Émile Chautemps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chautemps.
Émile Chautemps
Image illustrative de l'article Émile Chautemps
Fonctions
Député de la Seine
Député de Haute-Savoie
Prédécesseur Léon Orsat
Successeur Émile Favre
Sénateur de Haute-Savoie
Prédécesseur André Folliet
Successeur Hippolyte Curral
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Valleiry
Date de décès
Lieu de décès Paris
Nationalité Drapeau de la Savoie Duché de Savoie
Drapeau : France Française
Fratrie Alphonse Chautemps
Enfants Félix Chautemps, Camille Chautemps

Émile Chautemps, né le à Valleiry (duché de Savoie, royaume de Sardaigne) et mort le à Paris[1], est un homme politique français.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Jean-Marie Chautemps, métayer du comte de Viry[2], qui fut syndic puis maire de la commune après la réunion de la Savoie à la France en 1860.

Son frère cadet Alphonse (1860-1944) fut comme lui député et sénateur.

Deux de ses fils, Félix (1877-1915) et Camille (1885-1963), eurent une carrière politique. Son deuxième fils, Henry, fut assassiné au Sénégal en 1904 alors que, adjoint aux affaires indigènes, il prêtait main-forte pour l'arrestation d'un meurtrier[3]. Avant même la mort héroïque de Félix au Hartmannswillerkopf en 1915, un fils cadet, Maurice (1882-1914), avait été tué dès les premiers combats de la guerre de 1914[4] tandis qu'un autre fils, Pierre (1894-1945)[5], était grièvement blessé dans le Nord[6]. Il eut également deux filles : Marguerite (née en 1879) et Yvonne (née en 1891)[7].

Biographie[modifier | modifier le code]

Docteur en médecine en 1875, député, sénateur puis ministre.

Émile Chautemps était actif dans la franc-maçonnerie[8]. Il a été initié à la loge Isis-Montyon en 1880. Il a plus tard fréquenté diverses loges (L'Amitié, Cosmos 288).

Élu conseiller municipal de Paris, il devient président de cette assemblée de février à novembre 1889. Il est aussi député de la Seine de 1889 à 1897[1]. En 1895, il est également élu conseiller général de Chamonix. Il est ensuite député de la Haute-Savoie de 1897 à 1905 (circonscription de Bonneville), sénateur de la Haute-Savoie de 1905 à 1918 [9], ministre des Colonies du 26 janvier au 1er novembre 1895, ministre de la Marine du 9 au 13 juin 1914.

Il vota en faveur de la loi de séparation des Églises et de l’État le .

Il fut le président de la Société philanthropique savoisienne de Paris, dont il est l'un des membres fondateurs avec les avocats François Quétand et Basile Rubin.

Il mourut le 10 décembre 1918 à l'Hôpital du Panthéon.

Distinction et honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Marie Mayeur, Arlette Schweitz, Les parlementaires de la Seine sous la Troisième République, vol. 1, Paris, Publications de la Sorbonne,‎ (ISBN 2-85944-432-7), p. 136.
  2. Michel Germain, Personnages illustres des Savoie, Autre Vue,‎ , 619 p. (ISBN 978-2-915688-15-3, présentation en ligne), p. 298.
  3. « Assassinat de M. Chautemps fils », Le Radical,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  4. « Louis Maurice Chautemps », sur Mémoire des hommes (consulté le 8 octobre 2015)
  5. Mort en déportation au camp de Bergen-Belsen, cf. Arrêté du 17 avril 2012 portant apposition de la mention « Mort en déportation » sur les actes et jugements déclaratifs de décès
  6. Maurice Barrès, L’Âme française et la guerre, t. III : La Croix de guerre,‎ (présentation en ligne), p. 299
  7. « Les Chautemps du Vuache : données analytiques », sur Gérard Laurans (consulté le 9 octobre 2015)
  8. Éric Saunier (dir.), Encyclopédie de la franc-maçonnerie.
  9. « Photos et cartes postales : villa du sénateur Chautemps », sur La Salévienne (consulté le 19 octobre 2015)
  10. « Notice no LH/509/2 », base Léonore, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Émile Chautemps », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]
  • André Gaucher, Une grande famille parlementaire : les Chautemps, Paris, Société nouvelle d'éditions parisiennes,‎ , 335 p. (présentation en ligne, lire en ligne). La diffusion de ce livre en Savoie est citée par Félix Chautemps, dans une protestation remise officiellement à l'Assemblée nationale, comme un des éléments constitutifs de la campagne de diffamation dont il a été victime, et qui a conduit à son échec électoral en 1914[1].
  1. « Rapport d'élection ... : département de la Savoie, circonscription d'Albertville », Journal officiel de la République française - débats parlementaires,‎ , p. 2737-2739 (lire en ligne)