Groupe SMCP

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sandro (mode))

Groupe SMCP
Création 2010
Dates clés 1984, 1998, 2007, 2009, 2010, 2019
Personnages clés Evelyne Chetrite, Judith Milgrom, Ilan Chetrite, Claudie Pierlot
Action Euronext : SMCP
Slogan Inspirer le chic parisien dans le monde
Siège social Paris
Drapeau de France France
Direction Daniel Lalonde
Actionnaires Shandong Ruyi
Activité Luxe accessible
Produits Habillement et accessoires
Filiales Sandro, Maje, Claudie Pierlot, De Fursac, SMCP North America, SMCP Asia
Effectif 6 400 fin 2019
Site web http://www.smcp.com

Capitalisation 910 M€ en août 2019
Chiffre d'affaires 1,13 Milliard € (2019)[1]
Résultat net 50,2 M€ en 2018 [2]

SMCP - Sandro, Maje, Claudie Pierlot & De Fursac est un groupe français regroupant des entreprises de prêt-à-porter. Basé à Paris, le groupe est fondé en 2010 et possède un portefeuille de 4 marques : Sandro, Maje, Claudie Pierlot et De Fursac. Le groupe évolue dans le secteur du luxe accessible[3] et qualifie ses marques de « parisien chic »[4]. Le groupe est dirigé par Daniel Lalonde.[5]

Historique[modifier | modifier le code]

En 1984, Evelyne Chetrite fonde la marque Sandro. Sa sœur, Judith Milgrom, travaille alors avec elle et crée sa marque Maje en 1998[6].

Le nom de la marque, « Maje », est l'assemblage de quatre lettres chères à la créatrice de la marque : « m » pour Milgrom, « a » pour Alain (frère de Judith et travaillant avec elle), « j » pour Judith et « e » en référence au prénom de sa sœur (Évelyne Chétrite fondatrice de Sandro)[7].

Sandro a ouvert son premier magasin rue Vieille du Temple à Paris en 2004, suivant de près Maje, qui avait ouvert son premier magasin rue du Four en 2002[8].

En 2008, Ilan Chetrite, le fils d'Evelyne, fonde Sandro Homme, une marque de prêt-à-porter masculin. En 2009, la marque Claudie Pierlot qui sera placée sous la direction de Dinah Emsalem, après le décès de la fondatrice : ceci conduit à la création du groupe SMCP en 2010[9]. Les trois marques restent assez faiblement segmentées[10].

À partir de 2010, le groupe change plusieurs fois d'actionnaire : L Capital (LVMH) et Florac entrent au capital cette même année avec une participation majoritaire de 51 %, les 49 % restants appartenant à Evelyne Chetrite, Judith Milgrom, Elie Kouby et Frédéric Biousse. En 2013, Kohlberg Kravis Roberts & Co. devient actionnaire du groupe SMCP avec une participation de 70 %. Trois ans plus tard au printemps, alors que le groupe a en projet d'entrer en bourse[11], SMCP est acquis par European TopSoho, filiale luxembourgoise de Shandong Ruyi Technology Group (groupe chinois) pour environ 1,3 milliard d'euros. Ce conglomérat implanté à Jining emploie 30 000 personnes, possède plus d'une dizaine d'usine de confection, 3 000 points de vente et réalise 4 milliards de dollars de chiffre d'affaires ; il est spécialisé en sous-traitance[12],[13]. SMCP est alors endetté de plusieurs centaines de millions d'euros[10]. Le pôle « création » reste en France, avec une trentaine de personnes[10].

En 2011, le groupe ouvre son premier point de vente aux États-Unis, suivi en 2012 de Hong Kong. SMCP s’établit tout d’abord à New York puis Hong-Kong en 2013 suivi de Shanghai en ouvrant 3 nouveaux sièges. Le Groupe annonce son entrée en bourse en 2017[14].

Depuis le rachat de 2016 par European TopSoho et les possibilités de financement du groupe asiatique, l'expansion continue. En 2017, le groupe annonce son lancement sur le marché optique, en proposant des lunettes de soleil et de vue Sandro et Maje, en collaboration avec le lunetier Mondottica. Il annonce aussi de nouveau son entrée en bourse[15],[16],[17].

Fin 2019, le groupe annonce l'acquisition de De Fursac, marque française de prêt-à-porter pour hommes fondée en 1973[18].

En avril 2019, Isabelle Allouch prend la direction générale de Sandro après le départ de Jean-Philippe Hecquet, et Jean-Baptiste Dacquin lui succède au poste de Directeur Général de Claudie Pierlot[19].

En décembre 2019 le groupe SMCP a averti qu’il ne tiendrait pas en 2019 son objectif de résultat opérationnel, principalement en raison de la forte détérioration du marché à Hong-Kong, provoquée par une baisse du trafic et par des fermetures temporaires de points de ventes au cours des dernières semaines[20].

Organisation[modifier | modifier le code]

En 2017, le groupe est introduit à la bourse Euronext Paris. La société est alors évaluée à 1,7 milliard d'euros. Daniel Lalonde est le PDG du groupe depuis 2014.

En 2019, SMCP a réalisé un chiffre d'affaires de 1,13 milliard d'euros[21] avec plus de 1578 points de ventes dans 41 pays différents. En 2019, SMCP a indiqué[Où ?] que 65 % de ses ventes étaient faites à l'international[22].

Actionnaires[modifier | modifier le code]

European Topsoho 54,2%
T. Rowe Price International 3,96%
BlackRock Investment Management 2,77%
Norges Bank Investment Management 2,41%
Comgest 2,14%
Evelyne Chetrite 2,07%
Schroder Investment Management 2,06%
Judith Milgrom 1,97%
Fidelity Management & Research 1,43%
Amundi Asset Management 1,33%

Mise à jour au [23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « chiffres clés 2019 du groupe SMCP », sur https://www.groupe-casino.fr (consulté le 5 mai 2020)
  2. https://www.zonebourse.com/SMCP/fondamentaux/
  3. FashionNetwork com FR, « Daniel Lalonde (SMCP) : "Il n’y a pas tant de concurrents que cela sur le créneau du luxe accessible et à échelle mondiale" », sur FashionNetwork.com (consulté le 20 mai 2020)
  4. (en) David Moin et David Moin, « SMCP Brings ‘Parisian Chic’ to the World », sur WWD, (consulté le 14 mai 2020)
  5. FashionNetwork com FR, « SMCP: Daniel Lalonde prend la tête du groupe », sur FashionNetwork.com (consulté le 20 mai 2020)
  6. « Une journée avec Evelyne Chétrite - Elle », sur elle.fr, (consulté le 6 avril 2020)
  7. Magazine Palace Costes n°22, page 95
  8. (en-US) Rebecca Voight, « 4 Parisian brands -- Sandro, Maje, Manoush and Ba&sh; -- aim for the middle market », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 14 mai 2020)
  9. « L Capital et Florac pilotent Groupe SMCP », sur Capital Finance, (consulté le 14 mai 2020)
  10. a b et c Dromard 2017, p. 53.
  11. Le Figaro fr avec AFP, « Sandro et Maje lancent leur entrée en Bourse », sur Le Figaro.fr, (consulté le 14 mai 2020)
  12. Dromard 2017, p. 52 et 53.
  13. « Le grand bond en avant pour Maje, Sandro et Claudie Pierlot », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 15 mai 2020)
  14. Le Figaro fr avec AFP, « Sandro et Maje lancent leur entrée en Bourse », sur Le Figaro.fr, (consulté le 14 mai 2020)
  15. Nicole Vulser, « Sandro Maje veut poursuivre son expansion internationale », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  16. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées a
  17. « En Bourse, les actionnaires de Sandro et Maje briguent un nouveau pactole », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  18. (en-GB) « SMCP Acquires French Men's Label De Fursac », sur The Business of Fashion, (consulté le 14 mai 2020)
  19. Carole Bellemare, « SMCP: Daniel Lalonde confie Sandro et Claudie Pierlot à deux «talents» maison », sur Le Figaro.fr, (consulté le 13 avril 2020)
  20. Cécile Crouzel, « Les troubles à Hongkong font trébucher Sandro, Maje et Claudie Pierlot », sur Le Figaro.fr, (consulté le 12 février 2020)
  21. (en-US) « 2019 FY Results », sur SMCP, (consulté le 15 mai 2020)
  22. « Publications & événements », sur SMCP (consulté le 15 mai 2020)
  23. Zone Bourse, « liste des actionnaires », sur www.zonebourse.com (consulté le 13 mai 2020)

Presse[modifier | modifier le code]

  • Thiébault Dromard, « Sandro et Maje joue et gagne sur deux tableaux », Challenges, no 507,‎ , p. 52 et 53 (ISSN 0751-4417).