Manitou Group

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Manitou Group
logo de Manitou Group

Création 1957
Fondateurs Henri Faucheux et Andrée Braud
Forme juridique SA
Action Euronext : MTU
Slogan Set the world in motion
Siège social Ancenis
Drapeau de France France
Direction Michel Denis
Actionnaires Famille Braud et Himsworth (64,5%), bourse et divers (25,8%), Yanmar (6,2%) et auto-détention (3,5%)[1]
Activité Matériel de manutention et services pour l'agriculture, la construction et les industries
Produits Chariots télescopiques, Nacelles, Chariots à mâts, chariots articulés électriques, chariots embarqués, matériel de magasinage, mini-chargeurs, mini-pelles, chargeuses compactes, chargeuses articulées.
Effectif 4 400 en 2020[2]
SIREN 857802508Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web [2]

Capitalisation 948 millions d'euros au 31/12/2020
Chiffre d'affaires 1 585 millions d'euros en 2020 - consolidé[3]
Résultat net 40 millions d'euros en 2020 - consolidé[4]

Manitou Group est une entreprise française basée à Ancenis (Loire-Atlantique) qui conçoit, produit, distribue et assure le service de matériels de manutention à destination de la construction, de l'agriculture et des industries. Elle emploie plus de 4 400[5] salariés sur 9[6] sites de productions, dont 5 en France. Manitou Group dispose d'un réseau de 1 050 concessionnaires dans de nombreux pays[7] et distribue ses produits sous les marques « Manitou », « Gehl », « Mustang by Manitou ». Le groupe est coté à la bourse de Paris sur le marché Euronext[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

La société « Braud Mécanique Générale » est créée en 1944 par Andrée Braud à Ancenis. La société fabrique des bétonnières, des grues et des presses à blocs de béton. Marcel Braud s'associe ensuite à Henri Faucheux pour fonder en 1953 la société « Braud & Faucheux », qui compte une douzaine de salariés. Henri Faucheux en prend la direction[9].

L'entreprise se développe en 1958 avec l'invention par Henri Faucheux (brevet n° 1-249-359 et 1-249-358)du premier chariot élévateur tout-terrain, hybride entre le chariot élévateur existant à l'époque et le tracteur agricole. Son principe réside dans l'inversion du schéma hydraulique d'un tracteur agricole et de l'ajout d'un mât de levage. Henri Faucheux confie à Marcel Braud le développement du produit baptisé « Manitou » (celui qui manie tout), un nom aussitôt déposé à l'Institut national de la propriété industrielle (INPI)[9].

En 1971, Marcel Braud succède à Henri Faucheux et signe l'année suivante un accord de distribution avec Toyota, constructeur japonais d'engins de manutention[9]. Le groupe s'internationalise, en 1972, avec l'ouverture de Manitou UK (United-Kingdom), première filiale du groupe, qui ouvre ses portes à Chandler's Ford (en), près de Southampton en Angleterre. L'année suivante, l'entreprise déménage, quittant ses ateliers du boulevard Pasteur, près de la gare, pour s'installer dans la zone industrielle au nord d'Ancenis. Braud-Faucheux devient « Manitou », en 1981, prenant le nom de sa principale marque. Trois ans plus tard, la société entre en bourse, sur le second marché.

Cinq ans plus tard, la filiale Manitou Italia est inaugurée. Son site de production et ses bureaux d'études à Castelfranco sont spécialisés dans les chariots télescopiques rotatifs et des modèles de fort tonnage développés pour le secteur minier. Cette filiale dispose également d'un Centre de compétences accessoires (ACC). En 1993, la société Loc Manutention est rachetée par le groupe Manitou. Spécialiste des produits de magasinage, la filiale aujourd’hui appelée « LMH Solutions » dispose d’un site de production situé à Beaupréau. En 2006, Manitou achète une usine taïwanaise produisant des chariots industriels à Hangzhou, en Chine. La filiale Manitou Hangzhou deviendra plus tard Manitou China. Par la suite, en 2008, le groupe Manitou acquiert la société américaine Gehl.

Jean-Christophe Giroux est nommé à la tête du groupe, en . Le directeur général réorganise le groupe autour de ses catégories de produits. Il quitte la société en et c'est Dominique Bamas, alors Administrateur, qui assurera la direction générale à titre provisoire[10]. En , Michel Denis est nommé comme Directeur général[11]. Il annonce une feuille de route 2014-2018, articulée autour de 3 nouvelles divisions : Material Handling and Access (MHA), Compact Equipment (CEP) et Services and Solutions (S&S)[12],[13].

L'année suivante, Manitou Group s'implante à Dubaï, avec sa filiale Manitou Middle East, dont les bureaux se trouvent à Jafza (Jebel Ali Free Zone)[14]. Dans la foulée, le groupe inaugure son premier site de production au Brésil, à Vinhedo, dans l’État de São Paulo[15], spécialisé dans les chariots télescopiques moyennes et grandes hauteurs.

En , Marcel Braud, fondateur du premier chariot élévateur Manitou, quitte la présidence du conseil d'administration pour devenir président d'honneur de Manitou Group. C'est désormais sa sœur Jacqueline Himsworth qui occupe les fonctions de présidente du conseil d'administration du groupe[16]. Manitou inaugure, la même année, sa nouvelle entité Manitou Equipment India dans la banlieue de New Delhi, à Greater Noida, résultant de l'acquisition récente de Terex Equipment Private Limited[17], spécialisée dans la conception et la fabrication de mini-chargeuses et de tractopelles.

En , après 4 années au poste de directeur général, le mandat de Michel Denis est reconduit pour 4 années supplémentaires jusqu'en 2022[18].

En , Manitou Group inaugure un nouveau centre de recherche et d'essais nommé “R&D Test Center” à Ancenis à proximité de son siège social. Ce nouvel espace permet de réaliser des tests d’endurance et de durabilité sur l’ensemble des prototypes et composants Manitou.

En , Michel Denis & Jacqueline Himsworth, Présidente du Conseil d'administration de Manitou Group posent la première pierre d’une nouvelle usine de 18 000 m² dédiée aux nacelles tout-terrain élévatrices de personnes à Candé, à 3 kilomètres de son autre usine dédiée aux nacelles industrielles. Cette usine a pour objectif de répondre à un marché mondial en croissance depuis plusieurs années. Les travaux devraient s'étaler jusqu'au 1ᵉʳ trimestre 2021. Cette usine constituera le 12ᵉ site de production du groupe et le 6ᵉ dans le Grand Ouest.

En octobre 2019, le groupe Manitou inaugure son nouveau "Training Center" basé à Ancenis. Un centre de formation de 1 600 m² permettant de répondre à la demande de formations des concessionnaires[19].

Début 2020, Manitou Group annonce avoir franchi le seuil des 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2019[20]. Ses ventes ont augmenté de 11 % par rapport à l'année précédente, mais le groupe table pour une chute de 10 % de ces mêmes ventes en 2020[21],[22]. En septembre 2020, le groupe revoit ses prévisions à la baisse avec - 30 % attendus, fait part d'un chiffre d'affaires en régression depuis mi 2019, régression aggravée par la crise de la covid-19.

En décembre 2020, l'entreprise annonce la fermeture en mars 2021 de l'usine de Waco (Texas) employant 148 salariés[23].

Début 2021, Michel Denis, Directeur général du groupe, dévoile la nouvelle feuille de route New Horizons 2025 ayant pour objectif de réaliser un CA supérieur à 2,5 milliards et incluant la stratégie RSE. Le groupe publie aussi son chiffre d’affaires en baisse de 24% par rapport à 2019. Cependant, le carnet de commandes de l’entreprise atteint un nombre record au 4ᵉ trimestre 2020[24].

Galerie[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Chiffre d'affaires[modifier | modifier le code]

En 2020[3] : 1,6 milliard d'euros

Répartition par zone géographique (2020) :

  • 584 M€ Europe du Nord
  • 555 M€ Europe du Sud
  • 296 M€ Amériques
  • 150 M€ APAM (Asie Pacifique Moyen-Orient)

Répartition par marché (2020) :

  • 56 % construction
  • 14 % industries
  • 30 % agriculture

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. https://www.manitou-group.com/fr/groupe/profil-manitou-group/
  3. a et b https://agronaplo.hu/nagyvilag/manitou-group-q4-2020-sales-revenues
  4. https://www.lejournaldesentreprises.com/loire-atlantique-vendee/breve/manitou-envisage-un-rebond-de-plus-de-15-en-2021-1089746
  5. « Profil Manitou Group »
  6. « Relocalisation »
  7. « Profil - Manitou - Group », sur manitou-group.com (consulté le )
  8. « boursorama »
  9. a b et c Florence Le Ne, « Marcel Braud. Le grand manitou du chariot élévateur », sur Le Télégramme, (consulté le )
  10. « Manitou à la croisée des chemins : Dominique Bamas reprend les rênes »
  11. « Michel Denis a pris les rênes de Manitou »
  12. « Manitou : la nouvelle organisation en place »
  13. « En quête d'un nouveau souffle, Manitou met en place une organisation épurée »
  14. « Manitou inaugure une filiale à DubaÏ »
  15. « Première usine au Brésil »
  16. « Jacqueline Himsworth à la tête du groupe Manitou »
  17. « Acquisition de TEREX »
  18. « MANITOU : Michel Denis reconduit pour quatre ans à la direction générale », Capital.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. « Centre de formation »
  20. « MANITOU : chiffre d'affaires 2019 en hausse de 11% », sur Capital.fr, (consulté le )
  21. Le Figaro avec AFP, « Manitou franchit le seuil des 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2019 », sur Le Figaro.fr, (consulté le )
  22. « MANITOU anticipe un recul de son chiffre d'affaires 2020, le titre en net repli », sur Capital.fr, (consulté le )
  23. (en-US) « Manitou Group closing plant in Texas », sur FreightWaves, (consulté le )
  24. « manitou-termine-2020-avec-un-record-historique-de-commandes »

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :