Sylvain Luc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Luc.
Sylvain Luc
Description de cette image, également commentée ci-après
Sylvain Luc lors d'un concert au club de jazz de Dunkerque, le 13 mars 2008
Informations générales
Naissance (53 ans)
Bayonne[1]
Genre musical Jazz
Instruments Guitare
Labels Dreyfus Records
Site officiel www.sylvainluc.fr

Sylvain Luc est un guitariste français de jazz, né à Bayonne le [2].

Il est considéré comme l'un des grands noms du jazz français, et comme un technicien hors-pair, réputé internationalement[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Sylvain Luc commence la guitare à 4 ans, puis le violon. Il étudie le violoncelle au conservatoire à rayonnement régional de Bayonne[1].

Avec son groupe de jazz progressif Bulle Quintet, il est lauréat du XIXe festival de Jazz de San Sebastian[4] en 1982, et enregistre le thème Tôt Le Matin de Mario Vilas sur l'album du festival.

Il donne de nombreux concerts avec ce groupe du pays basque, puis il s'installe à Paris et devient arrangeur, compositeur et accompagnateur d'artistes de variétés, tout en conservant son rôle dans le jazz en tant que bassiste du trio de Richard Galliano, et en tant que guitariste avec Eric Le Lann[1].

Années 1990[modifier | modifier le code]

En 1993, Sylvain Luc devient l'ambassadeur des guitares Godin pour le monde. C'est l'année de son premier album, Piaia. L'année suivante, il enregistre Petits Déjà, en duo avec Louis Winsberg.

En 1999, il sort l'album Ameskeri, avec Stéphane Belmondo, puis Duet, en duo avec Biréli Lagrène, qui s'écoulera à plus de 70 000 exemplaires[1].

Années 2000[modifier | modifier le code]

Sylvain Luc joue de la guitare et de la basse sur l'album Les Machines absurdes, de William Sheller, paru en 2000.

Il fonde en 2000 le Trio Sud avec André Ceccarelli et de Jean-Marc Jafet. Un premier disque sort en 2000, Le groupe obtient la Victoire du jazz en tant que meilleure formation de l’année 2003, à l'occasion de la publication de Sylvain Luc Trio Sud en 2002. Suivra Young and fine en 2008.

En 2003, il sort Ambre, son second album en solo après Piaia. Il utilise la technique du re-recording, ce qui lui permet de superposer jusqu'à 4 pistes de guitare.

Depuis 2006, on le retrouve régulièrement dans la formation String quartet, aux côtés de Didier Lockwood, Victor Bailey et Billy Cobham.

En 2007, Sylvain Luc remporte un Djangodor, dans la catégorie « musicien confirmé »[5].

En 2009, on le retrouve en trio dans une formation « All Stars », aux côtés de Richard Bona et Steve Gadd. Il retrouve Biréli Lagrène pour un second album en duo, Summertime.

Années 2010[modifier | modifier le code]

En janvier 2011, il se voit décerner le prix Django-Reinhardt par l'Académie du jazz[6].

Discographie[modifier | modifier le code]

En solo[modifier | modifier le code]

En duo[modifier | modifier le code]

Avec Louis Winsberg
  • 1994 : Petits déjà...
Avec Francis Lassus
Avec Stéphane Belmondo
Avec Biréli Lagrène
Avec Stefano Di Battista
  • 2014 : Giù la testa
Avec Richard Galliano
  • 2015 : La Vie en rose

Avec Trio Sud[modifier | modifier le code]

Avec d'autres formations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Biographie de Sylvain Luc », sur sylvainluc.fr (consulté le 24 novembre 2017).
  2. « Notice de Sylvain Luc », sur catalogue.bnf.fr (consulté le 24 novembre 2017).
  3. Francis Marmande, « Sylvain Luc, guitariste tout terrain », sur Le Monde, (consulté le 29 août 2018)
  4. Biographie sur le site disquesdreyfuss.com
  5. Jazzman, janvier 2008, no 142, p. 23.
  6. « Page de Sylvain Luc », sur academiedujazz.com (consulté le 24 novembre 2017).
  7. Michel Contat, « Sylvain Luc, Standards », sur Télérama, (consulté le 29 août 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]