George Benson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
George Benson
Description de cette image, également commentée ci-après
George Benson au Montreux Jazz Festival en 1986.
Informations générales
Naissance (80 ans)
Pittsburgh (Pennsylvanie), Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Chanteur, guitariste, compositeur
Genre musical Jazz, soul, funk, pop
Site officiel http://www.georgebenson.com

George Benson, né le à Pittsburgh (Pennsylvanie), est un guitariste, chanteur et compositeur américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

George Benson à New York en 1977.

George Washington Benson est né le et a grandi dans le Hill District de Pittsburgh, en Pennsylvanie[1],[2]. À l'âge de sept ans, il joue pour la première fois du ukulélé dans un drugstore du coin, pour lequel il est payé quelques dollars. À l'âge de huit ans, il commence à jouer de la guitare[1] et enregistre son premier disque à l'âge de 9 ans sous le nom de « Little George Benson » avec deux titres : He Makes Me Mad et It Should Have Been Me. Le single a été produit par Leroy Kirkland pour le label de rhythm and blues de RCA, Groove Records[3].

George a fréquenté le lycée Schenley à Pittsburgh, dont il est sorti diplômé[4],[5]. Dans sa jeunesse, il a appris à jouer du jazz straight-ahead (en) en jouant pendant plusieurs années avec l'organiste chef d'orchestre soul Jack McDuff. L'un de ses premiers idoles est le guitariste country-jazz Hank Garland[6],[7] .

Il enregistre son premier album en solo, The New Boss Guitar of George Benson, en 1964, à l'âge de 21 ans, accompagné par le quartette de Jack McDuff. Le disque suivant de Benson s'intitule It's Uptown (1966) qu'il enregistre en tant que quartette sous le nom The George Benson Quartet, comprenant Lonnie Smith à l'orgue, Ronnie Cuber au saxophone baryton et Johnny Lovelace à la batterie. Il enregistre ensuiteThe George Benson Cookbook (1967). Son talent est ensuite remarqué par Miles Davis, qui l'emploie sur le titre Paraphernalia de l'album Miles in the Sky, sorti en 1968.

Sa carrière décolle véritablement dans la seconde moitié des années 1970, dans une veine jazz-funk west coast, avec l'album Breezin' qui remportera trois Grammy Awards dont celui du disque de l'année pour la chanson This Masquerade. L'album In Flight (1977) sera lui aussi emblématique du jeu très particulier de Benson à la guitare, qui chante simultanément les notes des solos qu'il improvise, avec un phrasé jazz sur un rythme et des arrangements funk.

En 1976, Benson part en tournée avec la chanteuse de soul Minnie Riperton, à qui l'on avait diagnostiqué un cancer du sein en phase terminale plus tôt dans l'année. Il apparaît également en tant que guitariste et choriste sur la chanson Another Star de Stevie Wonder, tirée de son album Songs in the Key of Life.

Il enregistre également la chanson The Greatest Love of All pour le film biographique de 1977 sur Muhammad Ali, Le Plus Grand, qui a ensuite été reprise par Whitney Houston sous le titre Greatest Love of All. La reprise de Benson de On Broadway, extraite de l'album live Weekend in L.A. en 1978, se classe 7e dans le Billboard Hot 100 et lui vaut le Grammy Award de la meilleure prestation vocale R&B masculine en 1979[8].

Le point culminant de sa carrière est l'album Give Me the Night, réalisé par Quincy Jones (1980), et le morceau homonyme, qui a fait de George Benson une figure désormais incontournable des pistes de danse, parfois par échantillonnages interposés.

George Benson à Montreux en 1986.

En 1984, sa chanson Nothing's Gonna Change My Love for You (tirée de son album 20/20) est un succès aux États-Unis, mais c'est la reprise du chanteur adolescent Glenn Medeiros qui popularise mondialement cette chanson en 1988, au point que beaucoup croient aujourd'hui que Medeiros en est l'interprète original.

Aujourd'hui installé en Arizona, il a sorti en 2006 l'album Givin' It Up, en collaboration avec le chanteur Al Jarreau.

Songs and Stories est sorti le . Il a été enregistré en janvier, avec des musiciens prestigieux tels que Steve Lukather, David Paich, Steve Porcaro, Greg Phillinganes (du groupe Toto), Paulinho Da Costa, Jerry Hey, Lee Ritenour, Tom Scott, Patti Austin, Norman Brown, Lalah Hathaway, Marcus Miller et John Robinson.

Un nouvel album instrumental et chanté de George Benson. Guitar Man est sorti en , revisitant ses racines de guitariste des années 1960 et du début des années 1970 avec une collection de 12 chansons de reprises de standards du jazz et de la pop produites par John Burk avec Harvey Mason, Joe Sample, David Garfield et Ben Williams, en collaboration avec Al Schmitt[9].

En juin 2013, Benson a sorti son quatrième album pour Concord, Inspiration: A Tribute to Nat King Cole, album en hommage à Nat King Cole auquel participent Wynton Marsalis, Idina Menzel, Till Brönner et Judith Hill. En septembre, il revient se produire au festival Rock in Rio, à Rio de Janeiro, 35 ans après sa première prestation à ce festival, qui était alors le festival inaugural.

En 2018, il collabore avec Gorillaz pour le titre Humility, 1er single de l'album The Now Now[10]. Le 12 juillet de la même année, il est annoncé que Benson signe avec la maison de disques Mascot Label Group[11].

Collaborations[modifier | modifier le code]

Il a notamment enregistré avec Brother Jack McDuff, Hank Mobley, Larry Young, Jaki Byard, Freddie Hubbard, Joe Farrell, Lalo Schifrin, Herbie Hancock, Ron Carter, Tony Williams, Johnny Pacheco, ainsi qu'avec Aretha Franklin, Stevie Wonder, Frank Sinatra, Tony Bennett ou encore B. B. King.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

George Benson en 2009.

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums en public[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Sessions[modifier | modifier le code]

George Benson à Montreux en 1986.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Christiane Bird, The Da Capo Jazz And Blues Lover's Guide to the U.s., Da Capo Press, (ISBN 0-306-81034-4)
  2. Stephanie Y. Mitchem et Emilie Maureen Townes, Faith, Health, and Healing in African American Life, ABC-CLIO, (ISBN 978-0-275-99375-7, lire en ligne), p. 111
  3. Will Sulzer, « Roots Vinyl Guide », sur rootsvinylguide.com
  4. (en) « NEW – Pittsburgh's Schenley school – whose alums include Andy Warhol and George Benson – to close », sur The Tribune-Democrat,
  5. Joe Smydo, « Panel to study if Schenley High can survive », sur Pittsburgh Post-Gazette, Google Actualités,
  6. (en) « Hank Garland living in shadow of his greatness », sur Today.com, Associated Press,
  7. Frances Upchurch, « But Hank Sugarfoot Garland Was To Play His Guitar Again », sur Spartanburg Herald-Journal, Google Actualités,
  8. (en)Grammy Awards 1979, nominés et vainqueurs.
  9. « George Benson: Guitar Hero », sur Bluesandsoul.com
  10. Alex Robert Ross, « Gorillaz Confirm New Album 'The Now Now,' Share New Song, 'Humility' », sur vice.com,
  11. « Mascot Label Group Celebrates Breakthrough Year », sur Mascot Label Group
  12. La plus prestigieuse récompense de la nation américaine en matière de jazz.
  13. Cf. (en) George Benson : 2009 NEA Jazz Master Consultation du 19 mai 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :