Une chance sur deux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une chance sur deux
Réalisation Patrice Leconte
Scénario Patrick Dewolf et Serge Frydman
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Durée 110 minutes
Sortie 1998

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Une chance sur deux est un film français réalisé par Patrice Leconte, sorti en 1998.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Alice sort de prison après avoir purgé une peine de huit mois ferme pour vol de voiture. Sa mère qui vient de mourir lui a laissé une cassette dans laquelle elle lui avoue le mystère de sa naissance. Alice n'a jamais connu son père. Vingt ans auparavant, sa mère a aimé deux hommes et l'un des deux a conçu avec elle Alice sans le savoir. Alice va ainsi découvrir deux gros « gabarits » : Léo Brassac et Julien Vignal. Avant de savoir lequel des deux est son père, elle va les entraîner dans une aventure où elle est impliquée contre des trafiquants russes.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]


Sortie et accueil[modifier | modifier le code]

Une chance sur deux bénéficie lors de sa sortie d'une imposante campagne marketing et le duo Belmondo/Delon participent à la campagne de promotion[3]. Toutefois, le film sort en plein succès de Titanic, qui occupe la tête du box-office français depuis cinq semaines avant de descendre en seconde place les deux semaines précédant la sortie de Une chance sur deux[4]. Diffusé dans 536 salles, Une chance sur deux prend la tête du box-office parisien avec 108 195 entrées[5], mais Titanic reprend la tête du box-office français la même semaine, contraignant le film à occuper la seconde place du box-office avec 430 015 entrées[4], un score que Belmondo et Delon n'avaient plus atteint depuis longtemps[3]. Après les deux semaines suivantes correctes, le film s'effondre pour atteindre 1 056 810 entrées[1] en fin d'exploitation, affichant une rentabilité de 26 % pour un budget de 22,1 millions d'euros[1]. Considéré comme un échec commercial par les producteurs et le distributeur, le film aurait dû doubler ou tripler les entrées au vu du budget[3]. Dans son livre Je suis un imposteur, Patrice Leconte considère le résultat du film au box-office est une « catastrophe » car il était « très cher en production »[6] Il s'agit du dernier film ayant dépassé le million d'entrées pour Jean-Paul Belmondo et Alain Delon, en tant que têtes d'affiche (à part les 6 millions enregistrées en 2008 pour Astérix aux Jeux Olympiques pour Delon, dans lequel l'acteur ne tient qu'un second rôle).

Autour du film[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]