Ernest Goüin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Goüin.
Ernest Goüin
Description de cette image, également commentée ci-après

Photographie d'Ernest Goüin, dans «Recueil. Juristes, hommes politiques et autres personnalités parisiennes du Second Empire».

Naissance
Tours (Drapeau du Royaume de France Royaume de France)
Décès (à 69 ans)
Paris (Drapeau de la France France)
Nationalité Française
Profession
Autres activités
Formation
Distinctions
Ascendants
Conjoint
Anne-Mathilde Rodrigues-Henriques
Descendants
Famille

Ernest-Alexandre Goüin, né le à Tours et mort le à Paris, est un ingénieur polytechnicien, entrepreneur et industriel français. Constructeur créatif, il réalise de nombreuses locomotives, ouvrages d'arts métalliques et infrastructures ferroviaires en France et à travers le monde. Il est également le fondateur de l'entreprise Ernest Goüin et Cie, qu'il fait évoluer sous le nom de Société de construction des Batignolles[1], origine du groupe Spie Batignolles, après avoir été dirigée par trois autres générations de Goüin[2]. Il fut proche du mouvement saint-simonien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille notable et moderne[modifier | modifier le code]

Le jeune Ernest Goüin est l'héritier d'une histoire familiale bourgeoise déjà fournie en personnages ayant marqué la Touraine[3]. Une lignée de négociants et de banquiers, dont son grand-père paternel Henri Jacques Goüin-Moisant (1758-1823), négociant banquier, maire de Tours en 1795, député ultraroyaliste de 1815 à 1823, ainsi que son oncle maternel, le ministre Alexandre Goüin, sont des exemples proches. Son père, Édouard Goüin (1787-1864), est banquier, négociant et filateur à Nantes, vice-président de la Chambre de commerce et conseiller municipal de Nantes, mais aussi passionné par l'évolution de l'Angleterre et notamment l'utilisation qui y est faite de la machine à vapeur.

Après des études secondaires au lycée de Nantes et à celui de Tours, Ernest Goüin suit de brillantes études d'ingénieur à École polytechnique (X1834), dont il sort classé premier à l'état-major de sa promotion[4]. Il donne sa démission pour aller travailler à Lyon. Il est également élève libre de l'École des ponts et chaussées.

Voyage « initiatique » en Angleterre[modifier | modifier le code]

En 1838, avec l'aide de sa famille, il part en Angleterre, où après avoir appris la langue, il travaille dans plusieurs entreprises. Cette courte expérience lui permet d'y revenir, pour le compte de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans, en étant chargé du contrôle de l'exécution d'une commande de locomotives aux établissements Sharp, Roberts and Company à Manchester. Ernest Goüin, impressionné par l'avance prise par l'industrie de ce pays, notamment dans le domaine des chemins de fer, note toutes ses expériences, observations et commentaires sur des carnets[5]. Sa volonté d'entreprendre est déjà présente[6], il patientera néanmoins encore quelques années en poursuivant, en France, son parcours de formation comme ingénieur puis directeur des ateliers de fabrication à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Saint-Germain. Durant ces années, Ernest mit au point des machines atmosphériques pour la propulsion des trains et rapporta d'Angleterre les premiers appareils de télégraphie.

Entrepreneur[modifier | modifier le code]

Portrait d'Ernest Goüin.

Constructeur de locomotives[modifier | modifier le code]

En 1846, grâce à l'appui de puissants commanditaires (le duc de Noailles, Rothschild, Hottinguer), il fonde sa propre entreprise, Ernest Goüin et Cie, dans la commune de Batignolles, au nord-ouest de Paris ; il fait construire ses ateliers sur un terrain de 14 000 m2 lui appertenant. Il se lance dans la fabrication de locomotives, de machines de filature et de navires. Cette société emploie alors jusqu'à deux mille ouvriers[7]. En 1847, il crée une Société de secours mutuels à l'intention de son personnel.

Constructeur d'infrastructures métalliques et ferroviaires[modifier | modifier le code]

Prévoyant rapidement que le secteur du matériel ferroviaire va connaître une diminution de la demande, il diversifie les activités de son entreprise vers les secteurs de la construction métallique et des infrastructures ferroviaires. Possédant un grand sens de l'anticipation et du génie inventif, il est entouré d'un bureau d'études de forte qualité.

En 1849, il introduit en France la technique des ponts en tôle rivetée et en 1852, sa société construira le pont d'Asnières-sur-Seine, premier pont en fer de France, dont la portée atteint 160 m ; puis en 1856, le premier ouvrage en treillis de profilés et l'un des premiers usages des caissons à air comprimé avec le pont sur le Scorff à Lorient. Il se lance par la suite dans la construction de lignes de chemins de fer.

En 1856, il acquiert le chantier naval Guibert sur l'île de la Prairie au Duc à Nantes. Il y fonde des chantiers de construction de navires en bois et en fer, à voiles et à vapeur. Ses chantiers, où sont emploiyé un millier d'ouvriers, construisent notamment des navires de guerres pour la marine impériale française, ainsi que les gouvernements italien (Castelfidardo), russe et égyptien. Les chantiers pertureront jusqu'en 1875.

Entre 1857 et 1862, il construit six des dix grands ponts que réalise sa compagnie en Russie sur la ligne Saint-Pétersbourg à Varsovie. Puis en 1862, il réalise des lignes de chemin de fer en Espagne.

En 1871, il fait évoluer la société Ernest Goüin et Cie en société anonyme sous le nom de Société de construction des Batignolles.

L'année suivante, il est élu président de la Chambre de commerce de Paris (1872-1877), puis, en 1876, est nommé régent de la Banque de France (1876-1885) et membre de la commission de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations.

Il participe aux études et à la conduite de nombreuses lignes de chemin de fer dont la réalisation est confiée à la société qu’il dirige : celles traversant les Pyrénées près de Saint-Sébastien, les Apennins près de Naples, les Carpates en Roumanie, les Alpes du Tyrol, le réseau de Bône-Guelma en Algérie, la ligne de Dakar à Saint-Louis au Sénégal et de multiples lignes d’intérêt local en France et en Belgique.

L'entreprise d'Ernest Goüin repose sur les trois piliers que sont l'innovation permanente, la diversification des activités et l'ouverture à l'international. Elle maintiendra ces principes après la mort d'Ernest.

Il fut également le fondateur, entre autres, de la Compagnie des chemins de fer Bône-Guelma (avec le concours de la Banque de Paris et des Pays-Bas, dont son cousin, Eugène Goüin, était alors administrateur), de la Compagnie du chemin de fer de Dakar à Saint-Louis, de la Compagnie des Chemins de fer de la Medjerdah.

Ernest Goüin fut également président du Conseil des prud'hommes de Paris, du Tribunal de commerce de la Seine, de la Chambre syndicale des mécaniciens, du Conseil des métaux, de l'Union des constructeurs mécaniciens et du conseil d'administration de l'École supérieure du commerce, vice-président des Œuvres de Saint-Nicolas, ainsi que membre du Conseil supérieur du commerce, de l'agriculture et de l'industrie, du Conseil supérieur de l'enseignement technique, de la Société des ingénieurs civils de France, du Cercle des chemins de fer.

Il obtint des récompenses à toutes les expositions internationales, dont il fut à plusieurs reprises membre du Jury.

Par ailleurs, à partir de 1855, il est de manière continuelle conseiller municipal des Batignolles-Monceau, puis conseiller municipal du 17e arrondissement de Paris (après l'annexion de la commune des Batignolles à Paris en 1859) et, à partir de 1871, du 16e arrondissement de Paris, ainsi que membre de la commission des finances de la ville de Paris et conseiller général de la Seine. Il siège au sein des ses administrations à droite.

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Il épouse, en 1845, Anne-Mathilde Rodrigues-Henriques (1824-1884), fille du financier Edouard Rodrigues et de Sophie Lopes Henriques de Saa. Elle était la belle-sœur du baron Gustave d'Eichthal, la tante de Jean Roland-Gosselin, et une cousine de l'épouse d'Émile Pereire, également née Rodrigues-Henriques.

Madame Georges Guiard, sa fille, peinte par Jules-Élie Delaunay (Musée des beaux-arts de Nantes).

Ils furent les parents de :

Décès[modifier | modifier le code]

Ernest Goüin meurt à son domicile parisien de la rue Cambacérès, le . Il est inhumé au Cimetière de Montmartre ; Ernest Fouquet, administrateur de la Société des Batignolles, et Émile Augier, y prononcèrent un discours[8]. À la levée du corps, les honneurs militaires lui ont été rendus par un bataillon du 28e régiment d'infanterie de ligne.

Sa fortune au moment de son décès est estimé à plus de dix millions de francs.

Travaux[modifier | modifier le code]

Quelques réalisations et ouvrages d'art[modifier | modifier le code]

On lui doit la construction de très nombreux ouvrages d'art (ponts de chemin de fer, ponts routiers) :

Publications[modifier | modifier le code]

  • Recherches expérimentales sur les machines locomotives., avec Louis Le Chatelier (1845)
  • Note sur l'industrie des constructions navales en France. (1872)
  • Chemin de fer du département de la Vendée. Lettre du concessionnaire au ministre des Travaux Publics. (1876)
  • Traversée des Pyrénées. Chemin de fer de Madrid à Irun Devis servant de base au marché. (1964)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rang-Ri Park-Barjot, La Société de construction des Batignolles: Des origines à la Première Guerre mondiale (1846-1914) Google Livres
  2. Anne Burnel, La Société de construction des Batignolles de 1914-1939 : histoire d'un déclin lien Google livres du 05/08/2009
  3. Source : Les carnets sont à l'origine du travail de Rang-Ri Park-Barjot, Le voyage en Angleterre, instrument du rattrapage technologique : l'exemple d'Ernest Goüin (1838-1839), inclus dans l'ouvrage dirigée par Michèle Merger, Transferts de technologies en Méditerranée, p. 173 (voir bibliographie)
  4. Rang-Ri Park-Barjot, in, Transferts de technologies en Méditerranée, p. 176, « Classé premier à l'État-Major »
  5. Rang-Ri Park-Barjot, in, Transferts de technologies en Méditerranée, p. 175
  6. Rang-Ri Park-Barjot, in, Transferts de technologies en Méditerranée, p. 175, « Les carnets de voyage qu'il nous a laissés montrent que son expérience anglaise le marqua beaucoup et décida de sa vocation d'entrepreneur ».
  7. Jean-Pierre Poussou L'économie française du XVIIIe au XXe siècle : Perspectives nationales et internationales http://books.google.fr/books?id=lRlpDccCtwQC&q=Gouin#v=snippet&q=Gouin&f=false lien Google livres du 05/08/2009
  8. Le Génie Civil Revue générale des industries françaises et étrangères, no 23, 4 avril 1885, p. 370.
  9. Structurae, article
  10. Structurae, article
  11. Mairie de Paris : Voie publique ouverte en 1933 sur l'emplacement de l'usine Goüin. Origine du nom : « Ernest Goüin (1815-1885), ingénieur, conseiller municipal de quartier ; voisinage des anciens ateliers des Batignolles qu'il fonda. » Rue Ernest Goüin Paris
  12. [equipement.paris.fr/square-ernest-gouin-ex-boulay-level-2796]
  13. Ernest Goüin s'était fait construire un hôtel particulier sur le berge de la prairie (au no 2) à Croissy-sur-Seine.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne Burnel, La Société de construction des Batignolles de 1914-1939 : histoire d'un déclin, Librairie Droz, 1995 (ISBN 2600000941).
  • Marc Lagana, Le Parti colonial français: éléments d'histoire, PUQ, 1990, (ISBN 2760505855), (Google Livres).
  • Rang-Ri Park-Barjot, La Société de construction des Batignolles: Des origines à la Première Guerre mondiale (1846-1914), Presses Paris Sorbonne, 2005 (ISBN 2840503891).
  • Michèle Merger, Transferts de technologies en Méditerranée, Presses Paris Sorbonne, 2006, (ISBN 2840503743), (Google Livres).
  • Jean-Pierre Poussou, François Crouzet, L'économie française du XVIIIe au XXe siècle : Perspectives nationales et internationales, Presse Paris Sorbonne, 2000 (ISBN 2840501392).
  • Obsèques de M. Ernest Goüin, paroles prononcées par MM. Ernest Fouquet et Émile Augier, Mémoires et compte rendu des travaux de la Société des Ingénieurs civils, Vol. 43,1885, CNAM ECCM C6 42, p. 569.
  • D'Ernest Goüin à Spie Batignolles.
  • Jean Monville, Xavier Bezançon, Naître et renaître, une histoire de SPIE, 2004 et 2011.
  • Philippe Potié, Ernest Goüin (1815-1885) et les Ateliers des Batignolles, Le Paris des Polytechniciens
  • Ernest II Goüin, L'Histoire d'un Siècle, 1846-1946, 1946.
  • Jacques-Marie Vaslin, Ernest Goüin, le Polytechnicien des Batignolles, Le Monde, 23 novembre 2010.
  • Yves Rochcongar, "Capitaines d'industrie à Nantes au XIXe siècle", éditions MeMo, Nantes, 2003
  • Guy Fargette, Émile et Isaac Pereire: l'esprit d'entreprise au XIXe siècle, 2001
  • Marcel Prade, Ponts et Viaducs au XIXe siècle, p. 96, Librairie Brissaud, Poitiers, 1988 (ISBN 2-902170-59-9); p. 407
  • Bernard Marrey, Les ponts modernes 18e-19e siècles, p. 308, Picard Éditeur, Paris, 1990 (ISBN 2-7084-0401-6); p. 319

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Base Léonore