Neydens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Neydens
L'église.
L'église.
Blason de Neydens
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Saint-Julien-en-Genevois
Canton Saint-Julien-en-Genevois
Intercommunalité CC du Genevois (CCG)
Maire
Mandat
Caroline Laverriere
2014-2020
Code postal 74160
Code commune 74201
Démographie
Population
municipale
1 736 hab. (2014)
Densité 249 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 07′ 20″ nord, 6° 06′ 18″ est
Altitude Min. 500 m – Max. 871 m
Superficie 6,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Neydens

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Neydens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neydens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neydens

Neydens est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'agglomération du Grand Genève.

Géographie[modifier | modifier le code]

Petite ville située aux portes de Genève, Neydens bénéficie d'un cadre rural tout en étant intégrée dans l'agglomération du Grand Genève. Elle fait partie du triangle d'or du Genevois, avec ses communes voisines Archamps, Collonges-sous-Salève et Bossey. Neydens est devenue une commune résidentielle, constituée de plusieurs hameaux qui s'égrainent dans un environnement très vert et particulièrement calme sur les premiers contreforts du Salève.

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La commune jouxte un nœud de communication important constitué de l'autoroute A40 Lyon-Annemasse-Chamonix et de l'autoroute A41 Lausanne-Genève-Annecy. Neydens se trouve sur le trajet de Saint-Julien-en-Genevois à Annecy par la route départementale D 1201 (anciennement nommée route nationale N 201).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Julien-en-Genevois Rose des vents
Feigères N Archamps
O    Neydens    E
S
Beaumont

Toponymie[modifier | modifier le code]

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Nédin, selon la graphie de Conflans[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Situé sur un site gallo-romain, le village garde ce que l'on a cru être une trace significative de l'importante voie romaine qui reliait Annecy à Genève : une borne milliaire (qui au final n'en est pas une) incorporée sous la forme d'une colonne au monument aux morts (1914-1918) érigé face à l'église. Le toponyme Noidans apparaît au XIIe siècle (Noidan ou « le domaine de Nodo », nom d'homme) serait d'origine germanique, datant probablement de l'époque où les Germains s'installèrent dans la Sapaudia gallo-romaine.

Au Moyen Âge, la plus grande partie du village appartenait à l'évêché de Genève. De ce fait, Neydens resta dépendance genevoise en 1536 (invasion bernoise) avant d'être rétrocédée en 1754 (traité de Turin) au roi de Sardaigne. Le village retrouvait ainsi son unité territoriale, puisque géographiquement une petite partie était restée propriété des Savoie, et donc son unité confessionnelle quand l'église, d'origine romane, fut transformée en temple protestant.

Menaçant de s'effondrer, elle fut détruite au tournant du vingtième siècle quand fut érigée l'église actuelle (de style néo-gothique) dédiée elle aussi à saint Laurent.

Face à celle-ci, on remarque une curieuse croix de pierre (début du XIXe siècle) ornée des insignes de la passion. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les paroissiens firent construire une petite chapelle en l'honneur de Notre-Dame de la Paix qui protégea leur localité tandis que certains villages voisins furent douloureusement marqués.

La carrière de grès ou de molasse de Verrières creusée à même le flanc du Salève (massif préalpin) alimentait encore au dix-neuvième siècle les chantiers de construction de Genève.

De par sa situation géographique qui la place à proximité d'un carrefour européen, cette commune connaît les avantages et les vicissitudes des territoires frontaliers modifiés par des tracés géopolitiques conclus entre états. Sentiers GR - route de Compostelle avec gîte-étape.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 ... Jean Verdel ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 736 habitants, en augmentation de 16,82 % par rapport à 2009 (Haute-Savoie : 7,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
332 386 402 508 514 528 525 534 477
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
473 468 469 504 501 519 502 505 443
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
416 431 402 403 393 433 435 455 714
1982 1990 1999 2005 2010 2014 - - -
840 957 1 100 1 382 1 513 1 736 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vitam’[modifier | modifier le code]

La commune de Neydens dispose d'un complexe sportif, aquatique et de remise en forme : Vitam’.

Loisirs[modifier | modifier le code]

  • Le Vitam' offre un large choix d'activités : natation, aquagym', fitness, musculation, squash, badminton, escalade.
  • De nombreux clubs et associations proposent entre autres football, judo, théâtre, danse.
  • Les cavaliers peuvent pratiquer l'équitation au centre équestre des Mouilles.
  • Activités des villes ou agglomérations voisines (Archamps, Annecy Genève).

Économie[modifier | modifier le code]

Services[modifier | modifier le code]

  • École.
  • Cantine.
  • Garderie périscolaire.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux[modifier | modifier le code]

  • ...

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le cycliste professionnel Rémi Cusin vit à Neydens.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Neydens

Les armes de Neydens se blasonnent ainsi : De gueules à la croix d'argent, à une tulipe de Neydens au naturel, ployée en bande, brochant sur le montant supérieur de la croix et passant sous la traverse senestre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 16
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .