Université de technologie de Clausthal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
École des mines de Clausthal
Logo TUC de Web.gif

Logo de l'université de technologie de Clausthal.

Histoire et statut
Fondation
Type
Université publique
Nom officiel
Technische Universität Clausthal
Régime linguistique
Président
Thomas Hanschke
Localisation
Campus
Localisation
Pays

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Basse-Saxe

(Voir situation sur carte : Basse-Saxe)
Point carte.svg
Chiffres-clés
Etudiants
4 249 WS 2012/13[2]
Budget
100 518 000 € (2011)[1]
Divers
Membre de
Site web

L’université de technologie de Clausthal (autrefois École des mines de Clausthal), implantée depuis 1775 à Clausthal-Zellerfeld, en Basse-Saxe, est l'une des plus petites universités d'Allemagne. Dans les classements fédéraux elle se classe cependant régulièrement dans le groupe de tête pour les Sciences de l'ingénieur et les Sciences Naturelles[3],[4],[5]. Au début de l'année 2011, une entreprise sur six du DAX avait dans son directoire au moins un ancien élève de Clausthal, et deux d'entre elles avaient même un ancien élève comme président[6],[7],[8],[9],[10].

Cette école d'ingénieurs, avec une proportion d'environ 30 % d'étudiants étrangers, est l'une des plus cosmopolites d'Allemagne[11],[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le sceau historique de l'école témoigne de l'origine de l'université technique d'aujourd'hui : un bas-fourneau pour la Métallurgie, une pioche et une masse pour les mines.

La richesse en minerais du sous-sol du Hartz est à l'origine de la prospérité de la région, devenue au XVIIIe siècle un haut-lieu de l'extraction de matières premières, et elle justifiait l'ouverture d’une telle école. La date de fondation retenue est 1775 : cette année-là, l'intendant des mines de Clausthal, von Reden introduisit un cycle de formation d'une année pour les techniciens des mines et forges, initiative qui répondait au programme édicté par le conseiller général des Mines Friderici, intitulé Neue Schuleinrichtungen oder Plan zur gemeinnützigen Einrichtung großer und kleiner Schulen (Clausthal: Wendeborn 1775). Ces cours s'inspiraient de la pédagogie pratiquée par le lycée de Clausthal, qui avait été instituée par Henning Calvör. Ils se sont instituionnalisés en 1811 pour former l’École des Mines de la Division du Hartz (Bergschule für die Harzdivision), suivant le Reglement über den für die Bergeleven in der Harzdivision bestimmten Unterricht in den berg- und hüttenmännischen Hülfs-Wissenschaften du 21 novembre 1810, édicté par le Ministre des Finances, du Commerce et de l'Artisanat du royaume de Westphalie, von Bülow. Rattachée ensuite brièvement à l'École forestière Royale de Prusse de Hannoversch Münden (1821–1844), le roi Georges V l'éleva au rang d’école des mines le 27 décembre 1864.

À partir de 1866, date de l'annexion du Hanovre par la Prusse, l'école des mines resta rattachée à la Direction des Mines de Clausthal, qui possédait déjà sa propre école professionnelle. La fusion des deux écoles fut stipulée le 20 mars 1869 par une directive du Ministre prussien du Commerce, de l'Industrie et des Travaux Publics, un véritable règlement, le Statut für die vereinigte Bergakademie und Bergschule, rédigé par l'Intendant des Mines Ernst Hermann Ottiliae et mis en application le 12 décembre 1873. Mais la fusion de ces deux établissements n'allant pas sans inconvénients, les autorités leur restituèrent leur autonomie au 1er avril 1906, et par ses nouveaux statuts du 6 avril 1908, elle devenait autonome vis-à-vis de l'Inspection des Mines et revendiquait son rattachement direct au Ministère du Commerce et de l'Industrie ; ces statuts faisaient toutefois de l'Intendant des Mines, comme représentant du Ministre, le curateur de l’École. Bientôt l’école des mines reçut une autorisation d'habilitation des thèses et le 29 janvier 1912 le roi accorda, par privilège suprême, le droit aux deux écoles des mines prussiennes, celles de Berlin et de Clausthal, de délivrer le diplôme d'ingénieur sur la base du contrôle continu, comme elles l'avaient fait jusque-là[13] ; en outre, un ingénieur diplômé de Clausthal pouvait désormais préparer la thèse de docteur-ingénieur de l'Université de Berlin, sous la direction de professeurs de l’École de Clausthal. Par de nouveaux statuts, adoptés le 14 mai 1919, on substitua à la direction l’École un rectorat (comme pour les autres universités), et à l'automne 1920 elle obtint le droit de délivrer des thèses ; ces deux modifications couronnaient la promotion de l’école des mines ent tant qu’École Supérieure des Mines et de la Métallurgie. En 1934 l'établissement passa sous l’autorité du Ministre des Cultes, et en 1935 les dirigeants nazis le scindèrent en deux facultés.

La capitulation du IIIe Reich, en 1945, mit un terme aux fonctions du curateur de Clausthal, contrairement à d'autres universités (celle de Göttingen, par exemple). Le 19 février 1952, le conseil d'établissement adopta[14] des statuts de transition, sans l’approbation formelle du ministre des Cultes, mais sans que ce dernier fasse de contre-proposition. Ces nouveaux statuts, qui restèrent en vigueur jusqu’en 1968, confirmèrent les fonctions de direction à un sénat, où le recteur était le représentant des écoles d'ingénieurs. Au cours des années 1960, la palette des enseignements fut considérablement élargie, avec l'incorporation des cursus traditionnels : génie minier, élaboration des métaux et droit des concessions, à des disciplines universitaires plus générales telles le Droit, les Sciences économique, la géologie, la géophysique et la métallurgie. Le 31 mai 1963, le ministre des cultes de Basse-Saxe autorisa l’« École des mines de Clausthal » à prendre le nom d’Institut de Technologie (Technische Hochschule) ; le 1er novembre 1966, le ministère régional rebaptisait l'École des mines : Institut de Technologie de Clausthalet enfin le 28 mars 1968 « Université de Technologie de Clausthal », pour accompagner une initiative du même ordre touchant les écoles de Brunswick et de Hanovre. Le ministère, se conformant pour la dernière fois à une tradition étatique bien prussienne, attribua aux trois universités une constitution. Celle de Clausthal instituait la participation des chercheurs et des étudiants à l'administration des facultés, au sénat et au conseil d'établissement, ainsi qu'à une nouvelle institution, la « chancellerie ». Malgré la portée expressément limitée de ces nouveaux statuts (ils ne devaient s’appliquer que jusqu'au 31 mai 1970), ils ne seront abolis, compte tenu de l'opposition, de la loi de pré-sélection du 26 octobre 1971 et de l'évolution du droit fédéral (loi-cadre des universités du 26 janvier 1976) qu'avec la loi-cadre du 17 février 1983 (décision du conseil)/ 28 septembre 1984 (décret ministériel de la Recherche et de l'Artisanat), en vertu de la loi universitaire de Basse-Saxe du 1er juin 1978.

Depuis le 1er janvier 2009, l'Université Technique de Clausthal (comme les Instituts de Technologie de Brunswick et de Hanovre) est membre des Niedersächsischen Technischen Hochschule (NTH)[15]. Cette fédération d'universités s'est fixé pour objectif de faire face à la compétition internationale par la coopération et la complémentarité des spécialités des trois établissements[16]. Jusque-là, les trois Universités avaient entrepris, dans le cadre d’un Consortium Technicum[17] de combler les insuffisances régionales en matière de planification, en accordant leurs enseignements entre elles.

Avec 89 professeurs, 410 collaborateurs scientifiques et 3500 étudiants, c'est aujourd'hui l'une des plus petites universités d'Allemagne. Elle se veut orientée vers les applications, ce que confirment un taux satisfaisant de financement entre les fonds de concours et les frais d'inscription, ainsi que la régularité de son classement fédéral. Par ses coopérations avec des universités étrangères (32 partenariats internationaux) et de nouveaux cursus (par ex. la gestion des retombées radioactives et chimiques), elle attire beaucoup d'étudiants étrangers, à concurrence de 40 % de ses effectifs.

Depuis sa fondation, l'université a accompagné les principales avancées techniques : l’emploi de turbines pour actionner les machines de levage et d'exhaure des mines, plusieurs procédés d'élaboration des métaux, la conception des monte-charges et ascenseurs pour gérer le flux des mineurs, le développement de entraînements bielle-manivelle à course prolongée pour le levage, l'invention du câble de traction, enfin des techniques topographiques de précision pour la délimitation des concessions, sont autant d'apport des ingénieurs de Clausthal. Plusieurs savants illustres, tels Gottfried Wilhelm Leibniz, Arnold Sommerfeld ou Friedrich Wilhelm Heinrich von Trebra, l'ami de Goethe, font partie de l'histoire de Clausthal.

Nouveaux programmes de recherche[modifier | modifier le code]

Le hall d'accueil de l'université de technologie.

Longtemps confinés au génie minier et à la métallurgie ainsi qu'aux sciences de la Terre, les cours et la recherche à Clausthal ont été notablement élargis au cours des années 1960. Ce changement s'est traduit par une ouverture aux sciences des matériaux et au génie des procédés, en passant par le génie mécanique, grâce à une formation plus approfondie en mathématiques et en sciences physiques. Le poids accru du génie mécanique et du génie des procédés a joué un rôle décisif dans la requalification de l’établissement en « université de technologie de Clausthal » en 1968.

Le centre de recherches COPES financé par la Communauté Européenne permet les échanges scientifiques internationaux en génie mécanique, en génie des procédés et dans le domaine de la protection des milieux. Clausthal a confirmé sa place par l'introduction de machines plus modernes, à la prospection pétrolière et gazière ou enfin à la recherche de nouvelles textures. L’institut est reconnu pour son implication dans divers projets dans le monde et en Basse-Saxe, ou les multiples prix de l'innovation décernés à des ingénieurs ou des junior-entreprises de l'Institut de Technologie de Clausthal.

Organisation[modifier | modifier le code]

Les facultés[modifier | modifier le code]

Institut des Mines de l'université de technologie de Clausthal
L’Aula Academica.
Institut de génie mécanique Fritz-Süchting.

Depuis le 1er avril 2005, le découpage en faculté, stipulé par la loi universitaire de Basse-Saxe, est entré en vigueur. La nouvelle structure par facultés reflète le profil de l'université de technologie de Clausthal et se distingue par sa forte interdisciplinarité.

  • Faculté des sciences naturelles et des sciences des matériaux
  • Faculté des sciences économiques
  • Faculté de mathématiques, d'informatique et de mécanique

Le Processus de Bologne et ses conséquences[modifier | modifier le code]

Le cursus de plusieurs filières a été restructuré selon le schéma licence-maîtrise dans le cadre du Processus de Bologne : la chimie, la géophysique, la géotechnique, le génie pétrolier et gazier, l'élaboration des céramiques, l’informatique, science des matériaux, les mathématiques, la métallurgie, les sciences physiques, etc.

Certaines disciplines ont dû être entièrement réorganisées ou annexées à d'autres : par exemple la géologie et le génie minier. Les étudiants qui étaient déjà engagés dans ces filières ont toutefois eu la possibilité d'achever leur formation conformément à l'ancien programme. Les sept derniers cursus professionnels ont été réorganisés selon le schéma licence-maîtrise à la fin de l'année civile 2009-10 .

Sa place au sein de l'université allemande[modifier | modifier le code]

Classement[modifier | modifier le code]

Selon le classement CHE, publié chaque année dans Die Zeit, l’Université de Technologie de Clausthal se classe régulièrement aux premières places.
  • Selon le journal Wirtschaftswoche, 2009: Platz 5 unter den Unis mit den meisten Dax-Vorständen[19]
Le magazine économique Wirtschaftswoche a comparé en 2009, dans le cadre de son classement, « les universités des patrons du DAX. » L’Université de Technologie de Clausthal se classe 5e, avec un plus grand nombre de patrons en proportion de ses effectifs, que les établissements mieux classés.

Particularités[modifier | modifier le code]

Au cours des dix dernières années, la proportion d'étudiants étrangers à la TUC a oscillé entre 25 % et 38 % ce qui, par rapport à la moyenne fédérale, est particulièrement élevé[22].

La nationalité la plus représentée est la République populaire de Chine avec environ 12 % à 20 % des étudiants. L'attrait des étudiants chinois pour cet établissement vient du fait qu'il figure dans le classement ABC, aux côtés de l’Université technique d’Aix-la-Chapelle et de l’Université technique de Berlin : cela fait, aux yeux des Chinois, de ces trois écoles les principales écoles d'ingénieur allemandes[23],[24],[25]

La réputation de Clausthal en Chine s'est trouvée renforcée depuis qu'elle a été reconnue par Wan Gang comme centre de formation des dirigeants chinois[26]. En tant que Ministre de la Recherche et de la Technologie, il est depuis 2007 l'instance suprême pour la Recherche et progrès technique en République populaire.

Personnalités liées à l'école[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Technische Universität Clausthal » (voir la liste des auteurs).
  • Hubert Becker, Technische Universität Clausthal. Zur Zweihundertjahrfeier 1775 - 1975., vol. I : Die Bergakademie und ihre Vorgeschichte. éd. par Technischen Universität Clausthal, Clausthal-Zellerfeld, Pieper, , « Bergschule - Bergakademie - Technische Universität Clausthal », p. 57 et suiv..
    • Hubert Becker, Technische Universität Clausthal. Zur Zweihundertjahrfeier 1775 - 1975., vol. II : Von der Bergakademie zur Technischen Universität, Clausthal-Zellerfeld, Pieper, , « Bergschule - Bergakademie - Technische Universität Clausthal ».
    • Hubert Becker, Technische Universität Clausthal. Zur Zweihundertjahrfeier 1775 - 1975., vol. III : Festbericht, Clausthal-Zellerfeld, Pieper, , « Bergschule - Bergakademie - Technische Universität Clausthal »
  • J. Horn, Die Königliche Bergakademie Clausthal. Ihre Geschichte und Neubauten, Leipzig, Breitkopf und Härtel, , Discours pour l'inauguration des nouveaux locaux, prononcé les 14, 15 et 16 mai 1907, « Geschichte der Bergakademie ».
  • Friedrich-Wilhelm Bornhardt, Festschrift zur 150-Jahrfeier, Leipzig, Breitkopf und Härtel, , Die Preußische Bergakademie zu Clausthal 1775/1925, « Ursprung und Entwicklung der Bergakademie »
  • coll., Die Einhundertfünfzigjahrfeier der Preußischen Bergakademie Clausthal am 3. und 4. November 1925. (rapport du jubilé des 150 ans), Leipzig, Breitkopf und Härtel, .
  • Hans Burose, Technische Universität Clausthal. Zur Zweihundertjahrfeier 1775 - 1975, vol. I : Die Bergakademie und ihre Vorgeschichte, « Ergebnisse neuerer Forschungen zur Vor- und Frühgeschichte der Clausthaler Hochschule », p. 9 et suiv.
  • Festschrift zur 150-Jahrfeier. Leipzig, éd. Breitkopf und Härtel (1925).
  • Festschrift zur 175-Jahrfeier der Bergakademie Clausthal 1775-1950. éd. par la Bergakademie Clausthal. Clausthal-Zellerfeld: éd. Pieper 1950.
  • Fr. Günther, « Zur Vorgeschichte der Königlichen Bergakademie in Clausthal », Berg- und Hüttenmännische Zeitung,‎ , p. 53 et suiv., 565 et suiv., 577 et suiv..
  • Georg Müller, Der Lehrkörper der Technischen Universität Clausthal sowie ihrer Vorläufer 1775 bis 1999 ; texte édité par la Technische Universität Clausthal à l'occasion du jubilé des 225 ans, Hanovre, Schlütersche,
  • Georg Müller, « Probleme und Fakten im Zusammenhang mit der Wiedereröffnung der Bergakademie Clausthal nach dem Kriegsende 1945 », Mitteilungsblatt der TU Clausthal, no 67,‎
  • Georg Müller, Technische Universität Clausthal. Abriss ihrer historischen Entwicklung, Clausthal-Zellerfeld,
  • Adolph Roemer, Geschichte der Königlichen Bergschule zu Clausthal. Zur Erinnerung an die fünfzigjährige Jubelfeier der Bergschule am 7. Januar 1861, Goslar, Brückner (o.J.), , « Discours (Festrede) »
  • S. Valentiner, Festschrift zur 175-Jahrfeier der Bergakademie Clausthal 1775 - 1950. Hgg. von der Bergakademie Clausthal, Clausthal-Zellerfeld, Pieper, , « Geschichte der Bergakademie », p. 9 et suiv.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Zahlenspiegel - Verwaltungshandbuch der Technischen Universität Clausthal » [PDF; 57 kB] (consulté le 21 octobre 2011)
  2. Statistisches Bundesamt: Studierendenzahlen Studierende und Studienanfänger/-innen nach Hochschularten, Ländern und Hochschulen, WS 2012/13, pp. 66–113 (consulté le 3 novembre 2013)
  3. Wirtschaftsingenieurwesen an der TU Clausthal im CHE-Ranking, consulté le 11 mai 2012
  4. Maschinenbau und Verfahrenstechnik an der TU Clausthal im CHE-Ranking, consulté le 11 mai 2012
  5. Informatik und Chemie an der TU Clausthal im CHE-Ranking, consulté le 11 mai 2012
  6. Jürgen Großmann, Vorstandsvorsitzender der RWE AG, consulté le 11 mai 2012
  7. Ekkehard Schulz, ehemaliger Vorstandsvorsitzender der ThyssenKrupp AG, consulté le 11 mai 2012
  8. Gerd Grimmig, Vorstand der Kali und Salz AG, consulté le 11 mai 2012
  9. Klaus-Dieter Maubach, Vorstand der E.ON AG, consulté le 11 mai 2012
  10. Albert Scheuer, Vorstand der HeidelbergCement AG, consulté le 11 mai 2012
  11. Internationales Zentrum Clausthal, consulté le 11 mai 2012
  12. Profildaten zur Internationalität von Hochschulen - Gemeinschaftsprojekt von DAAD, HRK und AvH, consulté le 11 mai 2012
  13. Diplomprüfungs-Ordnung der Königlichen Bergakademie zu Clausthal, 1903 GBV
  14. Vorläufige Verfassung der Bergakademie Clausthal. Vom 19 février 1952.
  15. Loi du 15 décembre 2008 portant création des Niedersächsischen Technischen Hochschule (NTHG) : Nds.GVBl. 2008,416
  16. Actes de présentation du projet de loi, Landtag de Basse-Saxe, compte-rendu n°16/410 du 4 septembre 2008, p. 5 et suiv.)
  17. Congrès pour la création du Consortium Technicum du 22 mai 2002 – Date du décret du Senat. In: « Manuel administratif de l'Université de Technologie de Clausthal et comptes-rendus » (TUC 2001, p. 163)
  18. DIE ZEIT - classement CHE 2012-13, consulté le 11 mai 2012
  19. Wirtschaftswoche: Kaderschmieden – Die Unis der Dax Chefs, consulté le 11 mai 2012
  20. Junge Karriere - Das Karriereportal des Handelsblatts, consulté le 11 mai 2012: selon certaines indications fournies par Junge Karriere, livraison annexe du Handelsblatt, qui a consulté plus de 51000 étudiants et diplômés de l'Ecole, ainsi que 1000 personnalités du monde l'entreprise.
  21. Forum Nachhaltig Wirtschaften, consulté le 11 mai 2012 : dans le cadre d'un sondage auprès des patrons allemands réalisé pour le forum "Nachhaltig Wirtschaften", L’Université de Technologie de Clausthal a été qualifiée d’Alma Mater de première classe et de Kaderschmiede, surtout pour l'économétrie.
  22. Université de Technologie de Clausthal, statistiques universitaires de 2010 (PDF; 1,5 MB), consulté le 11 mai 2012
  23. DIE ZEIT - Von Kanton nach Clausthal, consulté le 11 mai 2012
  24. TAZ - Von Fernost in den Westharz, consulté le 11 mai 2012
  25. Wirtschaftswoche - Ansturm auf den Harz, Hochschulstatistik 2010, consulté le 11 mai 2012
  26. Interview de Michel Hou, émissaire chinois en poste à l'université de technologie de Clausthal, statistiques universitaires de 2010, consulté le 11 mai 2012

Voir également[modifier | modifier le code]