Saint-Ouën-des-Toits

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Ouen.

Saint-Ouën-des-Toits
Saint-Ouën-des-Toits
L'église Saint-Ouen.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Mayenne
Arrondissement Laval
Canton Loiron
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Loiron
Maire
Mandat
Gérard Monceau
2014-2020
Code postal 53410
Code commune 53243
Démographie
Gentilé Saint-Ouennais
Population
municipale
1 722 hab. (2015 en augmentation de 2,2 % par rapport à 2010)
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 08′ 18″ nord, 0° 54′ 16″ ouest
Altitude Min. 118 m
Max. 181 m
Superficie 21,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte administrative de la Mayenne
City locator 14.svg
Saint-Ouën-des-Toits

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte topographique de la Mayenne
City locator 14.svg
Saint-Ouën-des-Toits

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Ouën-des-Toits

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Ouën-des-Toits
Liens
Site web www.saintouendestoits.fr

Saint-Ouën-des-Toits est une commune française, située dans le département de la Mayenne en région Pays de la Loire, peuplée de 1 722 habitants[Note 1] ( les Saint-Ouennais).

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Ouën-des-Toits[1]
Le Bourgneuf-la-Forêt La Baconnière Andouillé
Port-Brillet,
Olivet
Saint-Ouën-des-Toits[1] Saint-Germain-le-Fouilloux
Olivet Le Genest-Saint-Isle Changé

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme S. Audoeni en 1125[2]. La paroisse était dédiée à Ouen de Rouen, évêque de Rouen au VIIe siècle. Toits serait issu du tectum, « porcherie »[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Révolution française[modifier | modifier le code]

Saint-Ouën-des-Toits fut le lieu d'échauffourées et de luttes armées entre des Chouans du Bas-Maine et les troupes républicaines lors de la Révolution française. Le , le district de Vitré informe Rennes que des rassemblements suspects se produisent dans la région, notamment dans les communes de Bourgon, Saint-Ouën-des-Toits, Saint-Pierre-la-Cour et La Brûlatte[3].

À la création des cantons, Saint-Ouën-des-Toits est chef-lieu de canton. Ce canton est supprimé lors du redécoupage cantonal de l'an IX (1801)[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et cinq adjoints.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1808 1813 Urbain François Lambron   Notaire
1945 1967 Louis Jarnoüen de Villartay    
1967 1995 Jean Delahaut   Notaire
juin 1995 en cours Gérard Monceau[5] SE Technicien géomètre
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7].

En 2015, la commune comptait 1 722 habitants[Note 2], en augmentation de 2,2 % par rapport à 2010 (Mayenne : +0,52 %, France hors Mayotte : +2,44 %). Saint-Ouën-des-Toits a compté jusqu'à 2 060 habitants en 1851.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4168531 7941 6801 7501 8281 8322 0222 060
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 0041 9761 8461 6701 6241 4551 4231 3001 227
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2321 2241 210920911880908872866
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
8497698401 0931 2871 4351 6681 6781 722
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

L'Hermine saint-ouennaise fait évoluer une équipe de football en ligue du Maine et deux autres en divisions de district[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Maison de Jean Chouan, musée de la Closerie des Poiriers.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  3. Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, cité par Roger Dupuis, "De la Révolution à la Chouannerie", Nouvelle bibliothèque scientifique, Flammarion, 1988,[ISBN 2-08-211173-3]
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Réélection 2014 : « Gérard Monceau a été réélu maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 15 avril 2014)
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  9. « Site officiel de la Ligue du Maine – Hermine st-ouennaise » (consulté le 19 janvier 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]