Sri Chinmoy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chinmoy Kumar Ghose
Description de cette image, également commentée ci-après

Sri Chinmoy

Naissance
Drapeau du Bangladesh Bangladesh, Shakpura
Décès (à 76 ans)
Drapeau des États-Unis États-Unis, New York
Nationalité Bengali
Profession
Activité principale
  • Écrivain
  • Musicien
Autres activités
Athlète
Distinctions
Statue « harmonie » à Prague
Signature de Chinmoy Kumar Ghose

Sri Chinmoy, né Chinmoy Kumar Ghose ( à Shakpura (Bangladesh) - à New York (États-Unis)), était un leader spirituel indien qui a enseigné la méditation en Occident après s'être installé à New York en 1964[1]. Auteur, artiste, poète et musicien prolifique, il aurait écrit environ 1 500 livres[2], 115 000 poèmes, 20 000 chants, créé 150 000 peintures et donné environ 800 concerts pour la paix dans le monde[3],[4]. La spiritualité qu’il a enseignée et commentée dans ses nombreux ouvrages est de tradition hindouiste, et typique de ce qu’on appelle la voie Bhakti, un chemin spirituel d’amour et de dévotion à Dieu, pratiqué dans la prière et la méditation[3]. Il a également préconisé le sport et l’athlétisme[5], et notamment la course à pied, la natation et l'haltérophilie[3]. Il a fondé un club de course, le Sri Chinmoy Marathon Team, qui organise de nombreuses courses, y compris des ultras-marathons et triathlons. Il a lui-même été un coureur actif jusqu'à une blessure au genou où il s'est mis à l'haltérophilie[6].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunes années en Inde[modifier | modifier le code]

Chinmoy Kumar Ghose naît dans le petit village de Shakpura (Bengale oriental, aujourd'hui Bangladesh) en 1931, il est le plus jeune d'une famille de sept enfants. En 1944, après la mort de ses parents, Shashi Kumar Ghose et Yoga Maya Bishwas Ghose, alors âgé de 12 ans il entre à l'Ashram de Sri Aurobindo, une communauté spirituelle à Pondichéry (sud de l'Inde)[7],[8]. Il y passe les 20 années suivantes en pratiques spirituelles — incluant de longues heures de méditation, la pratique de l'athlétisme, l'écriture de poésies, essais et chants spirituels. Il y gagne le titre de coureur le plus rapide pendant 12 années consécutives[7]. Chinmoy raconte que pendant environ huit ans, il est le secrétaire personnel du secrétaire général de l'ashram, Nolini Kanta Gupta. Chinmoy a traduit ses écrits du bengali en anglais[9].

Établissement aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Conférences[modifier | modifier le code]

La popularité de Sri Chinmoy l'a amené à rencontrer plusieurs personnalités religieuses ou politiques, ici avec la princesse Diana en 1997 au Palais de Kensington

En 1964, il s'établit à New York, tout d'abord en travaillant pour le consulat de l'Inde, grâce à quelques relations et malgré son absence de formation dans ce domaine. Il reçoit un soutien et des encouragements de ses collègues et de ses dirigeants pour donner des conférences sur l'hindouisme. Il commence à donner des conférences en 1968 sur des sujets spirituels lors d'une tournée aux États-Unis où il est accueilli dans les plus grandes universités, puis en 1970 en Europe[7], et plus tard aux Nations Unies[10]. Il ouvre son premier centre en 1966 à Porto Rico[7],[11].

En 1974, il donne des conférences dans 50 universités de 50 états, et ces conférences sont publiées dans une série de livres en six parties sous le nom de 50 Freedom-Boats to One Golden Shore (1974). Dans les années 1970 et 1980, il voyage en Europe, en Asie et en Australie dans les universités, ce qui donne lieu à la publication de The Oneness of the Eastern Heart et the Western Mind[12],[13]. Chinmoy publie également des livres, des essais, de la poésie spirituelle, des pièces de théâtre et des commentaires sur les Védas[14].

Jusqu'à la fin des années 1970, les principaux centres d'enseignement de Chinmoy se trouvent à New York, en Floride et aux Antilles[15]. Au cours des décennies suivantes, des centres Sri Chinmoy sont ouverts dans plusieurs villes aux États-Unis, en Europe, en Asie australe, en Afrique du Sud et en Amérique du Sud, totalisant finalement 350 centres dans le monde[16],[17].

Pendant les années 1970, Chinmoy commence à jouer et à composer sur la flûte et l'esraj[17]. En 1984, il commence à donner des « concerts de paix » gratuits dans le monde entier[18]. Le plus grand concert jamais organisé est à Montréal et accueille 19 000 personnes[19].

Rencontres[modifier | modifier le code]

Sri Chinmoy ici avec Raïssa et Mikhaïl Gorbatchev en 1994

Aux États-Unis dans les années 1970, Chinmoy devient vite populaire et attire quelques célébrités autour de lui, comme les musiciens Carlos Santana[20], John McLaughlin, Narada Michael Walden, Roberta Flack, Clarence Clemons, Boris Grebenshikov[21],[22] et l'athlète Carl Lewis[23]. Chinmoy offre aux musiciens un chemin spirituel discipliné qui interdit l'usage de la drogue et de l'alcool, et encourage la musique et la poésie comme expressions de reconnaissance envers le Divin[20].

Santana et McLaughlin suivent Chinmoy pendant plusieurs années avant de partir. En 1973, ils sortent un album basé sur les enseignements de Chinmoy intitulé Love Devotion Surrender. McLaughlin suit l'enseignement de Chinmoy de 1970 à 1975[24]. En 1971, il forme le Mahavishnu Orchestra, utilisant le nom spirituel que Chinmoy lui donne. McLaughlin présente Santana à Sri Chinmoy[25],[26] et lui et sa femme Deborah sont ensuite ses disciples de 1972 à 1981.

Santana déclare : « Sans un guru, je ne sers que ma propre vanité, mais avec lui je peux être à votre service et au service de tout le monde. Je suis les cordes, mais il est le musicien. Le guru est diplômé du Harvard de la conscience et est assis aux pieds de Dieu[27],[28]. » Santana publie trois albums sous le nom spirituel Devadip que Chinmoy lui donne : Illuminations (1974), Oneness (en) (1979) et The Swing of Delight (1980). En 2000, il déclare au groupe Rolling Stone qu'il a gardé beaucoup des bonnes choses de ses années avec le guru, même s'il le quitte[27].

Sri Chinmoy et Mère Teresa qui porte le flambeau de la Peace Run en 1994

Chinmoy a beaucoup voyagé et a consacré ses nombreuses activités et les événements qu'il a fondé à la paix. Il a rencontré des personnalités et a souvent été décrit comme un ambassadeur de paix. Chinmoy a rencontré Mère Teresa à cinq reprises. Lors de leur deuxième réunion à Rome, en octobre 1994, Chinmoy lui a remis un prix. Au cours de la cérémonie, Mère Teresa dit à Sri Chinmoy : « Je suis tellement satisfaite de tout le bon travail que vous faites pour la paix mondiale et pour les gens dans de nombreux pays. Puissions-nous continuer à travailler ensemble et à partager ensemble pour la gloire de Dieu et pour le bien de l'homme[29],[30],[31]. » Chinmoy a rencontré la princesse Diana au Kensington Palace le 21 mai 1997[32]. Au cours des années, Chinmoy a eu des amitiés continues avec Mikhail Gorbatchev, Nelson Mandela, Mère Teresa et Desmond Tutu[33],[34].

Services[modifier | modifier le code]

Sri Chinmoy avec Nelson Mandela à Prétoria en 1999

À partir d'avril 1970, et pendant plus de 37 ans, Sri Chinmoy organise des méditations bi-hebdomadaire aux Nations Unies, réservées au personnel et aux représentants des ONG. Ces sessions s'appellent « les méditations pour la paix de Sri Chinmoy à l'ONU »[35] (voir également section suivante « Philosophie »).

En 1987, Sri Chinmoy inaugure la Sri Chinmoy Oneness Home Peace Run[36], un relais symbolique pour la paix dans de nombreux pays du monde où les coureurs portent un flambeau représentant l'amitié et l’entente entre les peuples. Sri Chinmoy décrit son concept comme une « action de terrain en faveur de la paix ». Le thème « Oneness Home » de Peace Run, c'est que les gens sont tous des citoyens pacifiques sur une même planète[37],[38].

En 1991, Chinmoy lance le service humanitaire Oneness Heart Tears and Smiles qui envoie de la nourriture et des médicaments aux personnes dans le besoin. L'organisation, qui en 2007, avait déjà rendu service dans plus de 136 pays, commença avec des membres des Centres Sri Chinmoy qui distribuèrent une aide humanitaire aux enfants et adultes dans le besoin[39],[40]. Elle travaille avec des ONG ou des gouvernements et fournit des fournitures médicales et éducatives aux pays bénéficiaires. Elle est servie par des professionnels de la santé et des bénévoles privés des cinq continents, dans des programmes qui fournissent des secours en cas de catastrophe, le développement régional, des soins et des fournitures médicales[41],[42]. Le programme Kids to kids parrainé par Oneness Heart Tears and Smiles encourage les écoliers à préparer des packs de fournitures scolaires et des jouets pour les enfants défavorisés d'autres communautés.

Conclusion[modifier | modifier le code]

Sri Chinmoy et Jean-Paul II au Vatican en 1980

En 2007, Chinmoy a été nominé pour le prix Nobel de la paix par 51 Islandais membres du Parlement[43],[44], un professeur Canadien[45] et un certain nombre de professeurs Tchèques[46].

Chinmoy n'a jamais facturé de frais pour ses conseils spirituels ou ses performances musicales. Il était respectueux envers toutes les religions et les personnalités religieuses du monde[47]. Il a rassemblé environ 7 000 étudiants durant sa vie.

Chinmoy est mort d'une crise cardiaque lors de sa résidence à Jamaica, Queens, New York, le 11 octobre 2007. Mikhail Gorbatchev a écrit que sa mort était « une perte pour le monde entier » et que « dans nos cœurs, il restera pour toujours un homme qui a consacré toute sa vie à la paix[3] ».

Philosophie[modifier | modifier le code]

Bhakti Yoga[modifier | modifier le code]

Sri Chinmoy méditant aux pieds de la statue du Bouddha à Kamakura au Japon en 2006

Chinmoy enseigne que des progrès spirituels rapides peuvent être réalisés avec l'amour du divin, la dévotion envers le divin[48] et l'abandon au divin[49],[50],[51]. Il décrit l'amour divin comme l'offrande de soi et l'expansion de soi[50],[52]. Cette pratique de l'amour et de la dévotion envers Dieu est connue sous le nom de Bhakti Yoga[53]. Sa voie n’est pas celle du renoncement matériel ou de l’ascétisme, mais une voie du milieu qui permet à l’aspirant de renoncer ou de transformer les qualités négatives qui empêchent l'union avec le Divin. Chinmoy enseigne que la méditation sur le cœur met la lumière de l'âme en avant pour atteindre, dès que possible, la plus haute réalité[54]. Chinmoy déclare : « Nous sommes tous des chercheurs, et notre objectif est le même : atteindre la paix intérieure, la lumière et la joie, devenir inséparablement un avec notre Source et mener une vie de véritable satisfaction »[55].

Transcendance[modifier | modifier le code]

Un élément important des enseignements de Chinmoy est la compréhension de la transcendance de soi. La transcendance de soi est le fait d'avoir un nouvel objectif et d'aller au-delà de nos capacités et limites précédentes, ce qui nous rend inévitablement heureux. La transcendance de soi, c'est l'objectif de progresser dans la vie en devenant un meilleur être humain plutôt que de rivaliser avec le reste du monde[56]. Chinmoy croit que notre esprit est vraiment illimité[57].

Sri Chinmoy honore Mohamed Ali

Chinmoy préconise « la transcendance de soi » en développant sa conscience pour conquérir les limites perçues par le mental[58], ce qui est souvent appliqué à l'athlétisme. Le médaillé d'or olympique Carl Lewis reçoit les conseils de Chinmoy[59]. Il apprend à méditer grâce à lui et pratique régulièrement les techniques. Chrétien dévoué, Lewis déclare que son implication avec Chinmoy est un pas en avant pour l'accomplissement spirituel qui renforce ses croyances chrétiennes[60]. En 2011, Lewis apparaît dans le documentaire Challenging Impossibility, qui présente les exploits de force réalisés par Chinmoy[61].

Selon les membres du Sri Chinmoy Marathon, plus de 45 traversées de la Manche à la nage ont été réalisées par une trentaine de leurs membres[62]. D'autres événements sportifs sponsorisés par Chinmoy comprennent des courses d'ultra-distances, comprenant la Self-Transcendence 3100 Mile Race - une course de 5 000 km - l'alpinisme et le cyclisme de longue distance. En 2010, Ashrita Furman, qui détient plus de 150 records du monde du Guinness, a déclaré que « la méditation qu'il a apprise de Sri Chinmoy l'aide à accomplir ses performances au-delà de ses attentes »[63],[64],[65].

Ouverture sur le monde[modifier | modifier le code]

En juin 1980, Sri Chinmoy rencontre Emil Zatopek lors d'une course en Suisse organisée par le Sri Chinmoy Marathon Team

Sa philosophie, explique-t-il, c'est l'acceptation de la vie. En partageant bonne volonté et inspiration avec les autres et en servant l'humanité, le monde peut être transformé et la paix peut être réalisée[66]. Bien qu'influencé par l'hindouisme, son chemin spirituel sert à une communauté internationale de chercheurs spirituels de milieux divers[67]. Mais sa popularité, parmi les maîtres spirituels indiens dans les années 1970, est également due au fait, plus original, qu'il ne prône pas seulement les pratiques méditatives, mais la pratique des arts, comme la musique, et du sport comme compléments à la réalisation de soi.

Sa voie est une voie spirituelle contemporaine de yoga, pratiquée sous la direction d'un guide ou d'un enseignant spirituel[68],[69]. Chinmoy a préconisé le brahmacharya - le célibat - pour les aspirants spirituels mariés et non mariés, et se concentrant sur l'expérience de la joie spirituelle intérieure plutôt que le plaisir[70]. Selon un article de 1987 dans Hinduism Today (en), Chinmoy, en tant que maître spirituel de yoga, était célibataire[71]. Contrairement à d'autres traditions anciennes, Chinmoy a enseigné qu'un retrait complet du monde n'était pas nécessaire pour le progrès spirituel, mais plutôt « une illumination progressive et totale de la vie[72] ».

Méditation[modifier | modifier le code]

Sri Chinmoy en méditation

Chinmoy enseigne une gamme de techniques de méditation, en particulier celles qui calment l’esprit et le conduisent au silence — purifiant les pensées du mental — et celles qui méditent sur le cœur spirituel. Chinmoy explique que, en gardant son esprit calme et silencieux pendant dix ou quinze minutes, une nouvelle expérience peut commencer à émerger en soi et que cette pratique qui consiste à calmer l'esprit est la racine de tout progrès spirituel[73].

Chinmoy recommande la pratique de la méditation pendant l'atmosphère tranquille du début de matinée, avant de commencer les activités quotidiennes. Comme l'heure de Dieu traditionnelle, entre trois et quatre heures du matin connue sous le nom de Brahma Muhurta (en), peut ne pas convenir au style de vie occidental plus tardif, Chinmoy recommande aux débutants de méditer idéalement avant sept heures. Chinmoy enseigne que la prière et la méditation sont importants, mais avec une différence dans le résultat. La prière consiste à s'élever vers Dieu et à Lui parler, et la méditation est une pratique consistant à calmer les pensées afin que la présence de Dieu puisse nous envelopper et communier avec nous[74]. Il enseigne également que lire des écrits spirituels ou chanter des chants fervents est utile pour se préparer à la méditation ou rester dans une ambiance méditative après la pratique[75]. Chinmoy pense que la course à pied et la condition physique sont une aide à la vie spirituelle intérieure ainsi qu'à la vie active extérieure, et encourage ses disciples à courir tous les jours[76]. Chinmoy considère que les avantages à courir sont de garder le corps en forme et clarifier l'esprit ; il estime que cela peut aussi être une forme de méditation extérieure[77].

Nations Unies[modifier | modifier le code]

Sri Chinmoy avec U Thant au siège de l'ONU à New York en 1972

En 1970, Sri Chinmoy commence à donner des méditations pour la paix, deux fois par semaine aux Nations Unies, pour les délégués de l'ONU, le personnel et les représentants des ONG sans confessionnalité[35]. En 1976, il déclare : « Les idées des Nations Unies sont la paix universelle et la fraternité universelle, et les idéaux des Nations Unies sont une famille universelle et un cœur d'unité[78]. »

Après avoir dirigé les méditations pour la paix, auxquelles ont assisté de nombreux employés et diplomates de l'ONU pendant plus de 37 ans, plus de 700 fonctionnaires des Nations unies, des ambassadeurs, des membres du Congrès des États-Unis et des représentants de diverses religions ont offerts leurs hommages à Sri Chinmoy suite à son décès, au cours d'une célébration posthume au siège des Nations Unis à New York[79]. Lors de cette cérémonie, Daw Aye Aye Thant, fille de l'ancien secrétaire général de l'ONU, U Thant, déclare dans son discours[80] :

« Dans une lettre adressée à Sri Chinmoy en avril 1972, mon père a écrit : "En vérité, vous avez inculqué dans l'esprit de centaines de personnes les valeurs morales et spirituelles que nous chérissons tous les deux. Je chérirai toujours l'occasion mémorable de nos rencontres aux Nations Unies." [...] Je suis heureuse d'avoir connu Sri Chinmoy et d'avoir été en sa présence de nombreuses fois et d'avoir connu de nombreux membres du groupe. »

Dialogue interconfessionnel[modifier | modifier le code]

Chinmoy offre une méditation à l'ouverture du Parlement des religions à Chicago en 1993

Une partie intégrante de l'enseignement de Chinmoy est le respect des autres chemins spirituels et religions. Chinmoy écrit[81] :

« La vraie religion a une qualité universelle. Elle ne trouve pas de défauts dans les autres religions. Le pardon, la compassion, la tolérance, la fraternité et le sentiment d’unité sont les signes d’une vraie religion. »

Les efforts de Chinmoy pour promouvoir l'harmonie inter-religieuse lui valent d'être invité à procéder à l'ouverture du Parlement des Religions du Monde à Chicago (1993)[82] et Barcelone (2004)[83] avec une méditation silencieuse. Au cours de la méditation d'ouverture de 2004, il déclare : « Pendant ma méditation d'ouverture, je prie pour l'unité de toutes les religions »[84].

Chinmoy indique que, bien qu'il ait été élevé dans la tradition hindoue, il ressent que sa seule religion est « l'amour de Dieu »[35].

Arts[modifier | modifier le code]

Œuvre picturale[modifier | modifier le code]

Acrylique de Sri Chinmoy

Chinmoy commence à peindre en 1974 au cours d’une visite à Ottawa, Canada. Il appelle son œuvre picturale « Jharna Kala », Fontaine d’Art en bengali. L’art de Chinmoy est inspiré par les thèmes de l’unité universelle et de la paix universelle[85],[86].

Ses peintures abstraites sont en partie des acryliques, en partie des dessins au crayon. Chinmoy utilise une grande variété d’éponges, de pinceaux et de couleurs pour peindre dans un style spontané mystique unique avec une grande vigueur, et avec un mouvement et un rythme très appuyés. Chinmoy dit que lorsqu’il peint, il trouve un flot spontané de créativité qui provient du calme de sa méditation et qui lui permet de suivre une inspiration intérieure, ou un rayon de lumière. En décembre 1991, Chinmoy commence une nouvelle collection intitulée « Dream-Freedom-Peace-Birds » (Oiseaux de Rêve de Paix-Liberté) ou Oiseaux de l’Âme. Les dessins d’oiseaux sont souvent de simples esquisses zen composant un oiseau unique jusqu’à des compositions immenses comprenant des milliers d’oiseaux. Ces dessins d’oiseaux de l’âme symbolisent, selon Chinmoy, l’imploration du cœur de l’humanité pour la liberté[87],[88].

Ses œuvres ont été exposées au Carrousel du Louvre et à l’Unesco à Paris, au Palais des Rois de Majorque à Perpignan, au Musée Victoria et Albert et à la Mall Gallery à Londres, au Musée d’Art Moderne de St. Petersburg, à l’Aéroport JFK de New York et au siège des Nations Unies[89],[90].

Musique[modifier | modifier le code]

Sri Chinmoy jouant de la flûte à Bonn en 1980

Chinmoy a écrit la plupart de ses chants en bengali, sa langue maternelle, mais également en anglais[3]. Selon le Centre Sri Chinmoy[91], il en aurait composé plusieurs milliers, dont beaucoup sont publiés sous Licence Creative Commons sur le site Sri Chinmoy Songs (paroles et partitions)[92] et Radio Sri Chinmoy (audio)[93].

Il sort deux albums en Jamaïque sous le label de la filiale Studio One Port-O-Jam[94],[95]. En 1976, Chinmoy publie un album méditatif sur Folkways Records intitulé Musique pour la méditation[96].

Chinmoy a également donné des centaines de concerts de paix gratuits dans des sites remarquables à travers le monde, y compris le Royal Albert Hall de Londres, le Lincoln Center de New York et Carnegie Hall, le Nippon Budokan de Tokyo, le Carrousel du Louvre à Paris et l'Opéra de Sydney[3].

Chinmoy a joué d'un certain nombre d'instruments différents lors de ses concerts, dont la flûte, l'esraj, le piano, le violoncelle et d'autres instruments d'Orient et d'Occident[97].

Poésie[modifier | modifier le code]

Sri Chinmoy avec l'archevêque et prix Nobel de la paix Desmond Tutu

Selon le Centre Sri Chinmoy, Chinmoy a publié plus de 120 000 poèmes[98]. Beaucoup de ces poèmes sont des aphorismes — un poème ou un verset spirituel court mais complet, tel que « Nous sommes tous vraiment illimités, à condition d’oser essayer et d’avoir la foi »[99],[100]. Chinmoy a également publié des volumes de poésie de style plus classique[101],[102]. En 2001, Chinmoy récite sa poésie aux Nations unies, dans le cadre d'un événement organisé par l'ONU pour promouvoir le « Dialogue des civilisations par la poésie »[103],[104]. Le 11 septembre 2010, trois des poèmes de Chinmoy sur l'espoir sont récités par le gouverneur de New York, David Paterson, lors d'une cérémonie pour célébrer le neuvième anniversaire du 11 septembre[105].

L'écriture inspirante de Chinmoy est louée par beaucoup, y compris l'archevêque Desmond Tutu, qui écrit : « Ces douces perles de sagesse écrites par mon cher ami Sri Chinmoy sont des vérités intemporelles pleines d'encouragement, d'amour et de bonté... Ces chapitres nous emplissent d’un formidable espoir et enthousiasme pour la vie »[106].

Athlétisme[modifier | modifier le code]

Sri Chinmoy, selon le concept de « l'esprit sain dans un corps sain », a ajouté aux pratiques méditatives, la pratique du sport[107], et en particulier de la course à pied et de l'haltérophilie[108].

Course à pied[modifier | modifier le code]

Chinmoy au départ d'un sprint dans sa jeunesse

En 1977, une équipe de marathon est créée par ses soins, organisant des événements de course, de natation et de cyclisme dans le monde entier[109], des courses amusantes aux ultra-marathons[110],[111],[112]. L'événement précurseur fut le Liberty Torch Run en 1976, un relais dans lequel 33 coureurs ont marqué le bicentenaire américain en couvrant 8 800 miles en 7 semaines dans 50 états[113]. Ce concept est élargi en 1987 pour devenir la course de la paix Sri Chinmoy Oneness-Home (la course de Sri Chinmoy pour l'unité), puis la World Harmony Run (course pour l'harmonie mondiale)[114]. La course de la paix se tient généralement tous les deux ans et la première est lancée en avril 1987 devant le World Trade Center de New York[37],[115].

En 1985, Chinmoy, avec le maire d'Oxford, inaugure le premier Sri Chinmoy Peace Mile, qui est un parcours d'un mile (1 609 m) dédié à la paix, mesuré dans le parc Cutteslowe (en)[116]. Oxford donne ainsi aux joggeurs un moyen de mesurer leurs progrès. Il existe maintenant de nombreux « miles de la paix » dans le monde entier.

Beaucoup de disciples de Chinmoy courent quotidiennement pour se maintenir en forme et en bonne santé. Chinmoy lui-même a continué à pratiquer la course jusqu'à la fin de la soixantaine, avant qu'une blessure au genou n'entrave sa capacité à courir. Il se porte ensuite sur le tennis et l’haltérophilie[117],[6].

À partir de 1996, Sri Chinmoy fonde également les courses de 6 et 10 jours Self-Transcendence, qui se déroulent simultanément dans le quartier new-yorkais du Queens chaque avril, et la course de 3100 miles Self-Transcendence, décrite par le New York Times comme le « Mont Everest des ultramarathons »[118], elle-même issue d'un 2 700 miles des années précédentes. Cette course de 3 100 miles (4 989 km), qui se déroule entre le mois de juin et d'août chaque année sur une période maximale de 52 jours, est la course à pied certifiée la plus longue au monde[119].

Haltérophilie[modifier | modifier le code]

Sri Chinmoy fait une démonstration publique en 2004 sous la supervision de Bill Pearl

Chinmoy commence l'haltérophilie en 1985, à l'âge de 54 ans. Son haltérophilie comprend une gamme de machines conçues pour accroître sa force et sa capacité. Son message au public dans ses efforts d'haltérophilie était que tout était possible à condition de mettre de côté les limites de l'esprit[120],[121],[122]. Il aurait par exemple soulevé plus de 450 kilos avec un seul bras dans les années 1980[123]. Bill Pearl, cinq fois Mister Univers, a joué le rôle de maître de cérémonie dans plusieurs des présentations de performances de Chinmoy. Lors d'une de ces présentations d'exercices d'haltérophilie de Sri Chinmoy en 1999, Bill Pearl écrit : « Aujourd'hui, vous allez voir des exploits de force physique étonnants que moi-même — et je suis dans ce domaine depuis cinquante-cinq ans — ne tenterais même pas de faire »[124]. Chinmoy déclare que sa motivation à effectuer de tels soulevés est d'inspirer les autres, en particulier ceux des générations plus âgées. En 2006, il dit : « Si je peux inspirer, ne serait-ce qu’une seule personne en ce monde, alors j’ai l’impression que ma vie a un sens. Avec mon haltérophilie, j'offre ma force physique pour inspirer les gens »[125]. Dans une de ces manifestations publiques, il soulève 100 kilos environ avec une seule main, devant une foule de 2000 personnes au Lincoln Center à New York en 1988[126].

Sri Chinmoy avec 240 kg

Dans un programme créé en 1998 intitulé « Lifting up the world with a Oneness Heart » (soulever le monde avec un cœur d'unité), Chinmoy soulève des personnes qui inspirent le monde alors qu'elles se tiennent debout sur une plate-forme au-dessus de sa tête. Chinmoy décrit sa motivation : « Je les soulève pour montrer mon appréciation pour leurs réalisations »[127]. Parmi certaines des 7 000 personnes qu'il a soulevé, sont inclus : Nelson Mandela[128], Desmond Tutu, Mohamed Ali, Sting, Eddie Murphy, Susan Sarandon, Roberta Flack, Yoko Ono, Jeff Goldblum, Richard Gere[129], Helen Hunt[130]. Vingt lauréats du prix Nobel et une équipe de lutteurs de sumo ont également été soulevés[131].

En 2011, un film intitulé Challenging Impossibility[132], évoquant les exploits de Chinmoy, est présenté au festival du film de TriBeCa[61]. Il reçoit le soutien de nombreux culturistes connus, tels que Bill Pearl, Frank Zane et Hugo Girard, qui assistent aux démonstrations et sont intrigués et inspirés par un homme au physique ordinaire qui soulève des poids aussi lourds à un âge aussi avancé. Frank Zane, trois fois Mr. Olympia à la fin des années 1970 et l'une des rares personnes à avoir battu Arnold Schwarzenegger, dit de Chinmoy : « Il a sacrifié son corps pour diffuser son message spirituel »[61]. Hugo Girard, qui a remporté la compétition de l'homme le plus fort au Canada de 1999 à 2004, a remercié Chimoy pour l'avoir aidé à se rendre compte que le powerlifting est vraiment entièrement dans la tête. « Il n'a pas laissé sa taille ou son âge l'arrêter », a déclaré Girard, « dès que vous pensez au poids que ça pèse, vous échouez »[61],[132].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Essais

  • (1974) Yoga and the Spiritual Life - Aum Publications
  • (1974) The Inner Promise: Paths to Self Perfection - Wildwood House
  • (1975) Astrology, the Supernatural and the Beyond - Aum Publications
  • (1977) Everest Aspiration - Aum Publications
  • (1984) The Summits of God-Life: Samadhi and Siddhi - Aum Publications
  • (1986) A Child's Heart and a Child's Dreams - Aum Publications
  • (1989) Meditation: Man-Perfection in God-Satisfaction - Aum Publications
  • (1990) On Wings of Silver Dreams - Aum Publications
  • (1992) Kundalini: The Mother-Power - Aum Publications
  • (1994) Garden of the Soul - Health Communications Inc.
  • (1994) My Life's Soul-Journey - Aum Publications
  • (1997) God Is... - Aum Publications
  • (1997) Wings of Joy - Simon and Schuster
  • (2007) Power Within: Secrets of Spirituality and Ocultism - Guru Noka Publications
  • (2007) Heart-Garden - New Holland Publishing

Poésie

  • (1979–1983) Ten Thousand Flower-Flames - Agni Press (100 volumes)
  • (1983–1998) Twenty-Seven Thousand Aspiration-Plants - Agni Press (270 volumes)
  • (1998–2007) Seventy-Seven Thousand Service-Trees - Agni Press (50 volumes)
  • (1973) The Dance of Life
  • (1974) The Wings of Light
  • (2000–2007) My Christmas-New Year-Vacation-Aspiration-Prayers (51 volumes)

Pièces de théâtre

  • (1973) Sri Ramachandra - My Rama is My All - A play on the life of Sri Ramachandra
  • (1973) The Singer Of The Eternal Beyond - A play on the life of Krishna
  • (1973) Siddhartha Becomes The Buddha - A Play on the life of Lord Bouddha
  • (1973) The Son - A play on the life of Jesus Christ
  • (1973) Lord Gauranga: Love Incarnate - A Play on the life of Sri Chaitanya
  • (1973) Drink, Drink, My Mother's Nectar - A play on the life of Râmakrishna
  • (1973) The Heart Of A Holy Man - various plays on spiritual figures
  • (1973) Supreme Sacrifice - a book of spiritual plays
  • (1974) The Descent of the Blue - A play about the life of Sri Aurobindo

