Gérard Berliner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berliner.
Gérard Berliner
Description de l'image defaut.svg.
Informations générales
Nom de naissance Raymond Berliner
Naissance
19e arrondissement de Paris (France)
Décès (à 54 ans)
15e arrondissement de Paris (France)
Activité principale Chanteur, auteur-compositeur-interprète, acteur
Genre musical Chanson française
Instruments Guitare
Années actives 1972-2010
Labels Decca Records

Gérard Berliner, nom de scène de Raymond Berliner[1], est un chanteur, auteur-compositeur-interprète et acteur français né et mort à Paris (-[2]).

Il est le demi-frère de Bruno Berliner, gangster français des années 1980, membre du célèbre gang des postiches.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses débuts dans le spectacle à 13 ans comme acteur dans de petits rôles au cinéma et au théâtre avant de suivre les cours d'art dramatique dispensés par Claude Viriot. La chanson étant son autre passion (il s'occupe d'un stand de disques au marché aux puces), il connaît un premier succès en 1974 avec sa chanson Pour toi je veux vivre. Il fait une première tournée avec le podium d'Europe 1 où il partage l'affiche avec les Martin Circus et Georgette Plana.

Parallèlement, il fait de la figuration à la télévision, notamment dans des émissions de variétés produites par Maritie et Gilbert Carpentier comme les Top à..., ce qui lui donne l'occasion de rencontrer de nombreux auteurs et compositeurs. C'est sur ces plateaux qu'il est remarqué en 1978 par Serge Lama qui le fait passer en première partie de ses concerts. Puis, peu de temps après, il est en première partie de Marie-Paule Belle à l'Olympia.

Quatre ans plus tard, c'est sa rencontre avec le parolier Frank Thomas qui le propulse au premier plan grâce à la chanson Louise (album Voleur de maman) qui devient le tube de l'été 1982 (1,5 million de disques vendus). Gérard Berliner est alors invité de l'émission télévisée Champs-Élysées de Michel Drucker, puis, en octobre 1983, il est au programme de l'Espace Cardin à Paris où il assure la première partie des concerts de Juliette Gréco durant un mois.

Suivent encore des albums coécrits avec Frank Thomas : Je porte ma vie (1983) et La Mémoire profane (1984), mais ceux-ci, malgré leur qualité, ne remportent pas le succès qui avait été véhiculé par le titre Louise en 1982. Gérard Berliner connaît alors quelques années difficiles, alternant prestations dans des séries télévisées et concerts dans des salles parisiennes comme Le Sentier des Halles ou le Casino de Paris.

Il faut attendre les années 1990 pour qu'il enregistre d'autres albums, soit conçus par lui-même comme De toi à moi (1990) et Le Vertige des fleurs (1992), produit par Charles Aznavour comme Chien de voyou (1994) ou coécrit avec Jean-Loup Dabadie comme Heureux (1997).

C'est à cette époque qu'il rencontre « l'homme de sa vie », Victor Hugo : il se passionne pour son œuvre et ses idées humanitaires (abolition de la peine de mort, droits des femmes et des enfants).

C'est avec les conseils d'Alain Decaux et après que Gérard Louvin lui a confié l'écriture du spectacle Hugo illumine Paris, présenté sous la tour Eiffel le pour fêter le bicentenaire de la naissance du poète, que lui vient l'idée de monter un spectacle mi-chanté, mi-théâtral, Mon alter Hugo, son évocation personnelle de la vie de Victor Hugo qu'il présentera durant plusieurs saisons. Il tourne également avec un spectacle en hommage à Serge Reggiani. On le revoit à l'occasion de certaines émissions télévisées et ses spectacles attirent toujours autant de spectateurs. Il est nommé aux Molières 2006 dans la catégorie Molière du spectacle musical pour Mon alter Hugo. À propos de ce spectacle, Alain Decaux dit : « Enfin, Hugo retourne entre les mains d’un homme du peuple. »

Gérard Berliner meurt des suites d'une crise cardiaque le à l'Hôpital Necker à Paris[3].

Il repose désormais au Cimetière du Père-Lachaise, division 44, tombeau en granit noir, presque en milieu de division.

Discographie (non exhaustive)[modifier | modifier le code]

  • 1982 : album 33 tours Voleur de maman, incluant le titre Louise qui fut son plus grand succès (Disques Carrère)
  • 1983 : album Je porte ma vie
  • 1984 : album La Mémoire profane
  • 1990 : album De toi à moi
  • 1992 : album Le Vertige des fleurs
  • 1994 : album Chien de voyou, produit par Charles Aznavour, paroles de Frank Thomas et musique de Gérard Berliner, liste des titres :
  1. Soleil d'hiver min 3 s
  2. Le Chant du boulanger min 38 s
  3. Je n'en crois plus mon cœur min 48 s
  4. Boulevard Arago min 54 s
  5. Chien de voyou min 36 s
  6. Frangin min 40 s
  7. Faut suivre rien min 13 s
  8. Besoin d'accordéon min 18 s
  9. C'est beau comme du Ferré min
  10. Drapeau min 43 s
  11. Trompe-moi min 20 s
  • 1997 : album Heureux, coécrit par Jean-Loup Dabadie, orchestré par Catherine Lara, dont le single, extrait de l'album, Bénie sois-tu (paroles de Gérard Berliner/Jean-Claude Collo et musique de Marco Attali/Catherine Lara).
  • Margot ,Paroles & Musique de Jean-Paul Dréau
  • 2006 : album Gérard Berliner chante Victor Hugo d'après l'œuvre théâtrale Mon alter Hugo, 1 CD Album Decca, textes de Victor Hugo adaptés par Gérard Berliner et Thierry Sforza, mis en musique par Gérard Berliner, avec l'Orchestre philharmonique de Budapest, liste des titres :
  1. Âme statue (instrumental)
  2. Le 26 février 1802
  3. Aimer c'est plus que vivre
  4. Adieu, beaux jours de mon enfance
  5. Je veille
  6. Discours sur les États-Unis d'Europe
  7. Boire aux fontaines
  8. Il n'avait qu'à me laisser vivre
  9. Vous êtes bien belle
  10. Mes lettres
  11. Le Songeur
  12. Puisque
  13. La Misère
  14. La Gloire
  15. Je respire
  16. Veni, vidi, vici[4]
  17. Aimer c'est plus que vivre (instrumental)
  • 2008 : album Aimer c'est plus que vivre, incluant tous les titres de l'album Gérard Berliner chante Victor Hugo plus le titre Louise (1 CD Edina Musique)
  • 2009 : album Gérard Berliner chante Reggiani, double CD live Decca Records, liste des titres :
  1. L'Italien, paroles de Jean-Loup Dabadie et musique de Jacques Datin
  2. Il suffirait de presque rien, paroles de Jean-Max Rivière et musique de Gérard Bourgeois
  3. La Vieille, paroles de Jean-Loup Dabadie et musique de Jacques Datin
  4. Le Barbier de Belleville, paroles de Claude Lemesle et musique d'Alice Dona
  5. Ma solitude, paroles et musique de Georges Moustaki
  6. La Chanson de Paul, paroles de Jean-Loup Dabadie et musique d'Alain Goraguer
  7. Les Loups, paroles d'Albert Vidalie et musique de Louis Bessières
  8. Ma Liberté, paroles et musique de Georges Moustaki
  9. Hôtel des Voyageurs, paroles de Jean-Loup Dabadie et musique de Jacques Datin
  10. La Java des bombes atomiques, paroles de Boris Vian et musique d'Alain Goraguer
  11. Louise, paroles de Frank Thomas et musique de Gérard Berliner
  12. Venise n'est pas en Italie, paroles de Claude Lemesle et musique de Christian Piget
  13. L'Homme fossile, paroles et musique de Pierre Tisserand
  14. Votre fille a vingt ans (Madame), paroles et musique de Georges Moustaki
  15. J't'aimerais, paroles de Claude Lemesle et musique d'Alain Goraguer
  16. Le temps qui reste, paroles de Jean-Loup Dabadie et musique d'Alain Goraguer
  17. Arthur, où t'as mis le corps ?, paroles de Boris Vian et musique de Louis Bessières
  18. Sarah, paroles et musique de Georges Moustaki
  19. Le Vieux Singe, paroles de Claude Lemesle et musique de Joe Dassin
  20. Ma fille, paroles d'Eddy Marnay et musique de Raymond Bernard
  21. Ma dernière volonté, paroles de Sylvain Lebel et musique d'Alice Dona
  22. Le Petit Garçon, paroles de Jean-Loup Dabadie et musique de Jacques Datin
  23. Si c'était à recommencer, paroles de Sylvain Lebel et musique d'Alain Goraguer
  24. L'Absence, paroles de Jean-Loup Dabadie et musique de Jacques Datin
  25. Le Vieux Couple, paroles de Jean-Loup Dabadie et musique de Jacques Datin

Théâtre[modifier | modifier le code]

Télévision (posthume)[modifier | modifier le code]

Distinction[modifier | modifier le code]

Nomination

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources, notes et références[modifier | modifier le code]

  • Source principale pour l'élaboration de l'article : programme Mon alter Hugo, Édition Mazarine Culture 2004 pour le théâtre Marigny, Paris.

Liens externes[modifier | modifier le code]