtual Bowling Sport Athena Athena Japon
Virtual Boy Wario Land Plate-forme Nintendo Nintendo Japon / États-Unis
Virtual Fishing Sport Pack-In-Video Pack-In-Video Japon
Virtual Lab Puzzle J-Wing J-Wing Japon
Virtual League Baseball Sport Kemco Kemco Japon / États-Unis
Waterworld Shoot them up Ocean Software Ocean Software États-Unis

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Virtual Boy » : « La descente aux enfers », Jeuxvideo.com, 28 janvier 2010.
  2. (en) Benj Edwards, « Unraveling The Enigma Of Nintendo's Virtual Boy, 20 Years Later », sur fastcompany.com,‎ (consulté le 24 août 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en)(de) Planet Virtual Boy : site complet sur l'histoire du Virtual Boy, présentation des jeux commerciaux, jeux amateurs et jeux jamais commercialisés, guides techniques, extraits de magazines d'époque et quelques plans pour construire des accessoires pour son propre Virtual Boy.
  • Dossier sur la console par Jeuxvideo.com.