Vivarte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vivarte (homonymie).

Vivarte
logo de Vivarte

Création 1896
Dates clés 2001, le groupe André devient Vivarte
Siège social Paris
Drapeau de France France
Activité Distribution de produits textiles et de chaussures
Filiales André (jusqu'en 2018),
La Halle,
Caroll,
Kookaï
Effectif ~ 15 000 (2011)[1]
Site web www.vivarte.com

Chiffre d’affaires ~ + de 3 milliards d'€ (2013)[2]
2,6 milliards d'€ (2014))[3]
1,8 milliard d'€ (2017)[4]
en diminution
Résultat net - 672 millions d'€ (2016)
- 305 millions d'€ (2017)[4]
en augmentation

Vivarte (anciennement Groupe André) est un groupe d'entreprises français, dont l'activité est la distribution de prêt-à-porter et de chaussures qui emploie plusieurs milliers de personnes. Vivarte possède, durant plusieurs années, des marques comme Caroll, Chevignon, Kookaï, La Halle, Minelli, Naf Naf ou Pataugas entre autres. À partir de l'an 2000, le groupe connait plusieurs restructurations : de Groupe André, il change alors de nom pour Vivarte. Georges Plassat tient la tête de l'entreprise durant une dizaine d'années et réalise une politique d'expansion. Par la suite de nombreux PDG qui se succèderont, restant parfois quelques mois en poste. Vivarte est revendu en 2004, puis 2006 par un malheureux LBO basé sur une dette trop importante qui grèvera le développement du groupe jusqu'à nos jours. Dès les années 2010, les difficultés se font fortes et Vivarte tarde à réagir face à la concurrence d'autres enseignes, l'essor d'internet ou l'image vieillissante de certaines de ses marques. Marc Lelandais prend la direction en 2012 ; il réussit à négocier un important effacement de dette avec les créanciers, mais la coûteuse politique commerciale de montée en gamme qu'il promeut reste un échec. Ce groupe devient la propriété de plusieurs fonds d'investissement en 2014, qui dirigent l'entreprise. Après maintes péripéties financières, le groupe se retrouve acculé et un redresseur d'entreprise, Patrick Puy, le prend en main fin 2016 pour le restructurer de nouveau, après toutes ces années d'errements dans la stratégie. Ce dernier revend rapidement plusieurs marques afin d'essayer de sauver Vivarte dont le chiffre d'affaires et les bénéfices ne cessent de chuter depuis plusieurs années.

Histoire[modifier | modifier le code]

1896 : Origines[modifier | modifier le code]

L'entreprise a ses origines à Nancy en 1896 lorsque Albert Lévy rachète la Manufacture nancéienne de chaussures qui fabrique des chaussures « bon marché », puis, en 1903, ouvre son premier magasin de vente à Paris, fondant ainsi le Groupe André. En 1919, le siège social déménage au 28 rue de Flandres, l’actuelle adresse du groupe.

Dès 1963, le groupe s'implante dans les centres commerciaux et les hypermarchés. En 1967, il s'internationalise avec la création d’André International, qui ouvre des succursales en Belgique, au Canada, en Italie, en Allemagne. Le 31 mai 1981, le 500e magasin du groupe ouvre ses portes. La même année, le premier magasin La Halle aux chaussures voit le jour. En 1984, le groupe se lance dans l'habillement avec l'ouverture de l'enseigne La Halle aux vêtements.

En 1991, le groupe acquiert Caroll, Creeks, Liberto, et Kookaï. Le groupe Vivarte prend aussi le contrôle des magasins Sport.

Années 2000 : Vivarte[modifier | modifier le code]

Lorsque Georges Plassat devient le président de l'entreprise, elle connaît une forte restructuration ; des centaines de magasins ferment et les coûts sont réduits drastiquement[5]. En 2001, le groupe André change de nom et devient Vivarte[1].

En 2004, le groupe Vivarte est racheté à hauteur de 55 % par le fonds d'investissement PAI partners ; il est revendu en 2006 au fonds britannique Charterhouse par une opération d'achat à effet de levier[6],[5]. Vivarte possède plus de 5 000 magasins sous 24 enseignes différentes, dont certaines bénéficient d'une forte notoriété publique : Andre, Beryl qui disparaîtra quelques années plus tard absorbée par André ou Minelli, Besson, Chaussland, CosmoParis, Fosco, la Halle aux chaussures, Pataugas, Merkal, Minelli, San Marina dans la vente de chaussures, et Caroll, Kookaï, la Halle aux vêtements, Naf Naf, Chevignon, Liberto et Parti Prix dans l'habillement. Vivarte est alors valorisé 4,2 milliers d'euros mais acheté avec 3,4 milliards de dettes[7].

En , le groupe Vivarte rachète aux frères Dominique et Bernard Montel la chaîne Défi Mode et ses 191 magasins — 900 m2 en moyenne — implantés en France, alors que les murs de 112 des magasins ont été vendus au groupe immobilier Klépierre pour 153 millions d'euros.

En 2008, Défi mode et SuperSport rejoignent Vivarte. En 2009, Vivarte fait l’acquisition de la marque de mode éthique Les Fées de Bengale revendue quelques années après[2]. Mais à partir de 2008 et plus particulièrement en 2011, la consommation de prêt-à-porter se réduit et toutes les enseignes de textile sont touchées[8]. En parallèle, le basculement petit à petit des achats vers internet ne favorise pas les marques disposant de multiples surfaces commerciales[9]. Les principaux fonds[N 1] propriétaires du groupe veulent revendre, mais ne trouvent pas d’acquéreur[8].

Années 2010 : face à la dette[modifier | modifier le code]

En janvier 2012, après un bilan globalement positif[8], Georges Plassat quitte la présidence du groupe[10] pour prendre celle de Carrefour. Durant la dizaine d'« années Plassat », le groupe ne cesse de développer sa marge et son chiffre d'affaires[8]. Georges Plassat est remplacé en juillet par Marc Lelandais[N 2]. Son premier constat est que 40 % des produits sont alors vendus lors de soldes ou de promotions, au détriment de la marge[7]. Arrivant avec son expérience de produits plus luxueux, il souhaite repositionner Vivarte et le faire monter en gamme[8]. Le groupe compte alors environs une vingtaine d'enseignes et plus de 1 000 points de vente.

Ce plan ambitieux a un coût : 150 millions d'euros sur trois ans[7]. Mais, s'il dispose du soutient des trois principaux actionnaires, les créanciers n'ont pas tous la patience d'attendre[N 3] et un bras de fer s'engage entre les deux parties[7]. Les critiques fusent ; sont reprochés « des dépenses somptuaires » alors qu'il faudrait « une réduction du train de vie de l'entreprise » mais aussi « le manque de charisme » de Marc Lelandais[7]. Malgré tout, plusieurs enseignes, dont André et La Halle, voient leur image rajeunie par un changement de communication[N 4] ; les ouvertures en France sont freinées au profit de la rénovation de boutiques[11]. Mais la dette, accumulée auprès de plus d'une centaine de créanciers[N 5], contrarie toujours ce redéploiement[12]. Marc Lelandais ne parvient pas à faire patienter ces créanciers, au moins jusqu'à l'échéance de juin 2014[7].

Pourtant rentable avec trois milliards d'euros de chiffre d'affaires, l'entreprise pâtit donc du poids des charges de remboursement de la dette et de la chute de son résultat d'exploitation: ce remboursement absorbe de 20 à 40 % de ce même résultat d'exploitation[12]. Vivarte a déjà fait face à plus de 1,2 milliard d'euros de frais financiers remboursés depuis 2007. « Incapable de respecter ses engagements vis-à-vis de ses créanciers[9] », Vivarte suspend en 2013 l'intégralité des paiements sur sa dette et la renégocie. Le groupe, emmené par Marc Lelandais, entreprend alors une restructuration financière de plus de deux milliards d'euros d'effacement et d'une réinjection de liquidités de 500 millions d'euros obtenus en quelques mois[13]. En parallèle, le groupe voit son nombre d'enseignes réduit de plus d'une centaine, les gammes écourtées, les budgets de publicité en chute et les stocks nettement diminués[7],[14]. L'entreprise est confiée à un mandataire ad hoc en février 2014[9]. Le , Vivarte trouve un accord avec douze prêteurs dont quatre entrent au conseil d'administration (Alcentra, Babson, Goldentree et Oacktree) pour restructurer sa dette[15],[5]. Le principal actionnaire avec prêt de deux tiers des parts, Charterhouse, se retire au profit des créanciers ; il a déjà perdu 500 millions d'euros au cours des années précédentes[14]. Certains de ces créanciers, qualifiés de « fonds vautours », sont spécialisés dans le rachat de dettes décotées[7]. Ils prennent la direction du groupe, transformant leurs créances en participations[16],[N 6]. Malgré cet effacement de dette[N 7] et l'apport de cash, la stratégie de montée en gamme ne prend toujours pas et les résultats escomptés sont absents : les investissements nécessaires perdurent alors que la chute des ventes et des marges continue, même si deux marques, Kookaï et Caroll, sortent alors du lot affichant de meilleurs résultats que par le passé[16]. Vivarte décide de se concentrer sur son fleuron, La Halle, parfois au détriment des autres enseignes du groupe[N 8]. Luttant contre l'arrivée de Primark sur le marché national, cette enseigne se voit obligée de baisser ses prix[14]. Renaud Mazière, dirigeant La Halle et proche de Marc Lelandais, en fait les frais, il est débarqué[17].

Marc Lelandais, à la tête du groupe depuis 2012, est « débarqué » puis remplacé par Richard Simonin (anciennement chez Etam) la même année[18],[19].

La chute continue[modifier | modifier le code]

Le , Vivarte présente un plan social portant plus de 1 500 employés (sur 4 256) à La Halle aux Vêtements et sur la fermeture de plusieurs dizaines points de vente[18] ; son enseigne phare reste plombée par la baisse de ses ventes (25 % en trois ans)[20] et de lourdes pertes : 23 M€ pour l'exercice se terminant en août 2012 sous la houlette de l'ancien PDG Georges Plassat, 72 M€ pour 2013 et 153 M€ pour 2014 sous la houlette de Marc Lelandais. Ces licenciements interviennent alors que sont évoquées des indemnités de deux millions d'euros du PDG de Vivarte pour son exercice entre 2012 et 2014[21], lui-même arguant que les fonds de pension souhaitent des jetons de présence et des dividendes impossible à verser[réf. nécessaire]. La vente à la découpe du groupe est annoncée par la presse économique dès mai 2015[5],[4].

Richard Simonin, alors PDG du Groupe, souhaite à cette période recentrer La Halle dans des produits basiques et, une fois de plus, baisser les prix de 15 %. En effet, la conversion au début des années 2010 en enseigne multimarque avait fait fuir sa clientèle populaire[5]. En contrepartie, une cinquantaine de magasins Caroll et Minelli devraient ouvrir, sur des emplacements de La Halle aux chaussures, de André et de Kookaï[5]. L'enseigne annonce également son lancement dans l'e-commerce[22]. Si les marques Caroll, Besson et Minelli affichent alors des bénéfices[23], les enseignes La Halle, la Halle aux Chaussures, Naf Naf, André, Kookai et San Marina restent déficitaires. De fleuron, La Halle joue maintenant le rôle de « boulet de ce groupe », ayant perdu un quart de son chiffre d'affaires en trois ans[18]. À court terme, la baisse de prix semble porter ses fruits avec une inversion de la tendance déclinante des années passées[24].

En mars 2016, Richard Simonin est remplacé par Stéphane Maquaire (ex-Monoprix)[25] à la tête de Vivarte pour poursuivre son redressement[26]. Celui envisage la fusion de La Halle aux vêtements avec La Halle aux chaussures, entrainant la fermeture ou vente de 130 points de vente[27].

En juin 2016, Vivarte met en vente Kookai, Chevignon et Pataugas[28],[29],[30]. Stéphane Maquaire saisit le Comité interministériel de restructuration industrielle afin d'obliger les banques créancières à revoir leurs dettes ou les échéances[31]. L'État entre donc dans le dossier. À la même époque, Vivarte se voit placé une seconde fois sous procédure de mandat ad hoc en juillet. Tout cela pousse le dirigeant, en conflit avec les actionnaires sur ces méthodes, vers la sortie[31].

Patrick Puy[modifier | modifier le code]

Le , Stéphane Maquaire, après seulement six mois passés à sa tête, est débarqué par le conseil d'administration tenu par les actionnaires[27]. Il est remplacé par Patrick Puy, spécialiste du retournement d'entreprises (Moulinex, Smoby, Arc)[32], le plus souvent dans des cas complexes[33]. À ce moment là, l'entreprise supporte une dette de 1,5 milliard d'euros[34] pour 2,2 milliards de chiffre d'affaires[27],[33]. La réputation de Patrick Puy est celle d'un « nettoyeur »[27]. En novembre 2016 et janvier 2017, les salariés qui redoutent le démantèlement du groupe pour rembourser les fonds[N 9] manifestent devant le siège social[35],[36] et à Bercy. Ils en appellent également aux politiques[33]. Mais Patrick Puy joue l'apaisement et confirme les évolutions souhaitées par son prédécesseur ainsi que la volonté de céder quatre marques, Chevignon, Kookaï, Pataugas et Merkas[27]. Par ailleurs, il précise être un « manager de transition », pour quelques mois, le temps de réduire les coûts, renégocier les créances, « remettre la machine en route »[27] et choisir son successeur[37]. Tout cela n'est pas suffisant pour éponger la dette faramineuse alors que les bénéfices ne cessent de chuter mais Patrick Puy s'y attèle, surveillé par le gouvernement qui a pris le dossier en main[38]. Il se concentre sur le fait que, dit-il, « Vivarte dégage toujours du résultat, dispose d'un immense parc de magasins en propre, de marques viables et d'un personnel qualifié »[33].

Le 24 janvier 2017, la mise en vente d'André et de Naf Naf est annoncée pour environ 700 à 800 suppressions d'emplois[39]. En mai 2017, Vivarte annonce la vente de Pataugas et ses cinq magasins à Start'Hopps pour un montant non dévoilé[40]. En janvier 2018, la reprise de la société André est annoncée pour avril. Boris Saragaglia le PDG de Spartoo s'est engagé[41] : son entreprise conserverait la totalité des effectifs (700 personnes) et l'ensemble des magasins, sauf un à Paris[42]. Vivarte a payé huit millions d'euros pour se débarrasser de l'enseigne de chaussures chroniquement déficitaire depuis des années[41]. La même semaine, la vente de Naf Naf au groupe chinois La Chapelle Fashion CO. est annoncée[43] ainsi que la vente de Besson pour la fin de l'année[41]. Au final ce sont cinq marques qui sont destinées à rester au sein de Vivarte[41].

Synthèse d'une stratégie malmenée[modifier | modifier le code]

Début 2017, le constat lié à la stratégie du groupe, et plus généralement sur le secteur du textile et de l'habillement est négatif. La crise chez Vivarte semble liée à plusieurs facteurs internes mais aussi externes. La conjoncture économique et la concurrence en provenance de pays dont les coûts sont plus faibles font d'une part pression sur le développement du groupe Vivarte. Plus globalement, le marché du textile à bas prix est en berne depuis plusieurs années[31].

Concernant les facteurs internes, le groupe identifie trois principaux points d'amélioration : le développement de la vente en ligne, une stratégie d'image de marque vieillissante[N 10]. et le développement à l'international[44]. Mais, avec le recul, le LBO de la décennie passée, basé sur un endettement important avec « des perspectives de croissance irréalistes », est jugé totalement « raté » comme l'écrit le magazine économique Challenges[7]. Enfin, contrairement à Kiabi, H&M ou Zara, l'entreprise n'a pas su réagir à l'arrivée de Primark et sa politique de très bas prix, Marc Lelandais entrainant au contraire le groupe vers une couteuse montée en gamme[18],[45]. Au-delà des multiples erreurs de stratégie vient s'ajouter une instabilité managériale, avec six dirigeants en quatre ans[31].

La volonté des fonds d'investissement (qui avaient effacé deux milliards d’euros de dette mais qui en échange avaient pris le contrôle du groupe) de récupérer le maximum d'argent, vendant Vivarte « à la découpe », entité par entité, a également été critiquée, les salariés étant les victimes directes du plan de restructuration[46].

Enseignes du groupe[modifier | modifier le code]

  • Accessoire Diffusion[N 11] revendue à Carel le 01/02/2016[47]
  • André (cédée)
  • Besson Chaussures
  • Beryl (intégrée)
  • Caroll
  • Chaussland
  • Chevignon
  • Coctel
  • Cosmoparis (anciennement Cosmo)
  • Creeks
  • Defi Mode, (cédée)[4]
  • Fosco
  • Kookaï (cédée)
  • La Halle
    • La Halle aux chaussures
    • La Halle Outlet
    • KidShoes (émanation de La Halle)
  • Liberto
  • Merkal
  • Minelli
  • Mosquitos
  • Naf Naf (cédée)
  • Pataugas (cédée)
  • Saison 2
  • San Marina
  • SuperSport (cédée)

Président de l'entreprise[modifier | modifier le code]

  • Albert Lévy (de sa fondation en 1896 à sa mort en 1935)
  • Georges Lévy (fils d'Albert de 1935 à sa mort en 1960)
  • Jean-Louis Descours (de 1960 à 2000)
  • Georges Plassat (2000 à 2012)
  • Antoine Metzger (février-juillet 2012)
  • Marc Lelandais (de 2012 à 2014)
  • Richard Simonin (2014 à 2016)
  • Stéphane Maquaire (mars 2016 à octobre 2016)[26]
  • Patrick Puy (depuis 27 octobre 2016)[32]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Chaterhouse, Chequers Capital, Sagard.
  2. Antoine Metzger assure l'intérim durant quelques mois.
  3. Surtout les fonds d'investissements Oaktree et Canyon exigent au contraire une réduction drastique des dépenses.
  4. Par exemple : Sienna Miller apparait dans les publicité de Caroll, ainsi que des ex-Miss France pour La Halle. Plus, tard, c'est Tony Parker qui fait de la publicité pour La Halle.
  5. 172 créanciers pour 2,8 milliards de d'euros de dette.
  6. Les quatre principaux créanciers sont alors les fonds Oaktree, Babson, Alcentra et GoldenTree.
  7. Dette passant de 2,8 milliards à 800 millions d'euros.
  8. La Halle représente alors un cinquième du chiffre d'affaires malgré des résultats en bernes depuis quelques années.
  9. À cette époque, les principaux fonds actionnaires sont Oaktree, Alcentra, Babson et GLG Partners.
  10. La rénovation des points de vente, les campagnes publicitaires avec des personnalités, l'utilisation de stylistes et designer ou les ouvertures de magasins en centre-ville ne suffisent pas à redonner une image moderne aux enseignes qui perdent plus de clients qu'elles n'en gagnent[18].
  11. Marque française de chaussures créée en 1978 par Jean-Paul Barriol.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Acheter pour un monde meilleur, Editions Eyrolles, , p. 2011
  2. a et b Rivaud 2013, p. 63.
  3. (en) Angela Gonzalez-Rodriguez, « Vivarte ́s restructuring: the way back to discount » (consulté le 4 février 2018)
  4. a, b, c et d SL 2018.
  5. a, b, c, d, e et f Lécluse 2015, p. 58.
  6. Les Echos: PAI Partners vend Vivarte pour 3,5 milliards d'euros à Charterhouse 15 décembre 2006
  7. a, b, c, d, e, f, g, h et i Dromard 2014, p. 27.
  8. a, b, c, d et e Rivaud 2013, p. 62.
  9. a, b et c Dromard 2014, p. 26.
  10. Aurore Hennion, « Retour sur l'histoire de Vivarte », FashionUnited,‎ (lire en ligne).
  11. Rivaud 2013, p. 62 et 63.
  12. a et b Dromard 2014, p. 26 et 27.
  13. Jacques-Olivier Martin, « Vivarte renégocie sa dette colossale », sur lefigaro.fr, (consulté le 30 janvier 2018)
  14. a, b et c Dromard septembre 2014, p. 63.
  15. Accord avec 12 prêteurs pour restructurer la dette de Vivarte, challenges.fr, 5 juin 2014
  16. a et b Dromard septembre 2014, p. 62 et 63.
  17. Dromard septembre 2014, p. 62.
  18. a, b, c, d et e Dromard 2015, p. 34.
  19. Antoine Boudet, « Les nouveaux actionnaires débarquent le PDG de Vivarte », sur lesechos.fr, (consulté le 30 janvier 2018)
  20. Nicole Vulser, Le Monde du 9 avril 2015 Suppl. Économie et Entreprise, p. 4
  21. « Marc Lelandais : « A mon arrivée, La Halle était déjà dans une situation désastreuse » », sur lesechos.fr, (consulté le 13 avril 2015)
  22. Lécluse 2015, p. 59.
  23. « Stéphane Maquaire sauvera-t-il Vivarte ? », sur lsa-conso.fr (consulté le 20 mai 2016)
  24. Dromard novembre 2015, p. 44.
  25. « Stéphane Maquaire : Tout savoir sur Stéphane Maquaire, Président du groupe Vivarte », sur www.lsa-conso.fr (consulté le 20 mai 2016)
  26. a et b « Stéphane Maquaire sauvera-t-il Vivarte ? », sur lsa-conso.fr (consulté le 20 mai 2016)
  27. a, b, c, d, e et f Dromard 2016, p. 32.
  28. lefigaro.fr, « Vivarte veut céder Kookaï; Chevignon et Pataugas » (consulté le 1er juillet 2016)
  29. Prisma Media, « Vivarte : la vente par appartement commence », sur Capital.fr (consulté le 1er juillet 2016)
  30. « Kookaï, Chevignon et Pataugas pris dans la machine à lessiver » (consulté le 20 septembre 2016)
  31. a, b, c et d Dromard 2016, p. 33.
  32. a et b « Vivarte : ce que Oaktree reproche à Stéphane Maquaire », sur challenges.fr (consulté le 2 novembre 2016)
  33. a, b, c et d Dromard 2017, p. 58.
  34. « Vivarte : ce que Oaktree reproche à Stéphane Maquaire », sur challenges.fr,
  35. « Vivarte, une success story française qui vire au cauchemar », sur www.europe1.fr (consulté le 16 novembre 2016)
  36. « La Halle aux chaussures: «Depuis quatre mois, on ne sait pas où on va», raconte une gérante », sur 20minutes.fr, (consulté le 5 janvier 2017)
  37. Dromard 2017, p. 61.
  38. Dromard 2016, p. 32 et 33.
  39. « Le groupe Vivarte met en vente le chausseur André », sur Le Monde, .
  40. Vivarte cède Pataugas à un trio d'entrepreneurs, Le Figaro, 10 mai 2017
  41. a, b, c et d Bouchouchi 2018, p. 14.
  42. « Le site de vente en ligne Spartoo rachète André », sur Le Monde,
  43. « Le groupe Vivarte va céder Naf Naf au groupe chinois La Chapelle Fashion », sur Le Monde,
  44. « Crise chez Vivarte: Les sept raisons pour lesquelles des grandes marques de textile françaises vont mal », sur 20 Minutes,
  45. Thiébault Dromard, « Primark impose son modèle au secteur textile », Challenges, no 502,‎ , p. 26 à 27 (ISSN 0751-4417)
  46. Perrine Dutreil, « Envoyé spécial déshabille le géant du textile Vivarte », telerama.fr, 13 avril 2017.
  47. Publication de l'annonce du rachat par Vivarte

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources presse écrite[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Francine Rivaud, « Vivarte se rêve en groupe de mode », Challenges, no 342,‎ , p. 62 à 63 (ISSN 0751-4417) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Thiébault Dromard, « Vivarte symbolise le raté du LBO monté avant crise », Challenges, no 375,‎ , p. 26 à 27 (ISSN 0751-4417) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Thiébault Dromard, « Vivarte desserre l'étreinte avant d'aiguiser ses griffes », Challenges, no 402,‎ , p. 62 à 63 (ISSN 0751-4417) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Thiébault Dromard, « Vivarte s'est pris les pieds dans sa stratégie », Challenges, no 428,‎ , p. 34 (ISSN 0751-4417) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Sophie Lécluse, « Vivarte : La chute d'un géant de l'habillement », Capital, no 284,‎ , p. 57-59 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Thiébault Dromard, « Vivarte retrouve des couleurs », Challenges, no 453,‎ , p. 44 (ISSN 0751-4417) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Thiébault Dromard, « Et Vivarte devint une affaire d'État », Challenges, no 497,‎ , p. 32 à 33 (ISSN 0751-4417) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Thiébault Dromard, « Portrait Patrick Puy, PDG de Vivarte », Challenges, no 512,‎ , p. 58 à 61 (ISSN 0751-4417) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Corinne Bouchouchi, « Vivarte paie 8 millions pour vendre André ! », L'Obs, no 2776,‎ , p. 14 (ISSN 0029-4713) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Sophie Lécluse, « La vente par appartements continue chez Vicarte », Capital, no 317,‎ , p. 12 (ISSN 1162-6704) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Lien externe[modifier | modifier le code]