Nouveau mouvement religieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'expression nouveau mouvement religieux est une expression récente[1] désignant un mouvement à caractère religieux apparu au cours de la période contemporaine[2].

L'expression a été inventée par la sociologue britannique Eileen Barker entre autres raisons afin d'éviter, dans l'étude des expressions religieuses, l'utilisation du terme secte qui a pris, au cours du XXe siècle, une connotation péjorative[3],[4].

L'utilisation de ce terme est controversé pour plusieurs raisons. D'une part, sur le caractère « nouveau » : l'emploi de l'expression pour désigner certains mouvements religieux minoritaires tels que les Témoins de Jéhovah ou les mormons est discutable, puisqu'ils existent depuis le XIXe siècle[3]. D'autre part, le mot « religieux » pose également un problème : il est récusé par certains mouvements qui définissent leurs pratiques comme spirituelles, et non religieuses[5]; inversement les adversaires de la scientologie lui dénient tout caractère religieux.

En dépit de ces défauts, l'expression est employée par la plupart des sociologues[6],[7] et universitaires[8], fréquemment sous la forme NMR.

Si les nouveaux mouvements religieux sont parfois des sectes au sens premier du terme (l'étymologie renvoie au latin secta, féminin du participe passé de secare signifiant « couper », c'est-à-dire « courant de pensées divergeant, marginal, coupé des idées communément admises », « émanations, divergences, schismes de religions déjà établies » ou « groupement autour d'un maître à penser, isolé de la société », ils ne sont pas tous des sectes au sens de « association dont le comportement porte atteinte aux droits de l'Homme et à l'équilibre social »[9].

Selon leurs détracteurs, l’utilisation de ce terme est un moyen pour des sectes dangereuses de se donner une image respectable[10] .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. La naissance de nouvelles religions, sur scienceshumaines.com
  2. Dans Historiens et géographes, Numéros 393 à 394, p. 441, Jean-François Mayer fait la différence entre les « nouveaux mouvements religieux » qui se créent par milliers et les « nouvelles religions » extrêmement plus rares
  3. a et b "Nouveaux mouvements religieux" : une expression dépassée ? Interview de Massimo Introvigne sur le site Religioscope
  4. voir dans Les sectes en question: Se questionner et questionner Par Noël M. Rath, Marcel Gilbert, L'Harmattan, 2005 « le document choisit la désignation « nouveau mouvement religieux ». Tant qu'il n'y aura pas de terminologie universellement acceptée, nous devons adopter un terme qui soit le plus impartial et précis possible »
  5. Les nouveaux mouvements religieux, article de Jean-François Mayer, Encyclopédie des religions Universalis, 1991
  6. Sectes, Églises et nouveaux mouvements religieux, article de Nathalie Luca sur le site Eduscol
  7. Les nouveaux mouvements religieux sont un phènomène qui met au défi les typologies existantes. Le concept de « secte », largement utilisé, de manière spécifique par les sociologues mais également de façon moins rigoureuse par tout un chacun, ne remplit plus son rôle De Bryan Wilson, “The New Religions: Some Preliminary Considerations”, Japanese Journal of Religious Studies, 6/1-2 (1979), 195 et dans New Religious Movements: A Perspective for Understanding Society, ed. E. Barker, (New York & Toronto: The Edwin Mellen Press, 1982).
  8. Voir également les universitaires américains qui utilisent le terme dans ce document du FBI
  9. Les sectes et l'ordre public, Gilbert Klein
  10. Sur le site de l'UNADFI