Trépied

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne pas confondre avec le hameau du Pas-de-Calais, Trépied.
Trépied.

Un trépied est un meuble à trois pieds, servant de table, de siège ou de support[1]. Il a l'avantage de n'être jamais bancal, quelle que soit sa fabrication, et quelle que soit la surface sur laquelle il est posé.

Des trépieds servent de base à des tabourets, des tables (guéridon), et des supports à usage domestique, artisanal ou professionnel.

Un trépied, jadis appelé aussi servante[2], servait à maintenir un récipient, chaudron, marmite ou moule à gaufres, au-dessus du feu, dans l'âtre, quand ceux-ci n'étaient pas suspendus à une crémaillère. Le fourneau offrait un autre mode de cuisson, à la fois plus confortable et plus hygiénique, sur lequel les récipients pouvaient se poser directement, ce qui a rendu le trépied inutile.

Dans l'Antiquité[modifier | modifier le code]

Dispute d'Apollon et d'Héraclès pour le trépied de Delphes

Dans l'Antiquité classique, les trépieds, généralement en bronze, quelquefois en or, étaient des prix destinés à récompenser les vainqueurs aux épreuves sportives ou artistiques. A Delphes, la sibylle, puis les pythies s'asseyaient sur un trépied pour rendre leurs oracles. Le trépied est ainsi devenu un symbole de Delphes, mais on en a retrouvé également dans beaucoup d'autres cités (Athènes, rue des Trépieds) ou sanctuaires (le Ptoïon, en Béotie) de la Grèce antique.

Mobilier[modifier | modifier le code]

Les trépieds ne forment pas une classe particulière de meuble, mais ils constituent le piétement de meubles transportables, généralement de petites taille, qui profitent de son avantage de n'être jamais bancals. On a ainsi des guéridons à trépied, des tabourets à trépied, dont on peut parfois régler la hauteur du siège par une vis, des sièges de campagne faits d'un trépied avec une couverture de cuir ou de toile[3].

Autre trépieds[modifier | modifier le code]

Policiers utilisant un trépied pour leur radar.

Le trépied est aujourd'hui un tout autre instrument, puisqu'il est destiné à stabiliser un appareil (comme une caméra, un théodolite - instrument de mesure du géomètre -, ou le radar des gendarmes contrôlant la vitesse des automobilistes) ou à installer un autre objet pour une utilisation plus ergonomique.

Ces trépieds modernes sont en métal léger, et d'un encombrement minimum, car ils sont pliables et munis de pieds rétractables et télescopiques (avec fixation rapide par ergot ou rotule de serrage).

Les photographes, professionnels ou amateurs, ont parfois besoin, par exemple, d'un trépied photographique. Des supports ressemblant aux trépieds photographiques sont utilisés pour les télescopes de taille moyenne, la cuisine de camping, les armes à feu collectives, et d'autres utilisations comparables.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Trésor de la langue française.
  2. Raymond Lecoq, Les Objets de la vie domestique. Ustensiles en fer de la cuisine et du foyer des origines au XIXe siècle, Berger-Levrault, 1979, 318 pages, p. 180
  3. « Siège 3 pieds pour artiste » (consulté le 7 novembre 2015).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]