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Himalayan Academy, « Hindu of the Year - Magazine Web Edition > December 1997 - Publications - Hinduism Today Magazine », sur www.hinduismtoday.com (consulté le 1er mai 2017)
  2. (en) « Welcome to the Sri Chinmoy Library | Sri Chinmoy Library », sur www.srichinmoylibrary.com (consulté le 7 mai 2017)
  3. a, b, c, d, e et f Corey Kilgannon, « Sri Chinmoy, Athletic Spiritual Leader, Dies at 76 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  4. « Sri Chinmoy - Biographie de Sri Chinmoy France », sur srichinmoy.fr (consulté le 1er mai 2017)
  5. Sri Chinmoy, mage indien en concert parisien
  6. a et b « Sri Chinmoy Courses - Biographie du Fondateur du SCMT en France », sur www.srichinmoycourses.fr (consulté le 25 avril 2017)
  7. a, b, c et d Yoga Journal mars 1978 p. 6
  8. Encyclopedia of Hinduism par James D. Ryan, Constance Jones Infobase Publishing, 2007 p. 111
  9. Chinmoy, Sri Chinmoy Answers, Part 23, Agni, New York, 2000, p. 28
  10. Chinmoy, Sri Chinmoy Answers, Part 23, Agni Press, 2000, p. 40–50
  11. Sri Chinmoy, Sri Chinmoy Answers, Part 3, Agni Press, 1995, p. 6
  12. (en) « Sri Chinmoy biography », sur www.srichinmoybio.co.uk (consulté le 17 mai 2017)
  13. Sri Chinmoy, 50 Freedom Boats to One Golden Shore, Parts 1-6, Agni Press, 1974.
  14. (en) « Colorado Springs Gazette-Telegraph from Colorado Springs, Colorado on March 14, 1973 · Page 11 », Newspapers.com,‎ (lire en ligne)
  15. Sri Chinmoy, Earth's cry meets heaven's smile, part 3, Agni Press, 1978.
  16. (en) « Biography Sri Chinmoy | », Biography Online,‎ (lire en ligne)
  17. a et b (en) « Sri Chinmoy », sur www.srichinmoy.org (consulté le 17 mai 2017)
  18. (en) « Sri Chinmoy Concerts | Sri Chinmoy Centre », sur www.srichinmoycentre.org (consulté le 17 mai 2017)
  19. (en) « Sri Chinmoy in Concert | United States Sri Chinmoy Centre », sur us.srichinmoycentre.org (consulté le 17 mai 2017)
  20. a et b (en) Norman Weinstein, Carlos Santana: A Biography, ABC-CLIO, (ISBN 9780313354205, lire en ligne)
  21. Stump, Paul. Go Ahead John: The Music of John McLaughlin (p. 92). (ISBN 0-946719-24-1), 9780946719242
  22. (en) Corey Kilgannon, « They're Not Heavy; They're His People; 72-Year-Old Sri Chinmoy Offers An Uplift Beyond the Spiritual », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  23. Olympics : No limit to what he can do sur le Time, 30 juillet 1984
  24. Stump, Paul. Go Ahead John: The Music of John McLaughlin. SAF Publishing, 2000. p. 92. (ISBN 0-946719-24-1), (ISBN 978-0-946719-24-2)
  25. (en) Nicholas Nigro, The Spirituality of Carlos Santana, Hal Leonard Corporation, (ISBN 9781617135910, lire en ligne)
  26. (en) Louise Chipley Slavicek, Carlos Santana, Infobase Publishing, (ISBN 9781438106724, lire en ligne)
  27. a et b (en) Chris Heath, « The Epic Life of Carlos Santana », Rolling Stone,‎ (lire en ligne)
  28. (en) « Chronology/Biography, Frederick Lenz », sur www.ex-cult.org (consulté le 17 mai 2017)
  29. « Charismatic guru Sri Chinmoy dies in NYC - USATODAY.com », sur usatoday30.usatoday.com (consulté le 10 août 2017)
  30. (en) « Meetings with Mother Teresa - Sri Chinmoy's official site », sur www.srichinmoy.org (consulté le 10 août 2017)
  31. (en) « Mother Teresa meets peace activist Sri Chinmoy in Rome », sur UPI (consulté le 10 août 2017)
  32. (en) « Princess Diana - Sri Chinmoy's official site », sur www.srichinmoy.org (consulté le 10 août 2017)
  33. Kononenko, Igor & Irena Roglic. Teachers of Wisdom. RoseDog Books, 2010. p. 358.
  34. (en) David Ellis, « Spiritual Aid Is Easier to Obtain », Time,‎ (ISSN 0040-781X, lire en ligne)
  35. a, b et c (en) Jason Zuidema, Understanding the Consecrated Life in Canada: Critical Essays on Contemporary Trends, Wilfrid Laurier Univ. Press, (ISBN 9781771121392, lire en ligne)
  36. « France | The Sri Chinmoy Oneness-Home Peace Run », sur www.peacerun.org (consulté le 19 mai 2017)
  37. a et b Robert Mcg Thomas Jr et Samuel Abt, « SCOUTING; One More Time: A Torch Relay », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  38. (en) « Worldwide torch relay reaches Cornwall », BBC News,‎ (lire en ligne)
  39. (en) Ethan Rouen, « Sri Chinmoy, spiritual leader, dies in Queens », NY Daily News,‎ (lire en ligne)
  40. (en) « About Sri Chinmoy | The Oneness-Heart-Tears and Smiles », sur www.onenessheart.org (consulté le 18 mai 2017)
  41. (en) « Oneness - Heart, Tears and Smiles | Corporate NGO partnerships », sur www.globalhand.org (consulté le 18 mai 2017)
  42. (en) « Welcome to The Oneness-Heart-Tears and Smiles International | The Oneness-Heart-Tears and Smiles », sur www.onenessheart.org (consulté le 18 mai 2017)
  43. (en) « Sri Chinmoy Nominated to Receive the Nobel Peace Prize 51 Icelandic MPs sign a nomination to the Nobel Committee », sur highbeam.com, (consulté le 10 août 2017)
  44. (en) « For the Sake of Peace: Former President of Parliament of Iceland Speaks About Sri Chinmoy », sur highbeam.com, (consulté le 10 août 2017)
  45. (en) « Sri Chinmoy Nominated for the Nobel Peace Prize 2007 by Canadian Professor », sur highbeam.com, (consulté le 10 août 2017)
  46. (en) « Charles University of Prague: Sri Chinmoy Nominated for the Nobel Peace Prize by Czech Professors », sur highbeam.com, (consulté le 10 août 2017)
  47. (en) Gail M. Harley, Hindu and Sikh Faiths in America, Infobase Publishing, (ISBN 9781438102535, lire en ligne)
  48. (en) « Devotion | Sri Chinmoy Library », (consulté le 7 mai 2017)
  49. (en) « Sri Chinmoy », sur www.srichinmoy.org (consulté le 7 mai 2017)
  50. a et b (en) « Love, devotion and surrender | Sri Chinmoy Library », sur www.srichinmoylibrary.com (consulté le 7 mai 2017)
  51. (en) « Part 2: University of Toronto | Sri Chinmoy Library », (consulté le 7 mai 2017)
  52. (en) Vidagdha Meredith Bennett, Simplicity and Power: The Poetry of Sri Chinmoy, 1971-1981, Aum Publications, (ISBN 9780884972747, lire en ligne)
  53. (en) « Colorado Springs Gazette-Telegraph from Colorado Springs, Colorado on March 14, 1973 · Page 11 », Newspapers.com,‎ , p. 11 (lire en ligne)
  54. (en) Sri Chinmoy, The Divine Hero: Winning in the Battlefield of Life, Watkins, (ISBN 9781842930397, lire en ligne)
  55. (en) Sri Chinmoy, The Wings of Joy: Finding Your Path to Inner Peace, Simon and Schuster, (ISBN 9780684822426, lire en ligne)
  56. (en) Anonymous, « Peace Institute Honors Chinmoy », Hinduism Today Magazine,‎ (lire en ligne)
  57. (en) Sri Chinmoy, Sport and Meditation, The Golden Shore, , 16–18 p. (ISBN 978-3-89532-213-6)
  58. Chinmoy, Sri. "Limitation", university lecture in: The Oneness of the Eastern Heart and the Western Mind, Part 1. Agni Press, 2003.
  59. (en) Tom Callahan, « Olympics: No Limit to What He Can Do », Time,‎ (ISSN 0040-781X, lire en ligne)
  60. Lewis, Carl with Marx, Jeffrey. Inside Track: My Professional Life in Amateur Track and Field. Simon and Schuster, 1990. p. 56–61.
  61. a, b, c et d (en) Corey Kilgannon, « A Monument to Strength as a Path to Enlightenment », New York Times,‎ (lire en ligne)
  62. (en) « About our members - Sri Chinmoy Marathon Team », sur channel.srichinmoyraces.org (consulté le 18 mai 2017)
  63. « Ashrita Furman, l'homme qui valait 350 records », sur telerama.fr, (consulté le 10 août 2017)
  64. Brian McGinn, « The Record Breaker », (consulté le 10 août 2017)
  65. (en) « Ashrita Furman – Guinness World record breaker », sur www.ashrita.com (consulté le 10 août 2017)
  66. (en) « Interviewer: So you feel that peace is going to come about by offering goodwill to each and every human being? | Sri Chinmoy Library », sur www.srichinmoylibrary.com (consulté le 7 mai 2017)
  67. (en) John R. Hinnells, Who’s Who of World Religions, Springer, (ISBN 9781349095001, lire en ligne)
  68. « Page:1300 Religions of the world: A comprehensive encyclopedia of beliefs and practices - Librarum.org - Scientific Library », (consulté le 10 août 2017)
  69. (en) Sri Chinmoy, Wisdom of Sri Chinmoy, Motilal Banarsidass Publ., (ISBN 9788120819436, lire en ligne)
  70. (en) « Peace Institute Honors Chinmoy », sur hinduismtoday.com, (consulté le 10 août 2017)
  71. (en) « A Spiritual Powerhouse Powerlifts 7,063 Pounds », sur hinduismtoday.com, (consulté le 10 août 2017)
  72. (en) « Spirituality and satisfaction | Sri Chinmoy Library », sur www.srichinmoylibrary.com (consulté le 10 août 2017)
  73. (en) Sri Chinmoy, Meditation: Man-perfection in God-satisfaction, Aum Publications, (ISBN 9780884974444, lire en ligne)
  74. (en) Sri Chinmoy, The Wings of Joy: Finding Your Path to Inner Peace, Simon and Schuster, (ISBN 9780684822426, lire en ligne)
  75. (en) Sri Chinmoy, Meditation: Man-perfection in God-satisfaction, Aum Publications, (ISBN 9780884974444, lire en ligne)
  76. (en) « The outer running and the inner running | Sri Chinmoy Library », sur www.srichinmoylibrary.com (consulté le 8 mai 2017)
  77. (en) « Foot soldiers of the soul », The Independent,‎ (lire en ligne)
  78. (en) « Question: What does the outer world need in order to accept the real significance of the United Nations? | Sri Chinmoy Library », sur www.srichinmoylibrary.com (consulté le 8 mai 2017)
  79. (en) « UN pays tribute to spiritual guru Sri Chinmoy », sur www.rediff.com, (consulté le 8 mai 2017)
  80. (en) « Celebration of the Life of Sri Chinmoy – Sri Chinmoy Centre – News and Features », sur www.srichinmoybio.co.uk (consulté le 8 mai 2017)
  81. (en) « Question: What has to prevail in religion — reason, or the sentiment of the heart? How can we identify a true religion? | Sri Chinmoy Library », sur www.srichinmoylibrary.com (consulté le 8 mai 2017)
  82. (en) « Interfaith Reborn: Sri Chinmoys Opening Meditation of the 1993 Parliament (VIDEO) at Parliament of the Worlds Religions », (consulté le 8 mai 2017)
  83. (en) « Sri Chinmoy Opens the Parliament of Worlds Religions », (consulté le 8 mai 2017)
  84. (en) « Sri Chinmoy », sur www.srichinmoy.org (consulté le 8 mai 2017)
  85. (en) Tejvan Pettinger, « Biography Sri Chinmoy », Biography Online,‎ (lire en ligne)
  86. (en) Desy Nurhayati, « Painting exhibition showcases the art of a spiritual luminary », The Jakarta Post,‎ (lire en ligne)
  87. (en) « Sri Chinmoy's Art », sur www.srichinmoybio.co.uk (consulté le 4 mai 2017)
  88. (en) « Art | Sri Chinmoy Centre », sur www.srichinmoycentre.org (consulté le 4 mai 2017)
  89. (en) Katie Baker, « United Nations Displays Sri Chinmoy's Paintings », Newsweek,‎ (lire en ligne)
  90. (en) Ari L. Goldman, « Religion Notes », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  91. « Sri Chinmoy », sur www.srichinmoy.org (consulté le 5 mai 2017)
  92. (en) « Sri Chinmoy Songs », sur www.srichinmoysongs.com (consulté le 5 mai 2017)
  93. (en) « Radio Sri Chinmoy | Meditative, spiritual music by Sri Chinmoy and the Sri Chinmoy Centre », sur www.radiosrichinmoy.org (consulté le 5 mai 2017)
  94. (en) « mypilotsupreme », sur www.downbeat-special.co.uk (consulté le 5 mai 2017)
  95. (en) « mother », sur www.downbeat-special.co.uk (consulté le 5 mai 2017)
  96. (en) « Music for Meditation | Smithsonian Folkways », sur Smithsonian Folkways Recordings (consulté le 5 mai 2017)
  97. (en) Tim Miejan, « The Joy of Inner Peace… with Sri Chinmoy », The Edge Magazine,‎ (lire en ligne)
  98. (en) « Literary output | United States Sri Chinmoy Centre », sur us.srichinmoycentre.org (consulté le 5 mai 2017)
  99. (en) « 98. | Sri Chinmoy Library », sur www.srichinmoylibrary.com (consulté le 5 mai 2017)
  100. « Citinspire - Citations à méditer : Sri Chinmoy », sur citinspire.fr (consulté le 11 août 2017)
  101. « Sri Chinmoy Livres - Biographie de Sri Chinmoy », sur www.srichinmoylivres.fr (consulté le 5 mai 2017)
  102. (en) « Sri Chinmoy's Writings on Poetry | Sri Chinmoy Library », sur www.srichinmoylibrary.com (consulté le 5 mai 2017)
  103. (en) « UN’s Dialogue Through Poetry | Rattapallax », sur www.rattapallax.com (consulté le 5 mai 2017)
  104. « Dialogue among civilizations through poetry », (consulté le 5 mai 2017)
  105. (en) Andrea Hayley, « Ground Zero 9/11 Commemoration Confronts Painful Memories », The Epoch Times,‎ (lire en ligne)
  106. (en) « The Jewels of Happiness », sur The Jewels of Happiness (consulté le 5 mai 2017)
  107. Sports
  108. Subcultures and new religious movements in Russia and East-Central Europe par George McKay, Christopher Williams Peter Lang, 2009, p. 321
  109. Bennett, Ultrarunning April 1987: 23–25.
  110. (en) Active Interest Media Inc, Yoga Journal, Active Interest Media, Inc., (lire en ligne)
  111. (en) « History of the Sri Chinmoy Marathon Team - Sri Chinmoy Marathon Team USA », sur us.srichinmoyraces.org (consulté le 20 avril 2017)
  112. « Sri Chinmoy Courses - Présentation du SCMT en France », sur www.srichinmoycourses.fr (consulté le 20 avril 2017)
  113. (en) « Biography of Sri Chinmoy - Part 3 — AspiringIndia.org », (consulté le 20 avril 2017)
  114. Greene, "Runners Span Globe" Salisbury Post 2005.
  115. « Home | The Sri Chinmoy Oneness-Home Peace Run », sur www.peacerun.org (consulté le 20 avril 2017)
  116. « Oxford Peace Mile », Student of Peace, 30 May 1987
  117. (en) « Sri Chinmoy », The Times,‎ (lire en ligne)
  118. (en) Richard Weir, « NEIGHBORHOOD REPORT: JAMAICA; Running on Inner Strength », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  119. (en) Christopher Mathias, « 3,100 Mile Self-Transcendence Race 2011 Enters 23rd Day In Queens », Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  120. (en) Himalayan Academy, « Hindu of the Year - Magazine Web Edition > December 1997 - Publications - Hinduism Today Magazine », sur www.hinduismtoday.com (consulté le 25 avril 2017)
  121. (en) « Inspiration-Lifts - Weightlifting of Sri Chinmoy », sur www.inspiration-lifts.org (consulté le 25 avril 2017)
  122. Modern Meditation: Science and Shortcuts par Thomas Valone, Integrity Research Institute, 2009, p. 21
  123. New age encyclopedia, Gale Research, J. Gordon Melton, Jerome Clark, Aidan A. Kelly, 1990, p. 109
  124. Pearl, Bill Beyond The Universe: The Bill Pearl Story 2003, p. 192
  125. New Zealand Fitness, February/March 2006 issue (No.77)
  126. Black Belt octobre 1988, p. 90
  127. (en) « Sri Chinmoy », sur www.srichinmoy.org (consulté le 25 avril 2017)
  128. (en) Sri Chinmoy soulève Mandela, « Sri Chinmoy meets with President Nelson Mandela and honors him with the "Lifting Up The World" Award », (consulté le 25 avril 2017)
  129. (en) Corey Kilgannon, « They're Not Heavy; They're His People; 72-Year-Old Sri Chinmoy Offers An Uplift Beyond the Spiritual », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  130. (en) PTI, « Who needs doctors when you can conceive courtesy Indian guru, Helen Hunt finds out », The Financial Express,‎ (lire en ligne)
  131. Corey Kilgannon, « Sri Chinmoy, Athletic Spiritual Leader, Dies at 76 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  132. a et b (en) « www.challengingimpossibility.com | A Journey from Inner Peace to Outer Strength », sur www.challengingimpossibility.com (consulté le 2 mai 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :