Ordre de Saint-Olaf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ordre de Saint-Olaf
(no) Den Kongelige Norske St. Olavs Orden
Seconde illustration.
Ordre de Saint-Olaf
Conditions
Décerné par Harald V de Norvège
Décerné pour réalisations remarquables au nom du pays et de l'humanité
Détails
Statut Toujours décerné
Devise RET OG SANDHED (Justice et Vérité)
Grades 5 classes
Statistiques
Création
Première attribution Oscar Ier de Suède-Norvège
Ordre de préséance
Illustration.
Ruban de l'Ordre

L’ordre royal norvégien de Saint-Olaf (Den Kongelige Norske St. Olavs Orden) est un ordre de chevalerie norvégien institué par le roi Oscar Ier le . Il porte le nom du roi Olaf II, connu par la postérité sous le nom de Saint-Olaf[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le roi Haakon VII porte l'insigne de Grand-Croix de l'Ordre de Saint-Olaf, ainsi que d'autres ordres et distinctions.

L'article 23 de la Loi fondamentale stipule que « le Roi peut décerner des ordres à qui il veut, en récompense de mérite distingué, et cela doit être rendu public. Mais le Roi ne peut conférer d'autre rang ou titre que celui qui correspond à une fonction. L'arrêté ne dispense personne des devoirs et charges communes des citoyens, et ne confère aucun droit préférentiel aux charges de l'Etat. »

Le Roi est le Grand Maître de l'Ordre. Un conseil de l'Ordre prépare des propositions sur les personnes qui devraient recevoir l'Ordre et le soumet au Grand Maître, le Roi pour une décision finale. Les associations instituts et autres qui souhaitent qu'une personne soit décorée de l'Ordre peuvent s'adresser au Bureau de l'Ordre, la « Chancellerie », pour obtenir des informations sur les critères d'attribution, la documentation à produire et la probabilité que la personne soit décorée de l'Ordre.

L'attribution de l'Ordre est considérée comme une prérogative et les activités du Conseil et de la Chancellerie sont considérées comme celles du Roi personnellement. Les procédures et les documents ne sont donc pas publics. Contrairement aux ordres d'autres pays, L'Ordre norvégien de Saint-Olaf est décerné avec une justification écrite qui est rendue publique.

Pendant la Seconde Guerre mondiale , Haakon VII a nommé un Conseil de l'Ordre à Londres à partir de 1941 et a poursuivi l'attribution de l'Ordre. Vidkun Quisling a commencé par des récompenses rivales à l'Ordre avec des insignes modifiés. La Grand-croix dans une édition révisée a été décernée au ministre des Finances de Quisling, Frederik Prytz, juste avant sa mort en 1945. Ce prix n'a jamais été reconnu officiellement. Certains membres du NS ont été révoqués après la guerre, alors qu'ils avaient reçu l'Ordre avant le début de la guerre. C'était le cas par exemple, du professeur et explorateur polaire Adolf Hoel.

Depuis 1985, il y a eu un resserrement des prix de l'Ordre. Désormais, la médaille du mérite du roi en or ou en argent est décernée aux personnes qui auparavant, avaient vraisemblablement reçu la médaille de Saint-Olaf. À l'exception des membres de la famille royale et des chefs d'États, l'Ordre de Saint-Olaf n'est plus décerné qu'aux Norvégiens. L'exception est la Grand-croix, qui est décernée aux rois et chefs d'États étrangers. Depuis 1985, les étrangers se voient plutôt décerner l'Ordre royal du mérite norvégien. La classe la plus basse de l'Ordre de Saint-Olaf, le chevalier, n'est plus attribuée et les nominations sont désormais généralement faites à des chevaliers de 1re classe au minimum.

Depuis 2004, une nouvelle pratique a été introduite pour l'attribution de l'Ordre de Saint-Olaf aux membres du gouvernement. Dans l'après guerre, il n'était pas courant que les membres du gouvernement reçoivent l'Ordre, en partie parce que le mouvement travailliste s'opposait aux ordres royaux et que les membres du parti socialiste avaient l'habitude de refuser de recevoir des ordres. La Citizen's Medal, décernée par le gouvernement, a servi en partie de moyen alternatif d'honorer les membres du parti travailliste dans la période après guerre.

Sous le second règne de Kjell Magne Bondevik, la pratique a changé. Le Premier ministre et le Ministère des Affaires étrangères devaient ensuite recevoir l'Ordre après un an de service, et les autres conseillers après quatre ans. Il a également été décidé que le Grand Président devrait normalement recevoir l'Ordre de Saint-Olaf lorsqu'il démissionne du Parlement. Ce nouveau cours a été pratiqué pour la première fois par le Premier ministre Kjell Magne Bondevik qui avait été décoré de la Grand-croix, tandis que le ministre des Affaires étrangères Jan Petersen a été décoré Commandeur avec étoile. Les premiers ministres Odd Einar Dørum, Valgerd Svarstad Haugland, Dagfinn Høybråten,Hilde Frafjord Johnson et Lars Sponheim sont nommées Commandeur (sans étoile). Le gouvernement qui a succédé au Premier ministre Jens Stoltenberg a annoncé en 2005 que ses membres ne suivraient pas ces nouvelles directives pour l'attribution de l'Ordre de Saint-Olaf aux membres du gouvernement. L'un des membres du gouvernement actuel, Tora Aasland, était déjà Commandeur de l'Ordre avant de devenir membre du conseil d'État le 18 octobre 2007. Elle a reçu l'Ordre en tant que conseillère du comté de Comté de Rogaland.

La Chancellerie se renseignera à l'avance pour savoir si un bénéficiaire potentiel de l'Ordre sera disposé à accepter l'Ordre et ne nommera pas ceux qui ne veulent pas l'Ordre.

Insigne de l'Ordre[modifier | modifier le code]

Les médailles doivent être portées lors d'occasion festives. Le signe habituel de Saint-Olaf, souvent appelé à tort "médaille", est une croix de Malte en or émaillé blanc avec un globe rouge au centre, à l'avant et à l'arrière, entouré d'un anneau bleu-blanc-bleu. Sur le devant, le globe porte le lion des armoiries en or, sur le dos, la devise du roi Oscar Ier « Droit et vérité ». Entre les quatre bras de la croix se trouvent un "O" gothique couronné en or. La croix de chevalier et celle de commandeur, légèrement plus grande, sont suspendues sous une couronne royale en or, elle-même suspendue à un ruban de soie rouge bordé de blanc et de bleu.

Les femmes portent ces médailles sur un manteau de soie des mêmes couleurs. Un commandeur étoilé porte en plus une étoile en argent en forme de croix de Malte sur la poitrine. La croix en argent des Grand-croix est accrochée à un ruban de soie plus large et est portée au niveau de l'épaule droite en diagonale de la poitrine, celle-ci est en argent à huit branches.

Lorsque l'Ordre de Saint-Olaf est conféré à des militaires, le signe de l'Ordre est complété par deux épées croisées entre la croix et la couronne.

Le degré Grand-croix avec collier est depuis, réservé à la royauté et aux chefs d'État. Le signe particulier de l'Ordre est la croix en émail couronné suspendue à un collier doré. Les armoiries et les monogrammes "O", émaillés et ornés de couronnes, sont fixés en alternance autour de la jupe, reliés par des « olavskors » dorés auxquels sont fixés des deux axes. Ce symbole est aujourd'hui le blason de l'Église norvégienne.

Admissibilité et nomination[modifier | modifier le code]

Le roi procède aux nominations sur recommandation d'une commission de six membres, dont aucun ne peut-être membre du gouvernement, composée d'un chancelier, d'un vice-chancelier du Lord Chamberlain (agissant en qualité de trésorier) et de trois représentants. Le Lord Chamberlain nomme les membres de la commission et le monarque les approuve[2]. Les nominations à l'ordre sont adressées à la commission par l'intermédiaire du gouverneur de Fylke.

Les princes et princesses ayant droit de succession au trône sont nommés au plus haut degré à l'âge de la majorité[3].

Classement[modifier | modifier le code]

L'Ordre de Saint-Olaf est la plus haute distinction civile actuellement décernée par la Norvège et ne se classe qu'après la Croix de guerre militaire parmi toutes les décorations norvégiennes encore décernées dans le classement général.

Dans l'Ordre de préséance utilisé à la cour royale de Norvège, les porteurs de l'Ordre royal norvégien de Saint-Olaf avec collier sont classés 15e dans l'ordre de préséance, directement après les maîtresses des Robes et des Généraux et directement avant les récipiendaires de la Croix de guerre. Les porteurs de la Grand-croix sont classés 16e

Chancelier de l'Ordre[modifier | modifier le code]

Aux côtés du Grand Maître, l'Ordre dispose depuis sa fondation d'une Chancelier, chargé de l'administration de l'Ordre[4]. Si le Chancelier à d'abord été impliqué dans la plupart des aspects de l'administration, la situation à évolué de sorte que le Chancelier est désormais à la tête du Conseil de l'Ordre, qui examine les proposition d'attribution. Jusqu'à la dissolution de l'Union, le Chancelier de l'Ordre était le Premier ministre norvégien à Stockholm. Après la dissolution de l'Union et jusqu'en 1914, date à laquelle un Conseil de l'Ordre distinct a été créé, le Premier ministre d'Oslo était le Chancelier de l'Ordre. Lors de la création du Conseil, la fonction de Chancelier a été séparée de celle du Premier ministre et il a été décidé que les Conseillers ne pouvaient pas être membres du Conseil. Le Chancelier de l'Ordre avait un mandat limité. Initialement fixé à deux ans, ce délai a été porté à six ans.

Statistique[modifier | modifier le code]

Décorations de l'Ordre de Saint-Olav par degré/classe et par année selon les rapports annuels et les annonces de la Cour royale, ainsi que la couverture médiatique des récompenses (emblèmes non inclus) :

Diplôme, classe 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Grande croix 4 1 2 1 0 1 4 2 2 2 3
Commandant avec Étoile 6 2 0 2 0 1 0 0 1 1 0
Commandant 23 13 12 8 7 3 6 4 7 4 2
Chevalier de 1. classe 24 24 35 27 22 23 22 21 14 21 24
Chevalier 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Total 57 40 49 38 29 28 32 27 24 28 29

La proportion de femmes dans les attributions de l'Ordre de Saint-Olaf aux citoyens norvégiennes a été d'environ 21% ces dernières années, mais sur une plus longue période, la proportion de femmes a considérablement varié. La forte proportion de femmes en 2004 et 2005 est due en grande partie à la nomination des membres du Conseil d'État dans le gouvernement Bondevik, une pratique qui a été critiquée en soi. Quatre conseillères ont été décorées de l'Ordre de Saint-Olaf en 2004, et trois conseillères récemment retraitées en 2005. La proportion de femmes dans les nominations depuis 2002 est la suivante[5] :

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010
14 12,5 39 23,5 12 21 21 20,5 15

Grades et classes[modifier | modifier le code]

L'ordre est divisé en trois degrés, dont deux sont divisés en classes, totalisant cinq grades.

Titulaires[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (no) Eurooppalaiset kunniamerkit värikuvina, Porvoo, WSOY, (OCLC 466954328)
  • (no) Gunn Marit Seberg,, Frøland utnevnt til ridder av St. Olavs Orden, vol. 133, Tidsskrift for Den norske legeforening (no 3), (ISSN 0029-2001, lire en ligne), p. 267
  • (no) Delphin Amundsen, Den Kongelige norske Sankt Olavs orden 1847–1947, utgitt av ordenskanselliet ved O,
  • (no) Sven Gj. Gjeruldsen, Egil Vindorum, Guidelines for Orders and Medals, Oslo, The Royal Court,
  • (no) John Monn, Norges ordener 1847-2000, Norsk våpenhistorisk selskap, Knut Erik Strøm, , p. 119-132
  • (no) Carsten Svarstad, St. Olavs Orden 1847, t. 6-7, Nordisk Numismatisk Unions Medlemsblad, , p. 109-113
  • (no) Rolf Normann Torgersen, Ordener, Oslo, Nye Atheneum,
  • (no) Lars Tangeraas, De norske ridderordeners symboler, vol. 7, t. 63, Heraldisk tidsskrift, , p. 105-112

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (no) « St. Olavs Orden » Accès libre, sur www.kongehuset.no (consulté le )
  2. section 5, Statues of the Order of St. Olav
  3. section 3, Statues of the Order of St. Olav
  4. Gunn Marit Seberg, « Frøland utnevnt til ridder av St. Olavs Orden », Tidsskrift for Den norske legeforening, vol. 133, no 3,‎ , p. 267–267 (ISSN 0029-2001, DOI 10.4045/tidsskr.13.0039, lire en ligne, consulté le )
  5. (no) « Tildelinger av ordener og medaljer », sur www.kongehuset.no (consulté le )